Barbe-bleue. Charles Perrault et Maurizio A. C. Quarello (dès 6 ans)

Publié le 18 Mars 2014

Barbe-bleue. Charles Perrault et Maurizio A. C. Quarello (dès 6 ans)

Barbe-bleue

Texte de Charles PERRAULT et illustrations de Maurizio A. C. QUARELLO

Editions Milan Jeunesse, 2010

(Dès 6 ans)

Notions abordées : mariage, curiosité, différences, mystère.

Je lis depuis quelques jours un essai reçu grâce à l’opération Masse-Critique de Babelio, que je remercie au passage !

Il s’agit du livre Barbe-Bleue et l’esthétique du secret de Charles Perrault à Amélie Nothomb de Florence Fix.

J’avais déjà plusieurs fois lu le conte écrit par Perrault auparavant mais pas la version de la romancière, ce que j’ai fait puis chroniqué ici !

Mais entre ces deux récits, l’ouvrage fait référence à quantité d’autres, preuve que ce conte inspire encore et toujours ! Je vous en ferai part dans l’article consacré à cet essai.

Barbe-bleue. Charles Perrault et Maurizio A. C. Quarello (dès 6 ans)

Vous connaissez certainement l’histoire!

Celle d’un homme très riche et puissant mais qui est malheureusement doté d’une barbe de couleur bleue, le rendant laid et repoussant. Pour autant, il a contracté plusieurs mariages où à chaque fois l’épousée disparaissait peu de temps après… Ce qui bien sûr alimentait une réputation déjà peu élogieuse. L’une de ses voisines accepte de lui donner la main de l’une de ses deux filles. Devant s’absenter, il lui laisse donc les clés de la maison. Au propre comme au figuré, lui défendant catégoriquement d’entrer dans le petit cabinet, fermé par la plus petite des clés !

Barbe-bleue. Charles Perrault et Maurizio A. C. Quarello (dès 6 ans)

Seule, elle s’y précipite évidemment, effrayée par ce qu’il contient, elle lâche la clé qui se teinte de sang indélébile. Il lui promet la mort, mais grâce à l’intervention de ses deux frères, et de sa sœur, Barbe-bleue meurt. Elle garde tous ses biens, se (re)marie et assurent la carrière militaire de ses frères.

Barbe-bleue. Charles Perrault et Maurizio A. C. Quarello (dès 6 ans)

Le texte est celui de Charles Perrault, qu’il fit publier dans son recueil Les contes de ma mère l’Oye, en 1697.

Comme pour nombres de contes, il est issu de la tradition orale et est assimilé à l’ogre qui dévore ses femmes et ses enfants.

Charles Perrault aimait conclure ses histoires par une ou des moralités, mais elles n’ont pas été reproduites ici, dommage.

Je détaillerai dans l’autre article sur Barbe-Bleue toutes les notions ou thématiques réellement abordés par l’auteur dans ce conte. Et plus encore avec l’ouvrage Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim, que je compte lire prochainement.

Quant au support-livre, je le trouve tout simplement magnifique !

Le format de l’album est grand, les pages sont souples, avec un grain épais.

Les illustrations nous font remonter à la fin du XIXe ou début XXe siècle. Je leur trouve à la fois un côté Art Déco dans les habits des personnages ou leurs activités, et Edward Hopper pour ce côté peinture photographique.

Le personnage de Barbe-bleue est représenté tout en angles. La barbe forme deux pointes, le nez est long et grand. Sur la couverture, il apparaît solennel, martial. On ne sait pas trop si ses yeux sont ouverts ou fermés…

Un trousseau de clés sépare les noms de l’auteur et de l’illustrateur.

Bien plus que pour l’histoire, à mon sens, cet album est vrai coup de cœur pour ses illustrations.

Blandine.

Album lu dans le cadre du Challenge « Je lis aussi des albums » de Sophie Hérisson ainsi que pour celui d'Enna Challenge "Petit Bac 2014", pour ma deuxième ligne jeunesse, catégorie COULEUR.

logo challenge albums 2014

48/60

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article