C'est lundi, que lisez-vous? #320

Publié le 2 Novembre 2020

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUMS

LING & les êtres mécaniques. Texte d'Emma ROBERT et illustrations de Gwendal BLONDELLE. Editions Alice Jeunesse, 15 octobre 2020

Ling ne va plus à l'école depuis ses neuf ans. Elle travaille à la ville. Avant, elle confectionnait des vêtements, mais maintenant elle fabrique des téléphones. C'est mieux payé, même si les chefs hurlent sur elle et les autres enfants, car il faut aller vite, en faire toujours plus, répéter inlassablement les mêmes gestes, à en devenir presque un robot. Pour se protéger, Ling s'évade en pensées. Elle retrouve sa famille, sa campagne, les petits bonheurs qu'elle a laissés... Elle rêve pour ne pas avoir peur. Elle rêve à ce qu'elle fera après, plus tard, quand elle sera grande.

Cet album, tout en délicatesse, nous décrit le quotidien d'une enfant obligée de travailler pour subvenir à ses besoins comme à celui de sa famille, restée à la campagne. Son seul bien, celui qu'on ne peut lui prendre et qui lui permet de tenir: ses pensées, ses rêves, ses espoirs. Sans accusation aucune, il nous rappelle que des enfants travaillent malheureusement dans certaines parties du monde pour que dans d'autres endroits, d'autres profitent du fruit de leur labeur. Il nous rappelle que d'où que nous soyons et qui que nous soyons, finalement, nos désirs profonds sont identiques.

Les illustrations se placent à hauteur d'enfant, à celle de Ling, nous faisant voir ce qu'elle voit ou imagine, ressentir ce qu'elle ressent. Ainsi sont-elles sombres ou lumineuses, ternes ou sereines.

Les petites heures. Texte et illustrations de Gwen KERAVAL. Editions Fleur de ville, octobre 2014

Petit carré intimiste, cet album nous invite à suivre dans son quotidien un petit garçon, de maternelle. Ainsi, nous sont montrées les petites heures qui rythment sa journée et font ses grands moments, de son lever à son coucher, de l'heure du chocolat chaud à l'heure des songes, en passant par celles du "top départ", "de rien", "des mamans", "du voyage"...

Un album rassurant pour les enfant dont le graphisme grainé et vintage m'a totalement charmée!

Décrocher les étoiles et autres expressions sur la vie, en anglais et en français. Texte et illustrations de Serge BLOCH. Editions Circonflexe, avril 2017

Grâce à des illustrations qui combinent quelques traits, un peu de couleurs et des objets, Serge Bloch met en images et en mots des expressions pour accompagner un garçonnet dans sa confiance en lui et en son avenir, pour lui raconter la vie et ce qui la compose.

Ainsi 31 expressions nous sont exposées, en français et en anglais, pour un sens unique. Un tableau les récapitule toutes à la fin de l'album et il est rigolo de voir combien une expression peut différer dans ses mots en traduction littérale. un exemple avec "faire la pluie et le beau temps" chez nous ,qui se traduit en anglais par "to be top dog", ce qui se traduit littéralement par: "être le chien du dessus" et qui pour tous veut dire "décider de tout, avoir les pleines pouvoirs". Ainsi l'illustration peut parfois sembler éloignée des mots, selon qu'on lit en anglais ou en français. J'aime beaucoup ce décalage comme ce genre d'albums! Un petit bonheur, un album-doudou à garder bien précieusement pour y revenir et se rebooster!

POLICIER

Impact. Olivier NOREK. Editions Michel Lafon, à paraître le 22 octobre 2020

Impact, le titre du nouveau thriller d'Olivier Norek est particulièrement bien choisi, tant il nous percute, nous bouscule, nous questionne. Ici, il n'est guère question d'un polar avec ses codes immuables. Il y a bien un méchant, il y a bien des êtes cabossés, malmenés, il y a bien des crimes mais il y a aussi un attachement certain à e méchant, ou tout du moins à sa cause. Le méchant de ce roman policier, Virgil Solal, ancien miliaire, ancien policier, veut heurter pour alerter et agir. Finies les négociations à n'en plus finir qui n'aboutissent qu'à des accords creux, vides de sens, et finalement destructeurs. Car il les a vu les dégâts, il les a ressenti et les a aussi vécu. Le coupable: l'Homme, et sa cupidité. Le fléau? L'argent. L'illusion: celle de croire que ça n'existe pas ou que si cela adviendra, ce sera pour un jour  très lointain, ou assez loin pour que nous ne le vivions pas. Son combat: la Terre, l'écologie, la survie, non la vie de la planète, et donc de la nôtre. De manière réfléchie, décente, tournée vers l'avenir, en utilisant des ressources renouvelables, en investissant massivement pour elles, et non pas dans les énergies fossiles... Pour ce faire, il u se de ses savoirs professionnels comme actuels, et notamment des réseau sociaux.

