C'est lundi, que lisez-vous? #199

Publié le 14 Mai 2018

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUMS

Petit Elliot dans la GRANDE VILLE. Mike CURATO. Editions Casterman, février 2016

Petit Elliot est un éléphant blanc à pois colorés qui vit dans une très grande ville. Elliot doit rivaliser d'imagination pour vivre au quotidien,chez lui ou à l'extérieur. Mais il serait vraiment heureux s'il pouvait s'acheter l'une des pâtisseries qui lui fait tant envie. Il a déjà essayé de s'en acheter pourtant, mais personne ne le voit et il repart penaud.

Un jour, il croise un être en détresse encore plus petit que lui, et qu'il aide. Ainsi naît une entraide qui se meut en amitié.

L'histoire est mignonne mais ce sont les illustrations qui m'ont surtout enchantée!

Je vous parle de cet album plus en détails demain!

De quelle couleur sont les bisous? Rocio BONILLA. Editions du Père Fouettard, avril 2016

La petite fille de notre histoire se pose une question existentielle: de quelle couleur sont les bisous? Et comme elle adore la peinture, elle illustre ses exemples et ses idées, de façon colorée!

Un joli album, métaphorique et symbolique dont je vous parle davantage demain, également!

ROMAN JEUNESSE

Mon royaume pour un dragon. Juliette CHAUX-MAZE. Editions La Plume de l'Argilète, janvier 2015

Blandine est une princesse dont les parents royaux règnent sr le Royaume de Frïhandiz. Ses 20 ans arrivés, il lui faut songer à se marier, et va, comme le veut la tradition, s'enfermer dans la plus haute tour et attendre qu'un prince vienne la délivrer.

Mais la fée Bussabosse, méchante et rancunière, gèle la tour, pour qu'aucun prétendant ne puisse monter. Les avis royaux se succèdent, les sorciers tentent de dégeler la tour mais le sortilège est puissant.

Un seul, à force de patience et de persévérance, y arrive, délivrant la princesse.

Ce conte, agrémenté de nombreuses références, revisite les traditions pour mieux les faire évoluer et les adapter à son temps.

Les Editions La Plume de l'Argilète sont spécialisées dans les publications pour dyslexiques. Ce petit roman a donc une police d'écriture et une pagination spécifique, qui ne m'a pas dérangée.

Je vous en parle davantage bien vite!

ROMAN ADO

L'espoir sous nos semelles. Aurore GOMEZ. Editions Magnard Jeunesse, avril 2018

C'est le coeur battant que j'ai terminé ce roman qui nous fait cheminer auprès d’Adélaïde, appelée Juno, tout au long du trek du Pownal long de 976 km.

Ce trek, et surtout la récompense financière promise au vainqueur, apparaît comme l'unique solution à Juno pour sauver sa famille, bien éprouvée par la vie, de la misère vers laquelle elle se dirige.

La voilà donc partie pour un mois, comme les 29 autres concurrents, pour cette randonnée qui la fera passer par toutes sortes de paysages et reliefs, températures, dangers, sensations; émotions. Et même si le trek se déroule en solitaire (sauf inscription en binôme), Juno va vivre une aventure humaine incroyable, être malmenée, mise en face de ses doutes et de ses peurs, confrontée à ses certitudes et souvenirs, rencontrer des personnes fabuleuses, complexes, déjantées, ou désagréables... mais qui toutes vont la faire grandir.

L'espoir sous nos semelles est un roman haletant et très bien mené. 

Je vous en parle davantage bien vite!

ROMAN

Rose. Tatiana  DE ROSNAY. Le Livre de Poche, mars 2012

Tatiana de Rosnay possède une écriture douce et sensible qui me va toujours droit au coeur (c'est mon quatrième roman d'elle). Je suis toujours émue par ses romans qui abordent des thématiques qui me sont chères, avec notamment la mémoire des êtres, et peut-être davantage, des lieux, le souvenir et la transmission, l'amour, la famille, les rapports humains.

Dans ce roman-là, elle nous entraîne dans le Paris du XIXe siècle, confronté aux travaux, ambitieux mais nécessaires, voulus et menés par le Préfet Haussmann. Et qui ne plurent pas à tout le monde, pour diverses raisons. 

Nous faisons ainsi la connaissance de Rose Bazelet, née Cadoux, résidant dans la demeure familiale (de son époux) rue Childebert, près de l'Eglise Saint-Germain-des-Prés. Mais les travaux de percement des futurs boulevards Saint Germain et de Rennes vouent à la destruction sa maison, sa rue, et celles alentours, les commerces attenants (dont les deux dont elle tire ses revenus). Un petit plan mis au tout début du roman nous permet de visualiser l'avant/après.

Lorsque commence le roman, elle est dans cette maison, vidée de ses effets, de ses meubles, quasiment vide et Rose écrit. Elle écrit à son défunt mari, Armant, car elle a des choses à lui confier et veut honorer une promesse. Ainsi remontons-nous le temps et sa vie au gré de ses souvenirs, joies, émotions, regrets, amitiés, rencontres, déceptions, et celles des transformations de Paris.

