Histoire des Tirailleurs Sénégalais. Frédéric CHABAUD et Julien MONIER – 2018 (BD)

Publié le 14 Novembre 2018

Histoire des Tirailleurs Sénégalais

 

Scénario de Frédéric CHABAUD

Dessins de Julien MONIER

 

Editions Petit à Petit, 5 octobre 2018

112 pages

 

Thèmes : Première Guerre Mondiale, Tirailleurs Sénégalais, Racisme, Histoire, Mémoire, Documentaire

 

 

Avant de paraître cet automne chez Petit à Petit, cet album est paru aux Editions Physalis, en juin 2013, sous le titre « Sang noir ».

 

Cette nouvelle édition, plus petite, pelliculée, au papier glacé, reprend les quatre pages documentaires qui se trouvaient à la fin de « Sang noir » pour les intercaler dans le corps de l’album, en fonction du récit et sont légèrement enrichies.

Personnellement, j’ai une préférence pour l’ancienne édition, plus mate et plus grande, donc.

Sang ô sang noir de mes frères,
Vous tachez l’innocence de mes draps,
Vous êtes le sueur où baigne mon angoisse,
Vous êtes la souffrance qui enroue ma voix.

Non, vous n’êtes pas morts gratuits.
Vous êtes les témoins de l’Afrique immortelle,
Vous êtes les témoins du monde nouveau qui sera demain.

Léopold Sédar Senghor

En 1914, alors que la guerre commence, la France est à la tête d’un vaste empire colonial.

Depuis 1857, les hommes issus des colonies sont organisés en bataillons de tirailleurs, dits « sénégalais » pour l’Afrique Noire (car les premiers ont été créés au Sénégal), « Turcos » pour l’Algérie, etc., regroupés au sein de l’Armée d’Afrique.

 

Mais ce n’est qu’après les terribles hécatombes de fin août 1914 que l’État-major s’intéresse à la « Force Noire » et qu’il envoie ses officiers recruter des hommes, de gré ou de force.

C’est ainsi que Yacouba Ndaw, comme tant d’autres, doit quitter son village de Thowor, à cause de deux guerres qui le dépassent.

La première est une guerre de clans, propre à son pays.

La seconde est d’ordre politique, patriotique diraient certains.

 

Rejoints par beaucoup d’autres Africains, ils prennent l’uniforme bleu et se coiffent de la chéchia rouge, suivent la discipline militaire, embarquent pour la France, apprennent le maniement des armes, s’initient au français (pour comprendre les ordres et tenter de parler entre eux), s’acclimatent mal de la météo, de la nourriture, tombent malades, subissent le mépris et le racisme de la part de certains officiers supérieurs.

Ces hommes ? … Oui, mon Commandant.
Beaucoup d’entre eux ne reverront jamais leur terre et mourront ici, sur une terre qui n’est pas la leur. Si vous ne leur accordez pas un minimum de respect, ne serait-ce que dans la mort, je ne vous garantis pas de leur fidélité.

Nous avons besoin d’eux pour gagner cette guerre.

Puis, les Tirailleurs sont emmenés dans les tranchées.

Assauts, courage, blessures (Yacouba croise même un certain Cendrars), morts, bagarres contre des Tonkinois (appelés aussi « Indochinois »), ainsi se passe la guerre, jusqu’à Verdun et la chute de Yacouba et de son Lieutenant dans une galerie aménagée.

 

***

 

Outre un épilogue vingt-trois ans plus tard, la fin est abrupte et j’avoue en avoir été décontenancée. Il manque quelque chose. Mais comment s'en sortent-ils?

 

Le récit est scindé en huit chapitres, dont la moitié des titres est en wolof (avec traduction).

Il se centre sur cette petite unité menée par un officier blanc bienveillant au supérieur hiérarchique, évidemment, profondément raciste, qui voit dans ces Tirailleurs le « sang noir » qui permet d’économiser le « sang blanc ».

De fait, les soldats Blancs, on ne les voit que lors de l’arrivée des Tirailleurs dans leur « première » tranchée en 1915.

 

Les pages documentaires sont en revanche très riches de détails, et comblent les vides du scénario.