Son plan est bien rôdé, méticuleux. Le roman de Norek parfaitement maîtrisé. Il ne nous envoie pas dans un futur postapocalyptique lointain. Il place son intrigue principale en 2022, c'est-à-dire demain, voire même aujourd'hui. Ses  chapitres à la dynamique implacable s'alternent avec des éléments, découvertes scientifiques, des faits réels, telles la découverte du continent de plastique, les phénomènes météorologiques déréglés, aussi intenses, rapides qu'inexpliqués, le rapprochement des ours polaires des habitations humaines pour se nourrir et le développement d'une brigade spécialisée, l'entassement des populations villageoises et pauvres d'Afrique dans des bidonvilles pour que les oléoducs puissent toujours plus sonder les sols. Il étaye son propos de chiffres, de dates, de citations, tous réels et compilés en fin d'ouvrage pour les sources.

Ce qu'Olivier Norek décrit n'a rien d'imaginé et c'est ce qui est glaçant. Les chapitres sont courts, percutants, la lecture est addictive, le propos fort. Seule la toute fin, l'épilogue, m'a laissée dubitative. Le roman aurait pu s'en passer aisément à mon sens.

Après avoir découvert Olivier Norek avec Surface puis son premier thriller Code 93, qui étaient des enquêtes à rebondissements mais plutôt classiques, nous voici donc dans un autre genre avec un méchant que l'on ne peut que vouloir rejoindre dans son combat. Et aimer.

BD

Jolies ténèbres. Scénario de Fabien VEHLMANN et dessins de Kerascoët. Éditions Dupuis, mars 2009

J'ai découvert cet album lors d'un RDV BD de la semaine (je ne me souviens plus de qui l'a présenté) et l'idée originale du scénario comme les mots de la chronique m'avait intriguée... J'ai enfin pu lire cet album, pour le moins étrange, voire dérangeant même.

J'ai voulu le présenter mercredi dernier pour le RDV BD mais ma lecture m'a laissée tellement pantoise, entre incompréhension et dégoût, rejet presque, que j'ai opté pour un autre album (à la thématique plus consensuelle aussi!)

Ce que nous proposent ici les auteurs est un conte horrifique, entre le fantastique et le macabre. Ou l'inverse.

Le récit commence comme dans un conte de fées, où une blondinette sert le thé à son amoureux de chevalier. Mais soudain, le plafond et les murs dégoulinent, ruinant ce doux moment. Elle sort et c'est là que nous découvrons une horrible réalité.

Nous sommes en forêt, il fait nuit et il pleut. Une petite fille est étendue dans l'herbe, son cartable ouvert à ses pieds, elle est morte sans que nous ne sachions depuis quand ni pourquoi. Un peu plus tard dans l'album, une possible réponse est apportée sous la forme d'une ombre évanescente... Et encore, nous ne pouvons que le supposer...  Autour d'elle, émanant d'elle, l'activité est soudain intense. Des petits êtres qui reproduisent une société avec ses êtres dociles, manipulateurs, conspués, s'agitent. La protagoniste principale, celle du début, s'appelle Aurore, elle est dotée d'un esprit pratique et fédérateur qui lui permet d'organiser les choses face à cet évènement brutal qu'ils vivent soudain.

Ainsi les suivons-nous au fil de quatre saisons qui voient aussi le corps de la fillette se putréfier, les relations dans la communauté se tendre, se mouvoir, changer, des alliances ou perfidies apparaître. Des scènes d'innocence, d'amitié ou de légèreté laissent soudain place à des moments intenables de cruauté ou de morbide. L'atmosphère qui se dégage est donc assez lourde et pesante, glauque, et en même temps, on s'attache à cette petite Aurore.

Qui sont ces petits êtres, sont-ils des parts de la fillette, des éléments de sa personnalités, de son âme? L'album n'apporte aucune précision mais il est assurément initiatique et ne se laisse pas oublier une fois la dernière page tournée. Ma réaction première a été de vouloir l'oublier, en écrivant ces lignes, je sais que je le relirai. Le tout est de savoir quand...

Pepper et Carrot - Tome 1 - Potions d'envol. David REVOY. Editions Glénat, août 2016

Changement complet d'ambiance avec ce premier tome d'une série qui en compte trois. C'est en allant en librairie spécialisée BD en vue du confinement que je l'ai découvert. Immédiatement séduite par le trait plein de rondeur et les couleurs lumineuses, je l'ai acheté sans l'avoir feuilleté. Et avec mon 9 ans, nous nous sommes régalés! Pepper est une toute jeune sorcière, orpheline qui a obtenu ses pouvoirs grâces à trois vieilles sorcières. Elle est dynamique, volontaire mais maladroite et est toujours accompagnée de son chat rouquin Pepper. L'album se compose de saynètes tendres, rigolotes, charmantes qui se déroulent dans un monde où les personnages sont tous dotés de noms à consonnance alimentaire. J'aime!

J'ai vraiment hâte de lire les autres tomes!

Les Croques - Tome 3 - Bouquet final. Léa MAZÉ. Éditions de la Gouttière, 23 octobre 2020

Vous souvenez-vous des Croques? Ces deux faux jumeaux, Céline et Colin, dont les parents sont croque-morts. Dans le tome 1, nous faisions leur connaissance, découvrions leur lieu de vie, leurs parents agacés, dépassés par l'énergie bruyante de leurs enfants, trop pris dans leur travail, tandis que leurs ados sont harcelés au collège, renvoyés deux jours et qu'ils découvrent grâce au graveur Poussin d'étranges marques sur certaines tombes qui les mènent à une découverte effroyable.

