L’auberge de Nulle Part. J. Patrick LEWIS et Roberto INNOCENTI – 2002 (Dès 8 ans)

Publié le 26 Mai 2018

L’auberge de Nulle Part

 

Texte de J. Patrick LEWIS

Illustrations de Roberto INNOCENTI

 

Editions Gallimard Jeunesse, septembre 2002

(Publié aux USA sous le titre The Last Resort)

 

Dès 8 ans

 

Thèmes : Imagination, création, héros, littérature, pouvoir de la lecture

 

Un dessinateur a perdu son imagination.

Alors, dans l’espoir de la retrouver, il part dans sa 4L rouge, qui l’emmène vers une destination inconnue, au-delà de Finisterre…Là où la télévision n’émet plus (et par extrapolation, les écrans et internet).

 

Elle s’arrête enfin, épuisée et lessivée par l’orage, au seuil d’une auberge qui surplombe la mer.

 

Notre homme n’est pas au bout de ses surprises quant à cet intriguant endroit et à ses pensionnaires ou visiteurs non moins étranges, aux activités mystérieuses et aux désirs convergents…

Un jeune garçon poète, une jeune femme infirme et sa garde-malade, un petit homme gris, un marin unijambiste, un aviateur, un inspecteur, un gentilhomme perché, etc.

 

Mais qu’on-ils tous en commun ? Et lui, qu’est-ce qui le rapproche d’eux ?

-Écris que j’ai découvert ici ce qui est le plus précieux à mes yeux, ce don que je n’avais plus en arrivant : la capacité à rendre réel ce que l’esprit ne fait qu’imaginer.

L’Auberge de Nulle Part serait-elle en réalité un objet et non un lieu ?

C’est fort probable, et il est plus que possible que vous aussi en possédiez ! Si si !

 

La plus grande peur de l’écrivain est la page blanche, mais celle-ci est également vraie pour le dessinateur, l’illustrateur …

Et quoi de mieux qu’un voyage dans les livres, auprès des héros de la littérature (dite de jeunesse) pour s’évader, imaginer, vibrer et créer de nouveau ? Pour se retrouver et user ses pinceaux ?

 

C’est à une quête de soi et de sens que nous convient les deux auteurs, et dans laquelle Roberto Innocenti se met lui-même en scène.

De multiples références et détails parsèment les pages qui sont un régal à observer, à décrypter et qui prolongent merveilleusement les mots-poésie de J. Patrick Lewis.

Un dessin en rondeur et aux points de vue et cadrages très intéressants, des dessins qui en rappellent d’autres, de l’humour et un brin de mélancolie.

 

Je ne peux que vous encourager à poser vos valises, le temps d’une lecture, à l’Auberge de Nulle Part.

Il ne fait aucun doute que vous y serez bien reçus et à l’aise !

Et n'oubliez pas de lire pour imaginer!

 

Ce magnifique album participe au Challenge « Je lis aussi des albums 2018 » de Sophie Hérisson (43/60), au « Mois italien » de Martine, et au « Petit Bac d’Enna », pour ma 8e ligne, catégorie Lieu.

 

 

 

 

 

Découvrez aussi l’avis de Nathalie que je remercie chaleureusement pour cette découverte.

J’aime énormément le travail de ces deux auteurs et vous ai présenté d’autres de leurs albums :

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 27/05/2018 08:56

Oooh quel thème !! J'aime beaucoup, il fait appel a tant de choses !
L'album a l'air superbe.
Bon dimanche de fête des mères, Blandine !

Blandine 27/05/2018 09:27

Merci Nancy! Oh oui, il est magnifique (comme tous ceux de Roberto Innocenti!)
Belle journée à vous aussi et Belle Fête des Mères également :-)

Nathalie 26/05/2018 16:15

Mais de rien ! Contente que ça t'ai plu ! ;)

Blandine 27/05/2018 09:26

Oh que oui! Encore merci <3

Mickaéline 26/05/2018 11:14

wahou, ton avis, et toutes ces belles illustrations, donnent vraiment envie. Merci pour la découverte, je l'ajoute immédiatement à ma liste d'envie.

Blandine 27/05/2018 09:25

Merci Michaéline :-) Oh oui tu peux! tous les albums de Roberto Innocenti sont superbes :-)