L’Etranger. D’après le roman d’Albert Camus. Par Jacques FERRANDEZ – 2013 (BD)

Publié le 17 Janvier 2018

L’Etranger

 

D’après le roman d’Albert Camus paru en novembre 1942 chez Gallimard

 

Jacques FERRANDEZ

Editions Gallimard, collection « Fétiches », avril 2013

138 pages

 

Thèmes : Indifférence, absurde, Société, Famille, Amitié, Mort, Philosophie

 

Je ne me rappelle que vaguement de cette lecture, scolaire, obligatoire donc rebutante et au souvenir désagréable, hormis son incipit (l’un des plus célèbres de la littérature française soit dit en passant).

Aujourd’hui, Maman est morte…
Ou peut-être hier, je ne sais pas…

Lecture exécrée donc, et certainement incomprise alors, à laquelle j’ai tout de même souhaité donner une autre « chance »… après bon nombre d’années…

Et quoi de mieux qu’une adaptation BD pour ce faire ?!

 

Voici pour l’histoire :

 

Le roman se compose de deux parties, allant d’une mort certaine à une mort annoncée.

 

Le personnage principal, et narrateur, s’appelle Meursault.

Il vit à Alger, en Algérie Française, à la fin des années 1930, est Blanc et blond, plutôt beau garçon et d’une petite trentaine d’années.

 

Cet incipit fait suite au télégramme reçu de l’asile de Marengo où vient de mourir sa mère (quand exactement, il ne le sait pas et il regrette cette imprécision).

Il s’y rend donc mais ne manifeste aucune tristesse, aucun accablement, seulement un long ennui.

Le lendemain de l’enterrement, il entame une liaison avec une ancienne collègue, Marie, qui lui demande s’il l’aime (ce qu’il ne sait pas), s’il veut l’épouser (ce qui ne le dérange pas).

Dans le même temps, il se lie d’amitié avec son voisin Raymond Sintès, un proxénète notoire, qui lui demande de se porter garant pour lui auprès de la police.

En parallèle, il y a aussi le vieux Salamano et son chien, et son ami Céleste, gérant d’un bar/restaurant.

 

Pour le remercier, Raymond convie Meursault, avec Marie, à un déjeuner sur la plage, au cabanon de son ami Masson.

Mais Raymond est suivi par des Arabes, dont l’un le blesse.

Soigné, il souhaite en découdre, les menaçant d’un revolver, mais Meursault l’en dissuade et réussit à lui enlever l’arme des mains.

Pourtant, il revient peu après, seul, tombe nez-à-nez avec l’un des Arabes qu’il abat d’un coup de feu, suivi de quatre.

Pourquoi ? Il ne le sait pas et invoquera à son procès, le soleil et l’éblouissement.

La deuxième partie voit la tenue de son procès, dans lequel il semble plus spectateur qu’acteur, ce qui l’ennuie.

J’ai l’impression qu’on traite cette affaire en dehors de moi…

Mon sort se règle sans qu’on prenne mon avis.

Mais tout de même, qui est l’accusé ?...

C’est important d’être l’accusé…
Et j’ai quelque chose à dire…

Ses derniers actes, sa vie, l’enterrement de sa mère compris, sont passés au crible et interprétés.

Jusqu’à l’annonce de sa condamnation à mort.

 

 

Meursault a une personnalité vraiment très singulière.

Il n’a aucun avis, aucune préférence pour rien, et par ricochet aucun déplaisir. Tout lui va, tout lui sied, rien ne le dérange, quand il ne s’ennuie pas tout simplement.

Tout l’indiffère en somme.

 

Cette absence de sentiments ne s’encombre donc d’aucun embarras, d’aucun tact et sa franchise est à la fois désarmante, intrigante (pour Marie), arrangeante (pour Raymond) ou encore coupable, (pour la Cour).

Etranger à lui-même et au monde, ce désintéressement, cette absence d’émotions, gênent, indisposent, vont à l’encontre des codes de la société civile, morale et religieuse : pleurer sa mère, avoir un mobile pour le meurtre  (qui n’a même pas été commis par racisme ou curiosité malsaine) ; comme ne pas se tourner vers Dieu à l’aune de sa mort.

C’est ce qui le condamne ! Plus que le meurtre en lui-même.

Avec ce roman, Albert Camus a ouvert son « cycle de l’Absurde » (composé de quatre romans), sur la condition humaine. Son but : l’analyser pour la comprendre et ainsi la dépasser afin d’arriver à un humanisme fraternel.

 

Mon avis :

J’ai davantage apprécié cette lecture que lors de ma première (ce n’était pas bien difficile) et le format BD y est pour beaucoup !

Je ne me souviens pas trop de la forme narrative utilisée dans le roman (que je ne souhaite pas relire pour autant - même si je garde mon exemplaire), mais ici, l’histoire est uniquement contenue dans les dialogues et même monologues de Meursault (j’aime !).

 

Mais surtout, les dessins me plaisent énormément.

Ils sont de deux sortes.

Les plus nombreux ont une facture « classique », trait fin et coloré, décors travaillés ou absents pour bien centrer l’attention sur les visages et leurs expressions, les gestes, l’action. Ils sont dans des cases bien alignées.

 

Et il y a ces grandes et belles aquarelles qui embrassent des vues plus larges de paysages, de la mer, de la ville, bouleversant l’ordre des cases.

