La femme noire qui montra le chemin de la liberté. Harriet Tubman. Eric SIMARD – 2016 (Dès 9 ans)

Publié le 25 Juillet 2017

La femme noire qui montra le chemin de la liberté.

Harriet Tubman

Texte d’Eric SIMARD

Illustrations de Yann TISSERON

Oskar Editeur, collection "Histoire et Société, Résistantes et Résistants", novembre 2016.

82 pages

Dès 9 ans

Thèmes : Condition des Noirs, esclavage, Ségrégation, Etats-Unis, liberté.

 

Il est important, nécessaire, essentiel de rappeler et de transmettre, sans cesse, le combat de tous ceux qui ont œuvré pour l'égalité et la liberté de tous.

Je ne connaissais pas Harriet Tubman, surnommée « La Moïse du peuple noir » « parce qu'elle libérait les siens comme Moïse avait libéré son peuple ».

 

Grâce à ce roman assorti d’un documentaire j’ai pu la connaître et savoir quels furent sa vie et ses combats.

 

Pour nous les raconter, Eric Simard a opté pour un narrateur bien original, né d’un choc violent, oui, mais qui l’a révélée à elle-même, lui faisant avoir des visions (moses sur le compte de Dieu) et qui fut certainement le « symbole de sa vie ». 

 

Née esclave vers 1822 dans l’Etat du Maryland, Araminta Ross, de son vrai nom est louée comme domestique puis travailleuse aux champs avant de savoir que les Noirs ne subissent pas le même sort partout.

 

En écoutant son entourage, la jeune Harriet découvrait que l’esclavage n’était pas une fatalité pour les Noirs.
Certains, même, se rebellaient. On lui parlait de révoltes sanglantes, de propriétaires blancs tués par des esclaves qui avaient ensuite été durement châtiés. Elle apprit que dans le Etats situés au nord, les Noirs ne subissaient pas la violence des Blancs. Leur corps n’était pas un champ de cicatrice. Ils pouvaient travailler avec qui ils voulaient, contre rémunération, et même se déplacer où ils voulaient. Ils étaient libres. Mais comment rejoindre cette « Terre promise » ?

Page 12-13

Elle apprend alors l’existence d’un réseau appelé « Chemin de fer clandestin » organisé par des Blancs et des Noirs libres.

Résolue à l’emprunter malgré l’opposition de son mari, elle réussit à s’enfuir en Pennsylvanie en 1849.

Dés lors, devenu elle-même « conductrice », elle n'a eu de cesse de prendre des risques considérables, mais nécessaires malgré une santé difficile, pour sauver le plus de Noirs possibles, qu’ils soient inconnus ou de sa famille.

Et en les emmenant toujours plus loin, jusqu’au Canada.

Harriet a également participé à la Guerre de Sécession, en tant qu’éclaireuse, où elle a été surnommée « général Tubman » !

Après la guerre, elle a témoigné de son combat dans deux livres (1869 et 1886), dans des conférences et est devenue propriétaire terrienne.

Elle s'est éteinte le 10 mars 1913, peu après la naissance d'une certaine Rosa Parks...

 

Le texte est clair et est assorti d’un glossaire, la mise en page est aérée et allégée grâce aux dessins de Yann Tisseron.

 

La seconde partie de ce livre est composée d’un documentaire « Ouverture sur le monde » très intéressant (malgré une coquille sur une date). Il nous présente une carte, une chronologie, des destins, mais aussi tout ce qui a fait cette époque d'un point de vue politique, culturel, artistique, sociétal aux Etats-Unis mais aussi dans le monde.

Il nous permet de vraiment recontextualiser et remettre en perspective cette pratique de l’esclavage.

Sans cesse en mouvement, Harriet Tubman n’eut de cesse d’agir pour la Liberté.

Son destin est exceptionnel, exemplaire et inspirant.

Comment n’être pas subjugué par sa détermination, sa force de caractère et sa volonté?

En avril 2016, le gouvernement Obama a décidé que le visage d’Harriet Tubman figurerait bientôt sur le billet de 20 dollars. Pour la première fois, une personnalité noire sera représentée sur un billet américain.

Page 65

L’idée est belle mais la réalisation encore lointaine (si elle n’est pas annulée d’ici là) : le graphisme devrait être dévoilé en 2020 et l'impression est prévue pour 2030 ! CLIC

Depuis 1990, sous l’administration Bush (père), sa mémoire est mise à l’honneur via une journée annuelle de célébration, le 10 mars, jour de sa mort.

En 2012, son combat a été distingué pour la Journée Internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, le 25 mars, et dont le thème a été : Honorer les héros, les résistants et les survivants.

Elle a été choisie avec Zumbi dos Palmares, et un troisième esclave anonyme que l’on voit sur l’affiche.

 

« Ils se souviendront du fait que nous avons été vendus mais pas de notre force. Ils se souviendront du fait que nous avons été achetés mais pas de notre courage. »

William Prescott, ancien esclave, faisait cette déclaration en 1937

Merci à l’opération Masse Critique de Babelio et à Oskar Editeur pour ce roman !

 

 

 

Pour lire et découvrir d’autres ouvrages sur l’esclavage, quelques autres chroniques du blog :

 

Ce roman participe au « Petit Bac 2017 » d’Enna pour ma 5e ligne, catégorie Sphère familiale ainsi qu’au Challenge « 1% Littéraire 2016 » de Sophie Hérisson (42/18)

 

 

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

Repost 0
Commenter cet article

Nancy 30/07/2017 11:34

Oh quel coup de cœur, il faut que je trouve ce roman <3

Blandine 30/07/2017 20:48

Oui il vous plairait. Oskar a édité un autre titre, presque similaire, sur Rosa Parks, que j'aimerais lire!

Nathalie 25/07/2017 17:53

Je l'ai acheté pour la bib celui-ci ! Mais je n'ai pas encore pris le temps de le lire...

Blandine 30/07/2017 20:46

Je t'y encourage! Il est rapide, intéressant et le dossier est très complet! J'aime beaucoup cette collection

kiona 25/07/2017 15:12

Merci pour cette découverte! Bonne journée! :-)

Blandine 25/07/2017 15:19

Je t'en prie! Belle journée à toi aussi :-)

Pauline 25/07/2017 08:21

Nous avons publié notre article le même jour dis donc !! J'ai beaucoup aimé cette lecture :-)

Blandine 25/07/2017 11:39

Extra! Oui moi aussi! je file lire ton article