C'est lundi, que lisez-vous? #196

Publié le 23 Avril 2018

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ROMAN / POLAR 

Les gens sérieux ne se marient pas à Vegas. Serguei DOUNOVETZ. French Pulp Editions, octobre 2017

Rock n'roll, drogues, amour, morts, Indiens, Saloons, sexe, show business, western, vampirisme, vengeance sont au menu de ce polar déjanté, qui nous entraîne tambour battant aux Etats-Unis, au Texas à Justicebourg et à Polar (noms improbables mais ô combien descriptifs!), à la fin des années 70, puis 25 ans plus tard.

Et j'ai adoré!

BD

Ces jours qui disparaissent. Scénario et dessins de Timothé LE BOUCHER. Editions Glénat, collection "1000 Feuilles", septembre 2017

Je suis ravie d’avoir (enfin) pu lire cet album encensé par les bulleurs du mercredi, même si certains ont émis quelques bémols. Et je comprends, même si je n'en soulève pas. Même le dessin qui me paraissait peu attractif dans les articles, m'ont plu, même si ce n'est pas la ligne que je préfère.  

Pour l'histoire: Lubin est un jeune acrobate d'une petite vingtaine d'années, végétarien, sportif, il évolue avec son groupe, composé de Léandre, Pedro et Alexandra. Des spectacles et même la télévision se profilent. Il a une petite amie, Gabrielle, un look androgyne avec ses longs cheveux blonds, tout va bien!

Mais, un soir, lors d'une représentation, Lubin chute et tombe sur la tête. Il se relève seul quasi tout de suite, tout semble aller. Mais un étrange phénomène se passe. Lubin ne se réveille qu'un jour sur deux. Mais il ne dort pas le reste du temps! Un autre a pris possession de son corps. Par vidéo, ils communiquent. Mais les deux ont des vies bien séparées, mais qui parfois se heurtent. L'autre Lubin a ses amis, son travail, son alimentation, sa maniaquerie, mais pas de passé...

La cohabitation dure ainsi deux ans mais le deuxième prend de plus en plus de place, de temps, et Lubin ne se réveille plus que de temps en temps, des mois, des années passent... Léandre est toujours là, les autres moins...

La fin est ouverte et peut être interprétée de multiples façons. Le récit nous entraîne dans un avenir futuriste, fantastique ou plausible dans les technologies prennent de plus en plus de place dans nos vies. Pour autant, est-ce là que réside le "problème" de Lubin? Est-ce une schizophrénie, un dédoublement de personnalité, autre chose? L'album nous interroge quant à la notion de l'identité, de notre changement avec le temps, e de notre rapport par rapport à lui et à "ceux" que nous laissons derrirèe nous en grandissant/vieillissant.

Un album haletant, brillamment mené, ou bien, glaçant!

Magritte. Ceci n'est pas une biographie. Scénario de Vincent ZABUS, dessins et couleurs de Thomas CAMPI. Editions Le Lombard, novembre 2016

C'est grâce à l'article de Mo' que j'ai connu cette BD qui m'a, de suite, attirée! 

Charles Singullier a décidé de s'offrir un chapeau melon pour l'annonce de sa promotion. C'est quelque chose qui ne lui ressemble pas pourtant. Mais voilà qu'il a précisément acheté le chapeau de René Magritte et le voilà investi d'une mission: pénétrer l'art, l'esprit, les secrets de Magritte s'il veut espérer pouvoir retirer ce chapeau.

Dès lors, Charles se retrouve propulsé dans le monde de Magritte, est victime d’hallucinations, fait connaissance avec des personnes qui connaissent l'art et la vie du peintre.

Charles, dont la vie est sans relief, ordonnée, se précipite pourtant dans cette aventure, non sans quelques questionnements et incompréhensions.

J'ai adoré cet album, farfelu, qui entremêle la pensée de Magritte, des reproductions de ses œuvres, à sa vie réelle et qui nous amène à penser sur le sens des mots et des choses/images auxquelles nous les associons.

Les couleurs sont lumineuses, le trait léger. Un bien bel album!

Les gens honnêtes. Deuxième partie.  Scénario de Christian DURIEUX et dessins de Gibrat. Editions Dupuis, collection "Aire Libre", 2010

Après avoir lu, et beaucoup aimé, le premier volet de cette série de quatre volumes (CLIC), il me fallait découvrir la suite!

