Le manteau du ciel. Marie-Blanche CORDOU - 2018

Publié le 22 Juillet 2018

Le manteau du ciel

 

Marie-Blanche CORDOU

Editions Maïa, 2018

371 pages

 

Thèmes : veuvage, amour, amitié, famille, reconstruction, suspense

 

Le manteau du ciel est la suite du roman Blanc-de-gris  (écrit sous le pseudonyme de Julie Dudoux) dans lequel nous faisions connaissance avec Chloé Bardon, mère de Loris et épouse de Nathan. Nous assistions au délitement de leur couple, dû à l’alcoolisme de Nathan.

Sa fin était surprenante car ce que nous avions lu auparavant n'était pas totalement la réalité.

C’est un roman que j’avais beaucoup aimé, tant pour son histoire que pour l’écriture de son autrice.

 

Dans Le manteau du ciel (qui peut être lu indépendamment – il y a de nombreux retours en arrière qui permettent de recontextualiser), nous retrouvons Chloé, 40 ans, cinq ans après l'accident de voiture qui vit périr son mari, et qui la maintint quatre mois dans le coma. A son réveil, elle découvrit sa grossesse puis mis au monde une petite fille, Anaëlle. 

Elle l'élève avec beaucoup d'amour malgré le manque, tout en s’occupant de son fils aîné, Loris (devenu ado), et de son travail de professeure des écoles.

Une opportunité de carrière l'amène à quitter La Ciotat pour Gap, où elle allait en vacances avec Nathan.

 

En rangeant ses affaires dans l’armoire, elle découvre un carnet.

Un journal intime tenu par Nathan depuis ses douze ans jusqu'à peu avant sa mort et qui fait état d'un secret... Mais des pages ont été arrachées.

Chloé s'interroge...

Et d’autant plus que ces pages arrivent, de manière discontinue, par la Poste, dans de belles enveloppes jaunes. Qui peut bien les lui envoyer ?

 

Cela crée un grand suspense, tant pour elle, que pour nous, lecteurs.

 

En parallèle, Chloé fait de nouvelles rencontres, essentiellement dans le cadre professionnel, se lie d’amitié avec ses collègues, retrouve Colin, l’infirmier (devenu médecin depuis) qui s'était occupé d'elle lorsqu'elle était dans le coma, qu'elle avait connu en tant que parent d'élève auparavant.

 

Elle se questionne sur sa solitude, le droit à être heureuse, à refaire sa vie, si elle peut aimer à nouveau. Si elle en a le droit et si elle en est capable, tout simplement.

 

***************

 

J'aime beaucoup l'écriture de Marie-Blanche Cordou, douce, sensible, très visuelle et empreinte de symboles.

J’ai ressenti les couleurs, les odeurs, les sensations qu’elle insuffle à ses personnages (notamment Chloé, bien sûr) et aux différentes situations vécues par eux. Et même si le roman fait quelques longueurs et répétitions (surtout au début et dans les pensées de Chloé), pas un instant je n’ai voulu reposer le roman. Il me fallait savoir et accompagner Chloé le long de son cheminement, de ses questionnements et de sa reconstruction.

 

Les rebondissements sont nombreux, créant une intrigue aux multiples ramifications mais visant un seul thème : l’Amour. Quel qu’il soit, quelles que soient sa forme et sa force (je ne vous en dirai pas davantage !).

Marie-Blanche Cordou en explore les différentes manifestations avec beaucoup de douceur et de bienveillance.

Est-ce qu'on peut s'excuser d'aimer? C'est tellement beau et fort l'amour. (...) Seule la force du sentiment compte. C'est le reflet de notre propre âme dans les yeux de l'autre, c'est le feu qui brûle dans les bras de l'autre, c'est tout ça. Alors ne vous excusez pas.

J’ai aimé que chaque chapitre soit introduit par une lettre (qui forme un mot à la fin), à laquelle un court poème fait écho.

Quant au « manteau du ciel » du titre, je vous laisse en découvrir la signification et le symbole.

 

Lorsqu’on repose le roman, il se dégage un sentiment de plénitude et de sérénité

 

*********

 

Pour conclure, Le manteau du ciel est un beau roman sur la vie et ses différents chemins, sur le poids du passé, sur le fait d’être mère et d’être femme, sur l'Amour et ses différentes formes, sur la tolérance et l’acceptation.

 

Je remercie Marie-Blanche Cordou pour sa confiance.

 

Sur le blog, je vous ai aussi présenté son recueil de nouvelles : Text’îles au fil des couleurs

 

Ce roman participe au « Petit Bac 2018 » d’Enna pour ma 8e ligne, catégorie Couleur.

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 23/07/2018 20:04

Votre chronique, les thèmes et le suspense qui se dégagent m'intéressent beaucoup.
Un roman à découvrir :)
A bientôt Blandine.

Blandine 24/07/2018 23:55

Oh oui! Un roman et une plume à découvrir en effet :-)
Belle soirée Nancy!