Au Bonheur des Dames. Agnès MAUPRÉ – 2020 (BD)

Publié le 31 Mars 2021

Au Bonheur des Dames

D’après l’œuvre d’Emile ZOLA (1883)

Adaptation et dessins d’Agnès MAUPRÉ
Couleurs de Grégory ELBAZ

Éditions Casterman, juin 2020
136 pages

Thèmes : Paris, Mode, Chronique sociale, Amour

1864

Le Bonheur des Dames est un magasin de l’avenir.
Finis les petites devantures sombres et étriquées, de devoir attendre d’être servi, les comptoirs qui empêchent de toucher et de choisir.
En ces lieux où la lumière coule à flots par de grandes vitrines et une majestueuse verrière, se trouvent toutes sortes de tissus, de rubans, de dentelles, que l’on peut sentir, ressentir, de couleurs et motifs que l’on peut admirer, de vêtements que l’on peut essayer, dans lesquels se draper, et même voler avec un peu de dextérité.

Il ne faut pas donner dans le joli !
Il faut aveugler ! Captiver ! Capturer !

L’abondance crée la convoitise. 
Les femmes y viennent en nombre dépenser l’argent de leur mari, attirées par les publicités, les remises, la peur de manquer, le passage des collections, la livraison, le possible retour en cas de déplaisir et le désir d’y paraître.

A l’image de Paris qui s’éclaire et s’aère, le Bonheur des Dames est un magasin de démesure, qui ne cesse de grandir, de s’agrandir, un ogre dévorant les petites enseignes qui l’entourent, s’accaparant leurs marchandises isolées pour mieux les réunir.

Elles viennent au Bonheur pour se sentir belles, pas pour se sentir mères.

Le Bonheur des Dames devient un lieu incontournable qui sait combler les attentes avant même qu’elles ne soient formulées, qui crée les modes et les envies, et dans lequel commis, vendeurs et Demoiselles sont au service de ces Dames... pour leur plus grand Bonheur.
Toutes drapées de noir pour ne point faire de concurrence à ces dépensières qui se targuent de faire de belles affaires, les Demoiselles sont payées à la commission, exacerbées par une rude compétition, interdites de mariage, et encore moins d’enfant, logées et nourries sur place, renvoyées en masse à la basse saison. Leur réputation fait celle du magasin. Pourtant nombre d’entre elles arrondissent comme elles peuvent les fins de mois...

Il est là, le nouveau commerce. Nous sommes au dix-neuvième siècle. Cela ne suffit plus de seulement vivre, il faut consommer.

Parmi elles, se trouvent Denise, petite fluette blonde venue de Normandie qui a troqué l’habit noir du deuil pour la robe de soie obscure du Bonheur. Elle est là, au centre de la couverture, et pourtant, on la distingue à peine, notre regard emporté par les robes de ces Dames et ces nuances de bleu, si présentes dans les planches à venir.

Là n’était pas son souhait à Denise lorsqu’elle est arrivée à Paris avec ses frères Jean, 16 ans, et Pépé, 5 ans.
Mais chez l’Oncle Baudu, il n’y avait pas de place pour elle. Lui qui peine déjà à faire vivre son magasin et sa famille depuis que le Bonheur a ouvert juste en face de sa boutique. C’est que le petit Mouret a fait du chemin depuis le décès prématuré de son épouse.

Ambitieux, visionnaire, despotique, Octave Mouret regorge d’idées et de projets pour le Bonheur, flattant ces Dames, se les appropriant, s’en servant puis les délaissant, telle Henriette Desforges qui lui permet d’approcher le Baron Hartmann et ses nombreux immeubles... Homme à femmes, habitué à les avoir à ses pieds, il a favorisé l’embauche de Denise, persuadé d’amadouer ainsi le Vieux Baudu et de gagner ses faveurs à elle.
Pourtant, elle lui résiste, lui échappe, et contre toute attente, son humilité exerce sur lui une influence positive et humaine qui transforme peu à peu Octave et son Bonheur...

Au Bonheur des Dames. Agnès MAUPRÉ – 2020 (BD)
Au Bonheur des Dames. Agnès MAUPRÉ – 2020 (BD)
Au Bonheur des Dames. Agnès MAUPRÉ – 2020 (BD)
Au Bonheur des Dames. Agnès MAUPRÉ – 2020 (BD)
Au Bonheur des Dames. Agnès MAUPRÉ – 2020 (BD)

Lu en classe de 4e, Au bonheur des Dames est l’une des seules lectures scolaires qui m’ait plu et dont je garde un bon souvenir, cependant flouté quant aux détails.
Aussi étais-je ravie de découvrir que ce roman avait été adapté en BD, un procédé que j’adore, et l'ai-je achetée sans y regarder.

Malheureusement, le charme n’a pas vraiment opéré.
Si j’aime les thèmes explorés et la description de cette époque de transformation qui a déterminé la nôtre, les dessins, et plus encore le choix des couleurs, m’ont laissée à distance. Et cela commence dès la couverture.
Des quelques souvenirs de lecture qui me restent, me parviennent des descriptions quasi tactiles des tissus déployés au Bonheur, leurs agencements en cascade à en donner le vertige. Et cette lumière donnée grâce à la structure de verre et d’acier qui inonde le magasin... 
Je n’ai pas retrouvé cela.

