C'est lundi, que lisez-vous? #188

Publié le 26 Février 2018

Ce rendez-vous hebdomadaire consiste à vous présenter chaque lundi mes lectures passées, en cours et à venir en répondant à trois questions :-)

1/ Qu'ai-je lu la semaine passée ?

ALBUMS

Drôles de vacances! Texte et illustrations de Gilad SOFFER. Editions Circonflexe, 2016

La couverture de cet album est très prometteuse, et j’adore ce qui se trouve en pages de garde et que l'on retrouve aussi en haut à droite de cette couverture: un tampon postal, ici de Polynésie Française. Mais plein d'autres, de nombreuses destinations différentes sont à l'intérieur.

Nous faisons donc connaissance avec ce canard, confortablement installé sur son transat, les pattes presque dans l'eau, qui est bien là à déguster sa glace et qui aimerait rester ainsi.

Mais le souci, c'est que nous lecteurs sommes là! Et qu'à chaque fois que nous tournons la page, non seulement nous l'embêtons, mais une catastrophe se produit! Alors si on pouvait ne pas tourner les pages et le laisser tranquille, on rendrait ce canard moins ronchon, et même heu-reux!

Oui, mais nous, lecteurs, voulons voir la suite, nous ne voulons pas retourner en arrière, mais avancer dans l'histoire... d'autant qu'elle devient vraiment farfelue, du vrai n'importe quoi. C'est rigolo ... enfin, pour nous parce que le canard en a assez et s'en va ... Quant à la suite... bah, c'est une autre histoire!

Il ne faut pas trop chercher de sens à cette histoire qui n'en a pas vraiment mais qui amuse, et c'est bien là l'essentiel! Les dessins sont vraiment extra, emplis de détails loufoques, incongrus, ou superbes (j'adore le rendu de la mer!). Les expressions du canard sont géniales!

Cet album participe au Prix des Incorruptibles 2017-2018, sélection CP.

Jean-Jean à l'envers. Texte d'Emilie CHARZERAND et illustrations d'Aurélie GUILLEREY. Editions Sarbacane, 2016

Jean-Jean Fraisier avait ses habitudes. Il était réglé comme un automate et vivait sa vie comme une tâche millimétrée: travail, dîner de coquillettes, journal télévisé de Jean-Pierre Pernaud. Et ainsi de suite, tous les jours.

Sauf qu'un soir, il éteignit la télévision avant la fin des informations, qu n'étaient ponctuées que de mauvaises nouvelles depuis quelques temps, le minant davantage chaque jour. Comment faire pour arrêter ce cycle? Après mûre réflexion, il changea de tout au tout, mit un grain de folie dans sa vie, créa l'étonnement, l'effarement ,la curiosité autour de lui... mais aussi l'engouement, jusqu'à l'amour!

Cet album est un appel à l'anticonformisme, à l'anti morosité, à la surprise, à l'imprévu, au farfelu, à tout ce qui peut casser la routine, le repli, l'humeur morose et défaitiste, cancanière et mauvaise.

Mais rien n'oblige à faire comme Jean-Jean, il faut trouver son truc à soi pour se libérer!

Un texte en rimes, des illustrations joyeuses, colorées et pleines de détails et symboles.

Cet album participe au Prix des Incorruptibles 2017-2018, sélection CE1.

Cours! Texte de Davide CALI et illustrations de Maurizio A.C. QUARELLO. Editions Sarbacane, 2016

Un homme nous raconte le point de bascule de sa vie. Le moment où sa vie aurait pu être radicalement différente si un homme ne l'avait pas poussé à prendre un chemin, à courir. Pour avoir du souffle certes, mais surtout pour évacuer, pour faire sortir sa colère et faire entrer l'air, alors qu'il n'était encore qu'à l'école.

Avec Davide Cali à la plume et Maurizio A.C. Quarello, je savais que cet album me plairait, même sans savoir le sujet! Et ce fut le cas bien sûr!

Je vous en parle aujourd'hui ou demain plus en détails!

Cet album participe au Prix des Incorruptibles 2017-2018, sélection CM2/6e.