Plusieurs lettres sont insérées entre celles de Rose, pour mieux nous la restituer.

Plus qu'un roman épistolaire, il s'agit presque d'un journal intime que Tatiana de Rosnay nous restitue d'une manière éminemment délicate, d'une écriture un brin surannée et délicieuse

BD

L’extraordinaire voyage du fakir qui état resté coincé dans une armoire Ikea. Adapté du roman de Romain PERTUOLAS. Zidrou et Kyun EUN PARK. Editions Jungle, octobre 2017

Voici un album certainement aussi loufoque que le roman dont il est issu, mais beau aussi!

Un fakir indien décide de se rendre en France pour aller acheter un nouveau matelas à clous, obligatoire dans sa profession. Mais voilà, ren ne se passe comme prévu, ou presque. Il est emmené par un taxi qui tente de le rouler mais qu'il escroque lui-même; la promotion est terminée, il mange avec et aux frais d'une jolie jeune femme, la livraison du matelas ne sera possible que le lendemain, il dort dans le magasin ,se réfugie dans une armoire qui est vouée au déstockage, fait un tour en Europe, poursuivi par la famille du taxi du début, croise la route d'une actrice qui le fait rencontrer un agent pour qu'il écrive un roman qu'il a commencé à griffonner sur sa chemise, jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'l ferait mieux de parler d'autre chose...

Oui, les rebondissements sont nombreux dans cette quête initiatique. Car oui, c'en est une! Et elle ressemble d’ailleurs beaucoup à la prise de conscience de Siddhartha, devenu Bouddha, lorsqu'il se rend en ville et découvre en trois fois, l'existence de la vieillesse, de la maladie, de la mort.

D'ailleurs, chaque révélation faite au fakir, surnommé "Aja" pour aller plus vite, est nommée "électrochoc" et est numérotée!

Les dessins sont très dynamiques et drôles, d'autant qu'ils reproduisent des personnalités ou personnages célèbres: dirigeants politiques, Blanche-Neige blasée dans un aéroport...

Un très bon moment de lecture!

La Guerre des Lulus. Tome 2. 1915 Hans. Scénario de Régis HAUTIERE, dessin d'Hardoc et couleurs de David FRANCOIS et Hardoc. Editions Casterman, janvier 2014 

Nous retrouvons donc la bande des Lulus (CLIC pour le tome 1), composée de quatre garçons orphelins et augmentée d'une réfugiée belge, prénommée Luce. En voulant aller chercher de quoi guérir Luce, les garçons ont découvert un Allemand, qui se cachait, Hans. Mais loin de leur vouloir du mal, Hans les aide et leur raconte son histoire.

Un album (que j'ai beaucoup aimé!) dont je vous parlerai plus en détails le 30 mai, en Lecture Commune avec Enna.

Seuls - Tome 2 - Le maître des couteaux. Gazzotti, Vehlmann et Cerise. Editions Dupuis.

La semaine dernière, je vous présentais succinctement le premier tome de cette longue série, composée de plusieurs cycles, et dans lequel nous faisions connaissance avec cinq enfants: Dodji, Leïla, Terry, Yvan et Camille. Tous les cinq se sont réveillés un matin apparemment normal, mais il n'y avait plus personne autour d'eux, ni famille, ni parents, ni frères ou soeurs, ni aucun adulte. En arpentant la ville, ils se sont trouvés et retranchés dans le bureau du père d'Yvan, qui travaille en haut d'un building. Seuls des animaux sauvages erraient dans les rues, ils comprirent pourquoi lors de l'une de leurs sorties.

Dans ce tome 2, nous les retrouvons une semaine plus tard. Ils se sont organisés et préparent leur départ, à bord d'un bus aménagé par Leila, vers d'autres villes pour tenter de trouver d'autres "survivants".

Les caractères se dévoilent, des dissensions les séparent mais un événement favorise leurs retrouvailles et précipite leur fuite.

Dans un sommeil comateux, causé par l'alcool, Yvan dit quelque chose sur la nuit précédent  leur réveil esseulé... 

Seuls - Tome 3 - Le clan du requin. Gazzotti, Vehlmann et Cerise. Editions Dupuis.

Alors qu'ils mangent au bord de la route, le long d'une forêt calcinée, un nombre impressionnant de chiens hargneux les assaillent et les forcent, à nouveau à fuir. Dans les villes traversées, ils n'ont vu personne, mais là, le long d'une route, une voiture conduite par des enfants leur permet d'échapper aux chiens en se réfugiant dans un parc d'attractions dédié aux pirates: Treasure Island.

Là, ils découvrent beaucoup d'enfants qui vivent dans une "nouvelle" société (très genrée) sous l'égide d'un garçon blond, Saul, dont le père possédait ce parc, pourvu d'un requin blanc en captivité.

Les cinq sont tenus de se fondre dans la communauté mais c'est sans compter sur les caractères très indépendants de Leila et Dodji qui n'aiment pas comment Saul a organisé les lieux, d'une mainmise toute dictatoriale. Il faut dire qu'il a des exemples douteux.