Elles permettent des respirations dans cette narration dense et complexe et nous immergent dans l’époque, nous transmettent la luminosité du soleil méditerranéen et sa chaleur écrasante, étouffante.

 

Ce roman graphique participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Stephie (Retrouvez-y toutes les participations du jour - CLIC) ainsi qu’à notre Challenge « Cette année, je (re)lis des classiques » de Nathalie et moi, et à mon Challenge des RE.

 

 

Retrouvez aussi l’avis de Jérôme, Noukette (qui a aussi préféré l’adaptation BD), Hélène

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nathalie 20/01/2018 15:19

Pourquoi pas ? Le roman m'avait profondément ennuyée (parce que je n'avais certainement rien compris...) Avec quelques années de plus et le format BD, why not ?

Blandine 20/01/2018 15:34

Oui, vas-y ;-)
En plus, ou au mieux, les planches sont belles^^

Sabine 20/01/2018 07:02

Une BD parfaitement réussie dont je garde un excellent souvenir,notamment parce qu'elle m'a permis de mieux comprendre le roman.

Blandine 20/01/2018 15:35

Voilà! Le style étant plus direct, cela aide!

Stephie 19/01/2018 22:30

Une BD réussie ! Et pourtant, c'est un personnage que je déteste !!

Blandine 20/01/2018 15:35

Ouh que je comprends!

Alice 19/01/2018 22:30

J'ai lu cette BD il y a un moment, je ne m'en souviens pas spécialement sauf un sentiment mitigé, d'inachevé. Mais vu ce que tu en dis, à l'occasion, je vais lui redonner sa chance ; -)

Blandine 20/01/2018 15:36

Oui tu peux!

Karine 18/01/2018 01:03

Je retenterai le coup aussi... j'avais été TRAUMATISÉE par ce roman, lu à l'école La moitié de ma classe avait adopté cette attitude... c'était la joie. On avait eu deux tentatives de suicide dans la classe vu qu'ils se "sentaient extérieurs à la vie". Du coup, j'en ai peur! C'est la fin de la tranche de vie!

Blandine 19/01/2018 12:35

Ah oui quand même °o°

Les souvenirs qui entourent une lecture la conditionne tout autant qu'elle-même.
J'espère que cette adaptation te "réconciliera" un peu.

jacques 17/01/2018 19:46

L'adaptation de Camus, et Ferrandez, c'est un duo Gagnant !

Blandine 19/01/2018 12:32

Tout à fait!

Saxaoul 17/01/2018 18:49

J'ai lu le roman assez récemment. Il est étrange et je comprends que l'on puisse passer à côté, surtout lorsqu'on le découvre jeune.

Blandine 19/01/2018 12:32

Voilà, je crois que nous étions trop jeunes tout simplement pour le saisir. comme il faut.
Ce n'est que maintenant que j'ai compris cet incipit!

sabine 17/01/2018 16:06

contrairement à tout le monde je ne suis pas fan du graphisme de Lefevre,( peut être trop ligne classique pour moi tout simplement) mais je note ton titre pour Camus of course !

Blandine 19/01/2018 12:31

Ferrandez ;-)

J'espère que cette adaptation te plaira tout de même!

jerome 17/01/2018 12:12

Une très belle adaptation, j'avais vraiment beaucoup aimé.

Blandine 19/01/2018 12:31

:-)

Cristie 17/01/2018 11:55

Oui mais je commencerai d'abord par le roman qui est dans ma wishlist.

Blandine 19/01/2018 12:30

Oui, c'est mieux, cela vaut pour toutes les adaptations d'ailleurs!

eimelle 17/01/2018 10:14

le roman ne m'a pas laissé un souvenir très fort, cette adaptation semble très réussie!

Blandine 19/01/2018 12:30

C'est mieux qu'un mauvais souvenir ;-) tu peux donc te lancer sans grand risque^^

leiloona 17/01/2018 09:20

Pourquoi pas ! :) Mais j'ai tant aimé le roman que j'ai le temps avant cette découverte.

Blandine 19/01/2018 12:29

Certes, mais elle vaut le coup je crois!

Noukette 17/01/2018 09:14

Très belle adaptation oui, l'ambiance est magnifiquement rendue !

Blandine 19/01/2018 12:29

Je dirais moins glauque que dans le roman en tout cas!

Mylene 17/01/2018 07:56

le dessin me tente bien mais l'histoire pas trop.... à voir quoi :D

Blandine 19/01/2018 12:28

oui voilà l'histoire... Bien qu'à "notre âge" elle soit plus "facile" à saisir, comprendre.

Fanny 17/01/2018 07:54

Tentée de relire le livre et cette BD!

Blandine 19/01/2018 12:27

Hihi! Pour la BD, je ne peux que t'y encourager^^

Fanny 17/01/2018 07:55

Ou plutôt relire le livre et découvrir cette BD!

Mo 17/01/2018 07:24

OMG ! Ma lecture du roman remonte à... il y a quelques décennies !!! Gasp (le temps passe :P )
Tentée, à la fois par cette adaptation mais surtout à l'idée de remettre le nez dans le roman en fait

Blandine 19/01/2018 12:26

Tu n'as plus qu'à foncer alors ;-)

lasardine 17/01/2018 07:19

Je me souviens que l'ambiance m'avait énormément frappée! Il est fort ce Ferrandez pour ça:

Blandine 19/01/2018 12:25

Je ne peux que reconnaître que oui! J'aime beaucoup son trait et ses couleurs!