Le jardin secret. Frances HODGSON BURNETT – 1911 (2020)

Publié le 22 Juin 2021

Le jardin secret

Frances HODGSON BURNETT (1911)
Traduit de l’anglais par Mme Jean VALLETTE (1921)

Editions Archipoche, mars 2020
288 pages

Thèmes : Enfance, Inde, Angleterre, Amitié, Lien avec la Nature, Quête d’identité

Dans le comté du Yorkshire, la séculaire propriété Misselthwaite nichée au cœur de la lande cache de biens lourds secrets, ternissant sa magnificence et la luxuriance de ses jardins. Dix ans auparavant, un tragique accident en condamna la vie, les rires et le bonheur qui, pourtant, ne demandent qu'à éclater à nouveau.
Contre toute attente, c'est par une fillette maigrichonne au teint jaune et cheveux filasses, que le miracle se produisit.

Mary Lennox, dix ans, est née aux Indes. 
Mais sa mère n'ayant jamais daigné s'occuper d'elle (pas plus que son père dont il n'est qu'à peine question), elle développa un caractère égoïste, autoritaire et irascible contre lequel nul adulte ne tentait de s'opposer. Seuls quelques enfants osèrent se moquer, l’affublant d’un long surnom, « Madame Mary que tout contrarie ».

Suite à une foudroyante épidémie de choléra, elle perdit ses parents et serviteurs, et fut envoyée chez Archibald Craven, cet oncle bossu qu'elle ne connaissait pas.

Habituée à ce qu’on la serve prestement et sans conteste, Mary se heurta à la franchise des domestiques qui n’ont que faire d’elle, notamment celle de Martha Sowerby, jeune femme de chambre interloquée qu’elle ne sache pas s’habiller seule.
Petit à petit, une relation de confiance s’installa entre elles deux et Mary se surprit à l’apprécier, mieux, à l’aimer.

S'ennuyant dans cette immense propriété aux cent chambres fermées, Mary explora le manoir comme le domaine, faisant moult découvertes et rencontres.
Elle se frotta aux interdits édictés par Mrs Medlock, questionna Ben Wheaterstaff, le vieux jardinier, à propos d’un jardin, s'émerveilla à la vue d'un rouge-gorge qui semblait la guider. 
C’est grâce à lui qu’elle déterra une vieille clé qui fit s’ouvrir une porte dissimulée sous du lierre... Le jardin secret devint ainsi le sien.

C’est parce que le jardin était fermé depuis si longtemps qu’elle désirait le voir.

Elle se perdit dans les couloirs, entendit des bruits étranges ressemblant à des pleurs étouffés, et fit connaissance avec Colin, le fils caché de Mr Craven, au caractère hystérique, faisant des colères profondes.
Invalide, persuadé qu’il allait mourir puisque tous n’avaient que cette prédiction à la bouche, le cousin de Mary était un enfant au caractère irascible qui faisait trembler par ses crises les gens à son service.

Contre toute attente, Mary et lui s’entendirent très bien, aidés en cela par Dickon, le frère cadet de Martha. Un garçon serviable et doux, apprécié de tous comme des animaux, qu’il recueillait et dont il prenait soin.

Peu à peu, les enfants passèrent l’essentiel de leur temps dehors, grandissant, grossissant, riant et s’épanouissant, faisant revivre le jardin.

Sur les murs, la terre, et les arbres, les rameaux flexibles, et les pousses délicates, l’exquis voile vert de tendres petites feuilles s’était glissé, et dans l’herbe, sous les arbres, dans les urnes grises des bosquets, ici et là, partout, il y avait des points, ou des taches d’or, violettes et blanches : les arbres étalaient au-dessus de la tête de l’enfant une neige rosée, et on percevait des bruissements d’ailes, de doux sons flûtés, des bourdonnements, des parfums.

