L'horizon bleu. Dorothée PIATEK et Olivier BALEZ – 2012 (Dès 12 ans)

Publié le 18 Janvier 2018

L'horizon bleu

 

Dorothée PIATEK

Éditions du Seuil, 2012

112 pages

 

Dès 12 ans

 

Thèmes : Première Guerre mondiale, correspondance, espoir, école, amitié

 

Ce livre, avant d’être un roman, a d’abord été édité en tant qu’album aux éditions Petit à Petit (novembre 2002).

Avec Nathalie, nous allons vous présenter les deux versions de ce même texte. Album pour Nathalie, roman pour moi dont j'aime beaucoup la couverture!

J’insère quelques photos de l’album transmises par Nathalie pour compléter ce billet.

 

Tenant une photo dans les mains, Elisabeth se souvient…

Ces quatre années de guerre se rappellent alors à elle, si difficiles et éprouvantes, alors qu’elle venait d’épouser Pierre en septembre 1913.

 

Haubourdin, Nord de la France.

Pierre est instituteur, ses enfants sont ceux des autres, ceux à qui il transmet son savoir.

Avec son départ à la guerre, il les confie aux bons soins de son épouse.

 

Depuis le Front, il écrit à sa femme, à ses élèves.

De leurs réponses qui lui racontent l’école, les progrès des enfants, l’occupation allemande, le quotidien à l’Arrière, il puise le courage de continuer à se battre malgré le froid, la boue, les rats, la mitraille, la peur, les ennemis, la mort des uns et des autres.

Une vingtaine de gars sont regroupés dans un trou d’obus, rangés comme des fourmis, le fusil sur l’épaule. Gabriel voit les casques ronds posés sur les têtes, les bardas alourdis par la boue. Il fixe l’horizon où des soldats tourbillonnent sous les balles, c’est irréel. Il n’entend plus aucun bruit. Seule la douce mélodie d’un piano file devant ces images comme pour les adoucir. Les fumées noires montent lentement vers le ciel et soudain les hommes se jettent dans les bras du diable.

Jusqu’à ce que cela ne suffise plus…

 

Pour elle, chaque lettre est gage de sa survie, certes mais dans quel état !

Elle le sent dépérir, elle le lit se résigner, fléchir…

Jusqu’au silence…

 

Cet horizon bleu, c’est celui de l’uniforme de Pierre et de l’espoir d’Elisabeth.

 

Cet horizon bleu, c'est celui de la couleur de l'encre qui permet aux jeunes époux, de s'écrire, de s'encourager, de se porter, d’exprimer la tristesse, le découragement, l'amour, l'espoir...

 

Mais en attendant, l'horizon se fait rouge, de celui du sang, de la colère, de l'abattement...

Cet horizon bleu, c'est aussi celui du ciel lorsque la fumée des canons sera passée, lorsque la guerre aura cessé et que la liberté sera retrouvée.

 

Ce roman ado, entre narration et épistolaire, décrit avec justesse et sans pathos, mais un peu rapidement quand même, les multiples réalités de cette guerre vécues tant au Front qu’à l’Arrière, au-travers de ses éléments symboliques : tranchées, Verdun, censure du courrier, aviation mais aussi plus rares : l’espionnage, les camps de prisonniers…

Et ce jusqu’après la fin du conflit, lorsqu’après l’euphorie de la victoire, il faut (se)reconstruire…

Un roman à lire pour se représenter cette époque, et ne pas l’oublier… mais qui ne m'a pas touchée autant que je l'aurais cru.

 

Qu’a pensé Nathalie de l’album ? La réponse ICI

Ce roman participe à mon Challenge consacré à la Première Guerre mondiale ainsi qu’au « Défi Littéraire Ado 2018 » de Sophie Lit.

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mo 18/01/2018 14:45

Pourquoi pas. Je file lire Nathalie (j'aime beaucoup le principe de votre lecture commune ;) )

Blandine 19/01/2018 12:21

Merci Mo' ;-) Moi aussi^^

Nathalie 18/01/2018 07:57

Apparemment, il m'a plus plu qu'à toi... Mais tu connais mieux le sujet et moi, j'avais les illustrations en plus ! ;)

Blandine 18/01/2018 09:14

Oui, je crois aussi ;-)
Il y a beaucoup de choses en peu de pages, une impression de trop-vite, je ne sais comment dire. Cependant, je ne doute pas que de multiples émotions contraires + multiples actions devaient assaillir les soldats.