La porte. Daisuke INOUE. D'après le roman de SÔSEKI – 2018 (Manga)

Publié le 14 Février 2018

La porte

 

Daisuke INOUE

D'après le roman de Natsume SÔSEKI

Traduit du japonais par Patrick HONNORE

Editions Philippe Picquier, 1er février 2018 (Japon, 2010 sous le titre Mon)

 

224 pages

 

Thèmes : Amour, Amitié, Famille, Japon, Confiance en soi, culpabilité, Transmission

 

Le roman de Sôseki, publié au tout début XXe siècle, est ici adapté en manga.

 

Il nous fait pénétrer, au gré des chapitres et par cercles concentriques, dans l'intimité du couple que forment Sôsuke et O-Yone.

Un couple discret, solide mais uni autour d’un secret, qui devient trop lourd à porter, surtout pour Sôsuke.

En apparence…

 

Après maints déménagements à-travers le pays, et qui s’apparentent à des fuites, les voilà installés à Tokyo, dans une maison au pied d’une falaise, et à l’ombre de trois bambous moso.

Mais voilà qu’un double changement trouble leur tranquille culpabilité, ou quiétude coupable…

Le jeune frère de Sôsuke, Koroku, étudiant, s’apprête à emménager chez eux et Sôsuke se revoit à son âge, au moment où sa vie a basculé. Il redoute que son frère suive son chemin/exemple, même inconsciemment.

Notamment parce que son héritage lui a été dérobé.

 

Mais surtout, une ombre du passé ressurgit et Sôsuke se demande quelle attitude adopter : l’affronter (l’issue n’en serait pas forcément malheureuse – mais comment savoir ??) ou fuir.

 

C’est finalement dans un temple zen qu’il va tenter de trouver des réponses et qu’il remonte le fil de sa vie (jeunesse, études, amitiés) comme celle de son couple.

 

Si les regrets rendent Sôsuke indécis et se dérobant face aux responsabilités et décisions à prendre, dépressif même, ils pèsent aussi sur O-Yone, se manifestant d’une manière physique.

 

Chacun des deux souffre. Du passé, du présent et de l'avenir.

Ils abandonnèrent toute ambition sociale…

Ou peut-être fut-ce la société qui les rejeta.

Tel était le passé de Sôsuke et de O-Yone.

J’ai beaucoup aimé ce manga qui place Sôsuke et O-Yone à un carrefour de leur vie, les intimant à faire des choix, à l’action.

Et ce dans un Japon qui s’ouvre, qui bouge, se transforme, qui s’occidentalise.

Et c’est bien là ce que se reproche Sôsuke : son inaptitude à aller de l’avant, à concevoir un futur.

Fonctionnaire, il s’habille en costume avec cravate, mais en-dehors, il revêt, et son frère aussi, le costume traditionnel nippon (le jinbei ou jinbee)

 

Mais pourtant, les décisions les plus lourdes ne sont-elles pas celles que l’on ne prend pas ? Non pas parce qu’elles ne se sont pas présentées à nous, mais bien parce que nous y avons renoncé, avec conscience, par peur, défaitisme ?

 

Peu à peu, Sôsuke et O-Yone nous sont dévoilés mais la narration reste toujours très pudique, conservant sa part de mystère.

A nous de poser les (nos) mots sur les non-dits et secrets.

 

Ainsi, La Porte est un manga plein de métaphores. Et cette Porte du titre est autant physique que symbolique.

Et l’on sait combien les symboles sont importants au Japon – ne serait-ce que par ces trois bambous qui surplombent la maison de Sôsuke et O-Yone.

(détail de la couverture)

Son rythme est lent, un brin contemplatif.

Et son dessin s’y prête très bien.

Ses cases offrent peu de plans larges, et sont surtout resserrés, focalisant le regard sur des endroits du corps (pieds, visages, dos tourné, ombres ou silhouettes... ); la nature avec ses arbres, l’eau, la Lune, ses saisons… Ce qu’elle a d’immuable et de perpétue dans le changement…

La rapidité est reproduite dans les trains, grâce auxquels le couple a été d’un endroit à l’autre du Japon.

 

Bien qu’écrit il y a plus de cent ans, La Porte soulève des questionnements  toujours très actuels !

 

Merci aux Editions Philippe Picquier

Ce manga participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Noukette (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ainsi qu’à notre challenge avec Nathalie « Cette année, je (re)lis des classiques ».

 

 

Retrouvez aussi l'avis de Mo'

 

