Quatre garçons dans la nuit. Val McDERMID - 2010

Publié le 24 Juin 2017

Quatre garçons dans la nuit

Val McDERMID

Traduit de l’anglais par Philippe BONNET et Arthur GREESPAN

Editions J'ai Lu, mai 2010. (Paru en 2003 en Angleterre sous le titre The distant Echo)

450 pages

Thèmes : Ecosse, Amitié, Meurtre, Famille, Souvenirs, vengeance

 

Un meurtre, un huis-clos de personnages, deux temporalités.

 

1978

Ils sont les quatre de Kirkcaldy (Ecosse)

Quatre garçons qui se connaissent depuis l’école primaire.

Quatre amis aux caractères dissemblables mais qui s'apprécient et se complètent.

Quatre amateurs de musique, trois fans de Bowie, un des Pink Floyds et quatre surnoms.

  • Ziggy, pour Sigmund Malkiewicz. Fils d’un émigré polonais juif, il fait des études de médecine et est homosexuel.
  • Gilly, pour Alex Gilbey. C’est autour de lui que se centre la narration du livre. Etudiant en histoire de l’art.
  • Weird, pour Tom Mackie. Fantasque, immature, toujours prêt pour un shoot.
  • Mondo est David Kerr. Sensible, égocentrique et lâche. Il étudie les maths appliquées, contre l’avis de son père, parle le français à la perfection.

Quatre étudiants de l’Université de St Andrews qui vont voir leur vie basculer par une nuit glaciale et neigeuse de décembre 1978. Eméchés, ils découvrent le corps presque sans vie de Rosemary Duff, barmaid, poignardée et violée.

A la fois témoins et suspects, faute de preuve, ils sont relâchés, mais pas libres pour autant.

Ils restent entravés.

Par leur propre caractère et conscience, par les vérités ou secrets qui forcément se dévoilent, par le regard des trois autres, puis l’opprobre général, par le comportement de la masse à leur égard. Ils vont payer dans leur corps et dans leur coeur cette suspicion.

 

2003

Fife, en Ecosse.

Grâce aux progrès scientifiques et technologiques, la police espère pouvoir résoudre de vieilles affaires restées sans réponses.

C’est ainsi qu’une histoire vieille de vingt-cinq ans refait surface : celle de Rosemary Duff.

[…] sa vie avait désormais un but. Cela faisait tellement longtemps qu’il cherchait quelqu’un à blâmer. C’est à peine s’il avait osé nourrir des espoirs de vengeance. Mais à présent, après tout ce temps, l’heure du châtiment avait peut-être sonné.

Les quatre garçons du titre, devenus hommes, attendent, chacun à leur manière, d’être enfin disculpés. Ils sont persuadés que leur vie aurait été autre, et certainement meilleure, sans cette affaire.

Ziggy est devenu pédiatre à Seattle, y dirige une clinique et est en couple depuis dix ans avec Paul.

Gilly s’est marié avec la sœur de Mondo, Lynn, avec qui, ils attendent enfin un enfant. Il dirige une entreprise de cartes de vœux.

Weird, qui s’est converti avec force à la foi anglicane suite à l’assassinat de Rosie (par culpabilité ?), est devenu pasteur aux Etats-Unis et est le père de cinq enfants. Ses prêches sont télévisés et il connait une forte audience. Mais son succès n’a pas atteint ses anciens camarades.

Mondo est marié à une Française, Hélène, et est maître-assistant à l’université de Manchester. Il est distant et toujours aussi tourné vers lui-même.

D’autres personnes, en revanche, soit ne voient pas cette réouverture d’un bon œil, soit, au contraire, attendent de les confondre avec impatience.

Langues qui se délient, nouveaux personnages, vengeance, meurtres, peurs, ambition, pressions politiciennes, se faire justice, vérités, se mêlent et s’entrecroisent dans de multiples rebondissements rendant le récit haletant.

L’auteure se plaît à nous embarquer vers des pistes qu’elle laisse en suspens ou rend caduques.

Même si j’ai trouvé qui était l’assassin aux deux tiers du livre, il me manquait ses motivations, son mobile, et cela m’a tenue en haleine. Bien que j’aie trouvé certains passages parfois peu crédibles, la fin, d'une triste et réelle banalité, les a éclairés.

 

Au-delà de l’intrigue, le récit nous donne quantités de détails sur la manière de mener une enquête, sur son aspect scientifique (merci CSI ; Les Experts [à Las Vegas]), les facilités ou difficultés d’une réouverture de dossiers (clin d’œil appuyé à la série Cold Case que j’aimais beaucoup), les difficultés logistiques et erreurs policières. Ainsi que sur la loi criminelle en Ecosse. Là-bas, il ne peut y avoir de condamnation sur « simples aveux », les éléments et preuves matérielles sont indispensables.

En bref, un thriller qui happe, qui questionne, qui forme un puzzle que l’on se plaît à reconstituer au fil des pages.

Un procédé que j’aime beaucoup et qui fait passer un très bon moment de lecture !

Il participe au « Petit Bac 2017 » d’Enna, pour ma 4e ligne, catégorie Sphère familiale.

Nathalie a aussi lu ce thriiller et l'a bien aimé, son avis ICI.

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

 

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 09/07/2017 23:23

Moi j'ai bien aimé ! Et je n'avais pas trouvé qui était l'assassin avant qu'elle ne me mette le nez dessus... J'ai enfin terminé mon article, je te donne le lien dès qu'il est publié... Désolée, je suis vraiment "à la ramasse" en ce moment !!

Blandine 10/07/2017 11:17

Comme quoi ;-)
Pas de soucis, je ne suis pas mieux ;-)

Audrey-Que Lire ? 25/06/2017 15:58

Il a l'air plutôt bien ! Merci pour la découverte.

Blandine 25/06/2017 21:26

C'est un bon moment de lecture oui!

Nancy 24/06/2017 11:45

J'aime les thrillers bâtis sur différentes époques, celui-ci me tente bien !
Il y a un petit côté Camilla Läckberg ;-)
Bon week-end Blandine !

Blandine 25/06/2017 21:22

Merci Nancy!
J'avoue ne pas savoir pour Camilla Läckberg, mais je compte bien y remédier cet été! Ma soeur m'a passé l'un de ses livres :-)
Belle soirée à vous !

lcath 24/06/2017 09:31

J'en ai lu un ou deux d'elle , ce ne sont pas mes meilleurs polars mais ça tient la route , celui-ci semble pas mal non plus .

Blandine 25/06/2017 21:17

Oui il n'est pas mal! C'était mon premier d'elle, et pourquoi pas en lire un autre!