En ces planches, il y a du bleu, dans toutes ses teintes, mais qui uniformise, enlevant toute luminosité aux vitrines et fenêtres, faste aux décors et intérieurs, reliefs aux tissus. Peu de profondeurs ou de perspectives mais des formes imprécises, floutées, pour les lieux, choses et êtres, avec des ondulations comme pour compenser. A contrario, quelques cases oniriques sont vraiment très belles.
J’évoquais le tactile, mais Zola va même plus loin en leur conférant un côté charnel, un désir physique de séduction, de possession et de domination. Aspect clairement détaillé dans la postface de Manuel Charpy (chercheur au CNRS, spécialisé en histoire des cultures matérielles et visuelles.) mais absent ici.
Un dessin plus « académique », aurait paradoxalement mieux convenu à ce roman de mœurs, social et sociétal, historique et de modernité.

Pour autant, je ne ressors pas totalement déçue de cette adaptation.

Cet album participe au RDV BD de la semaine, qui se passe aujourd’hui chez Moka (CLIC); au "Petit Bac 2021" d'Enna pour ma 5e ligne, catégorie Être humain; ainsi qu'à notre challenge avec Nathalie "2021, cette année sera classique!"

 

 

 

 

Découvrez aussi les avis de MokaFanny;

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Moka 07/04/2021 16:50

Je vois que nous avons vécu cette lecture de manière assez similaire... Je viens d'acheter Pot Bouille. Pas sûre que le dessin me séduise plus mais Jérôme me l'avait vivement conseillé.

Blandine 09/04/2021 15:57

J'aimerais beaucoup découvrir Pot-Bouille dont le dessin me semble plus attrayant! J'irai lire ton avis avec curiosité!

Fanny 05/04/2021 20:42

Sans surprise, nous sommes d'accord ! Depuis je me suis procurée le roman et je compte le lire.

Blandine 05/04/2021 23:20

Je le relirai, un jour!

Mylene 05/04/2021 08:08

je l'avais déjà noté mais je me rappelle, vu ton avis, pourquoi je n'avais finalement pas sauté le pas :D

Blandine 05/04/2021 23:19

C'est que le titre attire ;-) Malheureusement, je ne suis pas la seule à avoir cet avis en demi-teinte...

Caro 02/04/2021 22:40

Tu n'es pas la 1ère déçue de cet album je crois, alors je vais passer pour m'éviter une déconvenue... Trop de choses à lire en ce moment !

Blandine 04/04/2021 13:14

Non en effet, le graphisme reste ... particulier! Oh oui, on a toujours tant à lire et découvrir^^

gambadou 01/04/2021 12:08

Moi qui déjà n'ai pas aimé le livre ! je passe

Blandine 01/04/2021 16:06

C'est compréhensible ;-)

Cristie 31/03/2021 19:04

Si je la croise.

Blandine 01/04/2021 16:05

Oui il faut tenter ;-)

Amandine AuFildesPlumes 31/03/2021 14:28

Je l'ai vu passer plusieurs fois sur les blogs mais je ne suis toujours pas tentée.

Blandine 01/04/2021 16:05

Je comprends!

eimelle 31/03/2021 13:34

je garde un très bon souvenir du roman, j'en reste là!

Blandine 01/04/2021 16:05

Surtout si ton imaginaire diffère de beaucoup avec les dessins ;-)

Anne 31/03/2021 12:25

Je crois que je n'ai même pas envie de lire une adaptation BD de ce roman que j'aime beaucoup, que j'ai lu et relu avec amour.

Blandine 01/04/2021 16:04

Ah je peux comprendre!

mamabookine 31/03/2021 10:53

Je préfère garder mon grand souvenir du roman, d'autant que le graphisme là ne m'attire pas du tout...

Blandine 01/04/2021 16:04

On est beaucoup comme ça... J'aime tellement les adaptations que j'ai craqué malgré la couverture. Mais je ne regrette pas pour autant!

Stéphie 31/03/2021 10:02

J'adore Zola mais le dessin ne m'attire pas du tout

Blandine 01/04/2021 16:03

Je crois que nous sommes très nombreux/ses dans ce cas...

Natiora 31/03/2021 08:21

J'ai très envie de lire le roman, qui dans mon imaginaire (lié aux autres Zola que j'ai lus), n'a rien à voir visuellement avec cette adaptation. Comme toi, Moka et Fanny je ne pense pas être conquise par cet album que je laisse donc de côté.

Blandine 01/04/2021 16:03

Voilà, mon imaginaire (construit sur ma lecture) s'est aussi heurté à ces dessins, et c'est vraiment dommage, car forcément pour une BD, c'est un critère très important. Pourtant, il y a tellement dans ce roman...

FondantGrignote 31/03/2021 07:12

Oh je suis moi aussi déçue à la lecture de ton ressenti ; "fan" de Zola, je pense que j'aurais craqué aveuglément.. Me voilà prévenue. Comme toi, je ne crois pas que je serais tellement séduite... Merci pour ton avis éclairé et éclairant, Blandine ! ^_^

Blandine 01/04/2021 16:01

Merci à toi Fondant! Je suis quand même contente d'avoir lu cette adaptation mais je n'ai pas été emportée, et j'aurais vraiment voulu l'être! Une adaptation de Pot-Bouille est parue (je n'ai pas lu le roman par contre) et le dessin est plus classique, je pense qu'l me plairait davantage, je vais me la procurer. Bonne journée!