La maison. Paco ROCA – 2016 (BD)

Publié le 11 Septembre 2019

La maison

 

Scénario et dessin de Paco ROCA

 

Editions Delcourt, 11 mai 2016

128 pages

 

Thèmes : Famille, Mémoire, Transmission, Espagne

 

La maison est dans les hauteurs de la campagne espagnole d’où l’on aperçoit la mer au loin.

La maison a été bâtie à force de travail, de patience, de volonté. Elle en a occupé des week-ends et des vacances.

La maison demande à être constamment entretenue, bichonnée, réparée, visitée, habitée même.

La maison raconte une vie, des vies, une famille, ses souvenirs, ses absences, avec ses bibelots, ses trophées, ses outils, ses rires, joies et peines.

La maison, c’est le temps qui passe, qui s’enfuit et celui qui reste puis devient.

La décoration de cette maison est un voyage dans le temps.

« La » maison et non « une » maison.

La maison comme une personne à part entière et un point d’ancrage.

Elle est celle d’Antonio Gisbert, décédé il y a un an.

 

Depuis, la maison a pris la poussière, le soleil n’inonde plus ses pièces, tout y est resté suspendu, figé, en attente. Les plantes et les arbres dépérissent, et seules les feuilles amassées dans les recoins de sa cour apportent du mouvement.

C’est la première fois que je suis ici sans rien faire.

Notre père nous appelait tout le temps pour faire une chose ou une autre.
Il ne supportait pas l’oisiveté.

Pour moi, venir ici était comme être condamné aux travaux forcés.

Le temps d’un week-end prolongé, ses trois enfants (Vicente, José et Carla) et leurs conjoints, y viennent.

Leur but : la vider et lui apporter un coup de neuf dans l’espoir de la vendre.

Malgré deux questions lancinantes :

 

« Quel est le moment le plus heureux que vous ayez passé dans cette maison ? »

 

« Pourquoi on ne garderait pas la maison ? »

 

Au fur et à mesure qu'ils avancent, réparent, retrouvent, se séparent, progressent, des réminiscences, anecdotes et confidences jaillissent et s’échangent.

Entre nostalgie et colère, tristesse et rancœur, questionnements et souvenirs heureux, banals, individuels ou croisés, anciens ou récents, se reconstitue leur vision de ce passé commun et se dessinent leurs caractères.

Comme celui de leur père, judicieusement contrebalancé par des échanges avec son ami Manolo.

 

Les planches suivent ce mouvement, nous faisant voguer au gré de leurs pensées, mémoire et trouvailles par des jeux de couleurs.

Passent les heures et passent les cases où l’on observe les changements de la maison, des corps, des envies, des générations, jusqu’à l’inversion des rôles.

-Vendre cette maison, c’est comme renier une partie de notre passé.

-Non, ce n’est pas vrai.

-Nous n’avons pas besoin d’elle pour nous souvenir de papa.

La maison. Paco ROCA – 2016 (BD)
La maison. Paco ROCA – 2016 (BD)
La maison. Paco ROCA – 2016 (BD)
La maison. Paco ROCA – 2016 (BD)

C’est grâce à Noukette que j’ai découvert Paco Roca, et cet album en particulier.

Un petit format à l’italienne, intimiste.

Une rencontre coup de cœur.

Une thématique qui me touche et qui a fortement résonné cet été lorsqu’il a fallu aider mon père à déménager et à vider les lieux de mon/notre enfance/adolescence avec mes sœurs.

Et de ressentir nombre des sentiments décrits en ses pages.

Un album chouchou, nostalgique, à la fois amer et doux, dans lequel il fait bon revenir et que je garde bien précieusement.

 

Et si vous êtes comme moi, sensibles aux lieux et à leur mémoire, cet album ne pourra que vous plaire.

Il participe au RDV BD de la semaine, aujourd’hui chez Stéphie (CLIC), et à l’Objectif PAL d’Antigone.

 

 

 

  Retrouvez aussi les avis de JacquesJérôme Moka, Stéphie

 

 

 

D'autres références sur la mémoire des lieux:

  • Roman: La mémoire des murs. Tatiana de Rosnay
  • Roman: Rose. Tatiana de Rosnay
  • Album: La Maison. J. Patrick Lewis et Roberto Innocenti

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagram,, Babelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Oui un très joli roman graphique, plein de charme, de délicatesse et de tendresse. :-)
Répondre
B
voilà <3
A
Depuis le temps que je vois passer cet ablum ! ;)
Répondre
B
Tu te dis que tu devrais le lire ;-) Tout juste ^^
S
C'est un album qui a tout pour me plaire, c'est certain.
Répondre
B
Tu m'en vois ravie :-)
C
J'en garde un bon souvenir, pas uniquement par le format, mais aussi par la nostalgie qui émane de ces pages...
Répondre
B
C'est exactement ça... la nostalgie...
A
J'avais adoré cette lecture!
Répondre
B
<3
F
Vous êtes plusieurs à l'avoir aimé!
Répondre
B
Oh que oui. Toi bientôt peut-être?
S
Lue, chroniquée, mais pas un coup de coeur non plus ;)
Répondre
B
Je viens de te lire. Je comprends même si ne partage pas. ;-)
M
cette BD est depuis longtemps dans ma liste d'envie, faudra que je saute le pas un jour !
Répondre
B
Oh que oui! Je t'y encourage vivement^^
N
Votre article est très touchant avec la résonance dont vous parlez <3. J'aime aussi toutes les histoires de maisons et de lieux...
Merci pour la découverte, Blandine, et belle soirée.
Répondre
B
Merci Nancy <3
Belle journée à vous!
J
J'ai adoré cet album. Sans la moindre restriction.
Répondre
B
Tu as tout dit ;-)
N
Une bd lue il y a déjà 3 ans (le temps passe décidément très vite...) et que j'avais beaucoup aimé aussi. Découverte grâce à Noukette !
Répondre
B
Un bien bel album oui <3
F
L'idée semble extra ! C'est vrai que notre maison prend souvent beaucoup de place dans nos vies, comme un être humain à part entière, c'est exactement ça !
Répondre
B
Voilà ;-)
N
Je suis contente que cet album ait fait écho chez toi... Une merveille <3
Répondre
B
Oh que oui <3 Déjà lorsque je l'avais lu (il y a 1 ou 2 ans) et là plus encore! <3