Mohamed Ali : Album de Jonah WINTER et François ROCA + Film avec Will SMITH

Publié le 22 Février 2018

Je crois que nous savons tous qui était Mohamed Ali !

Un boxeur.

Oui, mais pas seulement.

Un boxeur poète (on pourrait presque dire slameur avant l’heure), et surtout engagé.

Pour la Lutte des Droits des Noirs aux Etats-Unis dans le contexte tendu de la ségrégation et de la guerre du Vietnam.

Un boxeur conquérant, un caractère bien affirmé, converti à l’islam, revendicatif, ami de Malcom X, et amateur de femmes.

 

Pour vous le présenter, un album et un film.

D’abord, un peu de son histoire :

Mohamed Ali n’est pas né sous ce nom.

Il a vu le jour le 17 janvier 1942 à Louisville, dans le Kentucky et fut appelé Cassius Marcellus Clay Junior.

Il ne fut pas le premier Noir à se servir de ses poings, à boxer, à ambitionner de devenir Champion du Monde [des Poids Lourds], dans cette époque au racisme exacerbé.

 

Avant lui, il y eut, entre autres:

  • Jack Johnson. Titré en 1908 – non engagé mais admiré par Ali ; pour le découvrir ICI ou LA.
  • Joe Louis, clairement engagé "contre le racisme et la bêtise humaine". Premier titre en 1935 – CLIC.
  • Sony Liston. Titré de 1962 à 1964 – CLIC – et qu’Ali affrontera en 1964.

En même temps que lui, il y eut notamment :

  • Joe Frasier. Titré de 1970 à 1973 – CLIC - Ali fit contre lui « Le match du siècle » en 1971, qu’il perdit !
  • George Foreman. Titré de 1973 à 1974 – CLIC. Contre Ali, il fit « Le combat du siècle » à Kinshasa, en octobre 1974, où il perdit son titre.

 

Cassius Clay aimait parler, aimait claironner, aimait qu’on l’entende.

Je suis le plus grand !

Lorsqu’il commença à gagner, on s’intéressa à celui qui était jusque-là pris pour un fanfaron !

 

Ses combats ne se déroulèrent pas que sur un ring.

Musulman, il fit partie de la Nation de l’Islam (organisation politico-religieuse fondée en 1930) dont il fut porte-parole et changea son nom en Mohamed Ali, délaissant le nom de Clay, ce nom de Maître Blanc dont ses ancêtres étaient les esclaves.

Ses relations avec la Nation de l’Islam ne furent pas toujours harmonieuses, et il en fut excommunié, puis réintégré… Comme Malcom X

Dans le même temps, alors que la guerre contre le Vietnam fait rage, il fut appelé en 1966 à servir sous le drapeau américain. Par devoir, mais aussi parce que son influence dans les quartiers grandissait.

 

Il refusa, argumentant qu'il n'avait « rien contre le Viêt Nam » et qu'« aucun Vietnamien ne l'avait jamais traité de nègre ».

Ses raisons rejoignaient aussi celles émises par Martin Luther King : Pourquoi aller se battre pour les valeurs, la liberté d’un pays qui ne reconnaît pas les mêmes droits à tous ses habitants, à tous ses citoyens, qui fait des différences en raison de la couleur de peau ?

 

Ses déboires judiciaires dureront cinq ans, jusqu’en 1971, et il perdit (pour un temps) sa licence de boxe.

Tous avaient prédit sa fin, beaucoup le lâchèrent, financièrement ce fut dur, mais il tint bon et remonta sur le ring cette même année. La reconquête de son titre fut longue et se vit récompensée à Kinshasa, lors du combat contre George Foreman, en 1974.

L’album et le film s’arrêtent à cette victoire.

Sa carrière prendra fin en décembre 1981.

Mohamed Ali est mort des suites de la maladie de Parkinson (détectée en 1984) le 4 juin 2016

Mohamed Ali

Champion du monde

 

Texte de Jonah WINTER

Illustrations de François ROCA

 

Editions Albin Michel Jeunesse, collection « Panda Poche », 2015.

 

Dès 8 ans

 

Notions abordées : Biographe, Etats-Unis, Boxe, Ségrégation, Engagement, Histoire

 

L’album reprend donc les grands moments de la vie sportive de Mohamed Ali comme ses prises de positions.

Les mots, tout en rimes, se font poésie, comme un clin d’œil à ceux qu’il récitait inlassablement, pour déstabiliser, sur et hors du ring.

Le texte adopte plusieurs couleurs, ce qui attire l’attention, ce qui lui donne plus de force.

 

Les illustrations de François Roca sont sublimes ! J’aime énormément son travail et ses peintures à l’huile si réalistes, quasi photographiques. 

 

Cet album est un très bel hommage à ce champion qu’était Mohamed Ali !

Mohamed Ali : Album de Jonah WINTER et François ROCA + Film avec Will SMITH
Mohamed Ali : Album de Jonah WINTER et François ROCA + Film avec Will SMITH
Mohamed Ali : Album de Jonah WINTER et François ROCA + Film avec Will SMITH

Ali

 

Réalisé par Michael MANN

Musique : Lisa GERRARD et Pieter BOURKE

Sortie : décembre 2001 aux Etats-Unis ; février 2002 en France

Durée : 157 minutes.

 

Acteurs principaux : Will SMITH dans le rôle titre ; John VOIGHT ; Mario VAN PEEBLES ; Jamie FOXX ; Nona GAYE ; Jada PINKETT SMITH

 

Le film suit le même parcours que l’album, de l’entraînement de Cassius Clay, son footing dans les rues capuche sur la tête, à son retour victorieux à Kinshasa en 1974.

 

La prestation de Will Smith est magnifique !

Il a pris 17,5 kg pour ce rôle par lequel il nous dévoile un portrait plus en nuances de Mohamed Ali, plus arrogant, plus imbu de lui-même, paradoxal, notamment par rapport aux femmes et à la religion, peut-être moins sympathique aussi.

Les scènes de combat, et notamment les plans resserrés sur les mouvements des jambes et des pieds sont superbes.

Cet article participe au Challenge « African American History Month » d’Enna, ainsi qu’à son « Petit Bac 2018 » pour ma 2e ligne, catégorie Mot Positif.

L’album participe au Challenge « Je lis aussi des Albums 2018 » (11/60) de Sophie Hérisson.

 

 

 

 

 

 

 

Je vous ai déjà présenté un autre album illustré par François Roca : L’Indien de la Tour Eiffel, écrit par Fred Bernard.

D'autres articles sur le blog concernant la ségrégation:

D’autres présentations sur la boxe sur le blog :

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 22/02/2018 18:35

Je ne connais pas grand chose de la vie de cet immense boxeur mais votre article et les liens cités m'éclairent davantage.
Merci Blandine et belle soirée !

Blandine 23/02/2018 13:54

Merci à vous Nancy et belle journée!

Enna 22/02/2018 10:24

Merci pour ce billet très intéressant! J'avais vu le documentaire "When we were kings" sur le combat à Kinshasa et c'était passionnant! http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=12519.html

Blandine 23/02/2018 13:53

Je ne connaissais pas ce documentaire, merci pour le lien! Oh oui j'imagine que ce devait être superbe!