C'est lundi, que lisez-vous? #326

Publié le 14 Décembre 2020

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUM

Les Objets de Noël ont la parole! Textes et paroles de Laetitia GUYADER, Laurent PRADEAU. Illustrations d'Amélie JACKOWski. Editions Belin Jeunesse, octobre 2011

Que serait Noël sans son calendrier de l'Avent, son sapin, ses guirlandes, sa bûche, la belle table que l'on dresse pour le Réveillon, la liste de cadeaux (ou Lettre au Père Noël), ses cadeaux, la Galette des Rois? Tous ces petits et grands objets, tous ces petits rituels qui, chaque année, se créent, se répètent, se perpétuent, se transmettent, sont et font Noël, font son charme et sa spécificité.

Aussi, il était temps qu'ils aient la parole et nous décrivent ce qu'ils sont et font! Les textes imaginés se font comptines, chansonnettes, poèmes, et sont écoutables sur le CD joint à l'album. Chacune est illustrée par un crayonné plein de douceur. Et même si j'avais imaginé que les textes se feraient plus humoristiques, j'ai été conquise (et mes garçons avec) par ces petites présentations.

ROMAN ADO

Le jour où je suis mort, et les suivants. Sandrine BEAU. Editions Alice Jeunesse, collection "Tertio", octobre 2020

Lenny, Saphir, Biscotte, Esteban, trois garçons, un homme. Un roman choral pour remonter le temps et nous raconter, petit à petit, avec pudeur, honte, culpabilité, colère, rage, désespoir et courage ce qui leur est arrivé. Tous ont subi des violences sexuelles de la part de personnes devenues proches et en qui ils avaient confiance, et leur famille avec. Cette confiance, cette gentillesse dont on ne pourrait, dont on ne saurait se méfier. Le monde est déjà si dur, alors si l'on se méfie de la gentillesse, de la disponibilité, de l'entraide, que reste-t-il? Comment vivre?

Et pourtant... Le sordide se cache derrière les sourires, derrière l'amitié, derrière la confiance. Le terrible se lit dès le titre.

Tous parlent d'avant, de ce qui a été, de la gentillesse feinte, des gestes si banals mais pas du tout anodins, du point de bascule, de la spirale, et de l'après... Un roman choral qui use de différentes formes narratives propres à chacun: l'emploi du "je" ou du "il", d'un journal intime pour un autre, ou un retour en arrière de plusieurs années. Autant de moyens d'expressions, de temporalités, que d'individus. Différents sentiments, différents reculs quant aux évènements et manières d'agir en conséquence.

Sandrine Beau a déjà écrit sur la violence faite aux enfants (La porte de la salle de bains), et son écriture est aussi délicate, pudique que sans ambages... Son écriture me va droit au cœur, j'ai été émue, glacée, j'ai fini le roman en larmes. La fin n'est pas triste, au contraire, elle est libératrice, espérante, inspirante. Pour qu'il n'y ait plus de silences, pour que la honte et la culpabilité changent de camp.

BD / MANGA

Les vacances de Jésus & Bouddha. Tome 2. Hikaru Nakamura. Éditions Kurokawa, 2011

La couverture de ce deuxième tome donne le ton: Neige, rires, festivités, Noël, Nouvel An... Et j'ai adoré! A nouveau, le manga est formé d'historiettes à la fois indépendantes et qui se suivent.

Nous sommes donc au moment de Noël, donc de l'anniversaire de Jésus, et Bouddha voudrait le lui souhaiter sans que Jésus ne se doute de rien, il lui offre un bento dont la nourriture forme un tableau que Jésus s'empresse de mettre sur son blog, ce qui déplaît à Bouddha qui estime cette œuvre, de par sa nature alimentaire, éphémère. Bouddha attrape la grippe et doit aller à l'hôpital, Jésus  se met en tête de s'occuper de lui... ce qui avive les craintes (justifiées) de Bouddha. Le Nouvel An (du Calendrier chinois je suppose) se passe et il est dit que le premier rêve de l'année est de bonne augure... Mais leur rêve à chacun est d'une nature bien terrestre et terre à terre...

