Dis, Mamie, raconte-moi… - Partie 4/4 Cahiers grands-parents/enfants (Dès 7 ans)

Publié le 2 Février 2018

Les autres albums et cahiers qui composent cet article en 4 parties sont:

 

Parce que l’on ne sait pas ce que demain nous réserve, parce que tout peut changer, basculer, il est bon, nécessaire parfois, souvent, de parler, d’entendre les récits, les vies, de nos parents, de nos grands-parents.

De savoir ce qu’il y avait à leur époque, pendant leur génération, que c’était différent, parfois difficile, parfois heureux, pourquoi et comment… Les choses qui ont changé, disparu, évolué…

 

Transmission nécessaire pour savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va car comme pour toute chose, être, concept, être sans passé, c’est être sans avenir.

 

Voici à présent des cahiers à remplir avec son grand-père, sa grand-mère, un moment à partager, un moment complice, où l’on se (re)plonge dans les souvenirs, les siens, ou ceux de l’autre, où l’on partage, où l’on apprend…

 

Vus sur le blog de maman Baobab, le concept m’a immédiatement plu.

 

Je les ai aussitôt achetés pour que mes enfants aient des traces et souvenirs écrits de leur famille. Des souvenirs rangés et non éparpillés, à grappiller, grignoter. Pour ne pas qu’ils aient à se demander d’où ils viennent ou comment c’était avant.

Bien sûr, ils pourraient ouvrir un livre d’histoire, regarder un documentaire, mais comme cela est froid et distant !

Il manque les émotions, le cœur, le rire, le sourire, ou la voix chevrotante, les photos de ceux à qui ils ressemblent, un peu, beaucoup, les lieux…

 

J'aimerais que mes enfants aient des réponses à leurs questions, qu’ils se les posent aujourd’hui ou non. Qu’aujourd’hui, ce cahier soit comme un jeu, que demain, ils puissent puiser dedans comme l’arbre, l’eau par ses racines, et grandir et s’épanouir.

Mon album avec Papi / Mon album avec Mamie

Filf

Editions Eyrolles Jeunesse, 2014.

Dès 7 ans

 

Après quelques petits conseils donnés en préface, l’enfant, pour remplir son cahier, « interviewe » son aïeul(e), lui demande ses papiers, des photos, ils écrivent ensemble, collent les souvenirs, laissent leurs empreintes.

Le papy ou la mamie raconte son enfance, des anecdotes, sa famille, ce qu’il se passait dans le monde, son travail, l’arrivée de son petit-fils ou de sa petite-fille… le tout en 40 points.

 

J’aime beaucoup le concept, les images colorées à petits points, les bordures, les intitulés des « rubriques ».

Et même nous les parents, les intermédiaires, les entre-deux, pouvons en apprendre !

Dis, Mamie, raconte-moi… - Partie 4/4 Cahiers grands-parents/enfants (Dès 7 ans)
Dis, Mamie, raconte-moi… - Partie 4/4 Cahiers grands-parents/enfants (Dès 7 ans)

Papi, mamie et moi ! Cahier grand-parent/enfant

 

Editions Minus, octobre 2013

Dès 8 ans

 

Une petite dose d’humour, un zeste de sincérité, une touche de tendresse…

Minus, des livres pour raconter les moments qui font la vie et partager ses émotions sans tabou ni détour.

 

Ici c’est l’enfant qui choisit avec qui il veut remplir son cahier.

Le format est plus petit, les illustrations moins pétillantes, moins dessins d’enfant, mais pour autant très sympathiques.

 

Les renseignements à collecter sont à peu près similaires aux précédents cahiers mais avec moins de photos ou d’activités à faire ensemble.

Ce cahier axe plus sur l’écrit et les mots. Il est moins ludique et c’est pour cela qu’il se destine à des enfants un peu plus grands !

Dis, Mamie, raconte-moi… - Partie 4/4 Cahiers grands-parents/enfants (Dès 7 ans)
Dis, Mamie, raconte-moi… - Partie 4/4 Cahiers grands-parents/enfants (Dès 7 ans)
Dis, Mamie, raconte-moi… - Partie 4/4 Cahiers grands-parents/enfants (Dès 7 ans)

Ma famille n’est pas famille, elle parle mais ne partage pas vraiment.

Seul un cahier s’est rempli, avec encore quelques pages blanches qu’il faudra noircir…

Les deux autres attendent le moment, faudrait songer à se dépêcher d’ailleurs !

 

Pour tous ceux dont les vides du passé sont comme des blessures qui s’ouvrent et se ferment, il y a des lieux pour pouvoir trouver, découvrir des pans de l’histoire familiale, parfois un nom ou des photographies, une adresse…

Ça ne fait pas tout, ça ne guérit pas, mais ça peut combler, à défaut de répondre.

Les Archives départementales et nationales sont là (aussi) pour ça, pas simplement pour les chercheurs ! Car nos petites histoires font la grande Histoire !

 

Que vous soyez enfant ou grands-parents, prenez le temps de parler, de raconter, de broder votre histoire… car quand ce n’est pas fait, les déchirures, les doutes et les questions laissent des cicatrices, qui toujours suintent…

 

Belles lectures, activités et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 05/02/2018 16:16

Pour avoir perdu, il n'y a pas si longtemps que ça (5/6 ans) des grands-parents, je suis tout à fait d'accord avec toi, il faut parler, sans attendre...