La tresse. Laetitia COLOMBANI - 2017

Publié le 30 Mai 2020

La tresse

Laetitia COLOMBANI

Editions Grasset, mai 2017

224 pages

Thèmes : Condition féminine, famille, épreuves, liens

Lecture Commune avec Nathalie, Hilde, Kiona, Mya.

 

Smita vit en Inde, dans le village de Badlapur, province de l'Uttar Pradesh. Elle est une Dalit, une Intouchable. Une condition jugée inférieure et impure, et destinée à le rester. Mais Smita ne peut plus, ne veut plus et pour sa fille Lalita, elle est prête à tout pour en sortir et fuit. Son parcours sera riche de rencontres et de sens.

Giulia a vingt ans, est sicilienne, et vit à Palerme. Elle travaille dans l’atelier de son père, créé par son grand-père, qui reprend la tradition de la cascatura: garder les cheveux tombés ou coupés pour en faire des perruques. Entre coutumes et modernisation, entre pertes et rencontre, Giulia va devoir agir sans trahir.

A Montréal, Sarah est maman de trois enfants de deux pères différents, divorcée et est avocate. Elle est associée dans son cabinet. Une position qui lui a coûté de nombreux sacrifices, des heures de travail à n'en plus finir. Elle a compartimenté sa vie de manière stricte et rien ne doit déborder des cases qu'elle a institué. Pas même lorsqu'on lui diagnostique un cancer du sein. Malédiction de famille et des origines. Mais dans ce milieu de requins dans lequel elle évolue, toute faiblesse ou jugée telle, est un atout et même une arme pour un autre.

Trois femmes.

Trois âges de la vie.

Trois conditions maritales et sociales différentes.

Trois combats.

Trois continents, trois pays, trois manières de vivre opposées et pourtant, un lien.

Ténu, fragile, qui se dévoile progressivement, qui se renforce au fil des chapitres et des voix qui s'entremêlent et se tressent, pour devenir, solide, évident, presque magique et bien tenu en place par une voix off qui entrecoupe leurs histoires.

Ce lien est d'autant plus beau que chacune ignore tout des deux autres et de ce qui va les lier et que la fin reste ouverte (j'aime!). Alors que nous, lecteurs, y assistons, discrets.

La vie rapproche parfois les moments les plus sombres et les plus lumineux. Elle prend et donne en même temps.

Autour d'elles, Lætitia Colombani nous restitue leur contexte de vie.

Celui de Smita est effrayant, révoltant. Les coutumes indiennes à l'égard des Intouchables d'abord, des femmes ensuite (et pire lorsqu'elles sont veuves) sont atroces. Elle rencontre plusieurs personnes, connaît différentes situations qui nous transportent dans son pays.

Giulia navigue entre deux eaux. Elle est sans cesse tiraillée par ce qui se présente à elle , entre la fin et le commencement, entre l'héritage et l'émancipation, entre l'ici et l'ailleurs. Elle vit en même temps deux évènements opposés, dans la douleur comme dans le merveilleux.

 

Quant à Sarah, elle représente tout ce que j'honnis dans notre monde : la carrière, l'ambition, le paraître, les coups bas, l'écrasement de l'autre pour son propre profit, son propre prestige, au détriment de soi, de sa famille, du Bien et du Beau. Des valeurs jugées faibles même si Sarah semble être aussi attentionnée dans sa vie privée que cruelle dans sa vie professionnelle. Son épreuve lui apporte humilité et humanité et lui permet de recentrer ses priorités.

Elle, qu'on imagine privilégiée, plus à l'abri, se retrouve être aussi fragile, aussi exposée, aussi démunie que les autres. Peut-être même davantage en raison des illusions que l'argent et son statut lui ont donné.

In fine, l'amour et la famille sont bien tout ce que l'on désire en ce monde (et là je fais un clin d’œil au roman de Joseph Incardona, La soustraction des possibles, auquel la vie de Sarah m'a de nombreuses fois renvoyée!)

