La Révélation de Noël. Anne PERRY - 2010

Publié le 13 Janvier 2019

Cela fait plusieurs années que je vois passer des romans d’Anne Perry sur la blogosphère, et particulièrement au moment de Noël, pourtant, je ne m’y étais jamais vraiment intéressée jusqu’à présent

Et je suis ravie d’y avoir succombé, même s’il me semble que ce roman lu n’est pas son meilleur… Tant mieux : le meilleur est encore à venir ainsi !

La Révélation de Noël

 

Anne PERRY

Editions 10/18, collection « Grands Détectives », 18 novembre 2010

 

190 pages

 

Thèmes : Famille, Noël, secrets, enquêtes, époque victorienne, Irlande

 

 

1895

 

Peu avant Noël, l’Anglaise Emily Radley est priée de se rendre au chevet de sa grande-tante Susannah qu'elle ne connaît pas.

Il faut dire que cette dernière a coupé les ponts, il y a plusieurs années, avec sa famille qui désapprouvait son mariage avec un Irlandais et sa conversion au catholicisme.

Il faut dire aussi qu’Emily n’était pas la première destinatrice de cette missive. Elle avait d’abord été envoyée à sa sœur, Charlotte, épouse du célèbre policier Thomas Pitt (« héros » de plusieurs romans d’Anne Perry), qui avait plusieurs fois aidée son mari, comme Emily d’ailleurs.

 

Devant l’insistance de son époux, Jack, Emily se résout à renoncer à son Noël confortable à Londres, aux sorties en ville, aux théâtres, aux dîners chez des amis pour se rendre sur les rives du Connemara…

 

Après un long voyage, elle arrive dans le village qui l’accueille plutôt bien, malgré les différences de vie, de statut social, et de religion.

Emily s’acclimate assez vite de la rudesse météorologique, s’éprend de la beauté sauvage des paysages, aime la proximité de l’océan mais sans en saisir toute la dangerosité…

Un éclair transperça le ciel, et Emily entrevit l’énormité de l’océan, beaucoup plus proche qu’elle ne l’avait imaginé. Sa puissance et sa sauvagerie étaient terrifiantes, en même temps que d’une incroyable beauté. Elle ressentit une sorte de chagrin lorsque l’obscurité succéda à l’éclair et qu’elle ne distingua plus que les lanternes qui s’agitaient, un bas de robe ou une jambe de pantalon ici et là, ainsi que les ondulations des herbes et du sable en contrebas. Intriguée, elle vit plusieurs des hommes dérouler des longueurs de corde.

Jusqu’à ce qu'une tempête voit s'échouer sur la plage l'unique survivant d'un naufrage (Daniel), Emily comprend que sa tante ne l'a pas mandée près d'elle pour avoir un peu de compagnie à l'article de sa mort, mais pour qu'Emily fasse quelque chose de bien précis: qu'elle libère le village de ce qui l'oppresse et fait fuir ses jeunes.

 

Sept ans auparavant, une tempête semblable à celle qu’ils viennent de vivre a rejeté sur leur plage un jeune homme : Connor Riordan.

Ce dernier a très bien été accueilli par les habitants, mais ses questions, ses réflexions en ont dérangé plus d’un.

Etranger au village, celui-ci a su déterminer qui était chacun de ses habitants, a compris leurs secrets et petits arrangements… Et cela a déplu à l’un d’entre eux … qui l’a tué. Qui est le meurtrier ? Nul ne le sait, chacun a son idée pourtant.

 

Sans le savoir, sans le vouloir, Daniel reproduit l’attitude de Connor.

Ses observations et questions dérangent les villageois.

Même Emily.

Elle apprécie sa compagnie et discute souvent avec lui, mais cela l’amène à s’interroger sur sa vie, sur les raisons et la nature véritable de son union avec Jack.

 

En parallèle, ce qui semblait d'abord être de l'ordre du devoir (familial) devient vite quelque chose de naturel pour Emily, voire même de plaisant. Alors même qu’elle n’a ni cuisiné, ni ne s’est occupée d’une maison depuis fort longtemps - les domestiques sont là pour ça !

