C'est lundi, que lisez-vous? #381

Publié le 31 Janvier 2022

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUMS

L'orchestre des animaux joue Beethoven. Éditions Usborne, 2021

Cet album cartonné nous invite à découvrir la vie et la musique de Ludwig van Beethoven. Grâce à des puces, nous écoutons la musique de Beethoven et nous suivons l'orchestre des animaux dans un bateau. Des anecdotes ponctuent les grandes lignes de la vie de Beethoven, quelques instruments changent, nous passons dans Vienne, quelques découpes agrémentent les pages épaisses.

Le concept est le même qu'avec l'album L'orchestre des animaux joue Mozart, et c'est vraiment réussi! L'album nous donne envie d'en savoir plus, d'écouter en entier les musiques découvertes ici, et plein d'autres encore. Les illustration sont pleines de couleurs et de joie. On aime!

 

Quetzalcoatl. Texte de Taï-Marc LE THANH et illustrations d'Eric PUYBARET. Éditions Gautier-Langereau, octobre 2017

Quetzalcoatl est un immense serpent à plumes à tête de dragon d'Amérique latine qui garderait un immense trésor. Bien qu'elles ne soient pas très sûres de son apparence, trois sœurs guerrières, à qui tout réussissait, décidèrent de partir le chercher pour une dernière aventure. A chacun ses motivations et pièges posés, la rencontre se fit! Et l'on dit désormais que dans ces hautes montagnes d'Amérique du Sud, l'atmosphère a changé... Si l'aventure vous dit...

C'est le nom de cet animal mythique cher aux Aztèques, Incas et autres populations d'Amérique du Sud (mais dont je ne sais pas grand-chose), qui m'avait incitée à découvrir cet album, comme celui des deux auteurs dont j'aime beaucoup le travail. Le ton est facétieux et la chute très plaisante, mais sur cette créature, rien ne nous est vraiment révélé, à moins qu'il faille chercher dans les détails.  Graphiquement, c'est un régal!

ROMAN / ESSAI

ALABAMA 1963. Ludovic MANCHETTE et Christian NIEMEC. Éditions France Loisirs, 2021

Birmingham, Alabama, de la fin août à décembre 1963. Plusieurs filles disparaissent au fil des mois et sont retrouvées quelques jours ensuite, mortes. Fillettes, jeune ado, ado... L'âge varie, mais pas leur couleur. Elles sont noires. Et en cette année où la ségrégation est encore active, où le racisme le plus ordinaire et méchant divise les communautés, leur disparition ne suscite d'émoi que dans une certaine partie de la population. La police ne fait pas grand-chose pour ne pas dire rien, mais un duo d'enquêteurs improbable va faire avancer les choses: le détective privé ex flic Bud Larskin, et sa femme de ménage noire, Adela.

Des dialogues truculents, des scènes très visuelles, un clin d'œil à un livre/film très aimé et dont j'ai retrouvé le ton (et les images se sont superposées), un roman qui se lit vite tant il est plaisant et qui happe.

Je vous en parle davantage vendredi en LC avec Enna, Natiora et Anne.

 

Synchronicité. Catherine TESTA. Éditions Michel Lafon, 2021

Catherine Testa, fondatrice du site Loptimisme.com, aime écrire dans ses carnets. Pendant le premier confinement, puis ceux qui ont suivi, modifiant notre rapport aux autres, au monde, aux choses et à nous-mêmes, chacun à sa manière mais de façon certaine, Catherine Testa a écrit, ses émotions, ses ressentis, ses réflexions. Il en résulte un peu plus de 150 courts textes, tels des poèmes, parfois juste une ou deux phrases comme une citation, quelques jeux de mots, qu'elle a compilé en 5 parties, toutes dotées d'une introduction qui explique ce qui les lie.

Attirée, aimantée même par cette couverture et ce titre, découverts en déambulant en librairie, j'ai lu avec impatience et délectation ce livre qui a tant résonné. Il est un livre à lire et relire, à garder précieusement auprès de soi, pour s'y référer, pour s'y retrouver. 