Insatiable lectrice, elle aime l'ambiance des grandes salles tapissées de livres, que seul le bruissement des pages vient troubler. Il lui semble qu'il y a là quelque chose de religieux, un recueillement quasi mystique qui lui plaît...

La Tresse est un roman qui se lit vite et bien, et dans lequel on plonge instantanément, s’immisçant dans les vies de ses personnages, ressentant leurs émotions, leurs douleurs, leurs joies. Le procédé choral, que j'aime beaucoup, est idéal pour cela et suscite attachement, attente et interrogations.

Bien sûr, au fil des pages et des récits, on voit le lien se dessiner, se tendre. Mais qu'importe, le tout est beau, bien construit, fort de sens.

 

J'ai aimé l'écriture de Lætitia Colombani, fluide et pleine de douceur, même pour décrire le laid, pleine d’empathie pour ses personnages qui se transmet à nous. Sous une apparente légèreté de ton, elle nous décrit la condition féminine de par le monde et les différentes formes d'assujettissement subies par les femmes, comme le poids des traditions, les valeurs sûres, le métissage, et le fait de devoir quitter/partir.

 

Une fois refermé, son roman dégage beaucoup de lumière, d'espoir, de paix même.


 

Qu'en ont pensé Nathalie, Hilde, Kiona, Mya (album jeunesse)? Allons découvrir leurs avis 

Ce roman participe au Challenge d’Hilde « Les Étapes Indiennes »; au « Petit Bac 2020 » d’Enna pour ma 6e ligne, catégorie Objet; ainsi qu’à l'Objectif PAL d'Antigone.

Les étapes indiennes Vivrelivre
Petit Bac 2020 Vivrelivre

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Caro 09/06/2020 22:28

Bien aimé ce roman, qui se lit vraiment facilement. On s'attache bien aux personnages en plus !

Blandine 10/06/2020 09:57

Exactement! Personnages attachants et thèmes forts!

MyaRosa 04/06/2020 09:04

Il faut absolument que je lise le roman. J'espère pouvoir le faire cet été. Je n'arrive pas à suivre, en ce moment. En tout cas, ton avis donne envie !

Je te souhaite une belle journée ensoleillée.

Blandine 04/06/2020 10:31

Merci Mya. Oui, il y a des moments ainsi et le contexte n'aide pas - pour ma part, je n'ai quasi rien lu de tout le confinement... La tresse est un roman dans lequel on entre facilement, j’espère que tu arriveras à le lire car il vaut la lecture!
Belle journée à toi Mya et bon courage!

Nathalie 30/05/2020 14:24

Il m'a bien plu aussi !

Blandine 31/05/2020 16:25

:-)

FondantGrignote 30/05/2020 12:00

C'est vrai, ça m'a fait la même impression de lumière ! :-)

Blandine 31/05/2020 16:25

;-)

Antigone 30/05/2020 11:41

Je n'ai toujours pas lu ce titre (depuis le temps) ! ;)

Blandine 31/05/2020 16:24

S'il est dans ta PAL, fais le remonter ;-) Il se lit très vite et très bien!

Hilde 30/05/2020 10:38

J’ai passé un très bon moment de lecture, c’est vrai que ça se lit vite. Ces trois femmes font face aux difficultés avec force et courage. C’est plein d’espoir et ça fait du bien. J’aurais juste aimé suivre encore Smita et Lalita à Chennai, voir leur arrivée, l’accueil des cousins.

Blandine 31/05/2020 16:24

C'est vrai que rester avec elles nous aurait permis de savoir mais j'aime bien les fins ouverte et imaginer... Donc cela me va. Je trouve beau aussi ce don anonyme et désintéressé.

Nancy 30/05/2020 10:31

Je l'ai énormément aimé et cela me donne envie de le relire... Il est à la fois poignant, sensible et réaliste. Et quel merveilleux "tressage" de ces trois vies réalisé par l'autrice !
Doux week-end, Blandine <3

Blandine 31/05/2020 16:21

C'est exactement cela! Un roman fort de sens!
Beau dimanche à vous Nancy!