C'est lundi, que lisez-vous? #262 et Bonnes Rentrées

Publié le 2 Septembre 2019

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu les semaines passées ?

J'espère que vous avez passé un bel été, que vous avez passé de belles vacances et que vous  en avez bien profité!

De mon côté, j'en suis ravie,! Nous sommes repartis en Charente-Maritime, sommes (un peu) retournés à La Rochelle, avons remangé dans le super restaurant Omelette Délice (avec option végane heart), avons croisé quelques méduses (mes petites copines^^), visité des châteaux et des jardins, flâné le long d'une rivière, résolu des énigmes...

Et surtout j'ai lu!! Et après ma grosse panne de lecture, cela fait un bien fou!

Sans plus attendre, je vous montre tout ça!

ALBUM 

Joachim et la méduse. Avec les dessins de Charles-Alexandre LESUEUR. Texte de Nicolas BANSAYE et illustrations d'Aude CHAUMAZ. Editions de Conti avec le Museum d'Histoire Naturelle du Havre, 2008

Joachim habite au Havre mais doit déménager en Australie.

Il adore les méduses et ne conçoit pas d'être si loin d'elles alors il décide d'en emporter une avec lui. Mais elle dépérit de chagrin. Comment la rendre heureuse?

Aidé de sa soeur Nora, il parcourt le monde à la rencontre de nombreux animaux et les questionne. Bien sûr, chacun répond selon sa propre perspective. Alors le garçon de s'insurger, jusqu'à ce qu'une étoile de mer lui dise quoi faire, la seule chose à faire d'ailleurs.

Les jolies peintures à l'aquarelle côtoient les dessins au charme désuet  de Charles-Alexandre Lesueur, âgés de 200 ans pour nous conter une histoire d'entraide, de géographie et de respect.

ROMANS

Parce que c'était toi... Bruno COMBES. Editions J'ai lu, mars 2019

Ce roman est la suite de Seulement si tu en as envie... dans lequel Bruno Combes nous décrivait les retrouvailles entre Camille et Stephen, 27 ans après leur histoire d'amour adolescente, aussi éphémère que marquante.

Après s'être aimés, quittés puis retrouvés, Camille et Stephen vivent leur amour mais ce dernier veut plus et la somme de choisir (elle est mariée et mère de deux enfants) et lui donne un délai de trois semaines. Perturbée, Camille a un accident de voiture alors qu'elle rentre chez elle en compagnie de sa fille, Vanessa. Ce qu'elle ne se pardonne pas bien que les blessures soient peu sérieuses, même si douloureuses. Son mari, Richard, lui si distant et si peu démonstratif d'ordinaire (ce qu'elle lui reprochait), change, s'occupe plus d'elle et des enfants, découvre cette relation cachée qu'il prend pour une aventure. Et bien que rien ne soit clairement dévoilé, il lui somme aussi de choisir...

Bruno Combes nous raconte l'Amour et ses affres, ses beautés, joies et peines, les décisions qu'il faut inévitablement prendre, ce qu'on gagne, ce qu'on perd. C'est doux et douloureux, magnifique et triste. J'ai trouvé que ce qui faisait choisir Camille et la fin du roman, un peu convenus, presque "faciles", mais il fallait bien le terminer.

Néanmoins, j'ai passé un très bon moment de lecture avec eux.

Les yeux jaunes des crocodiles. Katherine PANCOL. Le Livre de Poche, mars 2009

J'ai lu ce roman il y a dix ans, puis vu l'adaptation TV que j'avais beaucoup aimée. Cela faisait un moment que je souhaitais le relire sans me décider à le faire. Je suis contente de l'avoir fait. Si je me souvenais de la plupart des éléments, il y en a certains que j'avais totalement occultés (et ce ne sont pourtant pas les plus secondaires). Je ressors donc ravie de cette relecture!

Pour l'histoire:

Joséphine Cortès est maman de deux filles, chercheuse au CNRS et spécialiste du XIIe siècle, cocufiée par Antoine, discrète, gauche et éternellement dernière roue du carrosse.
Lassée, elle met son mari à la porte qui part en Afrique avec sa belle dans un élevage de crocodiles et elle se retrouve seule à devoir tout assumer et assurer (notamment le manque cruel d'argent), avec la peur au ventre qui la caractérise.
Pourtant, cette situation va la libérer et la révéler, tant à elle-même qu'aux autres et faire tomber bien des masques.
Les personnages secondaires ne sont pas en reste et quel régal de suivre l'histoire de Josiane et Marcel.
.
Les yeux jaunes des crocodiles, c'est une histoire de femmes, de famille, de secrets, de réussites, d'atouts, de déterminisme, de peurs et d'AmourS. 
C'est une histoire un peu rocambolesque, drôle, parfois too much (liens de Shirley avec l'Angleterre pour ne pas trop en dire) humaine, belle, et qui, surtout, fait du bien!

La suite avec La valse lente des tortues ne m'avait, au contraire, pas convaincue. Je souhaite tout de même la relire. Peut-être que je changerai d'avis!

