Les enfants terribles de BONAVENTURE. Cécile HENNEROLLES – 2019 (Dès 8 ans)

Publié le 4 Octobre 2019

Les enfants terribles de BONAVENTURE

 

Cécile HENNEROLLES

 

Editions Magnard Jeunesse, août 2019

240 pages

 

Thèmes : Enfance, modernité, école/éducation, aventure, amitié, amour, transmission

 

Bonaventure est une île, un petit paradis où chaque jour est aventure.

Arbres, plantes, marais, sentiers de terre et de boue, tout est promesse de jeux, rires, blagues, bricolages, courses, explorations. Ainsi se passent les enfances, libres et sauvages.

Chaque enfant se voit attribuer un surnom qui lui reste à vie, et les fêtes ponctuent l’année.

Il ne nous fallait rien de plus pour être heureux que de sentir les chemins de terre s’enfuir sous nos pieds, le chant des oiseaux se frotter avec insolence aux cris des mouettes et l’odeur des aiguilles de pins se mélanger à celle des crottes de brebis au gré de nos escapades.

Eloignée de seulement deux kilomètres du continent, la vie y est pourtant radicalement différente : ni eau courante, ni électricité, ni école ou infrastructures d’aucune sorte. La vie se fait au jour le jour au gré des envies et des saisons, affranchie de restrictions (sauf celle de se laver derrière les oreilles !).

Ses habitants y vivent quasiment en autarcie, et personne ne se soucie d’eux.

Enfin, presque personne.

Car un jour de 1953, un Député a eu une idée !

 

Et c’est ce que raconte à ses petits-enfants, et à nous, le grand-père narrateur de notre histoire, à l’époque âgé d’environ 14 ans.

Un enfant « terrible », surnommé Croque-Poux.

 

Il décrit son enfance puis l’avant/l’après, le moment de bascule, lorsque le Continent, par le biais d’une lettre bleu-blanc-rouge, a souhaité se relier à eux par un pont, avec l'idée (forcément bonne pour eux, Bonaventuriens) d'apporter modernité, confort, et tourisme.

 

Malgré une défense acharnée, et à leur niveau, le pont se construit, s’inaugure, et un miracle se produit. Juste pour lui.

Un petit miracle d’un mètre quarante-cinq (presque aussi grand que moi à l’époque), qui avançait à travers la foule, portant un coussin rondouillard sur lequel quelqu’un avait posé une paire de ciseaux en argent. Un petit miracle en robe du dimanche bien repassée, aux couettes flamboyantes et aux adorables tâches de rousseur qu’il m’ait été donné de voir.

Malheureusement, le miracle vit sur le continent.

Comment faire pour la revoir ?

Et si la solution passait d’abord par l’obligation ?

Un inspecteur pointilleux de l’Education Nationale s’est rendu sur l’île et devant le manque (manifeste) d’éducation et d’instruction des enfants, a décidé d’y affecter une maîtresse, désireuse de changement !

Du changement, elle va en avoir, et si les résultats escomptés ne sont pas là, ce sera la pension pour les enfants.

Et ça, ce n’est pas envisageable !

 

C’est ainsi que débarque sur l’île, sur un vélo et en socquettes blanches, Mademoiselle Van der Slikke, une maîtresse tout à fait hors normes, et donc géniale !

 

***

 

Quel régal que ce roman !

Il est plein de fraicheur, de spontanéité.

Il donne envie de nature et de simplicité, de bienveillance et de lien (transmission intergénérationnelle notamment) d’apprentissage par la « méthode des petits cailloux » et ode à une école différente.

J’ai adoré les « documents » disséminés ça et là, un dessin, un schéma, une photographie, la retranscription d’une réunion ou d’un appel téléphonique, une lettre, en utilisant une graphie différente pour chacun.

Cela amène du rythme et d’autres points de vue.

 

Le ton est drôle, léger, empli d’humour (parfois très juvénile) mais n’empêche pas les références (il y a du Fifi Brindacier, un peu de Peter Pan, et du Macao et Cosmage ), métaphores ou les réflexions existentielles.

Je vous conseille de collectionner les bonheurs minuscules qui se glissent au fond des poches, les habitudes un peu fripées qu’on emporte dans ses valises, les fous rires mémorables qu’on ramasse sur le bord des chemins, et les petites histoires qui se chuchotent le soir au coin du feu…
Faîtes-ça, c’est important. Fabriquez-vous des petits bouquets de nostalgie que vous pourrez vous offrir à vous-mêmes quand vous serez devenus grands.

Merci aux Editions Magnard Jeunesse

Ce roman participe au Challenge de Sophie Hérisson « 1% Rentrée Littéraire 2019 ».

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Il donne envie ! (et s'il y a de la référence à Fifi Brindacier... <3)
Beau week-end Blandine !
Répondre
B
(comment résister?? ;-) )
Belle semaine à vous Nancy!
F
Comment ne pas s'empresser de noter ce petit bijou ? c'est fait !:-)
Répondre
B
Hihi!! Tu m'en vois ravie :-)
N
Oh ! ça à l'air sympa comme tout !! Plein de fraicheur et d'air pur...
Répondre
B
Oh que oui!