American History X – 1998 (Film)

Publié le 19 Février 2021

American History X
 
Avec: Edward Norton (Derek Vinyard) ; Edward Furlong (Daniel Vinyard) ; Beverly D'Angelo (Doris Vinyard) ; Avery Brooks (Docteur Bob Sweeney) ; Jennifer Lien (Davina Vinyard) ; Ethan Suplee (Seth Ryan) ; Stacy Keach (Cameron Alexander) ; Fairuza Balk (Stacey) ; Elliott Gould (Murray Rosenberg) ; Guy Torry (Lamont) ; William Russ (Dennis Vinyard)

Pour la petite histoire (extrait de l'article de Wikipédia): "Joaquin Phoenix devait incarner Derek Vinyard mais refusa car il n'aimait pas l'histoire. Edward Norton refusera de jouer dans Il faut sauver le soldat Ryan de Steven Spielberg pour incarner le rôle. Marlon Brando était le premier choix pour incarner Cameron Alexander avant que le rôle ne revienne à Stacy Keach. Paul Mazursky devait quant à lui, incarner Murray Rosenberg."

Réalisé par : Tony Kaye et Alan Smithee (pseudonyme américain indiquant le mécontentement du réalisateur sur son film,. Ici Tony Kaye a voulu faire retirer son nom, suite aux nombreuses réécritures du scénario exigées par Edward Norton et Edward Furlong. C’est Edward Norton qui s’est chargé du montage final). 

Scénario : David McKenna

Genre : Drame
Nationalité : Américaine
 
Sortie américaine : 30 octobre 1998
Sortie française : 3 mars 1999
Durée : 119 mn
 
Thèmes : Etats-Unis, Racisme/Xénophobie/Suprémacisme, Endoctrinement, Prison, Famille
 
Bande annonce en VO

Résumé :

Venice Beach, Californie

Le film commence en noir et blanc, de nuit, lorsque trois Noirs viennent braquer une voiture devant une maison.
Réveillé par le bruit, un jeune ado (Danny) va prévenir son grand frère (Derek) qui aussitôt sort, abat l’un d’eux au pistolet, course sans succès le troisième, avant de revenir vers le deuxième qu’il tue brutalement.
La police arrive dans la foulée, l’appréhende et l’embarque. 
Le sourire aux lèvres, il regarde fièrement son jeune frère dans les yeux, pendant que sa mère et ses sœurs hurlent.

Trois ans plus tard et en couleurs, au lycée, devant et dans le bureau du Principal Sweeney (un homme de couleur).
Danny est convoqué après avoir rendu à son professeur d’histoire un devoir torchon faisant l’éloge de Mein Kampf d’Adolf Hitler. Sweeney, qui a été le professeur de Derek auparavant, l’informe qu’il sera désormais le sien et nomme son cours « American History X » avant de le sommer de rédiger une dissertation sur son frère, l’image qu’il a de lui et son influence sur lui.

C’est aussi ce même jour que Derek sort de prison, après avoir purgé une peine de "seulement" trois ans. Elle aurait été bien plus lourde si Danny avait témoigné.

Ainsi se déroule le film, entre passages du passé en noir et blanc et moments du présent en couleurs. Lorsque Danny est fasciné par l’aura que dégage son frère et ses conséquences sur le présent, puis lorsqu’il l’écoute lui raconter la cruelle expérience et désillusion de la prison, montrée par flashbacks, et la rédaction de son devoir.

Ainsi nous sont restitués quelques moments idéalisés de la vie de famille, insidieusement nourrie d’haines raciale et sociale, avant que Dennis Vinyard, pompier, ne soit tué par un dealer noir alors qu’il tentait d’éteindre un incendie dans un ghetto de Los Angeles. 
Jeune en déroute, avide de vengeance, Derek fait siennes des théories suprémacistes blanches, amalgame de toutes sortes de raccourcis, haines et rancœurs, favorisé par des détresses émotionnelles, le déterminisme social et l’envie d’exister. Haine des Noirs, haine des Latinos, antisémitisme, extrémisme, intolérance, insécurité, etc.