Oscar et la Dame Rose. Eric-Emmanuel SCHMITT. Illustrations de Truong. Editions Albin Michel, 2004

Oscar vit à l'hôpital en raison de sa leucémie, qu'il lui sait fatale suite à l’écoute d'une conversation entre le médecin et ses parents qu'il n'aurait pas dû écouter. Nous le découvrons dans son intimité et ses relations grâce aux lettres qu'il écrit à Dieu, sous l'impulsion de Mamie Rose, cette vieille dame vêtue de rose qui vient lui tenir compagnie.

Ses écrits d'abord durs, se radoucissent, se parsèment de questions existentielles, d’altruisme, d'amour, sur la mort (la seule qui ose en parler), de questionnements par rapports à ses parents et au comportement qu'ils ont et qu'il a, et de religion. S'intercalent les récits rocambolesques de Mamie Rose, ex-championne de catch.

J'ai beaucoup aimé ce court texte qui remet beaucoup de choses en perspective. A lire, relire et partager.

Agatha Raisin enquête- La quiche fatale. La vengeance est un plat qui se mange chaud... M.C. BEATON. Editions Albin Michel, juin 2016.

Il était plus que temps que je fasse enfin connaissance avec Agatha Raisin, dans sa version livresque. Je l'ai bien vue, et aimée, dans quelques adaptations tv mais il semblait qu'elles n'étaient pas totalement fidèles à l'esprit des romans, à commencer par son aspect physique. 

Il va sans dire que je me suis régalée de ce personnage qui a le don de se trouver là où elle ne devrait pas, à se mettre dans la panade, qui n'hésite pas à tricher, mentir, mais qui sait aussi faire preuve d'altruisme. Ce qui lui sera d'ailleurs rendue.

Ex-femme d'affaires qui a vendu sa boîte afin d'aller vivre à la campagne dans un cottage (décoré sur-mesure par une agence), elle se demande comment se faire à sa nouvelle vie et comment s'intégrer au village de Carsely. Un concours de quiche? Voilà l'occasion! Sauf qu'il semblerait que ce soit sa quiche (achetée et non concoctée par ses soins) qui soit l'arme du meurtre d'un citoyen respectable (et juge de plusieurs concours du coin dont celui des quiches). Adieu intégration et respectabilité, il lui faut avouer. Elle trouvera le soutien inattendu du policier local et d'un ancien de ses salarié, qui peu à peu sera son ami et qui viendra souvent lui rendre visite, afin de mener leur enquête.

C'est drôle et jubilatoire, un roman qui se lit, se dévore même pour un très bon moment de détente. Nul doute que je compte récidiver bien vite!

BD

Jane. Scénario d'Aline BROSH McKENNA, dessin de Ramón K. PEREZ, couleurs d'Irma KNIIVILA avec Ramón K. PEREZ. Editions Glénat, février 2019

Ce roman graphique est une adaptation et retranscription contemporaine du roman Jane Eyre de Charlotte Brontë.

Jane est une jeune fille de la Nouvelle-Angleterre, à l'enfance orpheline et malheureuse, qui décide de partir à New-York dans l'espoir de faire des études d'Art. Pour pouvoir les suivre et être logée, elle est obligée de travaillée et une annonce bizarre lui est présentée. Il s'agit de baby-sitting. 

Adèle est une enfant vive, joyeuse, parfois capricieuse mais aussi harcelée dans son école. Son père, un riche homme d'affaires, est veuf et constamment en déplacement. Il ne s'occupe guère de sa fille, qui en souffre. Jane perçoit très vite toute cela et tente, au mieux, de s'occuper d'Adèle tout en réprimant ses questions sur cet immense appartement, les remarques acerbes de la gouvernante et l'interdiction d'ouvrir une porte.

Peu à peu, elle brise la froideur de Rochester qui s'occupe davantage de sa fille. Une relation passionnée naît entre Rochester et Jane, jusqu'à ce qu'il disparaisse à nouveau, la laissant sans nouvelles, avec ses questionnements et ses doutes. Elle s'en remet à la seule personne en qui elle a confiance: le beau-frère de Rochester, oncle d'Adèle.

Bien qu'un peu rapide, cet album retranscrit bien toutes les étapes du roman, les différentes émotions (renforcées par le choix des couleurs, du noir et blanc ou des deux ensemble au sein d'une même planche).

La bobine d'Alfred. Adaptation du roman de Malika FERDJOUKH, dessin de Nicolas PITZ. Editions Rue de Sèvres, mars 2018.

Cet album nous emmène en 1964 auprès d'Harry Bonnet, 16 ans, fils d'un cuisiner français, qui se retrouve sur le tournage ultra secret de Mary-Rose, film d'Alfred Hitchcock qui ne verra jamais le jour. Pourquoi? Nous allons le découvrir! Entre le rendu de l'Hollywood d'alors, d'un plateau de tournage de cinéma, des premières amours adolescentes, des traques et non scrupules journalistiques journalistiques, du secret, cet album est très sympathique à lire et agréable à regarder.