Dans le deuxième tome, les jumeaux s'attirent toujours plus les foudres parentales et l'incompréhension s'accompagne de rejet alors que leur enquête les mène sur des pistes pleines de dangers et d'erreurs possibles.

Il a fallu attendre à nouveau un an pour découvrir la suite et la fin de cette histoire forte en suspense et riche en rebondissements. J'ai d'ailleurs relu les deux premiers tomes avant celui-ci, me permettant de bien me remettre en mémoire les éléments, voire même de refaire des découvertes. Je ne veux pas trop vous en dire mais le résultat est vraiment à la hauteur!! On découvre le comment du pourquoi, qui est qui, qui fait quoi,  pourquoi et comment, des raisons... Le dessin de Léa Mazé est toujours aussi beau, nous réservant des cadrages plein de surprises qui permettent nombre de suppositions... Il faut avoir l'oeil et prendre garde aux minutieux détails. C'est un régal!

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

La maison aux 36 clés. Nadine DEBERTOLIS. Illustrations d'Antonin FAURE. Editions Magnard Jeunesse, octobre 2020

Le père de Dimitri et Tessa partant, encore, pour son travail, les voilà contraints de partir en vacances avec leur mère dans la maison de leur grand-oncle Eustache décédé un an plus tôt. Pour prendre l'air dit-elle. La Maison est un vrai mystère. Immense, au bout d'une longue allée sans route, elle est composée de nombreuses pièces dont les portes sont quasi toutes fermées à clés. Le trousseau est énorme, mais surprise, toutes les clés qui s'y trouvent n'ouvrent pas toutes les portes. Les ados se lancent alors dans une chasse aux clés pendant que leur mère s'attelle au ménage et au débarrassage de la bâtisse... Elle semble savoir des choses, refuse de répondre à leurs questions prétextant de douloureux souvenirs, que le moment n'est pas le bon, etc. Les ados font des découvertes pour le moins étranges et leur rencontre avec Daphnée, une fille de leur âge à l'abord triste mais amical, apporte autant de réponses que de questions.

Mystères, secrets de famille, amitié, fratrie, ce roman me plaît! J'aime l'ambiance qui s'en dégage, l'écriture de son autrice, les thèmes abordés, et les dessins qui parsèment les entêtes de chapitres comme les pages.

3/ Que vais-je lire ensuite?

Les pantins de la Terreur. Catherine BOLLE. Editions Alice Jeunesse, août 2020

Présentation de l'éditeur:

Nous sommes au temps de la Terreur. Qui est cet homme en noir qui récupère les têtes des guillotinés les plus célèbres ? Henri, Léonce, Charlotte vivent sous le régime de la Terreur. Le premier est le fils du bourreau, le deuxième est un fédéré déserteur, la troisième est la fille du roi, mystérieusement sauvée de la guillotine. Les trois jeunes gens vont se lier d’amitié malgré tout ce qui les sépare et, par un concours de circonstance, vont se retrouver dans la demeure du célèbre Lavoisier. Avec l’aide d’Olympe de Gouges, Camille Desmoulins et Danton, ils fomentent une attaque contre le régime et Robespierre. Mais, dans cette demeure, il se passe des 

 

Le jour où je suis mort, et les suivants. Sandrine BEAU. Editiosn Alice Jeunesse, collection "Tertio", octobre 2020

Lenny, Saphir et Biscotte viennent de faire leur rentrée dans le même lycée. Ils ne se connaissent pas et partagent pourtant, sans le savoir, un secret inavoué et des douleurs invisibles. Un jour, leur vie d'enfant insouciant a basculé...

Et sinon?

Le blog fête ses 7 ans et à cette occasion, je vous prépare plusieurs concours. Le premier vient de se terminer et le deuxième arrive demain!

Novembre, mois phare pour mon challenge autour de la Première Guerre Mondiale, retrouvez ce soir mon objectif lecture qui lui fait honneur. ICI se trouvent aussi plusieurs de mes envies de lectures. Si une Lecture Commune vous dit, n'hésitez pas à me le dire!

Pour finir, je vous mets le lien des articles parus la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Et surtout, prenez soin de vous!!

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 03/11/2020 15:14

Les Croques et La maison aux trente-six clés ont l'air chouettes !
Je vous souhaite une belle semaine Blandine livresque, malgré le climat anxiogène.
Vive les livres qui permettent de nous évader :)

Blandine 07/11/2020 12:03

Oh que oui! Merci Nancy et bon week-end à vous!

Nathalie 02/11/2020 15:54

J'avoue que tu m'intrigues beaucoup avec ta BD "Jolies ténèbres" !! Ah et aussi il va falloir que je lise "les croques"... Je ne lis guère que des BD en ce moment.

Blandine 02/11/2020 22:49

Je peux te l'envoyer si tu veux ;-) Et les Croques, mais oui, faut que tu découvres!!!