Derek devient rapidement le bras droit, armé et violent, de Cameron Alexander, chef d'un gang de rue néo-nazi appelé le « D.O.C. » (Disciples of Christ), appartenant sans nul doute au Ku Klux Klan, sans qu’il ne soit jamais explicitement nommé.
Intelligent, charismatique, Derek embrigade nombre de jeunes gens paumés, fascinés par ces théories de domination. A commencer par son jeune frère. Ils mènent ici ou là des expéditions punitives, défient les jeunes Noirs pour l’occupation du terrain de basket municipal...

American History X – 1998 (Film)
American History X – 1998 (Film)
American History X – 1998 (Film)
American History X – 1998 (Film)
American History X – 1998 (Film)
American History X – 1998 (Film)
American History X – 1998 (Film)
American History X – 1998 (Film)

Est-ce que ce que tu as fait t’a rendu la vie meilleure ?

J’ai regardé ce film à sa sortie au cinéma en 1999. 
Je l’ai revu plusieurs fois ensuite (en fermant les yeux sur certaines scènes). A chaque fois, il m’a marquée et bouleversée. Les prestations d'Edward Norton et d'Edward Furlong sont aussi magnifiques, que dérangeantes, justes et émouvantes. Le passage de la couleur au noir et blanc, la voix off de Danny, rendent ce film encore plus percutant.

C’est suite à une conversation avec ma fille sur les origines et détournements (malheureux) de la svastika (symbole positif très utilisé en Asie, en Inde particulièrement chez les Bouddhistes, représentant le dieu Ganesh, ou représentant l’éternité en Chine) que nous avons regardé ce film (je lui ai demandé de fermer les yeux à certains moments) et discuté de son impact aujourd’hui.
Daté ou encore trop actuel ? Pour nous, il n’y a malheureusement pas de doute sur le fait que ce film et ce qu’il montre résonne encore de trop aujourd’hui. Cette violence et sa banalisation, cet embrigadement, cette fatalité, il semble tellement impossible d’en sortir. Pourtant, une société basée sur la haine ne peut avancer.

L’avez-vous vu ? A sa sortie, récemment ?
Qu’en pensez-vous ?

Je pense que le moment est venu de vous dire ce que j'ai appris, d'en tirer une conclusion, non ? Et bien ma conclusion c'est que la haine est une saloperie ! La vie est trop courte pour passer son temps à avoir la haine ! Ça n'en vaut pas la peine. Derek dit toujours que c'est bien de terminer un devoir par une citation, il dit que quelqu'un a déjà dû en faire une bonne, si on ne peut pas faire mieux, autant la lui emprunter carrément ! J'ai choisi celle-là et j'espère qu'elle vous plaira :

« Nous ne sommes pas ennemis, mais amis ! Nous ne devons pas être ennemis. Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l'affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu'on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu'il y a de meilleur en nous. »

Voix de Danny citant Abraham Lincoln

Ce billet participe à l'African American History Month d'Enna.

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Missycornish 24/02/2021 20:41

Je ne l'ai pas vu mais a l'air en effet marquant. J'adore Edward Norton. Je vais essayer de le trouver. Merci!

Blandine 25/02/2021 17:58

Edward Norton <3 (et sa prestation dans Fight Club sorti la même année est tout aussi époustouflante!) Accroche-toi car certaines scènes sont vraiment dures, mais ça reste un film qu'il faut voir!

Enna 19/02/2021 22:08

C'est le genre de film qui me fait un peu trop peur mais qui pourtant est essentiel! merci de ta participation

Blandine 20/02/2021 01:06

Vraiment, il est à voir, même s'il est violent dans les gestes comme dans les mots. Il est nécessaire je crois.