Traces de la Grande Guerre. Collectif. Dessin de couverture de Dave McKEAN – 2018 (BD)

Publié le 28 Novembre 2018

Traces de la Grande Guerre

 

Collectif d’auteurs et de dessinateurs

 

Traductions d’Astrid BOITEL et Sophie LE STER

 

Éditions On a marché sur la bulle, octobre 2018

 

152 pages

 

Thèmes : Première Guerre mondiale, Histoire, Mémoire, Transmission

La Première Guerre mondiale peut parfois nous sembler de l’histoire ancienne. C’est compréhensible, cent ans, c’était il y a bien longtemps. Cependant, ces récits donnent véritablement vie à la Grande Guerre, ils questionnent les nombreuses façons dont des évènements centenaires continuent à faire écho dans notre monde.

Avant-propos

Quel « meilleur moment » (avec des guillemets !) pour vous présenter cet album que ce dernier mercredi de novembre alors que les manifestations liées au Centenaire s’achèvent et que le « RDV BD de la semaine » se pose chez Moka, qui l’a déjà (si bien) présenté ?!

 

Quel « meilleur moment » pour évoquer les traces qui subsistent encore (et certainement pour toujours) de ce conflit ?!

 

Mais quelles sont-elles exactement ?

Sont-elles seulement physiques ? Cicatrices des terres mutilées, gravées dans la pierre ou érigées vers le ciel ?

Sont-elles désormais des dates dans des manuels d’Histoire, des histoires dans des romans, ou encore des commémorations qui offrent des jours fériés ?

«La grande défaite, en tout, c’est d’oublier. »

Louis-Ferdinand Céline, « Voyage au bout de la nuit » (1932)

 

Non, bien sûr que non !

La Grande Guerre se révèle à nous de multiples manières! En témoignent: l’importante production littéraire de ces dernières années (certes favorisées par le Centenaire) ; les différentes expositions temporaires ; les dons de familles pour La Grande Collecte (et à laquelle j’aurais tellement aimé participer si seulement il y avait eu quelque chose dans ma famille…) ; les initiatives privées (cf les différentes campagnes Ulule tels Chiens Bleus Chiens Gris) ; les jeux pédagogiques (tels Gueule d’Ange) ; mais aussi des objets et même des corps qui se découvrent, que l’on retrouve, au hasard de promenades, travaux ou différents aléas climatiques… (ICI ou LA)

 

Mais n’y a-t-il pas aussi une part d’impalpable, d’inconscient, fruit d’une transmission transgénérationnelle génétique ? (cf articles ICI ou LA)

Comprendraient-ils que la somme inexprimable de leurs souffrances a imprégné à jamais ces terres d’une humanité plus grande encore ?

Une humanité si profonde qu’on peut y ressentir (…) la beauté terrible de la vie, la communion éternelle des morts et des vivants ?

« Toutes ces gares perdues où Elle m’a attendu ». Kris et Juan Diaz Canales

Dans cet album, il y a tout cela.

 

Des auteurs déjà lus sur ce sujet, tels Kris, Maël ou Régis Hautière, et d’autres qui m’étaient inconnus comme Orijit Sen, Joe Kelly…

Des dessinateurs déjà admirés comme Juan Diaz Canales ou Aude Samama et d’autres jamais vus : Efa, Ergün Gündüz…

 

Ils nous offrent dix-huit récits qui tous, à leur manière, avec leurs mots et leurs graphismes si éclectiques, nous racontent la Grande Guerre et ses traces, et la manière dont ce conflit a marqué et façonné le monde depuis.

 

 

Chacun s’ouvre avec une citation et tous s’inspirent d’œuvres d’alors, qu’elles soient littéraires (Genevoix, Remarque…) ou artistiques (Otto Dix…), évoquent des évènements tragiques, intimes ou collectifs, connus ou jusque-là si peu évoqués (en tout cas ici en France – par exemple l’histoire du bateau Komagata Maru)

 

Des récits qui se déroulent pendant la guerre, juste après ou de nos jours ; dans les tranchées, sur les « lieux de mémoire », ou dans des lieux communs, ici en France, en Allemagne, en Europe ou ailleurs dans le monde.

Ils évoquent la mémoire des gens, des faits et des lieux.

