Le carnet de Théo. Tome 1. Dans ma bulle. Eléonore CANNONE et Sinath. (Dès 12 ans)

Publié le 29 Octobre 2014

Le carnet de Théo

Tome 1

Dans ma bulle

Texte d’Eléonore CANNONE et illustrations de Sinath

Editions Rageot, septembre 2012.

299 pages.

Dès 12 ans.

Thèmes abordés : Adolescence, collège, manga, amitié.

Nous sommes prévenus.

Dès la première page.

Nous avons entre les mains un journal intime, qu’il est, bien sûr, défendu de lire.

Une petite voix maligne interroge Théodora : pourquoi en écrire un alors?

-(...)puisque c’est un truc de filles à deux balles ?
-Sauf que ce dernier n’a rien à voir avec un journal intime version kawaï. On est loin du calepin rose bonbon avec paillettes et cadenas scintillant. C’est un carnet d’impressions, un carnet de réflexions.
En plus, je compte scanner mes meilleurs dessins et les y insérer. Un genre de tableau de bord, quoi !

page 11

Le décor est planté ! Théodora, qui préfère être appelée Théo, est l’auteure et l’illustratrice de ce journal numérique dans lequel elle consigne son quotidien, ses doutes et espérances. Au fil des pages, cette collégienne en classe de 3e se dévoile, à la fois banale et si atypique.

Théo n’a rien d’une lolita. Elle cultive son look androgyne, aux frontières du gothique, éternel jean troué, coiffure courte avec grande mèche, aussi noire que sa peau est claire. Bagues aux doigts, tennis aux pieds, elle détonne dans son collège privé et religieux de la banlieue ouest parisienne.

Elle est casanière, solitaire sans être asociale, mais préfère la compagnie de ses jeux vidéos et mangas à celle des humains. Seuls quelques-uns ont ses faveurs. Son meilleur ami, Samuel, qui est tout son inverse, Leandro, le fils de Rosario, sa deuxième mère comme elle l’appelle, et que ses parents emploient.

Ses parents ! Soit en train de se disputer ou éternels absents, si absorbés par leur travail pour ne pas avoir à se voir, à la voir. Ni à se souvenir… Un secret en filigrane...

Son univers, sa bulle, c’est sa chambre, où elle dévore des mangas de tout genre. Univers dans lequel elle s’immerge et s’identifie. Tout son journal est empreint de culture japonaise.

Que ce soit dans le nom de son chat (Kyô), les surnoms qu’elle donne à certaines personnes de son entourage (Inukaï, Yukino, …), références de mangas (récents ou plus anciens), mangakas, personnalités nippones diverses, coutumes qu’elle observe… Tous les termes ou références sont regroupés dans un lexique à la fin du livre. Personnellement, j’aurais préféré des notes de bas de page, qui évitent d’avoir à fréquemment le manipuler.

Son journal est parsemé de dessins mangas, ce qui malgré le nombre de pages, en fait une lecture très rapide! Car le but de Théo est de devenir mangaka Et ce n’est certainement pas par hasard, que sa route croisera celle d’Ishiguro Takeshi. A défaut d’aller voir la psy que ses parents veulent, elle va le voir lui. Ils discutent, échangent, boivent du thé en silence. Peu à peu, il l’aiguille et l’aide à se découvrir. Il est dommage que ce soient toujours les mêmes alors que l’on suit les progressions, les doutes et observations de Théo.

-(…) Comme vous me l’avez conseillé, je me suis lancée dans un vrai projet. Je n’ai pas encore d’histoire, ni rien… mais bon… euh… voilà… j’ai commencé par dessiner mon personnage principal. Cette semaine, je compte m’attaquer aux personnages secondaires.
- Déjà ?
- Ben ouais… ai-je hésité.
- Mais votre personnage principal… que fait-il ? Comment- s’appelle-il ? Quel est son but ?
-Euh… Pour l’instant, je n’en ai aucune idée, ai-je reconnu.

Page 96.

Seule la musique détonne ! Son style, c’est principalement le rock ! U2, Oasis, Red Hot Chili Peppers, Nirvana…

Des valeurs sûres grâce auxquelles le lecteur s’identifie et s’attache au personnage de Théo. La liste de ses morceaux choisis clôt le livre.