BD / MANGA

Jane, le renard et moi. Texte de Fanny BRITT et dessins d'Isabelle ARSENAULT. Editions La Pastèque, 2012

Hélène est une jeune ado mal dans sa peau, mal dans sa vie, qui lit Jane Eyre, qui est moquée par ses camarades de classe pour son poids, qui doit partir en voyage scolaire et qui croise un renard.

Les Bulleurs du mercredi ont adoré et encensé cet album, et je comprends à présent pourquoi. Si c'est la mention de Jane Eyre qui m'avait attirée, c'est toute l'atmosphère de cet album qui m'a charmée, émue, emportée. C'est beau, c'est doux, c'est dur, c'est émouvant. Hélène est moquée, exclue pour un poids qui ne semble pas être (elle n'est pas représentée grosse ou obèse) mais son malaise est bien réel, ses pensées la malmènent et ce n'est qu'avec Jane Eyre, dont on suit la lecture avec elle dans des planches magnifiques dotées d'un graphisme coloré et différent, qu'elle se sent bien. Puis elle rencontre un renard aux grands yeux, et bien sûr, le parallèle avec le renard du Petit Prince se fait. Ils s'apprivoisent, jute le temps qu'il faut, qu'il lui faut à elle. Pour s'accepter.

 

Show Me Love. Ami Fushimi. Editions Akata, mars 2020

Nami, jeune ado en butte avec les études, qui vit seule avec sa mère et qui vient encore de déménager, toque chez son voisin car il semble y avoir une coupure d'eau. Qu'elle n'est pas sa surprise en découvrant l'un de ses professeurs, qu'elle n'apprécie pas spécialement. Un homme taciturne, renfrogné. Elle fait aussi la connaissance de Kenta, son fils à lui, qui vient le voir sans prévenir sa mère qui semble dépassée, tiraillée entre son fils et son nouveau compagnon. Pour passer le temps, il étudie beaucoup alors même qu'il est brimé à l'école.

Show Me Love raconte la rencontre de ces trois personnes, abimées par la vie et les gens, maladroites dans leur comportement et pensées. Aucun ne sait aimer tendrement, intuitivement. Tous sont en mal d'amour et résistent, pour ne pas paraître faibles, pour pouvoir encaisser, résignés. Ils vont s'aider mutuellement à communiquer, à reprendre confiance en eux et en les autres. Pour dire ce qui importe le plus: l'amour que l'on porte aux gens qui nous entourent et à qui nous avons tant de mal à dire les choses. 

Le ton, les mots et surtout tout l'implicite, sont durs. La forme m'a d'abord rebutée. C'est en y repensant que je trouve de plus en plus de qualités à ce manga repéré chez Bidib.

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Là Où Réside L'Hiver. Laetitia ARNOULD. Twinkle Editions, décembre 2021

Nous voici en Angleterre, dans les Cotswolds, tour à tour auprès d'Edda, jeune ado orpheline qui croit en la magie de la nature et des saisons, et de l'hiver en particulier. Puis auprès de Jack Frost, personnage allégorique de l'hiver qui donne vie aux frimas et fait danser les flocons. 

Avec une poésie merveilleuse aux allures de conte, les mots de l'autrice nous transporte auprès d'eux et de leurs mondes respectifs qui vont bientôt se rejoindre. Nous rencontrons les mois de l'année personnifiés qui ont la capacité de transfigurer, de devenir des animaux dans le monde des humains, appelés Ephémères. Malheureusement, le fragile équilibre des saisons est rompu, le pouvoir des Veilleurs s'affaiblit par les actions humaines qui entraînent des désastres écologiques, faisant disparaître les mois et leurs particularités propres. 

C'est grâce à l'évocation du nom de jack Frost que j'ai contribué à la campagne Ulule pour ce roman dont l'objet est superbe. L'histoire n'est pas en reste. Il est question d'identité, de mémoire et de transmission, d'écologie et de préservation.

J'ai hâte de poursuivre.

3/ Que vais-je lire ensuite?

Belle Greene. Alexandra LAPIERRE. Éditions France Loisirs, 2021

Présentation de l'éditeur:

New York, début du XXe siècle. Modeste bibliothécaire, Belle Greene s’est façonné un destin d’exception à force de passion et de courage. Directrice de la fabuleuse bibliothèque du magnat J. P. Morgan, la collectionneuse que l’aristocratie internationale s’arrache cache pourtant un lourd secret : ses origines afro-américaines… L’histoire vraie d’une femme vibrante, déchirée entre son identité et ses aspirations.