Cette série post-apocalyptique est vraiment sympa, bien qu'un peu violente. Certes, il y a du sang, mais elle se situe davantage dans les détails.  

A poursuivre!

Le bleu est une couleur chaude. Julie MAROH. Editions Glénat, mars 2010

Cet album a plusieurs fois té présenté par les Bulleurs du mercredi, et en dernier par Saxaoul,ce qui m'a incitée à l'emprunter à la bibliothèque.

Le récit nous raconte une histoire d'amour, belle, viscérale, passionnée, tourmentée, et finalement malheureuse entre deux jeunes femmes, au tournant des années 2000.

Clémentine vient de mourir et a demandé à sa mère de donner à sa compagne Emma, d'environ cinq ans son aînée, de lui donner ses journaux intimes, dont elle a commencé la rédaction en 1994. On suit le parcours, le cheminement interne de Clémentine quant à son attirance pour les filles, sa rencontre avec Emma, son illusion avec Thomas, son amitié avec Valentin, son expulsion par ses parents.

Forcément, cet album tout en noir, gris et blanc, sauf les cheveux bleus d'Emma, remue et fait mal.  Mais le dessin ne m'a pas vraiment plu, d'autant qu'il est assez caricatural. Les personnages ayant quasiment tous une apparence androgyne, voire même masculine, lorsqu’il s'agit des filles, et difficilement reconnaissable lorsqu'il s'agit des garçons. D'autres petites choses m'ont aussi fait tiquer, notamment la manière dont les parents de Clémentine découvre l'homosexualité de leur fille...

Il n'empêche que j'ai aimé cet album, qui remue! Il a reçu le Prix du Public au Festival d'Angoulême en 2011.

Une adaptation cinématographique en a été faite: La vie d'Adèle, réalisée par Abdellatif Kechiche, primée à Cannes en 2013. Je ne l'ai pas vue.

Le Jeu Lugubre. Scénario et dessins de Paco ROCA. Editions Erko, mars 2002.

J'ai découvert Paco Roca grâce au roman graphique La Maison, et suis de suite tombée sous le charme de cet auteur, dont j'ai aussi lu Rides, en attendant de lire le reste de sa bibliographie, qui tourne beaucoup autour de la Guerre d'Espagne.

Ici, il convoque dans un album qui porte bien son nom et qui fait référence à une peinture, l'Histoire, l'Art, la création, le fantastique.

Début de l'été 1936, la menace d'un coup d'Etat se précise et Jonas quitte Madrid pour un poste de secrétaire à Cadaqués, auprès du peindre surréaliste Salvador Deseo. Ce dernier vit reclus dans sa propriété, exclu par les habitants du village qu'il terrorise par son art aussi excentrique que spécial disons, mais il n'est pas pour autant seul. Sa compagne est présente ainsi que deux amis allemands (!) et des jeunes femmes. Jonas est tiraillé entre la réalité et les cauchemars, qui se confondent. Les planches entretiennent l'illusion par un dessin souvent froid et glaçant...

Une préface et une postface raconte la genèse (réelle ou fictive?) de l'album qui rend un hommage troublant à Salvador Dali, et dont on retrouve les œuvres disséminées ça et là.

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

L'amie prodigieuse II - Le nouveau nom. Elena FERRANTE. Editions Folio, 3 janvier 2016

Présentation de l'éditeur:

«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» 
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. 

L’amie prodigieuse, Le nouveau nom et Celle qui fuit et celle qui reste sont les trois premiers tomes de la saga d’Elena Ferrante, qui se conclut avec L’enfant perdue.

Je le commence ce jour et vous le présenterai avec mon amie Magali, comme pour le premier volet :-)

3/ Que vais-je lire ensuite?

Je piocherai dans mon objectif lecture... ou pas!

Et sinon?

Pour la semaine 19 du challenge photo Instagram #52livres2018ddl de Sophie Hérisson, le thème est "Trilogie". 

Et voici ma photo:

****

Les votes pour le Prix des Incorruptibles prennent fin ce vendredi 18 mai! Avez-vous fait votre/vos choix?

Pour finir, je vous mets les liens publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

 

 

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 14/05/2018 22:24

Quel billet riche de lectures :)
Je note Rose, bien sûr (quel joli clin d'oeil, je viens tout juste de terminer Sentinelle de la pluie, qui parle entre autre d'un Arboretum !).
Les illustrations d'Eliott sont craquantes et je vois que vous êtes devenue Princesse, le temps d'un roman :-D
Je me souviens de votre chronique sur La guerre des Lulus, il faudra que je trouve cette série.
Belle semaine et à très vite, Blandine.

Blandine 15/05/2018 08:47

Merci beaucoup Nancy <3
Tatiana de Rosnay, voilà, tout est dit ;-) Son dernier roman me tente beaucoup!
Eh oui, cela fait drôle de lire son prénom d'ailleurs!
Je vous recommande La Guerre des Lulus, une très bonne série qui est à présent terminée!
Belle semaine à vous également, à bientôt Nancy!