Nous avons donc fait connaissance avec la famille Manche. Il y a le père, Philippe, le personnage principal, qui perd son travail, sa maison, pied et qui se redresse grâce à ses amis et quelques bonnes filouteries. Il y a aussi sa maman, ses enfants: le fils aîné qui change toujours de boulot, la fille qui vient d'avoir un petit gars (Evan) mais dont on ignore qui est le père et le dernier, Arnaud, qui ne fait pas grand-chose au lycée, dit gros mots sur gros mots.

Dans cette deuxième partie, Philippe fait connaissance avec Robert, un bouquiniste amoureux des mots et du bon vin, qui achète une propriété dans le Bordelais, non loin de l'Ecole où va finalement aller son  Arnaud, renvoyé de son établissement. Ayant perdu son argent à la Bourse, Philippe s'est lancé dans l'auto-entrepreneuriat: coiffeur dans le train! C'est là, entre Paris et Bordeaux, qu'il y rencontre la jolie Camille du wagon-restaurant, avec qui les relations vont vite évoluer. 

Le succès de Philippe va grandissant, mais une nouvelle opportunité de carrière, dans un tout autre domaine, s'offre à lui, non sans avoir mal au coeur...

Même si j'ai préféré le premier volet, ce deuxième m'a bien plu. Les personnages sont plein de pep's et de réparties, certains moments sont très drôles, d'autres plus sérieux. Ils n'occultent pas les moments tristes ou difficiles mais le mot d'ordre est de vivre, de profiter, d'être ensemble, malgré les aléas que la vie ne manque pas de mettre sur tous nos chemins.

Une série avec des héros ordinaires, à "notre" image, cela fait du bien! Et ce d'autant plus lorsque des citations littéraires s'invitent!

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Les tout petits bonheurs. La leçon de vie d'un jeune homme qui croit que chaque jour peut être un bon jour. Henry FRASER. Editions Larousse, 11 avril 2018

Je lis très peu de témoignages, et ne sais pas vraiment pourquoi, d'autant que les parcours de vie m'intéressent énormément, me touchent très souvent. Je lis davantage de biographies, souvent romancées d'ailleurs. Peut-être parce que la dimension historique apporte une distance avec la vie relatée et donc un rapprochement, une identification moins aisés... Pourtant, la vie des "anonymes" qui ne le sont ensuite plus, m'émeut tout autant. C'est donc pour sortir de ma zone de confort, et aussi pour le titre et la préface signée J. K. Rowling que j'ai commencé ce livre.

Et j'ai bien fait!

2009. Henry Fraser, Anglais, a 17 ans. Il est sportif, rugbyman, bon dans ses études, entourée par une famille aimante (3 frères et ses deux parents), des amis... Avec quelques-uns, il va passer quelques jours de vacances au Portugal. Il s'amuse, va à la mer, plonge... et là, l'accident "bête". Il a plongé alors que l'eau était peu profonde, sa tête a cogné le sol, il ne peut plus bouger, un ami le sauve à temps de la noyade...

Secours, hôpital, soins, diagnostic, la 4e vertèbre est déplacée, ne peut être remise en place, la moelle est écrasée, il est tétraplégique. Il est voué à passer sa vie en fauteuil roulant haut avec accoudoirs... Mais Henry est un battant. Il refuse cet état de fait, se fixe des objectifs, parfois contre l'avis des médecins, "frileux" ou pétris de certitudes, est entouré, aidé par des kinés, fait du sport, se centre sur ce qu'il peut désormais faire et non pas sur ce qu'il ne peut plus et sort de l'hôpital dans un fauteuil (technologique) qu'il actionne lui-même grâce à l'impulsion qui lui reste dans ses épaules...

Grâce à la préface et à des photos mises au milieu du livre, je sais qu'Henry est devenu peintre de la bouche, il me reste à savoir comment.