Je me suis à nouveau régalée avec ces deux personnages. Bouddha est toujours aussi sage et pondéré et Jésus si désinvolte et maladroit. Les détournements des fêtes, croyances et traditions sont très bien trouvés, forts de jeux de mots. Et derrière l'humour, se trouve retranscrit un peu du contexte social du pays, avec le prix exorbitants des médicaments lorsqu'on n'est pas assuré, Bouddha qui est très économe (et l'on trouve la réponse quant au choix de leur appartement qui n'a pas de salle d'eau), un quartier dédié aux nouvelles technologies et Bouddha qui veut un autocuiseur pour le riz, quand Jésus rêve d'informatique et trouve son bonheur dans un magasin de cosplay pour ressembler à Johnny Depp.

Vivement que je lise le 3e tome!

Un chant de Noël. D'après l'œuvre de Charles Dickens. Dessin de Tatsuyoshi Kobayashi. Editions Nobi-Nobi, novembre 2019

Un chant de Noël nous raconte comment un vieil homme seul, acariâtre et terriblement pingre changea radicalement de comportement en une nuit. Tout seul? Certes pas! Grâce à la venue de trois esprits, annoncés par son ancien associé, décédé sept ans plus tôt. Et pas non plus à n'importe quel moment de l'année: au moment de Noël! Oui, Noël est magique!

Ce vieil homme s'appelle Ebenezer Scrooge, et vous connaissez certainement son histoire. Pour ma part, je l'ai découverte petite avec Le Noël de Mickey (je crois que nous sommes nombreux ainsi!) et ce n'est que bien des années plus tard que j'ai fait le lien! Et depuis, j'aime d'autant plus ce récit.

Aussi étais-je curieuse de découvrir cette adaptation en manga, dont la collection m'avait plutôt emballée avec celles de Tom Sawyer et Raison et Sentiments. Et l'on retrouve bien l'ambiance du roman de Dickens: le froid de ce Noël, rendu encore plus glacial par l'attitude de Scrooge. Tout est bien retranscrit: les venues des esprits, la frayeur de Scrooge puis ses souvenirs et craintes, jusqu'à sa métamorphose finale. Simplement, je trouve que cela va trop vite, et que donc, par conséquent, ce changement paraît trop facile, trop simple.3 Surtout avec le troisième esprit. Si vous avez vu le film de Disney (Le Drôle Noël de Scrooge), vous savez que cette partie est vraiment très effrayante. Je l'ai trouvée ici très/trop rapide.

Pour conclure, une adaptation que j'ai appréciée malgré sa rapidité, une très bonne première approche de ce conte de Noël qui ne demande qu'à être lu ensuite dans une version plus classique!

 

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Minuit! 12 histoires d'amour à Noël. Collectif d'auteurs américains. Editiosn Gallimard Jeunesse, 2015

Noël, neige et romantisme, voici douze nouvelles de romance ado servies par une magnifique couverture.

