Le portrait de Dorian Gray. D’après Oscar WILDE. Stanislas GROS – 2008 (BD)

Publié le 21 Juin 2017

Le portrait de Dorian Gray

D’après Oscar WILDE

Scénario et dessin de Stanislas GROS

Couleurs de Laurence CROIX

Editions Delcourt, collection « Ex-Libris », mai 2008.

64 pages

Thèmes : Art, morale, philosophie, jeunesse, dandy, Irlande, fantastique

 

J’avoue !

Je n’ai pas (encore) lu le roman, éponyme, et unique, d’Oscar Wilde, publié en 1890 (puis retouché en 1891).

Aussi, lorsque j’ai trouvé cette BD à la bibliothèque, me suis-je dit que je ferais coup double !

Il arrive que les classiques n’attirent pas, mais que leur version BD comble cela. Je ne saurais dire si cette adaptation est bien fidèle au texte d’origine, mais, en tout cas, elle m’a ravi et m’a donné envie de lire le roman. Pari réussi, non ?

 

Voici donc l’histoire d’un portrait. Celui d’un jeune dandy irlandais, Dorian Gray.

Jaloux de son image renvoyée, de sa beauté et jeunesse éternelles, il formule un vœu.

Le portrait, devenu magique, ou maléfique, va subir à sa place les outrages du temps.

Pendant plusieurs années, Dorian Gray fait siennes les théories toutes particulières sur la jeunesse, le plaisir et le rang social de Lord Henry Wotton (dit Harry), ami du peintre Basil Hallward et auteur du portrait.

Vous avez excité en moi, Harry, une curiosité de la vie qui croît à mesure qu’elle trouve à se satisfaire…

Plus j’en sais, plus je désire en savoir : mes appétits sont furieux, et en s’assouvissant deviennent plus voraces encore !

Mon objectif est d’être moi-même expérience, et non le fruit de l’expérience, que celle-ci soit douce ou amère !

Cette apparente impunité, cette liberté que semble lui conférer les paroles d’Harry vont amener Dorian à passer du charme suave à la colère la plus noire, à perpétrer toutes sortes de délits (ou considérés comme tels) et les plus horribles crimes. Sa curiosité est insatiable, sa moralité très poreuse, sa personne précédée de rumeurs scandaleusement attirantes, ses excentricités appréciées, sa jeunesse insultante et son narcissisme toujours plus fort.

Malgré les années, il garde un visage juvénile, insolent de beauté, de fraîcheur et d’innocence.

Un aspect physique parfait qui dissimule une âme noire, écartelée entre le désir de tout expérimenter, connaître, et la douleur de la honte, voire du remords, qu’il enfume d’opium.

Ce que le portrait représente, ce n’est pas seulement la vieillesse, mais aussi le reflet des actions, en l’occurrence mauvaises, du « jeune » homme. A chaque double page, en bas à droite, et à la façon d’un flip-book, nous voyons le portrait se marquer, le corps s’affaisser, la nature se flétrir, les couleurs s’affadir.

Pour ne pas s’encombrer, et surtout, pour n’être pas découvert, le portrait est déplacé dans une pièce fermée à double tour, au grenier. Cela rappelle un conte, non ?

Le don est devenu malédiction, comment y mettre fin ?

L’artiste est le créateur de belles choses.
Révéler l’art et dissimuler l’artiste, tel est le but de l’art.
(…)
La vie morale de l’homme forme une part du sujet de l’artiste, mais la moralité de l’art consiste dans l’usage parfait d’un moyen imparfait.
L’artiste ne désire prouver quoi que ce soit. Même les choses vraies peuvent être prouvées.
L’artiste n’a point de sympathies éthiques. Une sympathie morale dans un artiste amène un maniérisme impardonnable au style.
(…)
C’est le spectateur, et non la vie, que l’art reflète réellement.
(…)
Nous pouvons pardonner à un homme d’avoir fait une chose utilise aussi longtemps qu’il ne l’admire pas. La seule excuse d’avoir fait une chose inutile est de l’admirer intensément.

Tout art est tout à fait inutile.

