L'enfant PAN. Arnaud DRUELLE – 2021 (Dès 13 ans)

Publié le 15 Avril 2021

Bien sûr, vous connaissez le Pays Imaginaire, ce Pays où l’on ne va que par les airs et où l'on arrive en allant vers « la deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin ». Ce Pays où le temps semble n’avoir pas de prise, où l’on joue à longueur de journée, avec quelques frayeurs délicieuses.
Bien sûr, vous avez déjà croisé la boudeuse Fée Clochette, les joyeux Garçons Perdus, le cruel Capitaine Crochet et sa horde de pirates, les enchanteresses sirènes, les Indiens Peaux-Rouges... et évidemment celui sans lequel rien ne serait... Peter Pan.
Peter Pan, ce garçon resté petit, qui toujours veut jouer, faisant ses propres règles (et la première de toutes, celle de ne jamais grandir), égocentrique, tyrannique, trop joyeux pour l’être vraiment... et pourtant si attachant.

Savez-vous quand, comment et pourquoi il est arrivé au Pays Imaginaire ?
Arnaud Druelle nous propose une origine possible, qui mêle et entremêle le Mythe à l’Histoire.
 

L'enfant PAN

Arnaud DRUELLE

Gulf Stream Editeur, collection «Echos», mars 2021
240 pages

Dès 13 ans

Thèmes : Angleterre, Détournement de conte, Préquel, Aventure, Enfance, Notion du temps

Londres, 1881.
Le jeune Peter Hawkson, 10 ans, est confié à Michael Kindman, le directeur de l'Oiseau Blanc, l'une des nombreuses écoles d’éducation morale qui accueillent de jeunes garçons orphelins, dans le but de les sortir de la rue, de la misère, et de les instruire pour les préparer à un avenir.

-Jamais je ne grandirai ! Les adultes que je connais ne sont que des menteurs et des bons à rien !

Si Peter se trouve vite un ami en Jimmy Jarvis, il se fait aussi des ennemis avec la bande d'Eddy Squeeler, qui manigance un traquenard. Son passé le condamnant d’office et bien qu’innocent, Peter s’enfuit avec deux sylphes, petites créatures ailées et colorées, qu’il a rencontrées plus tôt.
Elles lui ont parlé d’un lieu enchanté, d’un lieu où il est attendu, et où il sera heureux.

Ainsi s’envole-t-il pour le Pays-de-Nulle-Part.
Attiré par un bateau pirate (il en aime les histoires), il y atterrit brutalement et est accueilli comme seuls les pirates savent le faire ! C’est ainsi qu’il rencontre l’impitoyable Capitaine Jane Crown, ses hommes, et surtout le jeune mousse, Melvil, dont l’empathie contraste fortement en ce lieu.

Tiré d'affaire par une double circonstance, il fait connaissance avec des centaures et les gubbins Swann et Tylwenn, il apprend le rôle du Grand Kabak, le Maître du Temps.
Et surtout, celui d'Egon, l'Enfant Pan du Pays, qu’une menaçante mélancolie gagne.

-Chacun a son rôle dans ce fragile équilibre. De l’existence des uns dépend la survivance des autres. Mais tous n’en ont pas conscience. C’est pourquoi la Nature a voulu qu’il y ait un Pan pour orchestrer tout cela.

Par le biais d’un rêve, Peter apprend l’histoire d’Egon et de tous ceux qui peuplent l’Île, les liens qui les unissent tous pour créer un ensemble.

Peter, qui a vécu des événements terribles et traumatisants dans sa courte vie, se sent bien au Pays-de-Nulle-Part, mais il ne peut oublier son ami Jimmy laissé au Pensionnat. Aussi demande-t-il à Egon une faveur et lui fait-il une promesse.

Notre vie est tissée par des fils qui nous échappent. Si certains se rompent ou sont moins solides que d’autres, il n’en demeure pas moins qu’ils nous conduisent sur un seul et même chemin.

J’ai adoré !
Tout, vraiment tout !
A commencer par cette superbe couverture, qui concentre plusieurs univers et clins d’œil.