 

Des récits qui font parler des Poilus, des hommes, des femmes, des jeunes (la première histoire « Sans une trace… » de Robbie Morrison et Charlie Adlard, évoquée d’une autre manière dans La Mort blanche du même duo, m’a (au mieux) consternée), des enfants, et même des hommes préhistoriques qui voient l’avenir de l’humanité défiler dans le feu. Vu ainsi, ce n’est guère glorieux !

 

 

Des récits qui font se rejoindre l’imaginaire et les souvenirs, la fiction avec la réalité, le passé avec l’actualité.

Quand la guerre est-elle devenue un divertissement ?

« Jeux de guerre ». Ian Rankin, Sean Phillips et Peter Doherty

Ce recueil pose et constate.

 

Il m’a fait penser à l’exposition « Reflets de Guerre » (Boulogne-Billancourt / 2014-2015) qui s’intéressait aux traces que la Guerre renvoyait à l’Arrière et dans la société civile du temps-même du conflit et dans l’immédiat après-guerre avec, notamment, l’érection des monuments aux morts partout en France.

Les deux se complètent bien, je trouve.

 

Un album que je ne peux que vous encourager à découvrir !

 

Il participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Moka (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ainsi qu’à mon Challenge consacré à la Première Guerre mondiale, et au Challenge « 1% Rentrée Littéraire 2018 » (32/6) de Sophie Hérisson.

 

 

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Caro 09/12/2018 22:27

Un album acheté à Quai des bulles, mais pas encore lu... Je me réserve des lectures pour les vacances de Noël... ;)

Blandine 11/12/2018 09:14

;-)

Alice 29/11/2018 17:14

Très intéressant et tu le défends bien ! Je note ;-)

Blandine 30/11/2018 22:22

Merci Alice! Oui, il vaut le détour ;-)

NANCY GUILBERT 29/11/2018 16:52

Emouvant et si nécessaire !!
Merci pour cette très belle présentation Blandine, vos mots m'ont touchée.
Belle fin de journée.

Blandine 30/11/2018 22:21

Merci beaucoup Nancy <3
Belle soirée à vous!

Jerome 29/11/2018 12:37

Un albumqui passera forcément entre mes mains à un moment ou l'autre !

Blandine 30/11/2018 22:21

Je l'espère bien!

Moka 28/11/2018 13:52

Je me souviens de ton enthousiasme lorsque j'en avais parlé et je suis vraiment ravie qu'elle t'ait plu!
Tu as choisi le créneau parfait pour en parler ici.

Blandine 29/11/2018 12:22

Merci Moka <3

eimelle 28/11/2018 09:08

très intéressant ce travail collectif!

Blandine 29/11/2018 12:22

Oh que oui!!

lasardine 28/11/2018 09:07

je m'empresse de noter ce titre!!

Blandine 29/11/2018 12:22

Oui oui tu fais bien ;-)

Enna 28/11/2018 08:53

j'aime bien ces BD collectives qui en différents coups de crayon dressent des portraits variés d'une même thématique et c'est tellement important de na pas oublier! (au passage, la couverture est sublime!)

Blandine 29/11/2018 12:23

Je suis comme toi, j'aime ces différences de vues et de perspective :-) (Oui le dessin est magnifique mais j'aime moins le côté tactile...)

Noukette 28/11/2018 08:51

Voilà un album qui sent le futur indispensable !

Blandine 29/11/2018 12:23

C'est exactement ça ^^

Natiora 28/11/2018 08:25

Non seulement cet album a l'air génial, mais il me donne en plus une belle idee de cadeau ???? je suis très emballée.

Blandine 29/11/2018 12:24

Exactement!!

Nathalie 28/11/2018 07:00

Je le lirai sûrement un jour. Là je viens de finir une biographie sur Simone Veil et ses soeurs, après avoir lu les 9 tomes de la BD 14-18, je fais une pause dans les "lectures de guerre".

Blandine 29/11/2018 12:24

Et moi je reprends 14-18 ^^
Cet album te plaira, c'est certain!

cristie 28/11/2018 06:57

Il me tentait déjà beaucoup mais là je ne résiste plus !

Blandine 29/11/2018 12:24

En effet, il est inutile de résister ;-)