C'est lundi, que lisez-vous? #217

Publié le 1 Octobre 2018

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUM

Le Petit Loup Rouge. Amélie FLECHAIS. Editions Ankama, collection "Étincelle", juin 2014

Entre album et BD, ce livre revisite un conte célèbre: Le Petit Chaperon Rouge.

Ici, les rôles sont inversés, mais la construction identique: deux mondes qui se cherchent, se fuient, s'opposent.

C'est le Petit Loup Rouge qui doit aller voir sa Grand-Mère affaiblie, et lui porter un petit lapin dodu, tout en suivant la recommandation maternelle de ne pas passer par la forêt.

Bien sûr, il n'en fait qu'à sa tête et se retrouve au coeur des Bois, sans le lapin qu'il a grignoté petit à petit et est recueilli sanglotant par une jolie petite fille qui chantonne clairement.

Il la suit docilement, car elle lui a promis de lui donner un autre lapin. Evidemment, bien mal lui en a pris!

Les dessins de cet album sont sublimes. Les couleurs, les traits, les paysages, tout nous transporte au coeur de cette forêt, auprès de cette gamine trop joyeuse.

Une histoire de peurs, de transmissions, et de mères.

ROMANS JEUNESSE

Sans famille. Hector MALOT. Editions Flammarion Jeunesse, collection "Castor Poche", 26 septembre 2018

Pour la sortie du film prévue en décembre, Flammarion Jeunesse publie ce roman, adapté pour les plus jeunes dès 9 ans.

Nous faisons connaissance avec Rémi, qui vit chez la Mère Barberin, à Chavanon dans la Creuse. Il a toujours cru qu'elle était sa mère mais découvre qu'il a été trouvé à six mois, gardé en espérant une récompense et se voit vendu au signor Vitalis par le père Barberin sans aucun état d'âme.

Avec lui, vivent un petit signe et trois chiens. Ensemble, ils vont les chemins, font des représentations où ils gagnent quelques pièces leur permettant d'assurer le couvert, et parfois le gîte.

A ses côtés, Rémi apprend à lire et à jouer de la musique, notamment de la harpe.

Mais ils sont séparés et Rémi doit poursuivre seul son chemin, ce qui le fait croiser celui de Mme Milligan et de son fils Arthur, alité, avant d'être repris par le signor Vitalis et de partir en direction de Paris.

Mauvaise saison, mauvaises décisions. Les compagnons de route sont peu à peu séparés par la mort, Rémi est recueilli par la famille Acquin, jardine et y reste deux ans, avant que le mauvais sort ne les sépare à nouveau.

Alors accompagné de Mattia, son nouvel ami, il reprend les chemins, de France jusqu'en Angleterre, dans sa quête de famille et d'identité.

Certains passages du roman originel sont clairement édulcorés, voire même supprimés, mais il nous permet de côtoyer Rémi dans ses petites joies et grandes peines, de parcourir les chemins de France, d'en apercevoir sa géographie, ses métiers et sa rude vie d'alors.

Je vous en parle davantage bien vite.

ROMANS

Rubiel e(s)t moi. Vincent LAHOUZE. Editions Michel Lafon, août 2018

Vincent est né Rubiel. Adopté par un couple de Français en 1991, il a quitté la Colombie, mais une part de lui y est resté. 

C'est ce chemin de reconstruction, cette quête identitaire que Vincent nous conte avec des phrases magnifiques dans ce premier roman, qui balance entre fiction et autobiographie et dont je vous parle davantage ICI.

BD

 

 

 

 

 

 

 

Les Royaumes du Nord. Tomes 1 à 3. D'après l'oeuvre de Philipp PULLMAN. Stéphane  MELCHIOR et Clément OUBRERIE. Editions Gallimard, collection Fétiche",  septembre 2014 à octobre 2016

Je n'ai pas lu les romans alors je me suis lancée dans l'adaptation BD :-)

Dans un monde qui pourrait être celui du début XXe siècle, nous faisons connaissance avec Lyra Belacqua, 10-12 ans.

Tous les êtres humains sont accompagnés d'un daemon, un animal qui peut changer d'apparence, jusqu'à n'en conserver qu'une seule une fois l'enfant devenu adulte. Ce compagnon de route relié à son humain représente son âme. Lui faire du mal, c'est faire du mal à son humain.

Vive, spontanée et orpheline, Lyra vit à Jordan College dans la demeure de celui qu'elle croit être son oncle, Lord Asriel, qui entreprend des recherches dans le Grand Nord et la Poussière. Aimant se cacher, elle découvre des choses qu'elle n'aurait pas du connaître et se met en tête de se rendre dans le Nord elle aussi. Un Nord dangereux et mystérieux (tiens ça me rappelle un autre livre ça ^^)

Dans sa quête, et sa fuite, elle est aidée par des Gitans, dont le doyen lui révèle sa vraie identité et celle de ses parents.
Son passé, qu'elle croyait connaître, lui est révélé par Les Gitans, qui l'aide et l'accompagne. Elle combat, se fait enfermer, fait preuve d'intelligence et d'astuce, s’assure l'amitié d'un ours combattant, retrouve un ami, fait la connaissance de sorcières. Elle fuit autant qu'elle apprend, elle ressent les choses plus qu'elle ne les comprend. Et devant elle, se dresse son Destin.

