Haumont 14-16. L’or et la boue. Christophe LAMBERT. (Dès 12 ans)

Publié le 13 Septembre 2014

Haumont 14-16. L’or et la boue. Christophe LAMBERT. (Dès 12 ans)

Haumont 14-16.

L’or et la boue.

Christophe LAMBERT.

Editions Nathan, collection « Les romans de la mémoire », novembre 2012.

123 pages.

Dès 12 ans.

Thèmes abordés : Première Guerre Mondiale, amitié, trésor.

Ce roman est dédié à « Tonton Casimir » que je n’ai pas connu, et qui a fait la Grande Guerre, comme tant d’autres…

Dédicace

Au milieu de la boue des tranchées, des « gaspards » (rats), des « totos » (poux), des corvées du ravito (ravitaillement), des attaques et pilonnages, Casimir Desforges, sous la houlette du téléphoniste Martin, va vivre une aventure extraordinaire et exaltante ! Surtout en ces temps de guerre...

Déplacés avec leur régiment, le 362e, dans le secteur d’Haumont, non loin de Verdun fin 1915, Martin raconte à Casimir l’histoire du trésor dérobé par Victor Essling, dit le Nyctalope, enfoui quelque part « bien au chaud et au soleil ». Il en est persuadé, c’est ici, sous la stèle du Dieu Soleil, dans cet ancien fort romain, que reposent les bijoux.

Dès lors, malgré les appréhensions, les peurs des attaques allemandes mais aussi de leur Lieutenant Payant, les deux compères vont se lancer dans une chasse au trésor et concocter un plan aussi ambitieux que fragile.

Cette quête donne un sens à leur vie, et même à cette guerre, qui hache menu les corps et les âmes dans la grande marmite anonyme de la Mort.

Quand on y pense, c’est incroyable les dommages qu’un bout de métal peut faire sur un corps humain. Il y avait des gens (des amis !) coupés en deux, d’autres sans bouche ou sans visage. Il y avait des corps réduits en bouillie, dont il fallait racler les morceaux pour nettoyer la tranchée… Les mots rabaissent ces choses terribles. Elles ne sont pas imaginables. Allez, je referme…

Page 42

Ainsi, le moindre petit plaisir prend une dimension considérable, comme les retours au cantonnement et les retrouvailles avec la douche, un lit…

Dans ces moments-là, l’air paraissait plus vif, l’herbe plus verte et l’eau plus claire, comme si vos sens gagnaient en acuité. Bref, tout vous semblait beau. Dommage qu’il faille frôler la mort pour savourer pleinement ces petits bonheurs, pas vrai ?

Page 14

Ou encore la rencontre avec des gens, des personnes, de tout horizon, devenus plus que des amis, des frères, que dans des circonstances de paix, aurait été improbable ou biaisée par des considérations sociales…

Mes pensées ont dérivé vers Martin. Moi qui étais fils unique, j’avais trouvé un grand frère à vingt ans passés, ici, dans la boue. Était-ce la guerre qui rapprochait les gens à ce point ? Si notre rencontre avait eu lieu en période de paix, serait-on devenus aussi inséparables ? Notre amitié allait-elle survivre à ce conflit ?

Page 73

Cette quête leur permet d’oublier, d’oublier la peur, elle crée des espoirs et permet de rêver et d’envisager des possibles quand la guerre sera finie. Mais il faut prendre garde à ce que l’espoir, l’envie, ne se conjuguent pas avec la folie qui, en ces temps incertains, peuvent vite mener à la mort… Trouveront-ils le trésor à temps ?

J’ai beaucoup aimé ce roman en deux temps, avec sa mise en abîme, une histoire improbable dans la Grande Histoire puis la suite et fin d’une de ces histoires quasi 50 ans après…

La narration choisie emploie le « je », ce qui nous rend proche le personnage principal, Casimir, et ses sentiments. Son vocabulaire est parfois un peu compliqué, il emploie des termes ou de l’argot des tranchées, mais qui est tout de suite expliqué dans le corps du texte ou par une note de bas de page. La présentation est aérée avec beaucoup de sauts de lignes ou de pages blanches pour amorcer un nouveau chapitre.

L’auteur nous livre la bibliographie qui lui a été utile à la rédaction de ce roman et je trouve cela très intéressant car elle peut susciter des envies de lectures. Après une courte biographie de ce dernier, il délivre une petite rétrospective de la guerre avant la terrible bataille de Verdun (21 février-19 décembre 1916) qui commence quand se termine la première partie du livre.

Belles lectures et découvertes.

Blandine.

Haumont 14-16. L’or et la boue. Christophe LAMBERT. (Dès 12 ans)Haumont 14-16. L’or et la boue. Christophe LAMBERT. (Dès 12 ans)

Livre lu dans le cadre du Challenge « Une année en 14 » de Stephie, ainsi que dans celui d’Enna « Petit Bac 2014 », ligne jeunesse, catégorie Matière.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article