Voilà la préface de ce texte fantastique qui en appelle au mythe de Faust et qui prend l’hédonisme comme postulat.

Le texte se veut philosophique, les réparties de Lord Henry d’un cynisme poétique.

Il questionne l’Art, le passage du temps, la pérennité de l’être et de son apparence, la notion de beauté et se développe dans des cases qui entremêlent des couleurs pimpantes à des tableaux célèbres, des références littéraires ou à des représentations de misères sociales (et ouvrières) représentatives de cette fin XIXe siècle britannique, avec l’incursion voulue par Stanislas Gros de Sherlock Holmes. Sous certains aspects, ce récit est aussi un parallèle de la vie de son auteur.

Un texte aux résonnances toujours très actuelles, avec cette volonté de fuir le passage du temps et de faire perdurer la jeunesse (et pas seulement physique).

 

Cet album participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Stephie (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC), au « Mois anglais » de Lou et Cryssilda ainsi qu'à mon challenge "Je relis mes Classiques".

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram, tumblr et Google+.

 

 

Repost 0
Commenter cet article

Nathalie 26/06/2017 14:15

J'ai vu "un" des films il y a bien longtemps (en N & B me semble t-il !) mais je n'ai pas encore lu le roman (un jour...) Les illustrations de cette bd ne m'attirent pas trop... Par contre, sur le même sujet, j'en ai vu une autre dont les ill. me plaisent beaucoup plus à priori : http://publikart.net/dorian-gray-une-bd-denrique-corominas-editions-daniel-maghen/
tu connais ?

Tendance Chieuse 22/06/2017 18:51

J'admet n'avoir jamais lu ce roman mais ton article me donne vraiment envie de découvrir tout cet univers et de me laisser tenter !

Blandine 23/06/2017 10:30

Top! J’espère que tu aimeras!

Nancy 22/06/2017 08:05

Merci Blandine pour cet article ! J'avoue n'avoir jamais lu le roman ni la BD mais cette histoire philosophique me donne envie de découvrir l'un ou l'autre.
Et puis Oscar Wilde <3
Belle journée !

Blandine 23/06/2017 10:31

Vous me rassurez Nancy: Je ne suis pas la seule ;-)
J'espère que l'un ou l'autre vous plairont!
Belle journée à vous!

Mylene 21/06/2017 18:43

jamais lu le roman et j'avoue, je ne suis pas vraiment tentée par la BD :D

Blandine 23/06/2017 10:32

Peut-être que le roman te plairait en ce cas?

Au Fil des Plumes 21/06/2017 17:29

Pas du tout du tout tentée... Je crois que c'est le dessin qui me rebute un peu... Peut être que je lirai le roman en revanche.

Blandine 23/06/2017 10:32

Nous serons deux ;-)

rachel 21/06/2017 15:38

oui un jour je lirais ce livre..oui.....je n'arrete pas de rencontrer dorian dans des films, des series....il va falloir mieux le connaitre...;)

Blandine 23/06/2017 10:33

Ah oui, il n'y a plus le choix là ;-)

Cristiec 21/06/2017 14:07

Je vais commencer par le roman qui est dans ma PAL ... !

Blandine 23/06/2017 10:34

;-)

Alexielle 21/06/2017 13:26

Toujours pas lu le roman non plus mais j'avais vu le film grâce à une prof d'anglais au lycée qui nous l'avait fit visionner (un vieux film en noir et blanc me semble-t-il ^^) et j'avais beaucoup aimé !

Blandine 23/06/2017 10:35

Ah il faut passer à l'étape lecture alors ;-)

Mo 21/06/2017 08:25

J'aime bien quand les adaptations BD donnent envie de se tourner vers l’œuvre première. J'hésite encore à le lire cet album, ton article m'y encore pourtant ;)

Blandine 23/06/2017 10:35

Merci :-)

Soukee 21/06/2017 08:08

Autant j'avais adoré le roman, autant cette adaptation BD m'avait complètement rebutée. Les dessins, je crois, et la facture trop classique des cases.
Il te reste à découvrir le roman maintenant ! ;)

Blandine 23/06/2017 10:35

Tout à fait!