Point de fuite. Nancy GUILBERT et Marie COLOT – 2020 (Dès 15 ans)

Publié le 27 Mai 2021

Point de fuite

Nancy GUILBERT
Marie COLOT

Gulf Stream Éditeur, collection "Électrogène", 8 octobre 2020
432 pages

Dès 15 ans

Thèmes : Amour, Manipulation, Amitié, Famille, Art, Entraide, Résilience, roman choral

Lecture commune avec Pauline et Cécile

Flamboyante rousse, cadette d’une famille aimante, sœur d’Adrienne de six ans son aînée à qui tout réussit et qui s’apprête à quitter le nid familial, Mona, 17 ans, est une lycéenne qui brigue l’ENSBA (l’Ecole Nationale des Beaux-Arts).
Si elle veut l’intégrer, il lui faut placer le dessin au-dessus de tout, comme le lui intime sa professeure.

D’un caractère doux, peu sûre d’elle, Mona n’aime pas froisser les gens et se retrouve souvent dans des situations qui lui sont inconfortables pour ne pas avoir voulu déplaire ou décevoir. Comme lorsqu’elle a accepté l’invitation à boire un verre du nouveau, Antonin, un grand blond, et dont elle s’est dépêtrée grâce à son meilleur ami depuis la maternelle, Marin, qu’elle surnomme affectueusement « Curry ».
Intéressé par les sciences économiques, l'écologie et le développement durable, l’engagement a pour lui une forte signification. Il se révèle être un soutien et un appui indéfectibles, même dans la distance.

Car peu à peu, malheureusement, Mona s’éloigne.
Non pour ses études, mais pour Joshua.
Ce jeune homme brun, rencontré au Musée où elle va tous les mercredis, l’a d’abord vouvoyée, ce qui l’a charmée. Avant de la fasciner, de la subjuguer.
Mona est amoureuse...

Choral, le roman fait aussi parler un certain Ycare, pseudo d’un jeune homme féru de théâtre et de mythologie, très sûr de lui et de ses capacités et qui en veut.

On fait aussi connaissance avec Esther, une jeune fille peu studieuse mais qui excelle à la piscine en natation synchronisée, sans que ses parents n'aient d'intérêt pour elle, tant son frère aîné prend la place, même, et surtout, dans son absence. Il ne daigne plus donner de nouvelles, laissant sa mère dans une détresse émotionnelle absolue, mais il sait se faire rappeler, et ça, Esther ne le supporte plus.

Le parcours de Mona nous emmène à la rencontre de Lya, qui devient sa voisine de palier lorsqu'elle emménage chez Joshua. Relevée d’un lourd passé qui se manifeste encore à elle, elle sent, elle ressent plus qu’elle ne le sait ce qui arrive à Mona. Et elle cherche à l’aider.

Et puis, nous découvrons Cassien.
Poète dans l’âme, il est un chauffeur très particulier qui cache en son cœur de profondes blessures qui ont bien du mal à se refermer.
Altruiste et généreux, il aide par son silence et son écoute celles qui en ont besoin.

On ne porte jamais quelqu'un sur ses épaules, parce qu'on finit par tomber avec elle, mais on reste là, à côté.

Je voulais lire ce roman en prenant mon temps, et j'en ai enchaîné les pages.
Je craignais qu'en allant trop vite, les émotions et situations des personnages ne s'imprègnent pas assez en moi, ce fut tout l’inverse. J’en suis ressortie sonnée. En larmes.
A ma première lecture, comme à ma seconde.

Son sujet est extrêmement fort et difficile. Mais aussi tellement nécessaire.
Dès le début, on devine un étau à la mécanique implacable, une emprise psychologique qui se met insidieusement en place et qui petit à petit, fait émerger les doutes, fragilise la confiance en soi et en les autres, conditionne et enferme les pensées comme les actes.
Et pourtant, tout commence de façon si banale, si anodine...

Comme d'habitude, il s'excuse, il me caresse les cheveux, m'embrasse. Il pleure d'amour comme il dit, parce qu'il a peur que je le délaisse tant il est heureux à mes côtés. Si c'est le cas, pourquoi trouve-il tant de choses à redire ? Pourquoi est-il si colérique certains jours ? Pourquoi m'en veut-il à la première occasion ? Parfois j'ai du mal à suivre son humeur en montagnes russes, mais, toujours, la fragilité comme la force de son être me prennent aux tripes tandis que ses baisers fougueux s'occupent du reste.

Autour de la relation amoureuse, mais toxique, de Mona, Nancy Guilbert et Marie Colot restituent avec un réalisme percutant et glaçant, plusieurs types de relations : familiales, mère-fille, fraternelles, de couple, toutes celles que l'on croit d'amour. 
Mais aussi, heureusement, l'amitié, avec ses évidences, ou les chemins et détours qu'elle sait prendre pour s’exprimer. Outre la voix de Mona, ne s'expriment que celles qui aident et élèvent, celles qui sont positives.

