Chemins de soi. Amel ISYES - 2012

Publié le 12 Novembre 2017

Chemins de soi

 

Amel ISYES

Editions du Jasmin, collection "Jasmin littérature Poche", 2012

136 pages

 

Thèmes : Guerre, famille, identité, quête, onirisme, le temps qui passe, polyphonie

 

Ce petit roman au format intimiste (10,6 x 13,2 cm), à la couverture aussi sobre que délicate, et au titre si poétique, renferme dans ses pages une histoire à la fois dure et sensible.

 

Polyphonique, son personnage central est Nour.

Nous la découvrons petite fille, puis adolescente, puis jeune femme.

Chaque chapitre fait parler un personnage différent, pour la plupart qu’une seule fois. Tous évoquent Nour et ce qu’ils ressentent vis-à-vis d’elle.

 

En bordure d’un désert, mais dans un village encagé, Nour est la seule survivante de sa famille sans qu'elle ne le sache encore.

Le village a été décimé, sa population massacrée, au nom du pouvoir, par la force de la guerre.

 

"Sauvée" par son cousin, amenée à son oncle, elle fut confiée à un homme qui la confia à un autre, avant qu'elle ne s'enfuie et trouve une autre famille dans le pays voisin (et ennemi).

Elle grandit sans rien savoir de son passé, sans vraiment se souvenir, si ce n’est ces étranges phénomènes, fantastiques, qui se produisent autour d'elle et la font s’évanouir.

 

Nour ne sait pas qui elle est, et cette absence d’identité se fait entendre et voir.

Le chemin pour la recouvrer est vital.

Non seulement pour elle, mais aussi pour tous ceux qui la côtoient et qui l’aiment…

 

Amel Isyès livre ici un récit absolument fascinant !

Je ne suis pas sûre de trouver les bons mots pour faire ressentir toute sa beauté et l’émotion qui m’a emprise !

 

Ses mots sont délicats et poésie, ce qu’ils décrivent est souffrance et onirisme pour mieux dire le besoin de savoir qui nous sommes, d’où nous venons, pour savoir où nous allons.

Ainsi que les multiples facettes que revêtent notre identité, notre « soi/moi » intérieur.

 

Elle écrit une guerre, des épreuves, des affrontements, quelques étincelles de bonheur.

Une recette de conte, des contours flous, des éléments d’ici et d’ailleurs, quelques couleurs, beaucoup de sable, un brin de fantastique…

 

Cette guerre décrite, à mon sens n’est pas réelle.

Elle est intérieure, elle est celle de l’âge, ou plutôt des âges, comme du temps qui passe et qui en s’écoulant, nous construit.

 

Ces âges par lesquels nous passons inévitablement, du besoin puis du rejet de l’autre, et notamment de la mère.

Se détacher, adhérer à un autre groupe, pour mieux revenir vers ce qui nous (a) fait.

Ce fut une enfant âgée de dix ou onze ans qui me fut livrée ce matin-là, l’unique survivante du village ensanglanté. La martyre, notre nouveau symbole, notre souffle. Un renouveau dissimulé dans un corps frêle, naïf et souriant.
D’ordinaire, je ne m’attachais pas à regarder ces victimes, je ne les regardais jamais de peur que leur malheur ne me contamine. Mais les yeux de cette enfant croisèrent les miens. Un instant, une douceur, un chuchotement, une vérité, une évidence. Mon cœur assommé par la peur se réveilla dans une tendre lueur, j’étais désormais vivant.
Les yeux de cette fillette disaient l’espoir. Ils semaient la vie. Ils apportaient joie là où le malheur et la mort gouvernaient. Ils éclairaient la moindre parcelle de terre, la plus petite poussière, ils enchantèrent et parfumèrent soudain le vent. Ses yeux me susurrèrent mon nom oublié. Je redevins Amine el Nisân. Mon cœur fut printemps.

Merci à l’opération Masse Critique de Babelio ainsi qu’aux Editions du Jasmin pour cette fabuleuse découverte ! Tant de l’auteur que de cette maison d’éditions dont le catalogue (aussi bien jeunesse qu’adulte est très attrayant !)

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine.

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramtumblrGoogle+Babelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nancy 13/11/2017 21:31

Ce texte semble si fort et poétique !
Le prénom de l'héroïne vous rappellera quelqu'un (il n'y a pas de hasard, cela me touche) dans l'un de mes prochains romans à paraître...
Belle soirée Blandine.

Blandine 13/11/2017 21:48

Merci Nancy!
Oh cela me rend curieuse ;-)
Belle soirée à vous Nancy!

Nathalie 12/11/2017 15:18

C'est visiblement un texte qui t'a touchée ! Je ne sais pas si je lirai ou non ce livre, mais grâce à toi j'ai découvert une nouvelle maison d'édition. Bon dimanche !

Blandine 13/11/2017 21:48

;-) Là aussi je ne peux que te conseiller sa lecture!
Ce texte est vraiment beau <3
Quant au catalogue de la maison d'éditions, il n'est que tentation^^