J’en écoute d’ailleurs pendant que je vous écris cet article, et plusieurs morceaux, ou groupes, me ramènent à ma propre adolescence !

Chaque mois ouvre un nouveau chapitre, avec son nom traditionnel japonais et une nouvelle référence musicale, les jours ne sont pas indiqués par leur nom mais par le symbole des planètes.

J’ai trouvé cette lecture attractive et positive.

Les bulles de Théo ont un triple sens. Son univers donc, la référence à la bulle des mangas qui fait parler les personnages, et bien sûr cette période de la vie où les ados se renferment, d’où l’expression « être dans sa bulle ».

Les maux (et mots) de l’adolescence, ses questionnements et doutes, la recherche d’identité (double pour Théo), de vérité, et de sens sont très bien effleurés, évoqués, sans entrer dans le pathos, le rejet ou la violence des mots ou attitudes.

Théodora est intelligente, elle adore les sigles, a de l’humour et sait se sortir de situations délicates, même si elle les provoque parfois !

Elle sait surtout qu’elle doit travailler pour parvenir à ce qu’elle veut. Elle ne ménage pas sa peine dans ses devoirs et révisions, qui l’amènent à découvrir Francis Bacon, par exemple, et à obtenir ce qu’elle désire.

Elle est un personnage attachant qui résonne en nous ! Je n’ai qu’une hâte, lire le tome 2 de son journal, Chacun son style. Une 3e tome est sorti à l'automne 2013.

Livre lu dans le cadre d’une Lecture Commune avec Liyah du blog les Lectures de Liyah, dont l’article se trouve ici !

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

Repost 0
Commenter cet article

Bidib 02/11/2014 18:46

ça me fait plaisir de lire cette chronique ! J'avais découvert ce titre lors de la rédaction sur les light-novel en France. Et il me tentais bien, mais je n'avais aucun retour alors j'hésitez un peu. Ton avis me donne encore plus envie de le lire :)

Bidib 02/11/2014 22:23

Merci, je vais aller voir ça

Blandine 02/11/2014 21:03

Waouh! Super Bidib! J'ai été lire ton article, super intéressant!
En effet, "le carnet de Théo" pourrait correspondre à la description, et davantage s'il était japonais!
Voici quelques liens glanés sur internet mais qui ne le qualifient pas, ou ne le rangent pas dans un genre particulier. Il est d'ailleurs "hors collection" chez Rageot! http://www.livre-attitude.fr/blog/interview-de-sinath/
http://www.rageot.fr/wp-content/uploads/2012/06/presse_theo.pdf

Il te plaira, pour sûr ;-)

Bidib 02/11/2014 19:32

pour répondre à ta question, je me permet de partager un lien vers une de mes vieilles chroniques : http://mapetitemediatheque.fr/2012/09/light-novel-en-france/
Pour faire cour le light-novel est une sorte de roman jeunesse japonais et bien que "le carnet de Théo" soit français, il me semblait qu'il correspond à la définition light novel

Blandine 02/11/2014 19:05

Merci beaucoup Bidib ;-)

Fonce! cette lecture fait du bien et change des récits où les ados, mal dans leur peau font et se font du mal de quelque manière que ce soit!
euh, question bête, qu'est-ce qu'un light-novel?

Liyah 29/10/2014 22:40

Je suis contente que tu ai aimé ta lecture tout autant que moi. C'était vraiment un chouette livre ! J'ai adoré ! En lisant ta chronique, je me rends compte que j'ai oublié certains points dans la mienne ! ;-)
En tout cas si tu veux qu'on lise le tome 2 ensemble, ce sera avec plaisir pour moi !

Blandine 29/10/2014 23:02

Merci beaucoup :-)
J'ai eu également le même sentiment que toi en lisant la tienne ;-) Je crois que c'est normal, certains aspects nous parlent plus que d'autres en fonction de notre histoire!

C'est parti pour le tome 2, enfin, laisse-moi juste le temps de l'acheter ;-) (je sais que tu l'as déjà!)