Points de rencontre!

Publié le 24 Septembre 2013

Qui dit livre, dit librairie !

Eh oui, qui de mieux qu’un libraire pour vous aiguiller dans ce monde ?

Et quel meilleur lieu pour simplement prendre plaisir à tenir un livre, le manipuler, le tourner, lire le quatrième de couverture, et le feuilleter… ?

Et ce, surtout pour un livre destiné à un enfant où le visuel est primordial et où le vocabulaire se doit d’être ciblé.

Malheureusement, à cause des évènements économiques des dernières années et d’une tendance à la centralisation des achats, beaucoup de ces espaces privilégiés ont disparu.

Pas de panique tout de même, il en reste heureusement encore beaucoup !

Lorsque vous faîtes vos courses en supermarché, peut-être passez-vous par le rayon librairie ?

Pour certains, c’est juste un coin où laisser les enfants le temps de faire « tranquillement » les courses, mais pour d’autres, et j’en suis, c’est un passage obligé !

Cet espace est un moyen non négligeable de diffusion de la littérature jeunesse, où l’actualité et le nouveau occupent une place prépondérante.

Contrairement à une idée reçue, les super et hypermarchés reçoivent les sorties librairie en temps et en heure, au même titre que les espaces spécialisés.

Les bibliothèques municipales sont des lieux de diffusion primordiaux où il convient de se rendre. Les grandes villes en possèdent plusieurs, et les villes plus petites, une. Souvent, les prêts y sont gratuits si l’on habite la ville, pour d’autres, il faut s’acquitter de frais d’inscription.

Le fait d’aller en bibliothèque avec votre enfant est positif sur plusieurs points.

En premier lieu, cela le responsabilise face à un objet (livre, CD, DVD) qui ne lui appartient pas. Il apprend qu’il faut en prendre soin dans sa manipulation : ne pas le jeter, le déchirer, crayonner dessus… Qu’il faut le rendre pour que d’autres puissent le lire et/ou l’emprunter.

S’il est perdu ou trop endommagé, il faut soit en racheter un exemplaire, soit le rembourser…

Ainsi, l’enfant apprend à respecter les choses qui ne sont pas siennes, et par là-même, ses affaires propres, le prêt, et le partage.

Emprunter à la bibliothèque peut aussi servir de test. Le livre que l’enfant convoite ou que l’on souhaite lui faire découvrir, lui plaît-il vraiment ?

Il arrive que des livres vus ou décrits dans des catalogues, chez des amis, à la télévision, donnent envie mais qu’à leur lecture, on soit déçu. Leur emprunt permet de parer à cette déconvenue.

Et il y a aussi la question de la place à la maison ! On ne peut malheureusement pas tout avoir, et cela aussi, ça s’apprend !

Les écoles, maternelles et primaires, possèdent en général leur propre bibliothèque. Les collèges et lycées disposant d’un CDI (Centre de Documentation et d’Information). Les classes mettent à disposition des élèves quelques livres, qu’ils peuvent lire sur place.

Les maternelles et CP font de nombreuses sorties en bibliothèque afin de familiariser les enfants avec ce lieu, et les personnes qui y travaillent.

Il y a des lectures de contes, des explications sur le rangement, et pour les grandes classes, des prêts.

Un autre moyen pour aller à la rencontre des livres et de leurs auteurs, est de se rendre dans les Salons.

Il y en a énormément, dont beaucoup uniquement dédiés à la jeunesse ! Certains étant plus médiatisés que d’autres !

Le point négatif de ces manifestations est l’affluence. Pour les jeunes, malheureusement, ce plaisir est difficilement accessible.

Enfin, un enfant qui voit son entourage lire, et posséder chez lui différentes formes de lecture (livres, magazines, BD,…) aura plus de chances de développer son goût pour la lecture.

Il est important que s’ils possèdent des livres, ils soient à leur disposition et à leur hauteur pour pouvoir les attraper facilement. Quel meilleur endroit que leur chambre pour les entreposer, ou dans le salon, à côté des vôtres ?

Pour beaucoup, les livres restent relativement chers. Et il est vrai qu’en temps de crise, c’est le budget dédié à la culture qui est supprimé en premier.

Toutefois, avec quelques trucs et astuces, il est possible de continuer à se faire plaisir sans trop rogner sur nos deniers !

*Depuis la loi Lang (1981), le prix du livre est fermement encadré en France.

La seule ristourne autorisée consiste à accorder 5% de remise (dite d’éditeur). Toutes les enseignes de distribution ne le font pas systématiquement. Si les grandes surfaces (Auchan, Carrefour, Leclerc, …) la déduisent automatiquement, d’autres, comme la Fnac ou Virgin, ne l’accordent que si le client est porteur de leur carte propre et/ou au-delà d’un certain nombre de points acquis.

En plus, tout au long de l’année, et particulièrement à la veille des grandes vacances, les éditeurs proposent des promotions telles que : deux livres achetés, troisième offert parmi une sélection. Que ce soit pour l’adulte ou l’enfant.

*Lorsqu’on ne peut se déplacer, il y a bien sûr la possibilité de passer par internet où de grandes enseignes offrent les frais de port pour tout achat de livre quelque soit son montant, parfois compatibles avec les 5%.

*L’Ecole des Loisirs propose à chaque rentrée scolaire une sélection de huit livres (entre anciens et nouveaux titres) adaptés à une tranche d’âge, que l’enfant peut recevoir à son domicile ou à son école (ou crèche, halte garderie, lieu d’accueil…)

Choisir de recevoir son abonnement dans une collectivité permet de bénéficier d’une petite remise par rapport au prix public, d’abonner son enfant qui prendra plaisir à découvrir chaque mois son livre (de novembre à juin), et d’avoir des titres vers lesquels nous n’aurions peut-être pas été dans le commerce (j’ai eu ainsi de très agréables surprises !).

De plus, ce mode permet à la collectivité en question de recevoir elle-même des livres à partir d’un certain nombre d’abonnements.

*Il y a aussi les ventes privées, sur internet notamment, mais bien sûr, le choix est limité. Il ne faut pas y rechercher de titres précis !

*Certaines enseignes ou même petites librairies proposent des occasions, ce qui peut parfois permettre de trouver des ruptures d’édition ou d’anciennes versions.

*En dernier lieu, il y a les brocantes et vides-greniers où la revente de livres occupe une large place.

C’est là l’occasion de faire de jolies petites trouvailles et à moindre coût !

Blandine.

Rédigé par Blandine

Publié dans #Articles de fond

Repost 0
Commenter cet article