ROMAN JEUNESSE

Frères d'exil. Kochka. Editions Flammarion Jeunesse, septembre 2016

Quel magnifique roman! Sa lecture, très forte,émouvante et actuelle m'a donné plusieurs fois les larmes aux yeux. Et écrire dessus ne me semble déjà bien difficile!

Un récit entre narration et forme épistolaire, sur la famille et les origines, sur la mémoire et la transmission, d'hier et d'aujourd'hui, d'ailleurs et d'ici.

Nous faisons la connaissance de Nani, fillette de huit ans et demi, contrainte de fui avec ses parents son île natale qui peu à peu s'enfonce dans les eaux. Mais elle y laisse bien plus que ses souvenirs. Heureusement, une rencontre et tris cadeaux vont l'aider à aller de l'avant, et sa famille avec.

Le style est très beau, tous les mots de l'auteure sont délicats, sensibles, poignants, si riches de sens...

"Alors, des hommes, des femmes et des enfants se déplaceront sur la terre, comme ils s'y déplacent déjà aujourd’hui pour des raisons économiques ou de guerres, et comme par le passé ils s'y sont déjà déplacés.Fasse alors que les mieux lotis aient toujours la sagesse d'accueillir leurs frères, sous peine de voir leur humanité se réduire et leur coeur ressembler à une peau de chagrin."

Le garçon qui n'était pas noir. Jacqueline WOODSON. Editions Bayard Jeunesse, collection "Estampille", octobre 2011.

 

Un bon roman jeunesse qui aborde de nombreux thèmes dans l’Amérique qui sort juste de la ségrégation, mais qui en garde les marques...

Je vous en ai parlé ICI.

 

Les cousins Kalsson - Tome 6 - Papas et Pirates. Katarina MAZETTI. Editions Gaïa et Thierry Magnier, février 2016

Quelle joie de retrouver les quatre cousins qui vont aller en vacances d'hiver chez leur tante Frida pour la première fois en hiver, et sous la neige.

Mais Frida s'est cassée la jambe et les cousins sont seuls sur l'Île aux Grèbes, vraiment?! Non bien sûr! D'étranges choses se passent sur l'Île recouverte de neige, et dont la mer autour est toute gelée, rendant la traversée possible à pied, entre le continent et elle.

Si ce n'est pas Frida qui a fait ce "drôle" de bonhomme de neige avec un crâne, et bientôt pourvu d'une hache et d'yeux flamboyants, qui est-ce? Et cette légende du Grand Johnny, faut-il al prendre au sérieux? 

A nouveau une histoire qui oscille entre l'enquête, l'aventure, les traditions/légendes suédoises, la cuisine (souvent française) et des thématiques importantes. Après la famille et les Migrants dans le 1, l'élevage de wombats et le journalisme dans le 2, l'archéologie et les rumeurs dans le 3, l'écologie et les déchets dans le 5, celui-ci aborde la question de l'identité, de la filiation et de la prison. Le personnage est un peu en retrait mais elle revient avec une nouvelle idée q'il me tarde de voir mise en pratique!

 

Comme toujours, les dessins de couverture me plaisent énormément. 

BD

Le joueur d'échecs. D'après Stefan ZWEIG. Adaptation et dessin par David SALA. Editions Casterman, août 2017

Je n'ai pas lu le texte original et je suis donc bien heureuse d'avoir trouvée cet album, déjà présenté avec enthousiasme par les bulleurs du mercredi!

En 1941, sur un paquebot qui relie New-York à Buenos Aires, le Champion du monde des Échecs, Mirk Czentovic est de la traversée. Sa personne autant que son style de jeu intriguent et les sarcasmes vont bon train.

Notre narrateur aimerait le rencontrer et disputer une partie contre lui, mais lui demander directement est impossible. Grâce à une petite mise en scène, la rencontre aura lieu, moyennant 250 dollars, entre Czentovic et plusieurs autres hommes dont le riche ingénieur écossais Mc Connor. Les parties enchaînent et les défaites aussi, jusqu'à ce qu'un homme, tapi dans l'ombre jusqu'ici conseille Mc Connor, obligeant le Champion à déclarer le match nul.

Aussitôt, les hommes, notre narrateur en particulier,cherche à en savoir plus sur cet homme étrange, discret mais passionné semble-t-il.

