C'est lundi, que lisez-vous? #361 et Bonne Rentrée!

Publié le 30 Août 2021

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu les deux semaines passées ?

ROMAN JEUNESSE

Une photo de vacances. Jo WITEK. Éditions Actes Sud Junior, janvier 2020

Chez les Manzatti, les vacances d'été sont sacrées! Deux semaines au soleil à profiter. Bien sûr, il faut choisir les activités, préférer les gratuites, tout en s'octroyant des plaisirs plus onéreux, soumis au vote familial.

Cette année, Eugénie a dix ans. Fille cadette, elle voit sa grande sœur Adèle s'éloigner (d'autant que son amie Maria-Anita, dont la famille est plus aisée, part avec eux), et Juliette est encore trop petite pour être complice. Eugénie observe beaucoup, se questionne plus encore, a envie de grandir mais redoute. Elle s'interroge sur son corps appelé à se transformer, elle observe sa mère qui est aussi une femme, elle idolâtre son père avec son tatouage et son amour du rock, et découvre des émotions aussi fortes que contraires.

J'ai beaucoup aimé ce court roman qui nous détaille jour après jour le rituel des vacances des Manzatti, avec leurs petites manies, la tendresse qui se dégage de leurs rapports, les questions existentielles d'Eugénie qui a bien du mal à trouver sa place dans cet âge entre-deux, dans cette place entre-deux. Qui aimerait rester petite fille mais aussi grandir, qui voudrait rester auprès de sa sœur, désespérément attirée par les garçons, les copains, et qui la laisse derrière, forcément. Aussi quand elle peut l'avoir pour elle, savoure-t-elle ce moment.

Les réflexions qui traversent Eugénie l'inquiètent, l'enchantent, la rendent nerveuse ou impatiente. Elles sont très actuelles : il est question de trouver sa place dans la famille et la société, du corps qui change et de l'éveil amoureux comme de la sexualité (10 ans, cela m'a semblé bien jeune pour avoir ce genre de questions, mais il est vrai aussi que les enfants y sont exposés de plus en plus tôt), de la place de la femme, du rôle du père, de l'importance relative de l'argent. L'amour qui unit les membres de cette famille est très présent. On devine combien les parents sont attentifs aux besoins et bien-être de leur(s) fille(s).

L'écriture est très immersive et sensorielle. On ressent le soleil sur la peau, j'ai eu l'impression de plonger dans la rivière aux côtés d'Eugénie, d'être avec elle au marché quand elle voulait que son père lui offre le petit sac jaune. J'ai beaucoup aimé la toute fin, qui donne son titre au roman. Je me suis sentie dans un cocon, une bulle. Le même sentiment réconfortant qui m'a saisie à la lecture de la série BD Les Beaux Etés.

ROMAN ADO / YA

C'est pas ma faute! Anne-Fleur MULTON et Samantha BAILLY. Éditions Pocket Jeunesse, 2020

Lolita est une influenceuse. Dans ses vidéos calibrées avec soin, elle parle lifestyle, maquillage, vêtements, accessoires. Des milliers de followers commentent, détaillent ses prestations. Si certains commentaires la dénigrent pour une pose, un partenariat, une prise de position réelle ou plus souvent supposée, l'écrasante majorité est flatteuse et de grand soutien.

Prudence est au lycée et fait de la danse classique à haut niveau. Elle suit Lolita depuis quasiment le début et anime un fan club autour d'elle. Aussi quand Lolita ne donne plus de nouvelles s'inquiète-t-elle et cherche-t-elle à découvrir la raison de cette absence incompréhensible et inexplicable.

Par une chronologie bouleversée, une thématique centrale autour des réseaux sociaux, dans leurs méfaits et quelques bienfaits, les autrices abordent d'autres sujets avec la question centrale de l'identité, les jeux d'apparences, l'amitié quelque soit sa forme et sa source, l'entraide, l'amour quelqu'il soit, les jeux de pouvoirs, la crédulité, la maladie... Mais à trop entremêler de thèmes, le sujet central (les réseaux sociaux et leur envers du décor) se floute. D'autant que pour bien nous représenter les émotions embrouillées des personnages, il y a de nombreuses longueurs. Pour autant, ce roman est intéressant pour initier, favoriser, des discussions et débats autour de la protection de la vie privée, la responsabilité de nos actes et l'amitié.

DOCUMENT

L'art subtil de s'en foutre. Un guide à contre-courant pour être soi-même. Mark MANSON. Eyrolles, novembre 2018

Les livres de développement personnel ont le vent en poupe, avec pour méthodes-phares le positivisme, la méditation,, le lâcher-prise, le plaisir... Si Mark Manson ne rejette pas ces méthodes, il nous explique leurs défauts et faiblesses et pourquoi il faut s'en foutre. Mais pas n'importe comment! Parce que des problèmes, on en a tous et tout le temps, que la vie est faite de problèmes qu'il faut traiter. Que non, on ne peut pas toujours être positif, que parfois la vie est juste nulle et qu'il faut l'accepter sans chercher une bonne raison à ce qui nous arrive. Que le plaisir, ce n'est pas le bonheur. Le premier est immédiat et éphémère, le deuxième, s'obtient et est pérenne pour peu qu'on l'entretienne. Que nous sommes responsables de nos actes et pensées, pas de ceux des autres. Il faut apprendre à se délester! Nous avons tendance à trop nous charger, surcharger, mentalement, physiquement. Il faut lâcher du lest, soit s'en foutre. Pas dans une optique égoïste, mais bien parce qu'il ne faut s'occuper, s'inquiéter, que de ce qui nous incombe, que de ce qui est de notre ressort, de notre responsabilité. Parce que la vie est courte!

