C'est lundi, que lisez-vous? #277

Publié le 16 Décembre 2019

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUMS

Bleu / Blue

Noir & Blanc / Black & White

Texte d'Hélène KERILLIS et illustrations de Guillaume TRANNOY

Editions Léon Art&Stories, novembre 2019

Voici les deux derniers albums de la chouette collection "Mini-Léon" qui a pour but de sensibiliser les plus jeunes à l'art, notamment la peinture, par le biais d'un thème unique. Après avoir vu les nuages, les monstres, les jardins, la musique, la danse ou autres couleurs, voici le bleu et le noir & blanc.

Bleu de la nature et des éléments, bleu recherché et même créé, bleu surprenant ou différentes nuances... le bleu réserve bien des émotions et sas se mettre en scène!

Noir & blanc comme un jeu d'échecs, comme lorsqu'on mélange toutes les couleurs, mais aussi comme un paysage enneigé, la lumière du soleil au-travers d'une fenêtre, ou le contraste ombres et lumière...

Le petit caméléon Léon, emblème de la maison, jouent avec les tableaux avec toujours autant de malice, de facéties, et de poésie.

Au-delà, les tableaux (avec aussi d'autres techniques picturales - j'ai aimé la présence d'un graffiti dans ces pages) nous invitent à découvrir d'autres manières de vivre, de faire, ce qui a changé et ce qui ne change pas, des paysages immuables, des jeux qui passent le temps, les frontières et les générations, ... 

Ces albums, bilingues français-anglais sont aussi le moyen d'approcher cette autre langue de manière ludique. D'ailleurs, avec mes garçons, dorénavant, je lis en français, et eux en anglais... Aïe, ce n'est pas toujours simple!

Je vous en parle davantage bientôt.

Le Lac des cygnes. Texte de Pascal MARET et illustration d'Alexandra HUARD. Editions Nathan, octobre 2019

Comme je suis contente d'avoir gagné ce bel album grâce au concours que Lylou du blog Livres et Merveilles a fait sur son compte Instagram! Il est magnifique et nous raconte le célèbre ballet de Piotr Ilitch Tchaïkovski et inspiré d'une légende allemande...

A ses dix-huit ans, le Prince Siegfried est appelé à remplacer sa mère pour diriger le royaume. A ce titre, il lui faut une épouse, qu'il aura à choisir parmi six prétendantes lors d'un bal donné le lendemain.

D'un naturel rêveur et solitaire, cette perspective ne l'enchante guère et, sur les conseils de son précepteur,  il part à la chasse, même s'il n'aime pas beaucoup ça.

Alors que la nuit tombe, il arrive au lac et distingue une silhouette qu'il prend d'abord pour un cygne, avant de voir qu'il s'agit d'une belle jeune fille, Odette. Qui lui raconte son histoire et la malédiction qui la retient prisonnière...

Je n'en dirais pas plus sur l'histoire, car, peut-être, comme moi, ne la connaissez-vous pas, ou si peu. 

Elle est magnifiquement servie par des illustrations réalisées à la peinture, qui jouent sur les effets de plans et de détails, avec des couleurs profondes, et notamment ce bleu, si prégnant à chaque page.

Ruby. Texte d'Isabelle WLODARCZYK et illustrations de Sonia Maria Luce POSSENTINI. Editions Lirabelle, 2018

Souvenez-vous, je vous ai présenté un album sur la petite Ruby Bridges, Ruby tête haute,  qui nous racontait l'histoire d'un tableau la représentant en 1960, petite fille noire allant, escortée par des policiers, dans une école de Blancs.

Aussi, lorsque j'ai vu cet album à la bibliothèque, me suis-je empressée de l'emprunter.

Celui-ci est un album-CD réalisé par la chorale scolaire (classes de CE1 et CE2) Les Petits loups des Voix interprétant Ruby Bridges, le défi d'une fleur sauvage en neuf chansons dont les paroles sont reproduites à la fin.

L'album nous la raconte donc, de son enfance dans les champs de coton, à la Nouvelle-Orléans lorsqu'elle court plus vite que les garçons jusqu'à son premier jour d'école, sa maîtresse pour elle toute seule, la solitude et toute cette première année... Le texte, empreint de poésie, est magnifiquement prolongé par des illustrations en noir et blanc, et quelques nuances de marron, d'un réalisme saisissant, limite photographique mais volontairement flouté. Beaucoup de beauté, de douceur et de pudeur s'en dégagent, 

Un album que je vous présenterai davantage en février lors de l'African American History Month d'Enna.