Sur le pont, ce dernier, autrichien, lui raconte son histoire, son emprisonnement particulier lors de la domination nazie. Incarcération qui lui fit connaître les échecs, alors qu'il se trouvait dans un isolement total. Les échecs furent alors autant salvateurs, que destructeurs...

Le dessin de David Sala est particulier, fait de crayon, d'aquarelle, et donne à ses personnages des expressions faciales très fortes. Si certains personnages se ressemblent, ses cadrages jouent sur les plans serrés, figurant l’oppression, décortiquant les émotions, sentiments.

Les décors sont très travaillés et l'on retrouve l'échiquier un peu partout, notamment sur les sols, leur conférant du mouvement. On le voit dès la couverture.

J'ai beaucoup aimé cette adaptation que je présenterai dans un article dédié.

Les petites victoires. Yvon ROY. Editions Rue de Sèvres, juin 2017

Dans ce beau roman graphique, aux pages épaisses et aux doux dessins en noir et blanc, Yvon Roy nous raconte son histoire et celle de son fils, autiste.

Il nous raconte l'accueil du diagnostic, les professionnels, leurs sentences, recommandations, le moule, les tests... toutes ces choses auxquelles Marc et Chloé, et leurs fils Olivier, doivent faire face.

Comme nombre de couples, Marc et Chloé se séparent mais restent néanmoins unis dans l’éducation de leur fils, et la vision qu'ils ont de celle-ci.

Pendant ses gardes, délaissant sous travail, Marc se met à mettre en oeuvre des méthodes toutes personnelles pour approcher son fils, le sortir de sa bulle, l'extérioriser, le faire interagir, et casser les recommandations données. Ce n'est pas comme ça qu'il souhaite éduquer son fils, et il est persuadé qu'il ne pourra pas s'épanouir ainsi.

En parallèle, Olivier doit apprendre à aimer ce fils, malgré sa différence, à oublier ses espérances ou le regard d'autrui, à ne plus se projeter dans son enfant.

Ce sont ses petites victoires, fruits d'une infinie patience, ponctuées d'échecs certes, mais à la saveur triomphante lorsqu'elles aboutissent, qui permettent à Olivier de s'ouvrir, de regarder dans les yeux, de faire des câlins, d'interagir, d'aller à l'école dans une classe "normale", de faire ses devoirs, du sport...

Yvon Roy livre un magnifique et lumineux témoignage en s'adressant à tous les parents que nous sommes, et dont le plus grand défi est d'aimer sans condition, quel que soit l’enfant qui nous est donné. (quatrième de couverture)

J'ai été très émue par ce récit, humain, qui parle directement au coeur!

La P'tite Lu. Les aventures d'une Française en Chine. Lucie GUYARD . Editions du Chêne, 21 février 2018

Au-travers de plusieurs petites saynètes, Lucie Guyard a croqué sa vie en Chine, à Shanghai, depuis sept ans: son arrivée, la perception que les autres ont de sa vie (sa mère notamment), l'image qu'elle peut donner, les touristes européens, le choc culturel, la nourriture, la communication, les légendes de Chine, quelques clichés...

Elles sont nombreuses à avoir fait écho à ce que m'avait raconté ma soeur, qui vit aussi à Shanghai. Et si cela est rigolo, on se rend compte aussi que l'adaptation, certes nécessaire, n'est pas facile, ni évidente, bien sûr.

En attendant que je vous en parle davantage, je vous invite à aller voir le blog de l'auteure CLIC

2/ Que suis-je en train de lire en ce moment?

Mon père est parti à la guerre. John BOYNE. Editions Gallimard Jeunesse

Pour une lecture commune avec Bidib.

Présentation de l'éditeur:

Alfie Summerfield a 4 ans lorsque la Grande Guerre éclate et que son père part pour le front, confiant dans l'issue rapide du conflit. Mais, quatre ans plus tard, le jeune garçon est toujours sans nouvelles de lui et personne ne veut lui dire s'il est toujours en vie. C'est à la gare de King's Cross, à Londres, alors qu'il cire des chaussures, qu'Alfie découvre la vérité.

Je pensais le commencer la semaine dernière, puis d'autres envies de lectures ont pris le pas. Je le commence donc ce jour pour une lecture commune avec Bidib!

3/ Que vais-je lire ensuite?