 

Le scénario, historiquement très intéressant, est malheureusement sans grande surprise (à part cette fin, donc!).

Il offre cependant une première bonne approche de cet aspect de la guerre, une réflexion sur les colonies, leurs attentes et leur volonté d’émancipation à l’issue du conflit, comme le souhaitait Jaurès, que l’on croise au début de l’album.

 

Le dessin est beau, les visages aisément reconnaissables, et le Front bien reconstitué.

Les couleurs, profondes, changent au fil des pages et reconstituent l’atmosphère et le lieu où se trouvent les personnages.

A l’image de sa couverture.

3 photos à faire défiler
3 photos à faire défiler
3 photos à faire défiler

3 photos à faire défiler

Cet album participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Noukette (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ainsi qu’à mon challenge consacré à la Première Guerre mondiale, et au challenge « 1% Rentrée Littéraire 2018 » (26/6).

 

 

 

 

 

 

Retrouvez l'avis de Caro sur Sang Noir.

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramGoogle+BabelioLivraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Ok !!
Répondre
C
Ah, mais justement en voyant la couverture, j'ai pensé à l'album "sang noir", et après je découvre dans ton article qu'il s'agit du même album... Le nouveau titre n'est pas attractif, il fait très scolaire. Le sujet fait qu'il faudrait qu'il soit dans les CDI et les bibliothèques...
Mon avis sur l'album, en 2014 : https://leslecturesdecaro.wordpress.com/2014/11/26/sang-noir/
Répondre
B
Tu as raison pour le titre, cela dessert l'album... Mais son sujet, et surtout ses pages doc, le rendent presque indispensable oui! Je vais te lire de suite
B
A voir en bibliothèque, alors, pour profiter du format plus grand.
Répondre
B
Oui, si c'est possible :-)
A
J'avoue être complètement ignorante sur ce pan de l'Histoire. Néanmoins, je ne suis pas sûre de sauter le pas car l'esthétique ne me tente pas vraiment.
Répondre
B
je n'ai pas été dérangée, mais la lecture fait passer outre. Et les pages documentaires sont vraiment intéressantes
N
Les africains je savais, mais les chinois pendant la guerre de 14 ? Je ne savais pas...
Répondre
B
Eh oui! Mais ils avaient un "contrat" spécial stipulant qu'ils ne devaient pas combattre. Ils on donc été affectés aux travaux d'aménagement juste en arrière du Front.
C
J'y jetterai bien un coup d’œil ...
Répondre
B
Et je t'y encourage!
S
C'est dommage quand même si le scénario est très "scolaire" et sans surprise.
Répondre
B
C'est surtout sa fin. Mais rien que pour les pages documentaires, l'album est à découvrir!
B
dommage pour ces bémols parce que le sujet est vraiment intéressant
Répondre
B
Oui très! Les pages documentaires les compensent heureusement!
F
C'est une période de l'Histoire pour laquelle j'ai encore quelques lacunes, ça me plairait d'en savoir plus grâce à cette bd. Merci pour la découverte.
Répondre
B
Tu en apprendras beaucoup grâce à elle :-)
S
Je viens d'acheter Le guide 14-18 dans cette collection pour mes lycéens. Ce titre pourrait parfaitement le compléter ! :)
Répondre
B
Justement j'hésite à me l'acheter. Je devrais?
N
Intéressée par cette référence, j'y jetterai un œil attentif pour voir si je l'achète pour mes grands collégiens.
Répondre
S
Il est vraiment super bien fait. Je n'ai pas encore eu le temps de le lire mais mes élèves ont vraiment accroché pour leur projet. :)
B
Tu m'en vois ravie!
C
Un livre certainement très instructif, que j'ai bien envie de découvrir, moi qui ne connais que très peu leur histoire... merci pour cette découverte !
Répondre
B
Je t'en prie :-) Oui, il constitue une très bonne approche, notamment grâce à ses pages documentaires!
E
dommage pour la fin, mais c'est une thématique intéressante et même essentielle, surtout cette année avec le centenaire!
Répondre
B
Tout à fait!
S
Néanmoins, le genre d'ouvrage à avoir en CDI ou médiathèque, j'imagine ;)
Répondre
B
Exactement :-)