Une saison à l’ONU. Au cœur de la diplomatie mondiale. Karim LEBHOUR et Aude MASSOT – 2018 (BD)

Publié le 3 Octobre 2018

Une saison à l’ONU

Au cœur de la diplomatie mondiale

 

Karim LEBHOUR

Dessins d’Aude MASSOT

Editions Steinkis, 3 octobre 2018

 

208 pages

 

Thèmes : Politique, diplomatie, administration, humanité, humour

« L’ONU n’a pas créé le paradis, mais elle a évité l’enfer. »

Dag Hammarskjöld – Secrétaire général de 1953 à 1961.

Bien sûr, l’ONU, je connais…

Je me souviens du contexte de sa naissance ; je sais quelle est sa mission ; je me souviens de quelques-uns des noms de ses Secrétaires Généraux (de deux en fait) ; je me souviens que lorsque j’étais enfant, on parlait beaucoup des Casques Bleus (beaucoup moins maintenant il me semble) ; je sais à peu près quels sont les pays qui y siègent, et quels sont ceux qui se font le plus entendre…

Mais en fait, je ne sais pas grand-chose…

 

Cet album tombe donc à pic pour me, et nous/vous, permettre de connaître, de l’intérieur, cette gigantesque machine / administration / ville dans la ville, qu’est l’Organisation des Nations Unies.

 

193 pays membres, un siège de sept hectares à New-York, une entité diplomatique à part, près de 44000 personnes qui y travaillent, près de 10000 Casques Bleus, et des Administrations pour à peu près tout : Finances, Développement international, Affaires publiques, Affaires légales, Aviation civile internationale, Marine internationale, Météorologie mondiale, Union postale universelle et même Affaires spatiales.

Travailler à l’ONU, c’est passer d’un instant à l’autre de l’ennui à l’indignation, de l’indignation à l’admiration, de l’admiration à l’amusement.
C’est parfois somnoler mais c’est souvent vibrer.

Préface de Gérard Araud

Pour ce faire, nous avons comme guide Karim Lebhour.

Il a été correspondant aux Nations Unies pour Radio France Internationale (RFI) entre 2010 et 2014 et en avait déjà fait un reportage pour La Revue Dessinée avec James et Thierry Martin en 2014.

 

Au dessin, Aude Massot.

Son dessin, en trois tons (noir, bleu et blanc), n’est pas beau mais est efficace, pour nous plonger dans ce « monde » à part.

Ainsi suivons-nous Karim Lebhour, au gré de chapitres de différentes longueurs, à l’ONU comme dans la ville de New-York.

Au Starbucks où jamais son prénom n’est correctement inscrit ; au Conseil de Sécurité, où les discours ne sont censés durer que quinze minutes, mais qui peuvent être interminables, surtout lorsque le diplomate se trompe de papier et ne lit pas celui qui est consacré à son pays… sans que personne ne s’en aperçoive (Incroyable !) ; dans les soirées des différentes ambassades (« en gros, moins le pays est démocratique, mieux c’est… ») ; auprès d’ambassadeurs de pays plus ou moins connus, et plus ou moins dépensiers ; lorsqu’il interview Ban Ki-Moon qui adopte son concept de « quiet diplomacy » ; auprès de collègues aux conversations enrichissantes ; dans les ascenseurs où se trouvent encore des liftiers…

 

On y découvre les travers et défaillances de l’ONU, mais aussi les espoirs qu’elle représente pour les « petits pays » ; on apprend l’importance du droit de veto ; qu’il y a une Journée Mondiale des Toilettes (le 19 novembre) ; que l’ONU possède une impressionnante collection d’Art constituée des dons des états membres ; comment les crises arrivent et sont gérées, qu’elles aient lieu au pied de l’immeuble (grèves de la faim) ou à l’autre bout du monde…

 

C’est aussi tout un retour sur la politique internationale de ces dernières années : la Lybie, la Syrie, la mort de Kim Jong-Il, les positions américaines, russes ou chinoises…

Au final, les processus onusiens permettent d’atténuer l’intensité des conflits et de maintenir un certain degré de contrôle sur les crises internationales.

