Mariée par correspondance. Mark KALESNIKO – 2008 (BD)

Publié le 11 Avril 2018

Mariée par correspondance

 

Mark KALESNIKO

Traduit de l’anglais par Laura PARRAT

Editions Paquet, septembre 2008

266 pages

 

Thèmes : Canada, Corée, mariage, Amitié, Identité, Fuite, Art, Liberté

 

Le titre de ce roman graphique, et sa couverture, m’ont immédiatement fait penser au magnifique roman choral de Julie Otsuka, Certaines n’avaient jamais vu la mer.

Un roman sur les mariages arrangés, d’après de simples photographies, qui firent venir nombre de jeunes Japonaises aux Etats-Unis à la fin de la Première Guerre mondiale.

 

 

Mais si la rencontre de Monty Wheeler (Canadien) et de Kyung Seo (Coréenne) est le fruit d’une annonce et d’un échange photographique débouchant sur un mariage, le parallèle s’arrête là.

Les lieux, l’époque ni le récit n’étant similaires.

 

Ce roman graphique finit comme il a commencé : dans un moment de tension, sur une corde raide.

Mais entre le début et sa fin, les caractères des deux personnages nous ont été révélés, avec leurs espoirs, faiblesses, craintes, désirs aussi.

Et nos sentiments à leurs égards bien tourneboulés.

 

Monty Wheller a 39 ans, est célibataire, vit à Bandini, est l’heureux propriétaire d’un magasin de jeux-jouets-bandes dessinées, se décrit comme un homme-enfant, et son appartement, juste au-dessus du magasin, ressemble à une annexe tant il est encombré de poupées, affiches, figurines, collections diverses et masques…

Monty ne sort que pour assurer ses livraisons (le jeudi), pour rendre visite à sa famille (qui le moque, voire l’humilie), ou à un groupe de retraités, ses seuls amis.

Et il a un fantasme : les femmes asiatiques… dont il a une certaine vision.

 

C’est donc après avoir répondu à une annonce matrimoniale qu’il rencontre Kyung Seo, une jeune Coréenne, très grande, très fine, qui parle l’anglais parfaitement et sans accent.

De son passé, on ne sait rien, elle n’en dit rien, elle a tout effacé dans sa mémoire, dans son comportement. Elle n’a gardé qu’une robe traditionnelle, qu’elle dit détester mais que Monty adore. Elle la rend « si exotique », « si asiatique ».

 

Tout le long de l’album, les deux apprennent à se connaître, se jaugent, s’affrontent, revêtent différemment masques…

Surtout Kyung.

Lui, on le cerne très vite. Ses nombreux points négatifs étant très mis en avant.

Tandis qu’elle, elle prend ses marques peu à peu, se révèle moins docile, « moins asiatique » que prévu.

Elle s’expose, devient modèle photo, prend des courts d’Art, se fait des amis (notamment Eve une photographe éprise de liberté, et Franck, un professeur d’Art, vétéran du Vietnam).

Elle sort, rentre tard, s’émancipe … mais se retrouve confrontée à la réalité, celle qu’elle ne faisait que fuir…

Liberté, apparences, ennui, valeurs morales, résignation, besoins émotionnels, exigences, le récit explore cette relation de couple forcément si particulière, bâtie autour de rien, d’idées reçues et d’aspirations contraires, si ce n’est celle du changement.

 

La fin est ouverte, mais on la sent oppressante.

 

Le dessin, en noir et blanc, froid, presque brouillon, maintient notre empathie à distance.

Nos sentiments à l’égard des personnages balancent constamment. Car de nouvelles révélations viennent entacher le petit attachement que l’on pourrait avoir pour l’un ou l’autre.

Des portraits de jeunes filles sensuelles, aux lèvres pleines et pulpeuses, et un adjectif, rappellent à Monty la teneur de l’annonce mais aussi la profondeur de son illusion/désillusion quant à son épouse, qui ne leur correspond en rien.

Cet album fut nominé pour le Prix du meilleur album à Angoulême en 2005 (première édition en 2004), et a remporté le Prix de la Meilleure BD adaptable au Cinéma lors du Forum International Cinéma et Littérature de Monaco en 2005.

