En Italie, il n’y a que des vrais hommes. Luca DE SANTIS et Sara COLAONE – 2010 (BD)

Publié le 16 Mai 2018

En Italie, il n’y a que des vrais hommes

 

Un roman graphique sur le confinement des homosexuels à l’époque du fascisme

 

Scénario de Luca DE SANTIS

Dessins de Sara COLAONE

 

Traduit de l’italien par Claudia MIGLIACCIO

Editions Dargaud, 2010

 

176 pages

 

Thèmes : Italie, Fascisme, Homophobie, Mémoire, Histoire, Transmission, Amour

Lors de la refonte du code pénal, le code « Rocco », ils avaient prévu un article pour les gens comme nous, les homos…

Alors Mussolini s’est indigné :
« Nous n’avons pas besoin d’une loi pareille !
En Italie, il n’y a que des vrais hommes ! »

A l’inverse des « triangles roses » que les Nazis ont attribués aux homosexuels, l’Italie fasciste a préféré le silence et le déni.

« Accorder » un statut pénal à ces hommes (et à ces femmes), c’était reconnaître leur existence, leur différence.

 

Pour autant, cela ne signifiait pas que les homosexuels, ou considérés comme tels, n’étaient pas inquiétés par le régime fasciste.

Dès 1928, la police puis l’OVRA (dès 1930 - police secrète chargée de réprimer les individus dits « subversifs ») fit le choix de l’isolement, parquant  les « pédérastes » ou « invertis », généralement dans le sud du pays.

L’un de ces lieux fut l’île San Domino delle Tremiti, au large des Pouilles, non loin de celle de San Nicola, où étaient enfermés les détenus de droit commun ou politiques.

Je rentre retrouver ma famille, mais elle a été déchirée par la douleur.

Et l’exil, loin de mon village, c’était aussi un exil des regards, des ragots, des mauvaises langues.
Je rentre mais tout a changé.
Oui, je rentre mais plus rien n’est comme avant.

Aujourd’hui, mon royaume, c’est ce bout de terre qui n’appartient à personne, et où on a oublié le sens des mots « chez nous ».

Je rentre, oui, mais où ?

Lorsque la guerre prit fin, leur retour chez eux ne fut pas sans douleurs, ni scandales, ni déshonneurs. Pour eux-mêmes comme pour leur famille.

Ce qui explique que presque aucun n’ait cherché à être indemnisé pour les années passées en confinement, comme la difficulté qui existe encore aujourd’hui pour aborder ce sujet.

 

Luca de Santis et Sara Colaone ont choisi de le traiter comme un reportage.

Rocco et Nico, jounaliste et cameraman (un couple professionnel et … amical, amoureux ?) ont rendez-vous à Salerne avec Antonio Angelicola, 75 ans, surnommé Ninella, pour l’emmener aux Tremini où il a été interné jusqu’à ce qu’avec la guerre, il soit renvoyé chez lui en « liberté surveillée ».

 

Au lieu de raconter cette histoire d’une manière linéaire, les auteurs ont opté pour des séries de flash-back qui répondent aux discussions et tensions qui existent entre ces trois hommes afin d’illustrer toute la difficulté qu’il y a, encore aujourd’hui, à lever le voile sur ces événements. Quelle résonnance pourraient-ils avoir à notre époque ? Sur le travail de mémoire, sur la condition homosexuelle actuelle?

 

Ninella a du mal à dire, à (se) confier, à se délivrer de son passé, d’autant qu’il ne s’explique toujours pas ce qu’il l’a conduit à accepter cette rencontre.

Ses prises de bec sont nombreuses avec Rocco, qui ne comprend pas ce qu’il prend pour des atermoiements, des caprices.

L'attitude de Rocco est le fruit d’un secret devenu trop lourd mais qu’il a du mal à lâcher.

 

Peu à peu, Ninella (se) raconte.

Son arrivée sur l‘île et l’accueil festif qui lui fut réservé ; les caractères joyeux, bagarreurs, timides, perfides de ses compagnons d’infortune ; son travail en tant que tailleur des carabiniers ; les conditions matérielles de sa détention ; leur liberté relative ; les secrets, peurs, espoirs des uns et des autres…

Pour accompagner ce récit, le contextualiser, à la fois dans l’Histoire ou à notre époque, le roman graphique est agrémenté d’une préface rédigée par Tommaso Giartosi et Gianfranco Goretti, deux écrivains, auteurs de La ville et l’île. Les homosexuels confinés à l’époque de l’Italie fasciste.

La postface est la retranscription d’un entretien entre Giovanni Dall’Orto (journaliste, écrivain, historien de l'homosexualité comme il se définit), et Giuseppe B. qui a inspiré le personnage de Ninella.

 

Cet album est vraiment beau, utile, nécessaire.

