Sherlock, Lupin et moi - Tome 1 - Le mystère de la dame en noir. Irène ADLER – 2017 (Dès 10 ans)

Publié le 8 Février 2018

Sherlock, Lupin et moi

Tome 1

Le mystère de la dame en noir

 

Irène ADLER (pseudonyme de Bruno IACOPO)

Illustrations de Bruno IACOPO

Traduit de l’italien par Béatrice DIDIOT

 

Editions Albin Michel Jeunesse, janvier 2017 (Italie, 2011)

288 pages

Dès 10 ans

 

Thèmes : Enquête, France, piraterie, Amitié, entraide

 

 

Quelle superbe couverture !

Son aspect désuet, ses couleurs, son vernis sélectif, la police d’écriture, l’insertion de journaux d’époque, la date (1870), le lieu (Saint-Malo) et le titre… Comme autant de promesses de clins d’œil et de références. J’adore !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et si Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irène Adler s’étaient connus et étaient devenus amis durant leur adolescence ?

Qu’auraient-ils fait ?

Ils auraient enquêté bien sûr !

 

 

Une petite présentation de nos jeunes héros s’impose :

  • Sherlock Holmes, célèbre détective anglais, est né en 1887 par la plume de Sir Arthur Conan Doyle.
  • Arène Lupin, français, a été créé par Maurice Leblanc en 1905.
  • Irène Adler est apparue dans l’univers de Sherlock Holmes en 1891.

 

Nous voici au début de juillet 1870.

La guerre entre la France et la Prusse n’a pas encore éclaté, c’est l’été, et à Saint-Malo, il fait beau.

Irène, la narratrice, 12 ans, américaine, vient d’arriver dans cette ville avec sa mère et son domestique Horatio Nelson, pour y passer ses vacances. Son père, riche industriel allemand qu’elle adore, est retenu par ses obligations professionnelles à Paris.

 

C’est au pied de la statue de René Duguay-Trouin qu’elle fait connaissance avec William Sherlock, qu’elle suit pour échapper à Nelson, et y rencontrer son ami.

Il s’appelait Arsène Lupin, comme le célèbre gentleman cambrioleur, mais en ces jours lointains, sa fulgurante carrière de voleur internationale n’avait pas encore commencé. Ni celle de gentleman, vu qu’il n’avait que deux ans de plus que moi si je me souviens bien, soit un peu moins que Sherlock.

Dès lors, le trio ne se quitte plus, se retrouvant chaque jour pour une balade dans la ville ou à la villa Ashcroft, pour se déguiser et rire… jusqu’à ce jour où sur le rivage un corps est rejeté par la mer.

Qui est cet homme aux beaux habits ?

D’où vient-il ?

Que veut dire ce mot trouvé sur lui qui commence par « La mer effacera mes fautes… » ?

Et qui est cette mystérieuse silhouette en haut de la falaise ? Les a-t-elle vus ? Doivent-ils craindre quelque chose ?

 

D’abord par jeu, les trois amis se mettent à élaborer des hypothèses, à poser quelques questions deci-delà, et davantage lorsque la ville ne parle plus que de ce noyé… se demandant s’il a un lien avec un vol de bijou qui vient d’être commis. Le voleur et le mort sont-ils liés ? Pourquoi trouvent-ils deux noms ?

 

Ainsi, ils collectent de nombreux renseignements et indices, les confrontent, explorent les bas-fonds de la ville, la nuit, flirtent avec le danger…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autant d’éléments qui entretiennent le suspense, servi par de courts chapitres aux noms intrigants et qui s’ouvrent tous avec un dessin d'un objet d'alors.

On tourne les pages, avides de savoir.

 

Irène, par qui cette histoire nous est contée, aime à narrer cette première enquête en y insérant quelques éléments de leur avenir commun ou non, que ce soit en termes de caractères (taciturne, réfléchi, gai) ou d’exploits : intuition, agilité, belle voix.

Ce qui, bien sûr, nous prédit de formidables aventures à venir !

Le vertige m’assaillit. Je ne voyais que des toits autour de moi, parés de reflets noir et argent, et hérissés de cheminées aux contours anguleux. Les nuages de l’après-midi s’étaient comme liquéfiés, permettant d’apercevoir au loin la ligne miroitante de la mer, semblable à une nappe de mercure.

En arrière-plan, la ville « corsaire » de Saint-Malo nous est décrite avec son architecture, ses quartiers, ses habitants et officiels, ses légendes.

Comme les mœurs d’alors, les sphères sociales (nos héros n’appartiennent pas aux mêmes) et leurs occupations (comme le bridge).

 

Même si de nombreuses parutions autour de Sherlock Holmes (Comme par exemple Enola Holmes de Nancy Springer), ou de l’adolescence d’enquêteurs/écrivains à suspense (je pense à Alfred et Agatha) ont vu le jour, cette série n’en reste pas moins plaisante et plaine de vive fraîcheur.

 

Ce premier tome est addictif et permet de passer un bon moment de lecture.

 

D’autres enquêtes du trio sont déjà parues :

 

Ce roman participe au Challenge des Douze Thèmes du Salon des Précieuses.

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MyaRosa 09/02/2018 10:10

Je suis très, très tentée. C'est vrai qu'il est beau, ce livre ! Merci pour les photos de l'intérieur. J'adore !

Blandine 09/02/2018 21:43

Oh oui, c'est une vraie valeur ajoutée!

scoobydu41 08/02/2018 20:48

Ma fille a ce livre et ne l'a pas encore lu. De mon côté il va falloir que je le lise aussi

Blandine 09/02/2018 21:42

Je vous souhaite par avance à toutes les deux une belle lecture!!

Bidib 08/02/2018 13:52

dans ma PAL aussi ! Je compte le lire le mois prochain (croise les doigts) depuis le temps que je me dis que ce sera ma prochaine lecture XD
Ton billet me conforte dans mes premières impressions. Je l'ai prêté à ma nièce de 12 ans (et qui ne lis jamais) et elle a beaucoup apprécié

Blandine 09/02/2018 21:43

Il est vraiment sympa et sa lecture va vite. C'est écrit assez gros, les chapitres pas trop longs et haletants... donc on tourne vite les pages pour savoir ;-)

Nathalie 08/02/2018 08:00

Voilà qui a l'air fort sympathique ! En grande fan d'Arsène Lupin et Sherlock Holmes que je suis, je note ! !

Blandine 08/02/2018 09:47

Oui très :-) J'ai hâte de lire la suite!