C'est lundi, que lisez-vous? #280

Publié le 6 Janvier 2020

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

Je n'ai quasi pas lu la semaine dernière, à peine entamé plusieurs lectures, de plusieurs genres, ce que je n’aime pas faire d'ordinaire.

Cette semaine sera-t-elle plus prolifique? Je l'espère!

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Une famille presque normale. Matthias EDVARDSSON. Editiosn Sonatine, octobre 2019

Qu'est-ce que la normalité? Qu'est-ce que la normalité dans une famille? Qu'est-ce qu'une famille normale? Existe-t-il des familles normales? Peut-être faudrait-il dire ordinaires plutôt que normales?

Toutes ont leurs particularités, leurs secrets, leurs histoires, leur fonctionnement... Mais sont-elles pour autant anormales? Celle de ce roman peut sembler atypique.  Nous sommes en Suède. Le père, Adam Sandell, est pasteur. Et sa profession crée des attentes de conformisme, de rigueur... forcément ai-je envie de dire. Sa femme, Ulrika, est avocate, travaille à mi-temps, mais en réalité presque plus qu'avant et culpabilise de ne pas avoir su ni de s'occuper davantage de sa fille. Et leur fille, unique et rebelle, Stella, a 19 ans et est accusée du meurtre de Christopher Olsen, 32 ans, et riche homme d'affaires. A ce titre, elle est emprisonnée sans que ses parents ne puissent la voir.

Dès lors, nous plongeons dans leur quotidien, intimité, souvenirs. Le roman est construit en trois parties, dont chacune voit s'exprimer l'un de ces trois personnages. D'abord Adam, puis Stella et enfin Ulrika. Les chapitres, plutôt courts, voient s’alterner le et leur présent et le passé/leurs souvenirs, selon leur angle de vue. Ainsi des zones d'ombre s'éclairent, des comportements prennent sens, des mensonges/cachotteries sont découverts. La construction est rythmée et addictive et l'on se représente très bien les évènements, les différents personnages, jusqu'aux secondaires, voire plus. Et de se dire que nous ne sommes à l'abri de rien, de personne. De nombreuses références (suédoises surtout) parsèment les pages. L'écriture et la lecture sont très agréables et il me tarde d'y retourner.

3/ Que vais-je lire ensuite?

Girl. Edna O'BRIEN. Editiosn Sabine WESPIESER, 5 septembre 2019

Présentation de l'éditeur:

Le nouveau roman d’Edna O’Brien laisse pantois. S’inspirant de l’histoire des lycéennes enlevées par Boko Haram en 2014, l’auteure irlandaise se glisse dans la peau d’une adolescente nigériane. Depuis l’irruption d’hommes en armes dans l’enceinte de l’école, on vit avec elle, comme en apnée, le rapt, la traversée de la jungle en camion, l’arrivée dans le camp, les mauvais traitements, et son mariage forcé à un djihadiste – avec pour corollaires le désarroi, la faim, la solitude et la terreur.
Le plus difficile commence pourtant quand la protagoniste de ce monologue halluciné parvient à s’évader, avec l’enfant qu’elle a eue en captivité. Celle qui, à sa toute petite fille, fera un soir dans la forêt un aveu déchirant – « Je ne suis pas assez grande pour être ta mère » – finira bien, après des jours de marche, par retrouver les siens. Et comprendre que rien ne sera jamais plus comme avant : dans leur regard, elle est devenue une « femme du bush », coupable d’avoir souillé le sang de la communauté.
Girl bouleverse par son rythme et sa fureur à dire, à son extrême, le destin des femmes bafouées. Dans son obstination à s’en sortir et son inaltérable foi en la vie face à l’horreur, l’héroïne de ce roman magistral s’inscrit dans la lignée des figures féminines nourries par l’expérience de la jeune Edna O’Brien, mise au ban de son pays pour délit de liberté alors qu’elle avait à peine trente ans.
Soixante ans plus tard, celle qui est devenue l’un des plus grands écrivains de ce siècle nous offre un livre d’une sombre splendeur avec, malgré tout, au bout du tunnel, la tendresse et la beauté pour viatiques.

« Par un extraordinaire acte d’imagination, nous voici transportés dans l’univers intérieur d’une jeune fille violée et réduite en esclavage par les djihadistes nigérians. Elle leur échappe et, avec acharnement et ténacité, entreprend de reconstruire sa vie brisée. Girl est un livre courageux sur une âme courageuse. » J. M. Coetzee.

1er janvier et le thème Épiphanie

Et de présenter plusieurs albums comme La première Galette des Rois; La Befana; Roule Galette; Une histoire de galette et de Roi

***

 

Sophie Hérisson s'est associée à @lmetcie pour proposer un nouveau challenge photo sur Instagram, auquel je me suis inscrite (bien sûr ai-je envie d'écrire^^)

A voir si l'inspiration suit ;-)

Pour finir, je vous mets le lien de l'article publié la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Je suis comme vous : j'ai plein de livres en cours et papillonne presque ^^, mais l'un d'eux me captive récemment quand même (enfin), c'est Les 8 bonheurs du chat qui est un vrai petit régal à déguster.
Une famille presque normale me fait de l'oeil ;-)
Belle soirée et bonne semaine !
Répondre
B
Oui parfois il est difficile d'accrocher sa lecture! Régalez-vous bien avec ce livre ;-) Le titre donne envie!
Belle semaine à vous aussi Nancy <3
N
"Girls" me tente bien malgré un sujet difficile...
Mais je sens que je ne vais pas beaucoup lire dans le mois qui vient : recensement oblige !!
Répondre
B
Il faut ce qu'il faut disons ;-)