Un Destin qu'elle se doit d'accomplir sans le savoir. Au risque que tout soit vain.
Cette histoire, fantastique, me fait penser aux expéditions de la fin du XIXe siècle vers l'Arctique.

Le troisième tome se clôt sur un grand suspense.

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Shanghai Fan. Raphaël BÉE. Editions de la Rémanence, juin 2018

Clèm vit à Shanghai. Elle travaille dans une agence de pub, a un poste prestigieux, se voit confier un dossier client où deux autres se sont déjà cassés les dents, a pavané pendant trois mois, a épuisé nombre d'assistants, mais là, elle déchante et en a assez de cette cliente et de ce dossier Shanghai Fan - marque de luxe. Plus que deux semaines avant de tourner cette page.

Elle vit sa relation à distance avec sa copine Margaux, et ça la mine, même si elle ne veut pas se et l'avouer. Margaux a fait les mêmes études qu'elle mais a préféré rester à Paris, et à chacun de leur Skype, avec ou sans caméra, la différence de leur statut et de leurs vies active et culturelle les saisit. A tel point qu'elles communiquent surtout par WeChat, le what's app chinois.

Nouvelles communications, nouvelles technologies, entre valeurs, traditions, attrait occidental et différences culturelles, ce roman nous emmène auprès de Clèm, dans sa vie où le travail ne s'arrête jamais.

Je le commence et aime beaucoup le style d'écriture, même si j'abhorre tout ce qui est décrit de ce monde professionnel, de ces faux-semblants et exigences.

Les leçons particulières d'Osamu Tezuka. Osamu TEZUKA. Editions Philippe PICQUIER, 4 octobre 2018

Osamu Tezuka est surnommé le "Dieu du manga" et est le papa d'Astro Boy pour ne citer que celui-ci. Dans ce manuel écrit en 1977, il revient sur l'histoire et le terme manga, ce qu'est le dessin manga et le fait que nous pouvons tous en dessiner. 

Malgré le format du livre qui se présente comme un beau pavé, la lecture est fluide et interactive, puisque l'auteur y a glissé de nombreux dessins et petits jeux. Avec beaucoup d'humour, et de références, il explique à son lecteur comment dessiner, quelle curiosité doit avoir le mangaka pour le monde et les gens qui l'entoure, quel matériel il doit avoir, quelques réflexes ou idées techniques, notamment en cas d’erreur.

C'est vraiment très intéressant! Je continue ma lecture.

3/ Que vais-je lire ensuite?

La solitude des méduses. Iria COLLAZO LOPEZ. Editions Solanhets, février 2018

Présentation de l'éditeur:

On peut croiser la solitude pour beaucoup de raisons : parce qu’on a recherché le calme pour écrire tranquillement dans un immeuble désert ; parce que l’âge vous cloue sur une chaise roulante alors que l’on a passé sa vie à voyager pour regarder le monde ; parce qu’on tourne dans sa tête des pensées obsessionnelles qui vous séparent des autres ; parce qu’une visite à un parent dans une chambre d’hôpital fait ressortir tout un passé enfoui… Ou bien simplement, comme une méduse flottant seule dans un aquarium sous les yeux écarquillés d’une petite fille égarée dans la ville, on peut voguer au gré du courant de la vie, sans bien savoir pourquoi.

La finesse de la construction et le recours à des thèmes et des personnages récurrents – qui s’échangent, se répondent et se mêlent au fil des différentes nouvelles – confèrent à ce recueil une unité véritable et profonde. Cette cohérence se voit encore renforcée par une écriture précise et néanmoins souvent presque lyrique, où la dimension symbolique permet d’évoquer avec une distance bienvenue, mais sans aucune pesanteur, des questions qui se posent dans la vie de toute personne.

Née en 1981, Iria Collazo López vit près de Vigo (nord-ouest de l’Espagne), où elle enseigne la langue et la littérature galiciennes. Après un premier roman très bien accueilli en 2015 par le public et la critique, elle a publié fin 2016 le présent recueil de nouvelles, qui a figuré en tête des listes des meilleures ventes du printemps 2017 en Galice.

Et sinon?

Pour la semaine 39 du challenge photo Instagram #52livres2018ddl de Sophie Hérisson, le thème était "Anti-héros".

Je n'ai pas été inspirée.

 *****

Pour finir, je vous mets les liens publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 02/10/2018 17:08

Un joli C'est lundi ! Et une belle bannière automnale.
J'aime beaucoup les illustrations d'Amélie Fléchais, j'ai découvert Sans-Famille sur le blog d'une autre chroniqueuse, et je vais aller voir Rubiel e(s)t moi sur votre blog.
La solitude des méduses m'attire beaucoup je lirai votre chronique avec plaisir !

Blandine 03/10/2018 09:24

Merci beaucoup Nancy :-)
Belle journée à vous!