Ce roman a remporté le Prix Historia 2021 du roman historique

Le Droit d'être américain. Histoire d'un combat. Présenté par Will SMITH - Netflix - 2021

Dans ce documentaire, Will Smith, entouré de nombreux acteurs, historiens ou autres personnalités (on en retrouve vu dans les documentaires d'Ava DuVernay), nous dévoile l'histoire du 14e Amendement de la Constitution américaine. Cet amendement né au sortir de la Guerre de Sécession et qui fait de chaque Américain un citoyen avec des Droits. Le documentaire est divisé en six épisodes d'environ une heure dont chacun se voit doté d'un titre qui donne le ton. Définition de la citoyenneté, patience, résistance... Après l'esclavage, la Guerre de Sécession, les faux espoirs, j'en suis à la mise en place de la ségrégation.

 

All eyez on me. Netflix - 2017

Ce biopic, titré d'après le nom d'un album de 2Pac, nous raconte toute la vie de Tupac Shakur, de sa naissance à sa mort, en passant par les évènements marquants de sa vie, certains de ses choix, plusieurs de ses épreuves, ses amitiés, sa musique, le mouvement des Black Panthers, le début des grands noms du hip hop. Pour qui ne connaît pas Tupac ou souhaite le redécouvrir, il est parfait! J'ai adoré retrouver des ambiances des années 1990, des gestuelles, vêtements, expressions si particuliers à cette décennie.

Malheureusement, pour qui le connaît un peu plus, le film reste trop en surface et ne montre pas les différents visages et engagements de Tupac. L'acteur qui l'incarne, Demetrius Shipp Junior, lui ressemble fortement, même si son visage est plus rond, "poupin". Mais surtout, il n'a pas su/pu investir son personnage. Tupac était toujours en mouvement, nerveux, vif, une gestuelle presque exagérée, rarement tranquille. Ceci n'apparaît qu'à de très rares moments dans ce film. Le doublage français n'aide pas. On vit donc un jeune homme talentueux qui se cherche, qui fait des choix qui n'en sont pas, qui connaît un succès phénoménal, qui est alimenté par les questions d'honneur et de "famille".

Mort assassiné à 25 ans, son meurtre n'est toujours pas résolu. Sur celui-ci, la série Unsolved (sur Netflix) est très bien. Et l'acteur qui incarne Tupac particulièrement crédible.

Pour en savoir plus sur Tupac, lisez The Hate U Give d'Angie Thomas ;-)

Pour finir, je vous mets les liens des articles parus la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Et surtout, prenez soin de vous!!

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
De nouveau, une bien riche semaine!! C'est marrant, pour moi un quetzalcoatl, c'est une sorte de ptérodactyle ! :-D merci de l'info et de la tentation albumesque !! bises ! (enfin de loin car le Lardon nous a fait la surprise de sortir positif hier soir, suite à un test de routine après un cas + dans sa classe...). A bientôt ;-)
Répondre
Merci :-))) Oh c'est rigolo ça?! tu l'as lu quelque part ou bien c'est l'idée que tu t'en faisais?<br /> <br /> Arf pour William, j'ai envie de dire, il fallait bien. J'espère surtout qu'il ne le vit pas trop mal. Bon rétablissement à lui et gros bisous à vous!
N
Encore des lectures très variées ! J'ai beaucoup aimé Alabama 1963 qui rappelle bien la couleur des sentiments. Mais j'avoue que quelques mois plus tard, il ne m'en reste pas grand-chose. Quetzalcoatl me tente bien (Puybaret et Le Thanh je suis fan !) et je suis intriguée par Là où réside l'hiver.
Répondre
Je vois ce que tu veux dire pour Alabama 1963 ;-) Comme j'en parle souvent, je crois qu'il va me rester encore un petit moment ^^ J'adore aussi le travail de ces deux auteurs :-)<br /> Là où réside l'hiver entremêle plusieurs genres et, pour moi, fait beaucoup écho aux 5 légendes, j'aime!