Elles nous décrivent le désir de plaire et la peur de l’abandon comme de perdre ; les comparaisons ; les angoisses physiques, réelles, supposées qui impactent tant ; la mémoire et l’espoir qui emprisonnent ; l'empathie et l'entraide (même si maladroites) ; le pouvoir des mots subtilement tournés ou leur silence fracassant. L'absence de la voix de Joshua, qui n'est retranscrite que par celles de Mona ou Lya, en est encore plus forte, plus malsaine, plus mauvaise.

Les autrices parsèment les pages de références littéraires, musicales, et bien sûr picturales (un index clôt le roman).
À commencer par le nom des trois parties structurant leur récit, qui se déroule sur trois ans, et qui remonte aussi le temps jusqu’en 1994. 

Leurs personnages sont autant de noms que de parcours, de vies, dans lesquelles se reconnaître, un peu, beaucoup, trop...
J'ai été d'autant plus émue que nombre d'échos se sont faits, des clins d'œil, des détails "insignifiants", mais si parlants pour moi, des liens avec des éléments et évènements personnels, dont cette si belle amitié entre Mona et Curry.
Ce roman m'a parlé au cœur, avec le sentiment très troublant "d'en être".

Ça m'angoisse tellement de revivre ça, de le voir se pavaner comme si de rien n'était. De sentir à nouveaux l'impuissance et la terreur ramper au creux de mes veines. Certains jours, certaines nuits, c'est trop.

Livre-objet qui attire, saisit et questionne avec ce rouge omniprésent.
Point de fuite, titre artistique et vital, qui remue et bouscule,  pour un roman résilient et engagé !
Un roman pour s'aider et aider, dans lequel figurent à la fin des sites et numéros d'aide.

Un roman coup de cœur, coup au cœur.
 

Qu'en ont pensé Pauline et Cécile? Allons lire leurs avis!

Merci aux Editions Gulf Stream

Ce roman participe à l'Objectif PAL d'Antigone.

 

Sur le blog, retrouvez d'autres livres de Nancy Guilbert (ICI) et/ou de Marie Colot (LA), dont Deux secondes en moinsLes mots d'HélioVenise, bises, cerises; présentés par nous trois et assortis d'interviews et d'entretiens.

Découvrez aussi l'avis de Nathalie.

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antigone 29/05/2021 14:05

Tu m'as donné envie. Il faudrait que j'essaye ces romans de chez Gulf Stream.

Blandine 31/05/2021 21:30

Ils ont chacun leur genre bien sûr, ce roman-ci occupe une place particulière!

FondantGrignote 29/05/2021 04:04

Très intrigant... Tu en parles avec tellement d'émotions que ce titre ne peut qu'interpeller ! Je note. Bon week-end Blandine ! bises

Blandine 31/05/2021 21:29

Tu as tout dit et je ne peux que t'encourager à le découvrir à ton tour ;-) Des bisous Fondant!

Pauline 28/05/2021 16:42

C'est vrai qu'il est difficile de lâcher ce roman. Beaucoup de passages sont très émouvants.
J'ai adoré que l'art soit présent et tout ce qu'on a pu apprendre dans ce roman.
Quel bonheur d'échanger avec toi et Cécile encore un fois !
Vivement notre prochaine lecture :-)

Blandine 31/05/2021 21:29

Tout m'a plu dans ce roman ,et toutes ces résonnances, c'est fou!
Oh que oui, un plaisir toujours renouvelé ;-)

Nancy 28/05/2021 13:05

Merci infiniment Blandine pour votre article qui me bouleverse.
Il est de ces lectures qui font résonner en nous tant de sentiments que l'on a parfois du mal à les exprimer.... Je suis toujours sidérée par la façon dont les chroniqueuses et chroniqueurs réussissent à mettre les mots.
Douce journée à vous <3

Blandine 31/05/2021 21:28

C'est moi qui vous remercie pour le maelström d'émotions qui me/nous traversent, grâce à vos mots <3
Belle soirée à vous!

Cécile 27/05/2021 20:26

Quelle lecture en effet ! J'ai également été soufflée par ce roman, la façon dont l'étau se resserre, doucement mais sûrement autour de Mona. Encore une belle performance de Nancy et Marie. C'est amusant ou révélateur, nous avons retenu un extrait en commun !
Je t'embrasse et te souhaite une belle soirée.
Cécile

Blandine 31/05/2021 21:27

Merci Cécile. Ce roman me reste très fortement au cœur!
Il y a tellement d'extraits que j'ai notés. Je crois plutôt que c'est révélateur que nous en ayons un en commun ;-)
Des bises et à très vite!