J’aime son graphisme et le choix de ses couleurs (noir, blanc et moutarde) dont chaque époque à sa dominante : noire pour le passé ; moutarde pour le présent ; gris pour la caméra.

Cela confère beaucoup de dynamisme au trait épais de Sara Colaone et pallie à la dureté et à la tristesse du sujet.

Il participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Stephie (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ainsi qu’au « Mois italien » de Martine et au « Petit Bac 2018 » d’Enna, pour ma 7e ligne, catégorie Lieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

Des deux auteurs, avec Francesco Satta, je vous ai présenté le roman graphique Leda Rafanelli - La Gitane anarchiste.

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Caro 29/05/2018 22:07

J'ai aussi beaucoup aimé cet album lu il y a quelques années.. J'avais appris plein de choses sur cette période troublée... et je crois qu'il y avait des explications complémentaires en fin d'album, non ?

Blandine 30/05/2018 17:06

Oui tout à fait, au début comme à la fin. Et c'est vraiment à la fois intéressant et enrichissant!

Stephie 24/05/2018 07:26

Je suis vraiment tentée

Blandine 25/05/2018 17:21

Top!

Alice 23/05/2018 15:11

Ca l'air super intéressant ! Et oh joie, nous l'avons à la médiathèque !

Blandine 23/05/2018 21:20

:-D Je te souhaite une belle lecture alors ;-)

Iluze 20/05/2018 16:12

Voilà un sujet très intéressant !

Blandine 21/05/2018 11:47

Oh que oui!

Mylene 19/05/2018 09:37

un sujet sérieux que tu donnes envie de découvrir !

Blandine 19/05/2018 18:08

Merci Mylène!

jacques 17/05/2018 22:50

Carrément sérieux comme thème. En tout les cas, j'apprécie le visuel. C'est un premier bon point pour aller voir de plus prêt. Merci pour la découverte.

Blandine 19/05/2018 18:07

Tout à fait!

Brize 17/05/2018 13:57

Pas emballée a priori par le graphisme, mais le thème est intéressant.

Blandine 19/05/2018 18:07

Oui très... j'ai aimé le graphisme mais si le sujet te tente, il passera au second plan ;-)

Jerome 17/05/2018 12:28

Sujet difficile mais nécessaire comme tu dis. J'aime beaucoup les dessins en plus.

Blandine 19/05/2018 18:07

:-)

Karine 17/05/2018 00:59

Oh, je ne connaissais pas du tout! Merci pou rla découverte. Je ne sais absolument rien de cet épisode de l'histoire.

Blandine 17/05/2018 11:45

Je dois avouer que je l'ignorais également avant de lire cet album... généralement, on en sait davantage sur les victimes de l'Allemagne nazie.
C'est une bonne chose de découvrir ce pan, terrible, de l'Histoire, par la BD!

bouma 16/05/2018 16:41

Merci pour la découverte car je ne connaissais pas du tout et que grâce à toi j'ai très envie de le lire.

Blandine 17/05/2018 11:44

Tu m'en vois ravie :-)

Nancy 16/05/2018 11:45

Un roman graphique bouleversant qui dénonce l'intolérance. Et quels mots terribles.
Cela me fait penser au film Une journée particulière d'Ettore Scola.
Belle journée, Blandine.

Blandine 17/05/2018 11:43

D'autres m'ont aussi parlé de ce film, il faut que je le trouve et le voie ;-)
Merci et belle journée à vous Nancy!

Estellecalim 16/05/2018 11:26

Il a l'air vraiment bien cet album !

Blandine 17/05/2018 11:43

Oh oui il l'est!

Saxaoul 16/05/2018 10:57

"En Italie il n'y a que de vrais hommes" : elle est terrible cette phrase. Ces quelques mots en disent long.

Blandine 17/05/2018 11:42

Oh que oui!

Noukette 16/05/2018 10:51

Intéressant ! J'avais lu et aimé "Triangle rose", à découvrir en parallèle peut-être... Je note en tous cas !

Blandine 17/05/2018 11:41

Et moi aussi! Merci :-)

Mo 16/05/2018 07:49

Ces derniers temps, tu partages des albums un peu moins récents et j'aime beaucoup. D'autant que tu donnes un coup de projecteur sur des titres que je voulais lire et... ça me donne envie de reprendre cette fameuse "wish-list". Merci !

Blandine 17/05/2018 11:41

Merci à toi :-)
J'espère que tu le liras, il en vaut le coup!
Mes albums (un diptyque) de la semaine prochaine devraient te plaire alors car ils ne sont pas tout récents non plus ;-)

nathalie 16/05/2018 07:38

Un thème intéressant mais je ne suis pas sûre d'accrocher avec les illustrations. ..

Blandine 17/05/2018 11:40

Ah ça... il te fut essayer pour le savoir! Et puis le sujet prend le pas dessus, si je puis dire!