Beyond the clouds - Tome 3 - La fillette tombée du ciel. Nicke. Editions Ki-Oon, juillet 2019

Théo et Mia sont toujours à Karatope, la ville marchande, dans l'espoir de trouver un mage qui pourrait les aider à comprendre et contrôler le pouvoir de Mia.
Ils font la connaissance d'un jeune homme, Nora, magicien qui retrouve les objets égarés, mais qui est en difficultés face à une bande de quatre voyous.
N'écoutant que leur coeur, ils lui viennent en aide.

Ce tome contient plus d'actions mais nous offre moins de découvertes du monde dans lequel vivent et évoluent Théo et Mia. C'est mon petit bémol.
Les dessins sont toujours aussi magnifiques, l'onirisme, l'optimisme, l'entraide toujours présents.

WIZZ gang Les givrés de la banquise. Mr tan et Baptiste AMSALLEM. Editions Globelle, mai 2013

Nous le savons, la planète se réchauffe et la banquise fond. C'est ainsi que quatre manchots qui n'ont de commun que leur condition de manchot se retrouvent isolés du reste du monde sur une plaque de glace qui dérive.

Il y a le taiseux, l'excité, l'artiste et le philosophe. Au gré des historiettes, nous les découvrons. Cela donne lieu à des répliques mordantes ou drôles, à des situations rocambolesques.

De quoi dédramatiser... ou pas...

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Le couteau. Jo NESBØ. Editions Gallimard, Série Noire, 15 août 2019

Dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2020, je lis ce policier, mon premier de cet auteur scandinave. Nous y faisons la connaissance d'Harry Hole, un flic expert en criminalité mais électron libre, évidemment cabossé et psychologiquement instable même si très bon, très grand, défiguré par une cicatrice, avec un doigt en titane et qui est plus que porté sur la boisson.

Même si je n'ai pas lu ses enquêtes précédéentes, je e suis pas perdue dans son histoire qui nous est retranscrite par petites touches. Assez pour ne pas être perdue et donner évnetuellement envie de relire ses précédentes enquêtes.

Ici, sa femme, mais d'avec qui il est séparé, Rakel Faulke, est assassiné chez elle, dans sa cuisine, au moyen d'un couteau. Pour Harry il ne fait aucun doute que le meurtrier est Svein Finne, surnommé "Le Fiancé", violeur en série, emprisonné par ses soins et sorti de prison depuis peu. Son mobile? La vengeance. Hole ayant tué son fils, Valentin Gersten.

Ecarté de l’enquête, mis sur la touche, Hole enquête quand même, parfois de manière musclée, seul ou aidé de Kaja, une vieille amie et ancienne militaire revenue d'Afghanistan.

Son instinct est-il le bon? Quelqu'un d'autre n'autait-il pas intérêt à ce que Raquel disparaisse, Ou bien est-ce pour lui faire du mal à lui?

J'aime beaucoup ce polar même s'il me faut dire que son rythme est assez lent. J'en suis vers la 250e page et cela commence (enfin) à accélérer.

3/ Que vais-je lire ensuite?

Les enfants terribles de BONAVENTURE. Cécile HENNEROLLES. Editions Magnard Jeunesse, août 2019

Présentation de l'éditeur:

La grande aventure d'une bande d'enfants élevés au grand air, lancés dans la défense de la merveilleuse île qui les a vus grandir.


Sur la petite île de Bonaventure, le héros de ce roman vit avec sa bande de copains une enfance libre et sauvage. Au programme, chaque jour : courses folles, bricolages ingénieux et exploration de criques secrètes. Jusqu’au jour où l’annonce de la construction d’un pont vient menacer ce paradis. Bientôt, un projet de station balnéaire se profile, et les enfants sont même menacés d’être envoyés en pension pour refaire leur éducation, jugée trop fantaisiste. Pas question pour les Bonaventuriens de laisser faire : adultes et enfants organisent la résistance. Une résistance à la façon de Bonaventure : foldingue et solidaire, désobéissante et incroyablement énergique !

Avertissement : Après avoir lu cette histoire, vous aurez envie de mettre les mains dans la boue,  de courir sous la pluie et de voler comme un oiseau.

Pour la semaine 32, le thème était "A comme Août", ou "A comme Ancien" et ces anciennes cartes postales, qui datent essentiellement de la Première Guerre Mondiale.

Pour la semaine 33, le thème était "Coloré".

Pour la semaine 34, le thème était "Marque-page".

Pour la semaine 35, le thème est "Voyage".

Il me reste encore à faire ma photo.

Pour finir, je vous mets les liens des articles publiés les semaines passées et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celles à venir!

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Votre C'est lundi est chouette! Beaucoup de livres donnent envie (je n'ai jamais lu non plus Les yeux jaunes des crocodiles) et je suis ravie pour vous de cette belle pause estivale qui j'espère vous a ressourcée et rendu l'envie de lire.
Belle semaine et belle rentrée au trio Blandine !
Répondre
N
Ah oui tu te rattrapes !! ;) moi c'est en août que j'ai très peu lu... faute de temps mais un peu d'envie aussi...
Répondre