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
il y a bien longtemps que je n'ai pas lu de manga et j'avoue que je n'en avais pas envie en ce moment, mais ça c'était avant de lire ton billet... ça titille! je note! :)
Répondre
B
Hihi! Ton commentaire me plaît^^ Par avance, je te souhaite une belle lecture alors!
N
Je croyais avoir laissé un commentaire, mais je vois qu'il a dû se perdre en route ! L'histoire m'intéresse, le fait que ce soit un manga... déjà moins ! A voir...
Répondre
N
Un jour... Pourquoi pas ! ;) J'en ai déjà un autre intitulé "la porte" qui m'attend depuis des mois...
B
En roman alors peut-être?!
J
Merci pour ta chronique. je ne suis pas grand lecteur de Manga (contrairement au franco-belge), mais les thèmes de cet album me plaisent. Surtout le coté poétique et contemplatif. Je regarderais avec intérêt.
Répondre
B
Merci à toi!
M
Entre ta chronique et celle de Mo, il me tarde de lire cet album. Mais j'ai le roman sur ma PAL qui m'attend avant.
Répondre
B
Oui, si tu dois lire les deux, autant commencer par le roman (comme souvent!)
K
Je me demande si je vais lire le roman ou le manga. Les deux me tentent, en fait et le graphisme me plait vraiment.
Répondre
B
S tu dois lire les deux, autant commencer par le roman. Si uniquement l'un des deux, le manga, d'autant que le graphisme te plaît beaucoup :-)
P
J'aime l'œuvre de Sôseki et ce manga me tente beaucoup, merci pour la découverte !
Et bon weekend !
Répondre
B
Merci à toi et bon week-end à toi aussi :-)
B
très tentante ta chronique. merci pour la découverte.
Répondre
B
Merci beaucoup Bouma!
S
Je ne suis plus trop attirée par les mangas. Je ne sais pas trop pourquoi... Le format, le manque de couleur, les scénarios si différemment construits. Pourtant il y en a de très bons, je le sais !
Répondre
B
Peut-être y reviendras-tu, qui sait...
N
C'est le genre de manga qui me plait, je tenterais bien à l'occasion.
Répondre
B
Top! J'espère que tu le trouveras alors!
J
J'adore les mangas contemplatifs ! On en croise malheureusement trop rarement.
Répondre
B
Peut-être parce que leur succès est mitigé en France? Mais le genre me plaît beaucoup aussi!
F
A la base je ne suis pas fan de manga ( sauf de Taniguchi) et d'ailleurs quand un des participants de la BD de la semaine en présente un je fuis! Mais là..quelque chose m'attire. Je trouve les dessins doux et "attirants". Tu as réussi le coup de ne pas m'avoir fait fuir
Répondre
F
Oups je me suis mal exprimée. Je voulais dire que je fuis quand l'un des participants présente un manga :-)
B
Je le prends donc comme une victoire!
Que crains-tu par rapport aux autres présentations de Taniguchi? (je compte en présenter un en avril!)
A
Je ne suis pas très manga mais celui ci me tente à tout point du vue ;-)
Répondre
B
J'en suis d'autant plus contente!
B
Il pourrait me plaire !
Répondre
B
Chouette!
C
Tu me tentes ...
Répondre
B
hé hé^^
K
Très tentée !!
Répondre
B
tu m'en vois ravie!
N
Ce manga semble superbe... mais je ne parviens pas non plus à lire des mangas et c'est dommage car je suis certaine que le contenu me plairait.
Belle soirée Blandine !
Répondre
B
Je le pense aussi! Vous avez bien aimé Taniguchi et celui-ci n'en est pas si éloigné car il est doux, lent, contemplatif.
Belle journée à vous Nancy!
S
ravitaillement fait hier.... pas pu attendre ta chronique !!!!
Répondre
B
Ha ha ha! cela me fait bien plaisir et j'espère que mon avis ne fait que te conforter dans ton impulsion!
A
Idem que Noukette, vraiment du mal à me mettre au manga alors que je suis certaine de rater des pépites!
Répondre
B
Même chose que pour Noukette. Mais si tu as cette certitude, lance-toi^^
N
Le graphisme a l'air très doux mais pas certaine de m'y lancer... J'ai vraiment du mal à me mettre au manga...
Répondre
B
Comme dit Aurore, il y a de jolies pépites, ou du moins découvertes! Et comme d'autres ont dit, qu'importe la forme tant qu'on a LIVREsse ;-)
H
Ce titre me fait penser à "Je suis un chat", découvert l'an dernier. Même édition et aussi une adaptation d'un roman de Sôseki. J'aime bien ce côté contemplatif qu'on retrouve dans ma pal de titres japonais.
Je prends note pour le mois d'avril. :)
Répondre
B
J'ai bien hâte de te lire alors ;-)
E
Si je le croise à l'occasion, mais j'ai parfois du mal avec la littérature japonaise ;-)
Répondre
B
Il faut tenter pour le savoir ;-)
M
Je le note, en ce moment nous sommes friands de Japon ♥
Répondre
B
Oh oui tu m'étonnes! Vous allez vous régaler là-bas, c'est sûr!
H
Pourquoi pas, j'aime bien l'univers japonais...
Répondre
B
Et celui-ci remonte au début XXe siècle, dans un entre-deux métaphorique qui sied bien au récit!
I
Très tentant !
Répondre
B
Merci :-)
M
je ne suis pas super tentée... à voir quoi :D
Répondre
B
Voilà, à voir ^^
M
J'ai bien aimé le rythme de ce récit. Bien aimé le trait ciselé d'Inoue également. Je pense que je vais retourner vers les romans de Sôseki que j'avais découvert à un moment qui n'était pas propice (dans ma vie) à son style d'écriture.
L'attente était longue pour te lire sur cet album mais voilà ma curiosité apaisée :D
Répondre
B
L'adaptation me convient et me suffit je crois bien... je ne pense donc pas lire le roman, à moins que... sait-on jamais!
ha ha ha, si tu savais ce que je présente la semaine prochaine... mais chut! jusqu'à l'ouverture du fil par Stéphie :-P