C'est lundi, que lisez-vous? #198

Publié le 7 Mai 2018

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUM

Sentimento. Texte de Carl NORAC et llustrations de Rebecca DAUTREMER. Editions Tom'Poche, janvier 2013

Monsieur Stein adorait construire toutes sortes de choses, mais malheureusement, toutes lui faussaient compagnie, d'une manière ou d'une autre. Il a donc choisi de construire une marionnette à son image. Il pris soin de choisir le bois le plus tendre, de se regarder dans un miroir tout le long de la création, mais fatigué par l'ouvrage, il s'endormit sans que son travail soit achevé...

Mais le lendemain matin, la marionnette avait pris vie et Monsieur Stein fut horrifié par le résultat, qui ne lui ressemblait pas du tout et qu'il ne pouvait corriger, modifier.

Il fit donc fuir la créature, qui ne trouve même pas refuge au cirque Sentimento. Seule une petite fille, Selma, n'eut pas peur de lui et lui montra son secret. La marionette crut avoir trouver le moyen d'approcher les hommes... Le résultat fut horrible et une course trop effrénée signa la fin du pantin.

Cet album s'inspire librement de Pinocchio pour créer une histoire douce-amère, triste et espérante, sur la confiance et le partage... des valeurs si ténues, si fragiles.

Les illustrations de Rebecca Dautremer sont magnifiques, riches de détails. Les angles de vues choisis atténuent la dureté de l'histoire.

ROMAN JEUNESSE

Vives et vaillantes. Sept héroïnes de contes. Praline GAY-PARA. Editions Didier Jeunesse, avril 2018

Non, les femmes et filles de contes ne sont pas des "nunuches" soumises et passives qui attendent sans rien faire que le Prince Charmant viennent les délivrer et les épouser.

Pour nous démontrer qu'elles sont volontaires, actives et actrices de leur destin, Pauline Gay-Para, après une courte introduction, nous raconte sept contes issus de Méditerranée, méconnus, pour nous le prouver.

Puis, après une petite postface, elle nous indique l'origine, possible ou mêlée ,de ces contes, qu'elle a parfois mixé ou réactualisé pour coller à l'esprit d'aujourd'hui. Le tout est vraiment intéressant, instructif et divertissant! Je me suis régalée, même s'il y a un conte pour lequel je ne suis pas trop en accord avec le postulat. 

Je vous le présente davantage la semaine prochaine!

ROMAN ADO

La marque rouge. Ruberto SANQUER. Editions Scrineo, février 2018

C'est avec avidité que j'ai lu les dernières pages de ce roman fanstasy, empreint de suspense, d'avenure, d'épreuves et d'écologie.

Son héroïne s'appelle Louyse, elle a 17 ans, et est une sorcière Ringsey, c'est-à-dire, une sorcière guérisseuse, qui tire son pouvoir de la Lumière et de la nature par l'intermédiaire des arbres. Sa vocation est de soigner et de protéger.

Dans le premier tome (L'Aura Noire), alors qu'elle n'était encore qu'une Apprentie, se préparant au Sabbat du solstice d'été, un Démon majeur, endormi depuis la fin de la Première Ere, l'avait coiffée d'une malédiction. Elle avait pu s'en débarrasser, un an plus tard, grâce à l'action de sa maîtresse, dame Maurey, une vieille sorcière centenaire, plongée dans le coma depuis. Mais cela n'a pas empêché la quasi totale destruction de la Cité d'Isafjur et la propagation du Mal appelé Marque Rouge.

Ce deuxième tome commence juste après la catastrophe, après le sabbat durant lequel Louyse et douze amies de promotion ont gagné leurs Ringtree. Des bracelets formés de cosses colorées, issus de l'Arbre de Vie et qui se confondent avec les poignets, pour exercer soins et protection.

Le Démon majeur n'est pas mort, la Mort a jeté son dévolu sur Louyse, une Sentinelle mais aussi l'Elue de la Prophétie. Cette dernière assiège ce qu'il reste d'Isafjur,coupe les voies de communication et les vivres, les civils se sont transformés en d'horribles créatures sanguinaires et cannibales, appelées Yeux Rouges ou Lucifuges.