Moi, Nanouk, ours polaire. Texte de Nicola DAVIES et illustrations de Gary BLYTHE. Editiosn nathan, octobre 2005

Dans cet album aux superbes illustrations (de peinture sur toile?), c'est l'ours polaire qui parle. L'ours polaire appelé Nanouk par ses "frères humains", les Inuits, qui le connaissent si bien.

Alors Nanouk se raconte en plusieurs graphies. Il nous décrit sa fourrure, son mode de vie, son environnement, ce qu'il mange, comment il se déplace et pendant combien de temps, les mamans ourses et leurs petits, la taille de sa patte. C'est un album très beau et très doux, sans morale ni accusation, mais bien fraternel.

BD

Un million d'éléphants. Jean-Luc CORNETTE et Vanyda. Editions Futuropolis, 2017

Laos, le pays du million d'éléphants, est le pays des racines de Vanyda et elle s'est inspirée du récit familial pour dresser les multiples portraits (dont les noms ont été changés) de cet album et les bouleversements qu'a connu le pays, des années 30 jusqu’à aujourd'hui.

Ainsi nous sont décrits les traditions, les envies d'études et d'ailleurs des jeunes, le coup d'état, les morts et les fuites, les camps de réfugiés et les départs vers des destinations où seul le nom est connu: France, Canada, Etats-Unis... La vie en France dans une banlieue parisienne, les retrouvailles, le cheminement de chacun et le manque du pays.

J'ai eu quelques difficultés à suivre lors des changements de personnages, car cela se fait sans transition, que les physiques se ressemblent et que je ne suis pas familière des noms. Mais j'ai été émue par leurs parcours, individuels comme collectifs, et cette résonance très forte avec l'actualité, et ce sentiment que finalement rien ne change vraiment, hormis le lieu ou l'époque...

L'album se termine sur quelques pages documentaires, très intéressantes, qui reprennent le parcours de chacun.

Une aventure rocambolesque du Soldat Inconnu - Crevaisons. Manu LARCENET et Daniel CSANAVE. Editions Dargaud, collection "Poisson-Pilote", mars 2014

Un vieil homme vit seul au coeur d'un immense cimetière, littéralement au bout su monde. Aucun lien avec le monde extérieur ni aucun autre vivant. Il entretient les tombes , se nourrit de boîtes et son plaisir ultime (et interdit) est d'écouter ses vinyls de rock/punk/grunge à un volume à réveiller les morts.

Alors que la nourriture vient à manquer et qu'il n'a reçu aucune réponse de sa hiérarchie à sa missive, il décide de partir pour se ravitailler. Quelle n'est pas sa stupeur/frayeur en découvrant de l'autre côté de l'enceinte, des tombes... à perte de vue... pas âme qui vive... personne... rien.

De retour chez lui, il y trouve un homme, en uniforme, le Soldat Inconnu, sorti de sa tombe... Et alors s'engage une conversation sur la guerre et son absurdité, l'état du monde, la folie des hommes, le désir de pouvoir, la nécessité d'aller de l'avant...

C'est "rocambolesque", c'est grinçant, c'est drôle.

Gramercy Park. Timothée DE FOMBELLE et Christian CAILLEAUX. Editions Gallimard, avril 2018

Gramercy Park, New-York, petit parc avec en son centre une statue, un quartier résidentiel huppé, calme et sur l'une des hauteurs d'un immeuble, des ruches. Une jeune femme s'en occupe et en profite pour observer les baies vitrées en face. Derrière elles, se cache un homme, puissant mais craint et qui échappe à la police. Elle le guette, le traque, le devine, le suit, perce son secret...

Dans le même temps, nous sommes de l'autre côté des vitres, avec cet homme, dont la police qui enchaîne les planques, attend le moindre faux pas. On sent bien son pouvoir, sa méfiance, les ordres secs ou larvés, son autorité et l'absence de liberté qu'il fait peser sur son enfant, une jolie fillette d'environ 5-6 ans.

Qu'est-ce qui lie ces deux personnages? Car il y a bien un lien...

Timothée de Fombelle s'essaie avec cet album à un nouveau genre, la bande dessinée. Avec sa plume poétique, il nous raconte une quête et une vengeance. Se dévoilent des secrets, des trahisons, mais ausi des espoirs alors que la narration oscille entre le passé et le présent. 

Un très bel album mais dont je n'apprécie pas trop la couverture qui pourrait mal aiguiller qur la teneur des planches internes.