  1. Trois, deux, un. Rainbow Rowell: L'amitié est une forme d'amour. Noël permet toutes les folies. Comme celle de passer de l'amitié à l'amour?! Mags et Noël vont s'y risquer. J'ai beaucoup aimé les phrases échangées entre eux.
  2. La dame et le renard. Kelly Link. Un brin de fantastique et de magie pour un amour qui prend son temps, un amour venu d'un autre temps. J'ai eu l'impression d'être dans un conte avec des personnages imaginaires.
  3. Des anges dans la neige. Matt de la Peña. New-York enneigé, une tempête de neige: une ambiance idéale pour que deux êtres se rencontrent. Entre prétextes et omissions, Shy et Haley vont faire connaissance... Une nouvelle et un dénouement assez convenus.
  4. Sapin de solstice. Stephanie Perkins. Dalia est passionnée d'audiovisuel et de cinéma. Pour entrer dans une prestigieuse école (qui lui permettrait aussi de quitter son patelin), elle monte des petites vidéos. Ses amis acceptent souvent de leur prêtter leur voix. Mais là, elle en veut une particulière. Celle du jeune homme travaillant dans la pépinière en bas de chez elle, à l'autre bout du parking. Mais elle n'ose pas lui demander, et à la place, achète un sapin, moche, au rabais, mais un sapin qui lui permet de lui adresser la parole. Comme elle ne peut le porter seule, il lui impose son aide pour l'amener dans l'appartement qu'elle occupe avec sa mère. Un petit appartement dans lequel s'entassent tous les cartons de leur vie d'avant... et où il n'y a aucune place pour de la lumière, alors un sapin... Avec organisation et patience, North réorganise tout ça et libère la parole de Dalia. J'ai beaucoup aimé cette nouvelle qui évoque la place qu'occupent les objets dans nos vies et cœurs, ce qu'ils disent sur nous, et bien sûr, l'historie émouvante de Dalia.
  5. Polaris, c'est là que tu me trouveras. Jenny Han. Nattie vit dans un endroit merveilleux, au milieu d'êtres tout aussi féériques, où chaque jour est fête, ou voué à la fête. Elle vit en Laponie, chez le Père Noël, qui n'est autre que son père adoptif. Un soir de tournée de Noël, en livraison en Chine, en revenant à son traîneau, il a trouvé un bébé. Ne pouvant le laisser, il l'a emmené. Il y a deux ans, il a emmené Nattie avec lui pour qu'elle découvre un peu de la vie des humains. Alors qu'ils étaient en Suède, ou en Norvège, ou en Finlande, un jeune homme s'est réveillé et a aperçu Nattie. Se trouvant sous le gui, ils ont échangé un baiser. Depuis, Nattie n'a pas oublié Lars. Mais pour tout le monde, il est le fruit de son imagination. Et pourtant, elle se rattache à son souvenir, puisqu'elle ne peut aimer l'elfe qui lui plaît tant... Une histoire d'amitié et d'amour presqu'impossible.

La Street - En mode détente. Texte de Cécile ALIX et dessins de Dimitri ZEGBORO. Editions Magnard Jeunesse, octobre 2020

La Street - En mode bolide: Venu de la campagne, Carl s'était immédiatement entendu avec Miel et Orel, tous deux fans de glisse, et qui, avec Carl en fauteuil roulant, allaient former un super trio fan de glisse et de street art, retranchés dans la planque, un hangar d'apparence abandonné juste à côté du terrain vague, et découvert grâce à Oumtiti le mouton nain de Carl.

La Street - En mode rebelle: le hangar appartient malheureusement au propriétaire de l'immeuble où vivent Carl, Miel et Orel, et ce dernier veut le vendre. Les trois amis s'y refusent, mais encore faut-il être en mesure de faire une proposition pour l'éviter. Aussi construisent-ils un projet qui visent à créer du lien local et social, avec une végétalisation de l'espace urbain, un skate park et un lieu d'expression culturelle, par le graf notamment. Et pour les aider, ils trouvent même un sponsor: RCK, un rappeur!

Dans ce troisième tome, le skate park est inauguré, il est magnifique et attire beaucoup de monde, et Clarisse malheureusement, la pimbêche de leur classe qui ne cesse de se moquer d'eux. Bien que sachant faire du roller, son unique ambition est d'avoir un selfie avec RCK. RCK qui propose au trio de participer à sa tournée en Ardèche...

J'aime beaucoup cette série pleine de pep's, de fraîcheur, et d'humour qui évoque l'handicap comme une force avec des possibles, comme pour n'importe qui, qui parle d'engagement, de projets construits, d'optimisme, de cultures classique, populaire et urbaine, et de la ville en des termes positifs. La typographie et la mise en page suivent cela et le texte s'accompagne de dessins, cases de BD, expressions exagérées, ce qui rend la lecture très dynamique. J'aime beaucoup. Mon 11 ans qui a lu ce 3e tome avant moi s'est régalé!

