La Sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca. Pierre GRIPARI – 2010 (Dès 9 ans)

Publié le 27 Octobre 2020

La Sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca

Pierre GRIPARI

Éditions Gallimard Jeunesse, mai 2010
144 pages

Dès 9 ans

Thèmes : Contes, Sorcières, Aventures, Humour

La Sorcière de la rue Mouffetard, quels souvenirs!
J’ai lu ce recueil enfant, et je l’avais tellement aimé. Mais il me faut reconnaitre aussi que si je me souvenais du premier conte, je n’avais pas vraiment de souvenirs concernant les autres.
Le septième et dernier, La Sorcière du Placard aux balais, je l’ai (re)découvert avec ma fille. On empruntait un livre-CD à la bibliothèque, et il la régalait !
Cela a donc été très chouette de les redécouvrir tous avec mes garçons.

Et les voici tous en quelques mots :

La Sorcière de la rue Mouffetard est moche et vieille. Un jour, elle lit une annonce dans le journal qui la ravit.
Pour redevenir jeune et jolie, il lui faut manger une petite fille dont le prénom commence par N, avec de la sauce tomate.
Elle jette son dévolu sur Nadia, la fille de l’épicier Papa Saïd, mais ne prend pas assez garde au petit frère, Bachir.

Le géant aux chaussettes rouges vit sous terre mais s’ennuie. Aussi décide-t-il de sortir et de se trouver une épouse. Il tombe amoureux de Mireille mais sa grande taille est problématique. Il a un an pour rapetisser et venir retrouver sa bien aimée. Et ça ne sera pas de trop pour parcourir le monde et trouver qui peut l’aider.

La paire de chaussures réunit Tina et Nicolas qui s’aiment au cœur d’un magasin. Mais un jour elles sont vendues, portées et chaque pas les séparent l’une de l’autre. Aussi mettent-elles au point un stratagème pour se retrouver. Ce qui entraîne les chutes de leur propriétaire qui comprend leur amour. Il leur faudra plusieurs autres péripéties pour enfin être réunies de la plus belle des façons.

Scoubidou, la poupée qui sait tout, appartient au petit Bachir qui voudrait un vélo, maintenant. Aussi essaye-t-elle de l’aider en tentant d’influencer son père, Papa Saïd, mais cela ne fonctionne pas et la voilà contrainte de partir.
A Bachir, elle fait la promesse de revenir dans un an. Elle ne lui demande qu’une chose : qu’il lui fabrique des lunettes de bois.
Débrouillarde, Scoubidou se retrouve sur un bateau, donne la météo, chatouille le ventre d’un requin, trouve une perle et revient bien un an plus tard ! Et Bachir va pouvoir avoir son vélo !

Histoire de Lustucru ou l’histoire d’un personnage au prénom ridicule et à l’héroïsme méconnu.
Oubliez tout ce que vous pensiez connaître : la conquête de la Gaule, c’est lui ; le vase de Soissons, c’est lui ; la victoire sur les Arabes en 732, c’est lui ; mais jamais son nom n’était glorifié. Et pour cause.
Et devinez qui lui offrit la solution : La Sorcière de la rue Mouffetard !! Et cette solution, vous la connaissez, elle !

La fée du robinet coincée dans une source par une croix depuis des siècles s’est vue libérée lorsque certaines croyances ont cessé. C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée dans le robinet d’un lavabo de salle de bains. Et c’est ainsi qu’elle a fait tour à tour connaissance avec deux sœurs : Martine la méchante et Marie la gentille qui se sont vues récompensées par deux sorts bien différents. Mauvais sorts, mauvaise fortune ? Il faut parfois attendre un peu pour avoir si les choses sont chance ou malchance !