Son témoignage est vraiment fort et émouvant, et nous montre combien rien ne nous est acquis, même ce qui nous semble normal, telles la respiration, la toux, la déglutition... Et que ce qui lui est arrivé (comme à tant d'autres - il apprend que nombre de gens se sont littéralement brisés la nuque au même endroit que lui) peut aussi nous frapper. Nous ne sommes à l'abri de rien et il nous appartient donc de nous réjouir, satisfaire, de voir  la moindre beauté, petit plaisir, bonheurs quotidiens avant que cela ne devienne un luxe... Un rayon de soleil, un chant d'oiseau, un objectif atteint, la présence de certaines personnes...

Et de penser que ce qui lui est arrivé, qui peut aussi nous arriver, peut être transposable à d'autres situations.

Les tout petits bonheurs est un livre marquant, poignant et qui, paradoxalement peut-être, fait du bien et donne aussi de l'énergie, positive!

Le site d'Henry Fraser CLIC

3/ Que vais-je lire ensuite?

La marque rouge. Ruberto SANQUER. Editions Scrineo, février 2018

Après avoir lu l'an dernier le premier volet de cette sére fantasy, je suis bien contente de découvrir la suite et ce qui va arriver à son héroïne, Louyse.

Présentation de l'éditeur:

C’est une nouvelle année scolaire qui commence pour nos jeunes sorcières. La malédiction de L’Aura noire a été vaincue, mais le Démon a non seulement ravagé la moitié de la Cité des sorcières, mais aussi lâché une bombe à retardement : un nuage invisible de particules de mal absolu sur la Citadelle. Lorsque la pandémie se déclenche, la population se transforme en « Yeux Rouges » : des cannibales avides de chair humaine. Les sorcières et les sorciers doivent s’enfermer sous des Dômes de Lumière pour se protéger des Yeux Rouges. Leur destin repose sur Louyse, Sentinelle chargée de protéger la Lumière de ce monde qui commence à chanceler sous les forces du mal…

Et la suite de mon objectif de lecture...

... essentiellement consacré au Japon!

Et sinon?

Aujourd'hui, nous sommes le 23 avril et c'est la Journée Mondiale du Livre et du Droit d'Auteur, depuis 1995 et à l’initiative de l'UNESCO.

En Belgique, l’Association des Editeurs belges (jeunesse et scolaire) ont choisi de lancer une opération pour ce jour particulier: Offrir un livre à un enfant

Lui en acheter, oui, mais pas seulement. En emprunter à la bibliothèque, lire avec lui ou pour lui sont autant de possibles pour mieux maîtriser la compréhension de ce qui est lu, car en Belgique, suite à une étude (PIRLS, 2016), c'est là que la bât blesse.

Pour en savoir plus: CLIC

Affiche signée Anne Herbauts

"Cette journée du 23 avril n'est pas l'aboutissement d'une action, mais le début d'une mobilisation afin que le livre, mais surtout la lecture et la maîtrise de la langue française, soit à la fête tous les jours !"

Pour la semaine 16 du challenge photo Instagram #52livres2018ddl de Sophie Hérisson, le thème est "Afrique". 

Et voici ma photo:

Pour finir, je vous mets les liens publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Je note "Les tout petits bonheurs", pour le lire et pourquoi pas, l'offrir !<br /> Merci pour la découverte Blandine.<br /> La BD sur Magritte m'interpelle aussi.<br /> Belle idée d'avoir mis en avant cette journée mondiale du livre et cette belle initiative <3<br /> Bonne semaine livresque !
Répondre
B
Merci beaucoup Nancy <3<br /> Oh oui Les tout petits bonheurs vous plairaient beaucoup je pense, ne serait-ce que pour ce beau message d'optimisme et de petits bonheurs du quotidien, la gratitude ressentie par son auteur et qui se propage jusqu'à nous, mais aussi, bien sûr, l'émotion, l’admiration que son parcours suscite. C'est un livre que je vais laisser sur ma table de chevet!<br /> Quant à Magritte, c'est farfelu mais beau!<br /> Belle semaine à vous aussi :-)
M
Effectivement ton livre actuel à l'air vraiment bien, je l'ajoute à ma wich, bonne semaine
Répondre
B
Merci Mickaéline! Ce témoignage est vraiment poignant. Je l'ai terminé mais en relis quelques passages. C'est un livre que je vais garder précieusement à portée de main.
N
Je note le témoignage d'Henry Fraser. Nous avons un fonds spécial "témoignages" à la bib qui fonctionne très bien.
Répondre
B
Et je t’encourage à le lire, pour toi!