Cavale. Stéphane SERVANT et Rébecca DAUTREMER – 2017 (Dès 6 ans)

Publié le 20 Janvier 2018

Cavale

 

Texte de Stéphane SERVANT

Illustrations de Rébecca DAUTREMER

Editions Didier Jeunesse, 25 octobre 2017

 

Dès 6 ans

 

Notions abordées : Temps qui passe, Philosophie, fin/mort, peur, amour, famille, temps présent.

 

Nous allons tous vers notre Fin

Fin de notre personne physique, et plus tard, du souvenir.

Et nous y réagissons tous de différentes manières.

Certains l’ignorent, d’autres vivent mille vies pour être sûre de n’en rater aucune, certains sont tétanisés, d’autres l’attendent, certains avancent prudemment, d’autres la tentent…

 

 

Stéphane Servant a choisi de représenter deux réactions, métaphoriques, quant à notre propre finitude, à notre peur de la Mort, appelée ici Fin.

Fin est représentée tel un montre ombreux dont la gueule grande ouverte laisse voir de nombreuses dents, tranchantes, comme ses griffes…

 

Elle poursuit Cavale, coureur à onze jambes, toutes différentes, qui fuit, court sans s’arrêter ni rien voir, faisant sans cesse le tour de la Terre dans l’espoir d’échapper à Fin.

Et donc sans vivre.

 

Mais un jour, il heurte de plein fouet Montagne.

Sa stratégie à elle est de rester immobile dans l’espoir de se fondre dans le décor et ainsi de passer inaperçue de Fin.

Sans qu’elle ne vive non plus.

De leur rencontre improbable, mouvement contre immobilisme, mouvement et immobilisme, émergent des sentiments inconnus de perception, de bonheur, de vivacité,  d’amour… et de vie!

Et c’est ainsi que naît Maintenant.

 

Maintenant ou le bonheur de goûter à l’instant présent, de s’amuser d’un rien, sans se soucier de rien…

Donner la vie et le temps ne s’écoule plus de la même manière, et Fin n’a plus la même consistance…

N’est-ce pas là le meilleur moyen de ne plus craindre Fin et d’aller son chemin ?!

Comment ne pas être séduit par l’objet-livre, son dos orange, sa superbe illustration de couverture - qui ne se lasse pas d'être regardée, l’apparente contradiction entre elle et le titre ?

 

Comment ne pas succomber aux magnifiques dessins rétro, en trois tons et aux coins arrondis, de Rébecca Dautremer, qui s’expriment seuls ou prolongent les mots plein de poésie de Stéphane Servant.

 

Cette histoire, narrée à la façon d’un conte, nous livre une allégorie sensible, délicate et non dénuée d’humour sur les différentes perceptions de ce temps qui passe, et nous emporte.

Ils marchèrent sans se presser,
Comme pour mieux profiter du temps qui passait,
Comme pour mieux apprécier le temps qui restait,
Sans se soucier de Fin qui un jour les rattraperait.

 

Merci aux Editions Didier Jeunesse

 

 

Il participe aux deux Challenges de Sophie Hérisson « Je lis aussi des albums 2018 » (5/60) et « 1% Rentrée Littéraire 2017 » (35/6)

 

Découvrez aussi les avis de Za; Pépita; Chloé

 

De Stéphane Servant, je vous ai présenté :

 

De Rébecca Dautremer:

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblr et Google+Babelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Moka 25/01/2018 18:33

L'alliance des deux artistes ne peut que me convaincre.

Nathalie 20/01/2018 17:10

Rien que la couverture me fait craquer... Alors avec en plus ce que tu dis de l'histoire + cet auteur + cette illustratrice + cette maison d'éditions... ;)

Blandine 21/01/2018 14:51

Oh que oui elle est belle!!!
Oui le total fait forcément envie ;-)