Il participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Stephie (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ainsi qu’au « Petit Bac 2018 » d’Enna pour ma 5e ligne, catégorie Déplacement.

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

 

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
La couverture est belle ! Mais le dessin et la mise en page intérieure (toutes petites cases !) ne m'inspirent pas plus que ça...
Répondre
B
ça ne freine pas la lecture et donne du rythme au récit. Mais je comprends!
C
Pas fan du trait, mais le sujet m'inspire... Un titre de plus à noter !
Répondre
B
Eh oui, un de plus ;-)
S
La couverture et le titre me branchent beaucoup. Ton billet donne envie. Mais le dessin de la BD lui-même ne m'inspire guère. A voir si je la croise ;)
Répondre
B
Voilà!
K
Oh, je suis hyper curieuse du coup. Le thème me plait énormément.
Répondre
B
tu m'en vois ravie!
G
Et bien pourquoi pas
Répondre
B
Reste plus qu'à le trouver ;-)
M
mouais, je ne suis pas tentée :D
Répondre
B
ça arrive!
S
Le graphisme ne m'attire pas, tout comme les personnages (ou du moins l'idée que je m'en fais). Dommage car le sujet est intéressant.
Répondre
B
parfois, ça ne passe pas; faut pas chercher à comprendre ;-)
L
Pourquoi pas ! A voir même si le graphisme me parait assez "racoleur"
Répondre
B
C'est pour mieux marquer la différence entre le fantasme de Monty et la réalité qu'est Kyung. Quant à la femme nue, c'est de "l'Aaaart" ( ;-) ), une conception de la liberté qu'Eve enseigne à Kyung.
M
J'aime beaucoup l'histoire, j'accroche moins avec les dessins, à feuilleter donc!
Répondre
B
Tu as très bien résumer!
I
J'aime bien l'histoire mais j' ai du mal à accrocher avec les BD, je n'en lis quasiment jamais.
Répondre
B
J’étais pareille jusqu'à y a peu. Maintenant, je ne peux plus m'en passer ;-) Une histoire de moment peut-être...
B
le graphisme ne me tente pas du tout contrairement au sujet...
je garde dans la tête pour une future lecture.
Répondre
B
Si tu entres dans l'histoire, le graphisme passera au second plan (ce qui n'empêche pas de tiquer parfois)...
I
Intriguant !
Répondre
B
Oui!!
B
La couverture m'attire, l'histoire paraît intéressante, mais j'avoue que ce que tu montres du graphisme des pages ne m'emballe pas.
Répondre
B
Je comprends, il m'a fallu un peu d'adaptation quant au trait, auquel on finit par s'habituer.
A
Bien tentée par ce récit. J'avais aussi beaucoup aimé Certaines n'avaient jamais vu la mer, même si effectivement les deux histoires sont bien différentes, je perçois le rapprochement.
Répondre
B
:-)
N
Sublime couverture... et le contenu a l'air de tenir ses promesses !
Répondre
B
Tout à fait, même si le dessin de couverture (et ses couleurs) peuvent tromper sur les planches intérieures...
H
Pas certaine qu'il me plaise !
Répondre
B
Ce n'est qu'en essayant que tu sauras!
J
Carrément intéressant cet album. Merci pour la découverte. Je le note plutôt deux fois qu'une !
Répondre
B
Tu m'en vois ravie!
S
J'aurais tellement aimé retrouver des couleurs à l'intérieur de cet album ! Comme cette si belle couverture... Je ne suis pas lectrice de manga, ce qui explique cela...
Mais apparemment, c'est un livre à retenir.
Répondre
B
On se fait vite au noir et blanc... la couverture de la première édition fait moins de mystères sur le dessin...
E
intéressant! Je note!
Répondre
B
:-)
C
J'aime beaucoup ce type de récit !
Répondre
B
Alors je te souhaite de pouvoir le lire!
K
Merci pour cette découverte. La couverture magnifique a tout de suite retenue mon attention. J'avoue ne pas trop connaître les mangas pour les adultes. J'ai bien envie d'y faire un tour. Bonne journée :-)
Répondre
B
Oh oui, elle est belle! Belle lecture alors ;-) Bonne journée à toi!