Kill the Indian in the child. Elise FONTENAILLE – 2017 (Dès 12 ans)

Publié le 6 Mai 2021

Kill the Indian in the child
Le crime d'exister

Elise FONTENAILLE

Oskar Editeur, octobre 2017
96 pages

Thèmes : Indiens d’Amérique, Canada, Pensionnat, Maltraitance, Histoire, Identité

Le titre de ce court roman en dévoile toute sa teneur, qui n'est malheureusement pas fictive.
Pour l’écrire, Elise Fontenaille s'est inspirée de faits avérés et d'une histoire vraie pour nous raconter celle de Mukwa, 11 ans, indien Ojibwé.

Un homme venait de marcher sur la Lune pour la première fois, et nous, nous jetions au feu des os de bêtes sauvages pour y lire notre avenir...

Canada, Réserve indienne de Marten Falls

Trois ans que son père s’oppose à son départ, mais aujourd’hui, il n’a plus le choix. Comme l’exige la loi, Mukwa doit rejoindre le pensionnat Sainte-Cécilia dans le but, officiel, de lui apprendre l'anglais, puis à lire et à écrire.
Officieusement, comme va douloureusement le découvrir Mukwa, il n’en est rien.

Sous le joug de personnels religieux perversement tortionnaires, dirigés par la cruelle Soeur Marie-de-la-Miséricorde, les jeunes Indiens envoyés dans ces pensionnats autochtones devaient en ressortir évangélisés et assimilés, ayant oublié leur culture maternelle.

Me raser la tête, c’était un peu me tuer.
Tuer l’Objibwé en moi.

Rasés, humiliés, torturés, violentés, violés, évidemment mal habillés et nourris avec des aliments avariés, il leur était interdit de s’exprimer dans leur langue maternelle. Même parler entre eux en anglais pouvaient entraîner de terribles supplices.
Subir, s’habituer, au gré des sept messes par jour, et espérer ne pas faire un pas de travers pour ne pas endurer « la chaise » ou finir au cimetière attenant.

Mukwa, devenu numéro 15, en fera malheureusement l’expérience.
Revenu miraculeusement d’entre les morts, mais avec séquelles, il projette de fuir avec Ahmik, numéro 16, avec qui il s’est lié d’amitié dès le premier jour.
Un dimanche, l’opportunité se présente.

Mais des dangers d’une autre nature se profile hors les murs.

C'est parce que tu n'as pas d'ombre.

C’est le cœur serré et au bord des lèvres que j’ai lu ce roman.
Glacée, révoltée et indignée.

Ce roman est court et d'autant plus percutant, les passages où la cruauté est suggérée sont aussi insoutenables que ceux qui sont descriptifs.

Malgré cette insoutenable réalité, Elise Fontenaille nous permet d’approcher la culture objibwé, avec mentions de coutumes, croyances et légendes, et apporte une fin libératrice à son récit.

L’histoire dont elle s’est inspirée pour écrire celle de Mukwa est celle de Chanie Wenjack, survenue en 1966.
Grâce à un journaliste, Ian Adams (dont la carrière fut écourtée), les autorités menèrent enfin des enquêtes sur ce qui se passait réellement derrière les épais murs des pensionnats autochtones.
Ce qui permit aux langues de se délier, aux Indiens d’être écoutés, entrainant un procès et la fermeture de ces lieux d’épouvante, et la dispersion dans d’autres établissements des personnels (reconnus coupables sans être condamnés).

En 2015, après dix ans de travaux, le rapport Honoring the Truth, Reconciling for the Future puis le discours du Premier Ministre Justin Trudeau, présentent leurs excuses au nom du Canada aux 150 000 enfants indiens qui ont souffert entre 1820 et 1996, et dont 30000 n’en sont pas revenus, reconnaissant là un génocide culturel.
Mais des reconnaissances et réparations, ils attendent toujours.

Merci à Oskar Editeur

Ce roman participe au "Petit Bac 2021" d'Enna pour ma 7e ligne, catégorie Être humain; ainsi qu'à l'Objectif PAL d'Antigone.

 

 

 

 

Découvrez les avis de Noukette, Mya, Jérôme

 

Sur ce même sujet, retrouvez sur le blog:

 

D'Elise Fontenaille, découvrez:

 

 

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antigone 19/05/2021 07:37

Le type d'actes qui fendent le coeur.

Blandine 19/05/2021 14:12

C'est cela. Impossible de n'être pas touché(e) :-(

Moka 09/05/2021 07:51

Un titre noté depuis longtemps sans avoir pris le temps de me lancer.

Blandine 09/05/2021 19:30

Il est court mais il percute et reste ensuite au cœur. Certains passages sont insoutenables :'(

Nancy 06/05/2021 22:54

Je ne l'ai pas encore lu mais j'ai découvert l'histoire de ces pensionnats en voyant un résumé de ce roman....
Par contre je ne sais pas si j'aurai la force de le lire, les recherches personnelles pour Old Soul m'ont suffisamment retourné le cœur :/

Blandine 06/05/2021 23:33

Je ne peux qu'imaginer :-( Ce roman est court et d'autant plus percutant, les passages où la cruauté est suggérée sont aussi insoutenables que ceux qui sont descriptifs.
Peut-être avez-vous lu l'histoire de Chanie Wenjack lors de vos recherches?

Missycornish 06/05/2021 20:06

Quelle histoire glaçante ! Je ne connaissais pas du tout ce pan de l'Histoire canadienne mais je suis très intéressée par la culture amérindienne et canadienne. Aussi je note. Pauvres gosses. Je viens aussi de finir un livre dur 12 Years a slave. Je rédige mon billet ce soir. Ça m'a fait pleurer.

Blandine 06/05/2021 22:50

Je l'ai découverte il y a peu avec le roman de Nathalie Bernard, et le roman que je lis en ce moment, Old Soul de Nancy Guilbert, en fait mention (je rajouterai le lien lorsque je l'aurais présenté). La cruauté humaine m'étonnera/m'attristera toujours :-(

J'ai vu le film 12 years a slave il y a quelques années, j'en ai pleuré aussi. J'irai te lire