Et pour être sûre de saisir tous les aspects de ce préquel, j’ai d’abord voulu lire le roman original, celui de J.M. Barrie (1911). Et bien m’en a pris !
J’ai adoré en retrouver les éléments et les détails, des plus évidents aux plus subtils : les personnages et leurs rôles bien sûr, leurs noms et prénoms aux uns et aux autres, leurs caractères et les liens qui les unissent, la géographie du Pays-de-Nulle-Part, l’épisode du baiser, des allusions discrètes comme celle de l’Oiseau Blanc ou celle du nom du Directeur... Et tant d’autres encore que je vous laisse découvrir !

Et cette fin, cet épilogue, qui lie et relie, qui imbrique la fiction dans le réel et qui lui offre un prolongement... Saisissant ! Mais ceci est (pour ?) une autre histoire.

Au-delà du lien évident avec Peter Pan, la grande force de ce roman, pour moi, est aussi cette interpénétration avec l’Histoire, la réalité d’alors.
Il se termine comme il se commence, dans cette époque triste et sale, où les fumées d’usine bouchent les horizons, dans laquelle la violence est la compagne indéfectible de la misère, où les gamins des rues sont légion ou parqués dans des maisons où l’éducation reçue n’est pas celle vantée. Une époque dans laquelle aucun enfant ne voudrait grandir.

Cohérent, solide, aussi sensible qu’intense, le livre d’Arnaud Druelle est également puissamment visuel et sensoriel.  Son écriture est aussi délicate qu’immersive. 
J’ai volé avec Peter dans les airs, j’ai ressenti le vent ou le sable sur la Plage des Naufragés, j’ai entendu le chant des Sirènes, vu la luxuriance de la végétation, été au cœur de la montagne, senti la roche sous mes genoux. Vraiment, c’est comme si j’y étais. Et cette sensation me reste.

Si je ne devais exprimer qu’un bémol (léger), ce serait l’absence d’une carte du Pays-de-Nulle-Part, même si comme l’a écrit J.M. Barrie, « il diffère beaucoup d’une personne à l’autre. (...) Nous aussi, nous y sommes allés, et bien que nous n’y aborderons jamais plus, nous avons encore dans l’oreille le chant des vagues. »

-Je suis d’ici aujourd’hui. Hier, j’étais d’ailleurs et demain, d’où serai-je ? Je suis sans famille et heureux de l’être, sans corde au cou, libre comme l’air.

Je ne peux que vous encourager à découvrir ce roman, à vous glisser entre ses pages, et d’en ressortir à la fois attristés et enchantés.

Ce roman participe au Challenge de Bidib autour des Contes & Légendes; à "A year in England 2021" de Lou, Titine et Cryssilda, ainsi qu'au "Petit Bac 2021" d'Enna pour ma 6e ligne, catégorie Être humain.

 

 

 

 

L'univers de Peter Pan est sur le blog (ou y arrive):

 

Sur le blog, retrouvez aussi l'Angleterre de cette époque:

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bidib 11/07/2021 13:25

je note

Blandine 11/07/2021 23:32

tu peux ;-)

Missycornish 02/05/2021 20:53

Et bien je vais l'acheter. Voilà voilà. Ça a l'air superbe. La couverture est sublime.

Blandine 02/05/2021 22:06

En te répondant, me viennent en tête des images qui se sont créées lors de ma lecture - j'adore! J'espère que cela te le fera aussi :-)

Blandine 02/05/2021 22:04

Hé hé, j'en suis ravie! La couverture est splendide et augure très bien du contenu! Tu vas te régaler :-)

Moka 25/04/2021 08:53

(HS: Oh les commentaires passent aujourd'hui !)

Blandine 26/04/2021 10:39

(Je croise les doigts pour que cela dure!)

Moka 25/04/2021 08:53

Je note. Et ta thématique m'a donné envie de lire le roman originel.

Blandine 26/04/2021 10:38

Yesss! j'en suis très heureuse :-D

Stéphie 17/04/2021 14:07

Il est déjà noté, ce n'est qu'une question de temps

Blandine 17/04/2021 15:25

;-)
Ce fameux temps ;-)

Noukette 16/04/2021 16:00

Repéré, évidemment ! <3

Blandine 16/04/2021 20:23

Il ne pouvait en être autrement ;-)
Je te souhaite de bientôt pouvoir le lire !