Isafjur attend des secours et ils viendront non sans que le sang soit versé

Ce deuxième tome est vraiment haletant. Si le début peine à se mettre en place, avec pas mal de répétitions, la suite est empreinte de suspense, d'actions, de révélations, de rebondissements.

J'ai vraiment hâte de lire le 3e et dernier volet de la série pour savoir ce que Louyse va accomplir et ce qu'il va advenir de ses comparses.

Même si ce tome est plus abouti que le premier, en termes de descriptions, actions, probabilités, on peut néanmoins observer quelques clichés, même si les protagonistes cherchent à les bousculer. Y parviendront-ils dans le prochain tome?

Je vous parle plus en détails de ce tome 2 bientôt!

ROMAN

Emilie. Aïssa LACHEB. Editions Au Diable Vauvert, mars 2018

1917, Nauroy dans la Marne.

Emilie est une petite fille d'environ 10 ans, orpheline, mutique, sauvageonne, qui gambade dans le paysage désormais lunaire de son village détruit et de ses alentours comme elle le ferait dans n'importe quelle nature. Recueillie par les "deustch-boches", qui font autant attention à elles comme ils oublient sa présence, ou son absence, elle vit sa vie, si tant est que cela en soit une. Elle semble ailleurs. Les seuls moments où l'émotion étreint la petite, c'est lorsqu'un mort est inhumé, ou qu'il doit l'être parce qu'elle l'a trouvé sur le chemin, a assisté à une exécution. Là, son petit corps tressaille et elle dépose sur chaque tombe nouvelle des brins d'herbe, des branches, des fleurs quand elle en trouve.

Emilie est un roman issu d'une histoire vraie, donc d'autant plus dure et triste. Il se situe sur les terres d'un village qui n'existe plus. En "zone rouge". Seules une petite partie de son cimetière et sa chapelle (reconstruite) sont encore là, vestiges d'un temps passé, et témoins des horreurs de la guerre.

Emilie, c'est l’histoire d'une double catastrophe. D'une innocence tuée avec cette petite fille. Et de la mort par asphyxie de centaines (600, peut-être davantage) de soldats allemands cachés dans les galeries du Mont Cornillet et dont on retrouva les corps, par hasard puis après des recherches, en plusieurs temps, jusqu'à ce qu'il soit décidé de ne plus chercher.

C'est l'histoire d'une commémoration tardive, qui a eu lieu le 20 mai 2017, soit cent ans jour pour jour après cette catastrophe.

Ce roman, raconté d'une manière froide mais intime, m'a beaucoup fait penser à celui de Laurent Gaudé, Cris.

Je vous en parlerai davantage dans un billet dédié.

BD

Le tour d'écrou. Henry James. Adapté par Hervé DUPHOT. Editions Delcourt, collection "Ex-Libris", mars 2009

Une jeune femme répond à l'annonce d'un riche londonien qui cherche une gouvernante pour ses neveu et nièce dont il a la charge depuis le décès de leurs parents. Très pris par ses affaires, il a préféré les installer dans sa résidence de campagne.

Seule consigne: ne jamais faire appel à lui ou chercher à le contacter.

Flora et Miles sont deux charmants enfants, toujours très sages. Pourtant, le jeune garçon est renvoyé de son école et n'en parle pas. Une atmosphère étrange émane du bâtiment comme de leurs relations. La gouvernante assiste à des phénomènes surnaturels mais ne sait pas si les enfants en sont victimes ou complices. Ces phénomènes sont-il seulement réels?

Elle essaie de mener l'enquête, apprend ce qui est arrivé à l'ancienne gouvernante comme à l'un des domestiques...

L'ambiance est oppressante, fait des mystères, joue avec la paranoïa de la gouvernante, comme avec la nôtre.

Cette nouvelle, publiée en 1898, a tout de suite rencontré le succès et cette adaptation en bande dessinée est très réussie. Les couleurs collent parfaitement au sentiment étrange qui s'en dégage.

Seuls - Tome 1 - La disparition. Gazzotti, Vehlmann et Cerise. Editions Dupuis.

J'ai entendu beaucoup de bien de cette série, qui compte malheureusement beaucoup trop de tomes. Ayant acheté le premier l'an passé lors des 48H de la BD, et ayant trouvé les 2 et 3, je me suis enfin lancée dans sa lecture - à raison!