Il y a beaucoup de choses dans cet album mais sans lourdeurs.

On apprend, on est abasourdi, on (sou)rit aussi, car il y a beaucoup d’humour – et il en faut.

Un album que je vous encourage à découvrir !

 

Merci aux Editions Steinkis

Cet album participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Noukette (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ; au Challenge « 1% Rentrée Littéraire 2018 » de Sophie Hérisson (10/6) ; ainsi qu’au “Petit Bac 2018” d’Enna, pour ma dixième ligne, catégorie Passage du temps.

 

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramGoogle+BabelioLivraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Euh... même s'il n'y a pas de lourdeur le sujet n'est quand même pas super excitant je dois dire^^
Répondre
B
Certes^^ mai s'il t'intéresse, ce n'est pas un problème ;-)
N
Le thème est très intéressant ! A partir de quel âge le conseillerais-tu ?
Répondre
B
Oui très! Dès 13-14 ans. Je l'ai passé à ma fille pour qu'elle le lise.
K
Ouch que je ne suis pas certaine que ce soit pour moi! Je pense qu'il me manque trop de bases pour pouvoir être vraiment intéressée par la politique internationale.
Répondre
B
Peut-être vais-je te rassurer, je n'en ai pas vraiment non plus. Ou pas des contemporaines. L'abord est assez ludique. C'est à tester!
F
Le propos doit être intéressant même si les dessins ne me tentent pas trop.
Répondre
B
Je crois que c'est une constante dans ce genre de BD: les dessins ne sont pas beaux. Mais un beau dessin "académique", desservirait le propos je pense.
Et ce que nous raconte cet album est vraiment intéressant!
C
La BD permet vraiment d'aborder tous les sujets ! A tester, je pense !
Répondre
B
Oh que oui! Et je les trouve plus accessibles, compréhensibles, "digestes" ainsi!
A
Intéressant, je note. J'aime bien ce que proposent les éditions Steinkis en général.
Répondre
B
Oui c'est une très bonne maison d’éditions!
S
Ca a l'air très bien fait mais ça ne me tente pas plus que ça :)
Répondre
B
C'est ainsi. Le prochain te plaira, c'est certain^^
A
Le sujet me tente moyennement mais parfois il faut dépasser ses a priori.
Répondre
B
Exactement!
J
Désolé, mais à priori, ça ne m'intéresse pas plus que ça, le sujet.
Répondre
B
Eh bien, cela arrive!
S
Voilà qui est tout à fait ma tasse de thé !!!!!
Répondre
B
Ah :-) J'en suis ravie :-)
M
ça a l'air très intéressant !
Répondre
B
Oh oui ça l'est!!
B
L'intérêt de l'album devrait permettre de passer outre le graphisme, pas terrible effectivement.
Répondre
B
C'est exactement cela!
Il est vrai que les albums dans ce genre ont souvent des dessins de ce type. Mais un "beau" dessin ne servirait pas aussi bien le discours je pense.
S
Je veux bien ne pas regarder le dessin mais bon…. ;-) merci pour la découverte onusienne !
Répondre
B
Nous sommes d'accord, le dessin dans une BD, c'est indispensable^^ et pourtant, on s'y fait, et même bien!
N
Écoute je ne sais pas... ça a l'air super intéressant mais le graphisme comme souvent dans ce cas là me laisse sur le bord de la route...
Répondre
B
Je comprends... en même temps, je me dis qu'un graphisme "académique" ne correspondrait pas à ce genre d'albums. Ce serait "trop" beau et je crois que ça desservirait le propos.
E
il ne m'aurait pas attirée, mais ça peut être intéressant!
Répondre
B
Oh oui il l'est, je te le confirme!
S
Oh oui, on doit apprendre beaucoup avec cet album documentaire !
Répondre
B
Oh que oui!!