Orage et désespoir. Lucie DURBIANO. Editions Gallimard, mars 2006

Orage et Désespoir sont deux soeurs aussi dissemblables que complices. Nous les apercevons sur la couverture. Parents divorcés et les voici en vacances avec leur père qui ne sait ni s'occuper d'elles, et qui de toute façon, n'en a pas envie. Il préfère être avec sa nouvelle conquête...

Les filles retrouvent leurs deux amis annuels, vont à la plage, boire un verre, à la fête... Une après-midi, alors qu'ils se baignent, un vendeur de chouchous au teint cadavérique tombe subitement, mort, et une tempête arrive soudainement et manque de noyer Orage (la brune) alors qu'elle nageait en direction de l'île aux mortes. Heureusement, un beau garçon, brun ténébreux, l'a sauvée des eaux... et Désespoir succombe à son charme...

Le lendemain, Orage ne trouve plus sa soeur et en la cherchant apprend qu'elle est partie sur l'île aux mortes avec le bel étranger. Aussitôt, elle rameute les deux garçons et se dirigent avec eux là-bas... Une légende macabre entoure cette île dont la famille propriétaire aurait fait d'étranges expériences et aurait mystérieusement disparu...

Les amis ne sont pas au bout de leurs surprises.

Adolescence, premières amours, amours interdits, malédiction, vengeance, un brin de fantastique, tous ces thèmes sont très tentants mais le scénario part dans tous les sens et j'avoue n'avoir pas tout compris des différentes directions prises. Le titre, pourtant  référence évidente à la tirade du Cid, n'est en fait que leurre (c'est pour cela, à la base, que j'ai emprunté cet album à la bibliothèque) car il n'en est mention nulle part, ni de l'oeuvre ni d'une quelconque adaptation/transformation. Quelques autres références sont disséminées ça et là mais sans réel intérêt. Bref, j'attendais plus ou plutôt autre chose.

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Notre part de cruauté. Araminta HALL. Editiosn Préludes, 4 septembre 2019

Mike et Verity s'aiment. Il s'aiment d'un amour intense, violent, évident mais qui a des règles. Des règles instituées par Verity et qui forment le Jeu. Pour elle, il s'est plié à tout, sculptant son corps comme elle le désire, lui obéissant, car il n'a qu'un désir, qu'elle soit heureuse. Pour elle, il est parti deux ans à New-York, pour servir sa carrière (de trader) disait-elle. Elle, est restée à Londres, dans le domaine de l'Intelligence Artificielle, à un poste qu'il lui a trouvé. Pour elle, dès son retour,  il a acheté une superbe maison, l'a décoré selon ses goûts à elle. Mais le Jeu a évolué, de nouvelles règles sont apparues, et la faute lui en revient, à cause d'une petite incartade... Mais cela ne va pas durer, ne peut pas durer... Et ce mariage avec un autre, n'est qu'une punition... Vraiment?

Et si leur histoire était simplement terminée?  Impossible pour lui.

Dans la première partie du roman, nous découvrons Mike en prison. C'est un peu confus et il n'est pas aisé de comprendre pourquoi car il raconte leur relation, atypique, comme si nous la et les connaissions.

La deuxième partie nous dévoile ce qu'il s'est passé depuis son retour de New-York quelques mois auparavant et pourquoi il est en prison. Nous en apprenons davantage sur lui, son enfance cabossée auprès d'une mère alcoolique et battue par ses "petits amis" de passage, sa mise en foyer puis en famille d'accueil auprès d'Elaine et Barry, qu'il voit toujours.

Nous le découvrons au travail où sa réputation ne semble pas être à la hauteur de ce qu'il fournit désormais,  en train d'espionner Verity (qu'il appelle V), au sortir de son travail, autour de sa maison, à essayer de l'approcher, de lui parler, ce qui semble être de la réticence de sa part. Nous découvrons ses pensées, uniquement tournées vers elle, et les turpitudes et désespoir dans lesquels elles le mènent.  

La troisième partie, nous décrit l'avant et le procès, et la stratégie mise en place par son avocat pour plaider sa cause.

Car si c'est lui qui a porté le geste malheureux, est-il l'unique responsable de la tragédie? N'a-t-il pas été manipulé par V.? Qui, soit-dit en passant, ne semble éprouver ni tristesse, ni regrets, ni remords. Mais nous n'avons toujours que le point de vue de Mike ou celui d'une tierce personne, jamais le sien, à elle.