Le jardin secret est un roman dans lequel j'ai tout de suite été immergée, aidée en cela par cette magnifique couverture.
Roman d'apprentissages et du lien familial (abîmé, idéal, idéalisé, notamment avec la mère de Martha et Dickon, cette femme aux douze enfants si bien élevés), lien de l'enfance avec la nature appelée ici "magie", références aux vertus édouardiennes du jardin, à des mythes (Peter Pan notamment) et symboles (la rose, la flûte de pan...), il est aussi question de la force de la pensée positive, qui s’inspire d'un courant de l'époque qui a influencé l'autrice : la Nouvelle Pensée, développé par Phinéas Parhurst Quimby au XIX e siècle.

Au cours de chaque siècle, depuis le commencement du monde, on a découvert des choses extraordinaires. Un des faits que l’on a commencé à découvrir au siècle dernier, c’est que les pensées – les simples pensées – sont aussi puissantes que des batteries électriques, aussi bienfaisantes pour nous que le soleil, aussi néfastes que du poison.

L'Inde qui y est décrite ne recèle ni couleurs ni saveurs, uniquement des douleurs et servitudes, avec une chaleur accablante et étouffante.
Tandis que l’Angleterre, et cette propriété en particulier, est célébrée comme étant un havre de paix, d’exploration et de liberté. Permettant de faire éclore le merveilleux lien qui unit l’enfance (et l’être humain) à la Nature, afin de se bonifier et de s’accomplir.

La Nature et ses bienfaits sont longuement décrits par l’autrice qui nous donne à ressentir le vent qui souffle, le soleil qui réchauffe, à voir les plantes qui poussent, les fleurs qui s’ouvrent, la joie des enfants de découvrir que la vie est encore présente et qu’elle se manifeste de multiples façons. Nous les suivons dans leurs courses, dans leurs jeux et découvertes.

Ode à l’enfance, sagesse de la mère (de Martha Sowerby "qui sait y faire"), douleur de la nostalgie, Nature nourricière et protectrice, Le Jardin Secret a été adapté au cinéma en 2020 (avec Colin Firth) – film que je n’ai pas vu, et en BD par Maud Begon, en 2021 – que je vous présente ICI.

Cet album participe à notre Challenge dédié aux Classiques avec Nathalie ; à "A year in England 2021" de Lou, Titine et Cryssilda; au Challenge Cottagecore de MissyCornish; ainsi qu'aux Etapes Indiennes d'Hilde et moi.

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
La couverture est en effet une invitation à découvrir ce jardin... Je ne connaissais pas, mais ça me tente beaucoup !
Répondre
B
C'est vraiment un beau roman, à la fois intemporel et par certains aspects datés (retranscription d'une époque). J'ai aimé ce lien positif avec la nature qui est aussi très prégnant en nos temps troublés.
N
Mon roman d'enfance a une toute autre couverture beaucoup plus vintage mais celle-ci est mystérieuse <3
Oui, la beauté et le pouvoir de résilience de la nature... :)
Répondre
B
J'imagine ;-) et elle s'associe au plaisir nostalgique de la lecture ;-)
E
il faudrait que j'en découvre une des versions!
Répondre
B
Je ne peux que t'y encourager!
F
Oui je me souviens d'une jolie histoire. Par contre, je n'accroche pas trop à la couverture... Bonne soirée, bises
Répondre
B
Ah comme quoi! Pour moi, elle est une belle invitation, pleine de symboles ;-) Bonne journée à toi, bises
J
Comme toi, j'ai beaucoup apprécié cette lecture, mais pas vu les films non plus. J'ai aussi prévu de lire la BD comme toi et une version adaptée en album jeunesse et illustrée par Brigitte Barrager
Répondre
B
J'aimerais beaucoup voir le film, maintenant que j'ai lu le roman et la BD ;-) Et découvrir cet album!!
H
J'ai lu ce roman ado et il m'a laissé un super souvenir ! Ce jardin secret me faisait rêver. C'est aussi une belle histoire d'amitié si je me souviens bien. J'espère trouver le temps de le relire pendant l'été.
Répondre
B
Oui, c'est aussi un récit sur l'amitié. J'espère que tu le pourras ;-)