Nous faisons la rencontre de cinq enfants - quatre préado d'environ 10-12 ans et un petit d'environ 5-6 ans. Il y a Dodji, orphelin et vivant dans un centre; Leïla, qui aime bricoler; Camille qui est stressée par son (très bon) niveau scolaire; Yvan, dont les parents rentrent toujours trop tard, trop pris par leur travail et Terry, petit bambin élevé par sa mère célibataire.Ils se réveillent un matin, chacun chez eux, seuls. Plus aucun parent, frère ou soeur, adulte dans les rues, nulle part. En marchant dehors, ils se retrouvent tous, mais sentent des présences qui rôdent. Ils s'organisent, découvrent d'autres êtres vivants, et agressifs.  Mais ne savent toujours pas pourquoi ils sont seuls.

Ce premier tome pose donc un décor post-apocalyptique, nous présente les personnages, leur caractères et capacités. C'est une très bonne entrée en matière qui crée du suspense, du malaise et qui donne envie de savoir la suite!

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

L'espoir sous nos semelles. Aurore GOMEZ. Editions Magnard Jeunesse, avril 2018

Adélaïde, appelée Juno, a 17 ans, s'inscrit contre toute attente pour le trek du Pownal, qu'elle espère gagner pour aider sa famille qui va à vau-l'eau. Il leur est difficile de joindre les deux bouts, son père, pêcheur, noie son chagrin dans l'alcool,sa soeur aînée Jade est morte en montagne, sa mère est décédée dans un accident de voiture, Juno travaille dans l'entreprise du coin, Milicote, mais les placards sont souvent vides et ses trois jeunes frères et sœurs ont souvent faim. Bref, Juno a beau essayer de porter les siens à bout de bras, elle n'y arrive plus, alors la récompense financière pour le vainqueur du trek lui apparaît comme l'unique salut.

C'est un trek en solitaire, même s'il n'est pas interdit de marcher à plusieurs. Il ne faut pas s'entraider, "c'est tout". Ses compagnons de route, 30 sur la ligne de départ, ont tous une bonne raison, ou pas, de faire ce trek, et leur personnalité nous est dévoilée au fil des rencontres et des discussions.

Mais c'est surtout avec soi-même que l'on marche, ses perus, ses doutes, ses certitudes. 

Quelques autres consignes: poster obligatoirement par jour grâce à une tablette des photos, une vidéo, un commentaire. Des rations alimentaires sont délivrées au fil du parcours dans des bornes, qui permettent à Juno d'évaluer son avancée et son retard.

Juno est courageuse, volontaire, cache bien ses blessures internes. Nous cheminons à ses côtés, filtrons l'eau avec elle, ressentons le poids du sac trop lourd, les pierres qui roulent sous les pieds perclus d'ampoules, le vide, prenons de plein fouet la pluie cinglante ou la majesté des paysages, dormons sous la tente.

 Bref, j'aime et j'ai hâte de continuer ma lecture à ses côtés.

3/ Que vais-je lire ensuite?

L'amie prodigieuse II - Le nouveau nom. Elena FERRANTE. Editions Folio, janvier 2016

Présentation de l'éditeur:

«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» 
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. 

L’amie prodigieuse, Le nouveau nom et Celle qui fuit et celle qui reste sont les trois premiers tomes de la saga d’Elena Ferrante, qui se conclut avec L’enfant perdue.

Je vous le présenterai avec mon amie Magali, comme pour le premier volet :-)

Et sinon?

Pour la semaine 18 du challenge photo Instagram #52livres2018ddl de Sophie Hérisson, le thème est "Séparation". 

Et voici ma photo:

 

Le challenge "Un mois au Japon 2018" d'Hilde et Lou joue les prolongations jusqu'au 13 mai!

Chouette!

Tandis que le Mois Italien, (chez Martine) a commencé, retrouvez sa présentation ICI et mon objectif de lecture, forcément un peu lié!

Pour finir, je vous mets les liens publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 07/05/2018 22:05

J'ai deux coups de coeur en lisant votre C'est lundi : Le tour d'écrou et L'espoir sous nos semelles.
Mon fils a lu la série Seuls, il a beaucoup aimé.
Belle semaine et à très bientôt, Blandine !

Blandine 07/05/2018 23:02

Merci beaucoup Nancy! Je ne peux que vous conseiller ces lectures ;-)
Belle soirée à vous aussi :-)