Ponctuée de citations et références populaires, émaillé d'éléments autobiographiques, ce livre est un régal à lire. Parce qu'il amuse, est à contre-courant, fait réfléchir, et parce qu'on s'y reconnaît!

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Ma nouvelle voisine. Sarah PINBOROUGH. Éditions Préludes, octobre 2020

J'avance doucement dans ce roman qui voit parler tour à tour Marcie (en couverture) et Keisha, sa nouvelle voisine, toutes deux de la bonne société de Savannah dans le sud des Etats-Unis, alors que rien ne les prédestinait à y entrer, puisque n'étant pas nées dans ce milieu.

Toutes deux secondes épouses, la première amoureuse, la deuxième désireuse de liberté, la première doutant de son mari, la deuxième espérant le trépas du sien. Les deux se retrouvant bien au-delà de ce qu'elles auraient pu imaginer et de ce que peuvent concevoir leurs époux.

Mais si cette société est faite de secrets et d'apparences, vont-elles, sauront-elles garder les leurs alors qui se font chaque jour plus pesants, plus oppressants?

Roman choral à suspense qui traite des apparences, des jeux de séduction et de pouvoir, Ma nouvelle voisine nous plonge dans un climat étouffant d'oisiveté, de faux-semblants et de sexe (qu'il soit physique, imaginé, fantasmé) - trop d'ailleurs. Hâte de voir comment Marcie vont pouvoir s'en sortir, et surtout comment... ou pas!

Je n'ai pas repris ma lecture... j'avoue n'être pas spécialement impatiente de retrouver les personnages, alors même que les thématiques me plaisent.

L'anguille. Valentine GOBY. Editions Thierry Magnier, août 2020

Présentation éditeur:

Camille est née sans bras. Avant son déménagement cela ne posait de problème à personne mais dans ce nouveau collège, le regard des autres ne la quitte plus. C’est vrai qu’elle est impressionnante avec sa bouche et ses pieds d’une rare dextérité. Quand ils la voient nager comme un poisson, ses camarades n’en croient pas leurs yeux. Enfin, acceptée, l’enthousiasme de Camille l’anguille va gagner Halis, cet élève que l’on chahute à cause de son poids.


Une magnifique réécriture de «Murène» par Valentine Goby qui traite du handicap et de la différence avec humour et intelligence.

Je vous l'accorde, la couverture n'est pas du tout réussie. Le nom de l'autrice parle pour lui et me donne envie de passer outre!

3/ Que vais-je lire ensuite?

Six pieds sur terre. Antoine DOLE. Editions Robert Laffont, août 2021

Présentation éditeur:

« Sans même s'en rendre compte, on marche vers ce qui nous rend vivant. »
Le premier roman de littérature générale d’Antoine Dole, alias Mr Tan, auteur de la série jeunesse phénomène Mortelle Adèle.

Sans le savoir, Camille et Jérémy marchent l’un vers l’autre depuis leur naissance. Devenus adultes, ils s’aiment sans parvenir à être heureux ensemble, Jérémy s’efforçant de cacher à Camille les ombres qui le hantent. Le jour où Camille lui confie le désir de porter leur enfant, Jérémy ne parvient plus à tenir debout face aux possibles sur le point de s’écrire. La perspective de devenir père convoque lentement toutes les morts, car comment donner la vie quand on peine soi-même à trouver sa place parmi les vivants ?

Je n'ai pas suivi les sorties de cette Rentrée Littéraire. Bien sûr, je sais que s'y trouveront de grands noms attendus. Pourtant un s'est imposé à moi, grâce à Instagram et aux mots qu'Antoine Dole a écrit pour nous présenter son roman. Conquise et sans avoir lu ni de quoi il s'agissait, ni la quatrième, j'ai foncé me le procurer dès sa sortie. Je savoure l'attente qui me sépare de sa lecture!

Pour finir, je vous mets le lien des articles parus les semaines passées et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Bonne rentrée et surtout, prenez soin de vous!

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Bonne rentrée Blandine !
Répondre
H
Je note "L'art subtil de s'en foutre", j'aime bien réfléchir à tous ces sujets.
Bonne rentrée. Je te souhaite aussi de très belles lectures.
Répondre
F
Les premières lectures que tu cites sont croustillantes ! Bonne rentrée chez toi aussi, Blandine ! :-) J'ai justement publié ma 3e et dernière vidéo estivale de pré-rentrée et de fin d'été... ^_^ Bisous !
Répondre