Un nouveau mois s'annonce avec un nouvel objectif de lecture. La photo et la liste arriverons jeudi!

Mais je commencerai avec ces deux-là, reste à savoir l'ordre...

Iboga. Christian BLANCHARD. Editions Belfond, 25 janvier 2018

Présentation de l'éditeur:

Pire que la peine de mort : la réclusion à perpétuité... 28 octobre 1980. Jefferson Petitbois, condamné à la peine de mort, est incarcéré à la maison d'arrêt de Fresnes. Pour rejoindre sa cellule dans le couloir de la mort, il croise la " Louisette ".Comme un outrage à la dignité humaine, un doigt d'honneur à la vie, la guillotine trône au milieu de la cour. Accompagné de deux gardiens, il la frôle et sent son odeur de graisse et de limaille.Dix-sept ans ! Suffisamment grand pour tuer donc assez vieux pour mourir... Deux ans auparavant, Jefferson avait rencontré Max, son protecteur et mentor. Iboga était alors entré en lui. Iboga l'avait rendu plus puissant. Immortel. Meurtrier.Une fois, Max m'a dit quelque chose que j'ai compris plus tard : Si tu commences à mentir, mec, tu seras obligé de le faire tout le temps et tu seras piégé un jour parce qu'il y aura des incohérences, des trucs qui n'iront pas ensemble. En revanche, si tu dis la vérité, tu ne seras jamais mis en défaut. J'ai dit la vérité aux flics, avocats, juges et jurés. J'ai pris perpète et failli avoir la tête tranchée. Ce livre raconte la vérité... La vérité selon Jefferson Petitbois... Un homme trop jeune pour mourir.

Gérard Collard a été "enchanté" par ce livre - CLIC

Deux secondes en moins. Marie COLOT et Nancy GUILBERT. Editions Magnard Jeunesse, 13 février 2018

Présentation de l'éditeur:

Deux lycéens racontent l’impensable, le drame, la révolte, dans un roman puissant et rempli d’espoir.

Depuis qu'un accident de voiture l’a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence. Sa rancune envers son père, responsable de l'accident, est immense, comme sa solitude.

Rhéa sombre dans le chagrin après le suicide de son petit ami. Encore sous le choc, elle ne sait plus à qui ni à quoi se raccrocher dans la ville où elle vient d'emménager.

Pour l'un et l'autre, tout s'est joué à deux secondes. Deux secondes qui auraient pu tout changer...

Et pourtant, Igor et Rhéa reprennent jour après jour goût à la vie en se raccrochant à la musique. Une fantaisie de Schubert et un professeur de piano pas comme les autres vont les réunir et les mener sur un chemin inespéré.

Un roman bouleversant, où un perroquet, le "thé des Sages", l'amitié et les mots apportent une douceur salutaire.

 

Pauline en a parlé ICI.

Et sinon?

Pour la semaine 8 du challenge photo Instagram #52livres2018ddl de Sophie Hérisson, le thème est "rêve". 

Voici ma photo:

 

Le MOOC "Il était une fois La Littérature jeunesse" commence dès vendredi 2 mars sur la plateforme FUN. C'est exactement le même que l'an passé, mas je compte aller jusqu'au bout cette fois!

Pour finir, je vous mets les liens publiés la semaine passée et je vous souhaite de belles lectures et découvertes pour celle à venir!

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Rédigé par Blandine

Publié dans #C'est lundi que lisez-vous?

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 26/02/2018 19:03

Vos lectures sont très variées, j'aime beaucoup !
Et je vois avec un brin d'émotion que vous allez faire une LC avec Nathalie <3
Belle soirée, Blandine !

Nathalie 26/02/2018 09:02

Hi hi hi !! Moi aussi je me suis réinscrite pour le Mooc littérature jeunesse !! J'avais eu le diplôme "amateur" j'aimerai bien avoir l'autre maintenant...
Pour "Deux secondes en moins" on peut faire une LC si tu veux !

Nathalie 26/02/2018 20:05

Super ! Dis moi pour quelle date... ;)

Blandine 26/02/2018 11:16

Il n'y a plus qu'un seul parcours maintenant ;-)

Oh oui, je suis bien sûr partante pour la LC^^