Croc-Blanc – D’après l’œuvre de Jack London – 2018 (Film d’animation))

Publié le 5 Juin 2018

Croc-Blanc

 

D'après l'œuvre de Jack London

 

D'Alexandre ESPIGARES

 

Avec les voix de Virginie Efira ; Raphaël Personnaz ; Dominique Pinon…

Musique par Bruno Coulais

 

Sortie française: 28 mars 2018

Durée : 1h25

Dans le Yukon, une zone reculée du nord-ouest canadien, les chercheurs d’or envahissent les territoires enneigés dans lesquels cohabitent la nature, les loups et les Indiens.

C’est là que naît Croc-Blanc, un chien-loup, élevé seul par sa mère.

Alors que la famine guette, elle l’emmène auprès de Castor-Gris, son ancien maître, qui les recueille dans sa tribu.

 

Trop loup, pas assez chien, Croc-Blanc peine à trouver sa place comme chien de traineau parmi les autres, mais devient vite le préféré.

Contraint de gagner beaucoup d’argent pour acheter au Gouvernement ses terres, Castor-Gris s’en va en ville vendre des moufles.

Mais un homme, Beauty Smith, à l’allure crasse et retorse, use d’un stratagème pour obtenir le chien-loup.

Devenu sa propriété, Beauty Smith le bat, l’oblige à combattre contre des chiens. Désormais, seules la violence, la méchanceté, les privations, la lutte font son quotidien, qui rapporte beaucoup de sous à Beauty.

 

Mais un soir, un homme, un Marshall, met fin au combat qui oppose Croc-Blanc à deux molosses.

Weedon Scott, l’emmène chez lui, et avec sa femme, ils le soignent.

A leurs côtés, Croc-Blanc découvre l’amitié, le respect, l’amour…

 

Même si les aspects les plus violents du roman de Jack London sont édulcorés, ils restent tout de même abordés dans ce film d’animation, qui prend le parti de nous conter les évènements du point de vue de Croc-Blanc. Il n’y a pas de dialogue entre humains et animaux. Chacun gardant son mode d’expression.

 

Concernant le rendu esthétique du film, nous sommes partagés.

S’il est original et ambitieux, voire même beau pour les paysages, nous ne l’avons pas apprécié pour les personnages, qui perdent en fluidité, en expressions fines.

Les fourrures, entre autres, sont faites d’aplats de peinture quand les êtes humains sont réalisés en motion capture.

 

Au final, nous avons aimé ce film qui transmet un beau, et émouvant, message de respect de la nature et des animaux.

 

Cet article participe à notre challenge avec Nathalie « Cette année, je (re)lis des classiques » (7/6)

 

Je vous ai présenté une version de cette histoire, ICI, dans un recueil édité par les éditions Usborne.

 

Belles (re)lectures et (re)découvertes,

Blandine et Nathalie

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Eglantine 11/06/2018 01:56

Extra!

scoobydu41 06/06/2018 16:31

Un très beau livre

Blandine 06/06/2018 21:38

Oh oui!