Ce roman se lit plutôt vite et facilement, bien que tout ne soit pas toujours clair et fasse quelques longueurs. Pourtant, je reste à distance. Mike m'agace par son côté passif et uniquement tourné vers V, pour satisfaire ce qu'elle désire, aime, aimerait, à analyser le moindre de ses gestes comme s'ils avaient tous un sens, une signification spécialement dédiés à lui. Lui qui s'oublie (ce que cherche à lui faire comprendre sa collègue et voisine, Kaithlin) et ne peut prendre du recul. Tout ceci donne à penser qu'il est plutôt "simple d'esprit" et sans volonté propre.

J'ai quand même hâte de savoir comment tout cela va bien pouvoir se terminer.

3/ Que vais-je lire ensuite?

Dévorer le ciel. Paolo GIORDANO. Editions du Seuil, août 2019

Présentation de l’éditeur:

Dix ans après La Solitude des nombres premiers, un adieu à la jeunesse, un bouleversant roman d’amour et d’amitié.

Chaque été, Teresa passe ses vacances chez sa grand-mère, dans les Pouilles. Une nuit, elle voit par la fenêtre de sa chambre trois garçons se baigner nus dans la piscine de la villa. Ils s’appellent Nicola, Bern et Tommaso, ce sont « ceux de la ferme » d’à côté, jeunes, purs et vibrants de désirs.

Teresa l’ignore encore, mais cette rencontre va faire basculer sa vie en l’unissant à ces trois « frères » pour les vingt années à venir, entre amours et rivalités, aspirations et désillusions. Fascinée par Bern, personnage emblématique et tourmenté, viscéralement attaché à la terre somptueuse où il a grandi, elle n’hésitera pas, malgré l’opposition de sa famille, à épouser ses idéaux au sein d’une communauté fondée sur le respect de la nature et le refus du monde matérialiste, à l’image de la génération des années quatre-vingt-dix, tiraillée entre le besoin de transgression et la soif d’appartenance, mais entièrement tendue vers l’avenir, avide de tout, y compris du ciel.

 

Et je n'ai toujours pas fait mes photos...

***

Sur Instagram, @delphineolympe et @nicolemotspourmots ont concocté un Calendrier de l'Avent littéraire pour (re)mettre en avant des lectures qui ont marqué notre année.

#MonAventLittéraire2019

Neuvième jour:

Le meilleur personnage: Violette Morris à abattre par tous les moyens . Bertrand Galic et Kris.(BD)

Dixième jour:

Le livre le plus déstabilisant: Les vestiaires. Timothé Le Boucher (BD)

Onzième jour:

Le livre le plus original: Biographic Khalo. Sophie Collins

Douzième jour:

Le livre le plus instructif: La fillette au drapeau blanc. Saya Miyauchi (Manga)

Treizième jour:

Le livre le plus émouvant: Ceux qui restent. Josep Busquet et Axel Xöul (BD)

Quatorzième jour:

Le livre le plus drôle: Vous faîtes quoi pour Noël? Carène Ponte.

Quinzième jour:

Le livre qui sort de mes habitudes: Jouir. En quête de l'orgasme féminin. Sarah Barmak.

Pour finir, je vous mets les liens des articles publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celles à venir!

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 17/12/2019 22:42

Bravo, cet album est superbe <3
Je ne savais pas qu'il y avait deux nouveaux Mini-Léon, ils ont l'air extras !
Et l'histoire de Ruby me plaît beaucoup... mais les autres titres que vous présentez aussi !
Belle semaine, Blandine !

Blandine 18/12/2019 22:16

Merci beaucoup Nancy <3
Belle semaine à vous aussi!

Bidib 17/12/2019 18:56

oh ! que tu as de la chance d'avoir gagné Le Lac des cygnes ! Il a l'air magnifique cet album.
Les 2 mini-léo me tentent bien aussi. J'aime beaucoup la couverture de Noir et Blanc.
hâte de te lire ne février sur Ruby. J'avais cherché à la bibli des livre sur ce thème mais il n'y avait rien dans les fond, d'ailleurs j'avais impliqué la bibliothécaire dans ma rechercher et... hasard ? quelques temps àprès il y avais des nouvelles acquisition sur ce thème :D
je note aussi un million d’éléphants et Crevaisons
très bonne semaine livresque

Blandine 17/12/2019 22:31

Merci beaucoup Biidb! Oh oui, je mesure ma chance d'avoir remporté ce très bel album! Oh génial que tu aies (certainement) contribué à l'acquisition de livres sur ce thème. Cet album sur Ruby est vraiment beau!
Belle semaine livresque à toi aussi!