Quant à ses enfants, elle n’y songe que très peu, reconnaissant que la présence des nourrices lui a toujours permis de n’avoir jamais à s’en occuper/inquiéter.

 

Entre doutes, certitudes et amitiés, Emily mène donc l’enquête, apprend à observer les faits et gestes, à aller au-delà des impressions immédiates et des apparences, à écouter derrière les mots, à percer les secrets et cachoteries des uns et des autres, à faire preuve de  persévérance et de déduction.

Et elle n’hésite pas à se rendre seule en ville pour mener à bien ses recherches et confirmer ses hypothèses.

 

*****

 

J’ai beaucoup aimé cette première lecture d’Anne Perry, qui m'a transportée à l'époque victorienne avec ses us et coutumes, avec le mode de pensée de l'époque, au milieu de ses pages descriptives et fascinantes des paysages du Connemara.

 

Mais je dois aussi dire que ce roman fait quelques facilités.

La mise en place de l’histoire et de l’enjeu véritable de la venue d’Emily ne se dévoilent qu’à la moitié du livre, tandis que son dénouement est très rapide. Si rapide et presque facile, la raison presque si banale finalement, que j’ai cru qu’il y aurait un rebondissement, un retournement de situation… Mais non.

Noël n’occupe pas vraiment de place dans l’histoire, et n’est à peine qu’un prétexte.

Noël sert à créer un décor hivernal mais aussi « familial » où les sentiments sont exacerbés, où l’on ne peut refuser sa présence auprès d’une grand-tante inconnue, qui plus est mourante.

Noël, ce moment si particulier et si symbolique de l’année où « tout est possible » où l’on « met en ordre » ses affaires avant de passer à l’année suivante et à son renouveau.

Si la couverture est très jolie, j’avoue n’avoir pas saisi le lien entre l’histoire racontée ni même le lieu… Elle ne me semble pas coller au roman et pourrait même procurer une fausse impression du contenu des pages.

 

Mais qu’importe, avec ce roman, j’ai passé un très bon moment de lecture et suis ravie d’avoir découvert l’écriture d’Anne Perry.

 

Avez-vous un titre en particulier à me recommander dans sa bibliographie (Sur Noël ou non) ?

Ce billet participe au « Christmas Time 2018 » de Mya ainsi qu'au "British Mysteries 2019" de Lou.

 

 

 

 

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lou 14/01/2019 21:40

Ah oui j'avais bien aimé celui-ci ! Je lis presque toujours ses récits de Noël et il faut bien l'avouer, je suis souvent déçue, mais celui-ci fait partie de mes préférés ! De mon côté j'ai surtout lu la série Charlotte et Thomas Pitt qui est sympa (surtout au début), à commencer par le 1er tome de préférence. Si tu veux organiser une LC Anne Perry pendant le Mois British Mysteries ou à un autre moment de l'année je serai partante, j'ai encore plein de livres de ses différentes séries dans ma PAL !

Blandine 14/01/2019 22:43

C'était mon premier d'Anne Perry, je n'en ai pas d'autres dans ma PAL, alors si tu veux faire une LC sur un titre que tu as, dis-moi et je me le procurerai :-) par contre, j'ai du mal à lire des romans de Noël (même s'il en est peu question) en-dehors de la période de Noël... mais je sais qu'elle n'a pas écrit que sur Noël ^^

MyaRosa 13/01/2019 16:27

Je dois l'avoir dans un des recueils d'Anne Perry. D'après ce que j'ai pu lire, les écrits de cette auteure ne se valent pas tous. J'avais bien aimé "Un Noël en Silice" même si Noël n'était finalement pas très présent. J'espérais en lire un ou deux cette année mais je n'en ai lu aucun. J'espère me rattraper l'an prochain... Bon dimanche, Blandine.

Blandine 13/01/2019 21:28

Je me souviens de ton billet sur "Un Noël en Sicile", que j'aimerais lire. Mais je n'en ai pas d'autre dans ma PAL. D'ici à Noël, j'ai le temps de m'en procurer ;-) Belle soirée à toi!