Il me fallait un temps de pause et de légèreté entre le roman de Sandrine Beau et celui de Nancy Guilbert et Marie Colot. Et ce roman est par-fait!

 

Point de fuite. Nancy GUILBERT et Marie COLOT. Gulf Stream Éditeur, collection "Électrogène", 8 octobre 2020

Présentation de l'éditeur:

Mona, lycéenne lumineuse, a tout pour être heureuse : une chouette famille, du talent pour le dessin – passion dont elle veut faire son métier – et depuis peu, un amoureux prévenant et merveilleux. Elle ne remarque pas qu’insidieusement, ce dernier l’enferme dans une étreinte malsaine, transformant son existence en cauchemar. Désormais, face au miroir, les traits tirés, qui aurait cru que Mona ressemblerait un jour à ce tableau qu’elle a tant étudié, celui de la Femme qui pleure ?
Autour de la jeune fille gravitent Marin, son meilleur ami, Lya, voisine dont elle ravive le passé douloureux, Esther, alliée inattendue, et Cassien, poète et témoin de la cruauté humaine sous toutes ses formes. Tous mêlent leurs destins au sien, pour l’aider à s’échapper de cette toile dans laquelle tant d’autres avant elle sont tombées.

Je le commence demain.

3/ Que vais-je lire ensuite?

Quartier libre. Vincent LAHOUZE. Editions Michel Lafon, octobre 2020

Présentation de l'éditeur:

Février 2017, Olivier, éducateur d’une trentaine d’années, assiste à la veillée funèbre d’Ismahane, l’une de ses protégées qu’il connaissait depuis sa plus tendre enfance. Ismahane l’insolente, la libre et charismatique Ismahane, s’est suicidée à la veille de ses seize ans.

Pour lui rendre hommage et pour tenter de comprendre le geste irréparable de celle qui aurait dû avoir la vie devant elle, il décide de mener l’enquête. L’occasion pour lui de revenir sur ses débuts d’éducateur inexpérimenté catapulté dans ce quartier difficile de la banlieue de Toulouse. Un quartier régi par ses propres lois qui vous broie et vous recrache aussi bien qu’il peut vous porter.

Une réflexion bouleversante sur des quartiers où la vie tient de la survie, où la violence côtoie la plus grande humanité. Un livre coup de poing.

Après avoir lu et aimé son premier roman en autofiction, Rubiel e(s)t moi, lire ce deuxième roman est une évidence!

Et sinon?

Le blog fête ses 7 ans et à cette occasion, plusieurs concours se succèdent. Retrouvez-en la liste ICI.

Sur Instagram, concours avec les Éditions Rue de l'Echiquier pour tenter de remporter le livre de recettes Pain zéro déchet de Delphine Pocard, blogueuse culinaire de la cuisine bio de Miss Pat' (dont j'ai déjà parlé plusieurs fois sur le blog suite à la réalisation de ses recettes et pour vous présenter ses livres).

Pour finir, je vous mets le lien des articles parus la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Et surtout, prenez soin de vous!!

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

FondantGrignote 15/12/2020 21:07

Encore de belles découvertes, faites et à venir !! :-) Bisous, bonne soirée ^_^

Blandine 18/12/2020 11:54

Exactement! Des bisous

Nancy 15/12/2020 11:55

Je suis émue de lire votre ressenti sur le roman de Sandrine...
Ce sont des sujets difficiles mais que nous devons aborder, pour que les choses soient dites et sues.
Un joli C'est lundi, en tout cas, encore une fois !

Blandine 18/12/2020 11:53

Merci Nancy ;-)
Dites, sues, pour savoir que ça n'arrive pas à qu'à soi, savoir comment agir et avec qui. Essentiel!
Belle journée!