La sorcière du placard aux balais se trouve, comme il est indiqué, dans un placard aux balais, dans une maison petite et étroite qui vient enfin de trouver acquéreur en la personne de monsieur Pierre. Mais le notaire s’est bien gardé de le lui dire avant de faire la transaction. Il lui affireme juste qu’il n’a rien à craindre tant qu’il ne fredonne pas une certaine chansonnette en entier… Qu’il lui révèle bien sûr.
Monsieur Pierre peu à peu relâche son attention et se surprend à la fredonner, petit à petit, jamais en entier, mais toujours un peu plus à chaque fois… Jusqu’à ce que tout lui échappe…

Cette rue est courbe, étroite, tortueuse et encaissée. De par l’anomalie spatiale que je viens de signaler, bien qu’à chacune de ses extrémités elle débouche sur Paris, elle n’est pas tout à fait Paris. Peu éloignée, mais sur un autre plan, souterraine en plein air, elle constitue à elle seule, comme un petit village. Pour les gens qui l’habitent, cela crée un climat tout à fait spécial.

D’abord, ils se connaissent tous, et chacun d’eux sait à peu près ce que font les autres et à quoi ils s’occupent, ce qui est exceptionnel dans une ville comme Paris.
(…)
Enfin, les gens de la rue Broca ont encore quelque chose en commun : ils aiment les histoires.

Préface de Pierre Gripari, 1966

Comiques de répétitions, situations loufoques, références à des contes d’ici ou d’ailleurs, clins d’œil à la culture populaire, personnages qui se croisent, héros d’un conte puis personnages secondaires ou simples évocations dans d’autres… 
Même si certains contes nous ont plus plu que d’autres, nous nous sommes régalés !
Un recueil à lire, à redécouvrir, à partager, à garder !

C’est en 1967 que Pierre Gripari a fait paraître pour la première fois ses Contes de la rue Broca aux Editions de la Table Ronde. Ils étaient au nombre de treize, mais mon édition n’en contient que sept.
Je ne sais pas si, enfant, j’ai lu les six autres. Pour les (re)découvrir, CLIC pour la page Wikipédia.

Ce recueil participe au Challenge Halloween 2020 d’Hilde et Lou ; au « Petit Bac 2020 » d’Enna pour ma 10e ligne catégorie Crime/Justice; à notre Challenge avec Nathalie « Cette année, je (re)lis des classiques » ; et à l’Objectif PAL d’Antigone.

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

FondantGrignote 31/10/2020 15:11

C'est drôle, c'est aussi une de mes lectures d'enfance et j'avais également envie de relire ces contes (mais en feuilletant le livre avec William, je me suis rendu compte que je les avais encore bien en mémoire finalement : grand plaisir aussi). HAPPY HALLOWEEN à tous, Blandine !!

Antigone 30/10/2020 14:45

Ma fille aimait plutôt ces histoires là.

Blandine 31/10/2020 10:09

;-)

Hilde 30/10/2020 11:09

J'aime beaucoup ce recueil qui me rappelle l'école primaire (ce n'est pas un mauvais souvenir), j'avais adoré l'histoire de la petite Nadia et de la Sorcière du Placard aux Balais que j'avais trouvé tellement drôle !

Blandine 31/10/2020 10:09

On a les mêmes coups de cœur ;-)

Jojoenherbe 28/10/2020 23:27

Souvenir d'enfance aussi pour moi, j'avais apprécié le relire l'année dernière :) Bonne soirée!

Blandine 29/10/2020 18:21

C'est chouette de partager ces récits tant aimés avec nos enfants ;-) ou même seul(e)s^^

rachel 28/10/2020 23:25

oh de bien belles histoirettes...ouiii cela semble sympa....

Blandine 29/10/2020 18:21

Oh que ouiiiii!!

Nathalie 28/10/2020 14:12

Inoubliable !! Mes préférés : "Les petites chaussures" trop trop mignonne cette histoire ! Et "La sorcière du placard à balais", bien sûr !! Sorcière, sorcière, prend garde à ton der.... !

Blandine 28/10/2020 21:59

Hihi^^ Fais attention à ne pas la chantonner en entier ;-)

Nancy 28/10/2020 11:18

Je l'ai tellement lu que je connaissais certaines phrases par cœur !
Merci pour cette madeleine de Proust au jus de chaussettes rouges, de sauce tomate et de placard à balais ^^

Blandine 28/10/2020 21:59

Je suis ravie de vous avoir fait remonter ces délicieux souvenirs <3