Conte: La Barbe-Bleue.

Conte: La Barbe-Bleue.

Le conte de La Barbe Bleue de Charles Perrault.

Depuis quelque temps, je lis beaucoup autour de ce conte : albums, ici, ou encore , roman, essai

Et plus je lis, plus je le (re)découvre, et plus je l’apprécie. Et cela devrait encore perdurer avec la lecture du livre de Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées.

D’où le but de cette page, compiler tous les articles au sujet de Barbe-Bleue : conte, personnage, concept, idée et attitude…

Voici une petite relecture de l’histoire, agrémentée des sous-entendus, non-dits, omissions, voire incohérences de l’auteur.

Publiée par Charles Perrault en 1697 dans ses Contes de ma Mère l’Oye, il s’agit en fait de la retranscription écrite d’un conte populaire oral et variante de l’ogre qui s’attaque à ses épouses et ses enfants.

Ici la gravure réalisée par Gustave Doré en 1867, et prise sur le site Wikipédia.

Faire défiler les couvertures d'albums
Faire défiler les couvertures d'albums
Faire défiler les couvertures d'albums

Faire défiler les couvertures d'albums

La Barbe-bleue (sans nom dans la version originale) est un homme très riche et puissant, mais qui est malheureusement doté d’une barbe de couleur bleue, le rendant laid et repoussant. Cette barbe était en réalité si noire, qu’elle en avait des reflets bleutés.

Pour autant, il a contracté plusieurs mariages où à chaque fois l’épousée disparaissait peu de temps après… Entre quelques jours et un an, selon les différentes versions. Le nombre de femmes varie aussi, de deux à huit. Sa « mauvaise » réputation est sans cesse alimentée par ce mystère. C’est l’invisible qui crée la rumeur, on les suppose décédées puisqu’il y a remariage, mais il n’y a aucune sépulture.

Pour autant, cette énigme le rend aussi terriblement attrayant, comme dans le Barbe-Bleue d’Amélie Nothomb où certaines femmes ne sont pas là pour une colocation mais juste pour le voir, lui !

Et aussi sa demeure, que l’on dit magnifique et remplie de trésors. L’univers de Barbe-bleue se cantonne à son château, construit autour de ce cabinet secret, d’où il ne sort, que pour mieux revenir, et précipitamment, voire même pas du tout, comme dans le roman d’Amélie Nothomb, où Don Elemirio n’a pas mis le nez dehors depuis 20 ans !

Barbe-bleue demande à l’une de ses voisines, de lui donner la main de l’une de ses deux filles, à elle de choisir. Cela induit que la dame est veuve, car c’est au père que l’on demande généralement la main d’une jeune fille, et que les trois sont dans le besoin d’argent.

Comme cela était de rigueur à l’époque, le mariage n’était point d’amour et était donc chose arrangée entre deux familles en vue d’alliances et de pouvoir.

La jeune fille est bien sûr innocente (à tous points de vue), voire inconsciente et naïve.

Conte: La Barbe-Bleue.Conte: La Barbe-Bleue.Conte: La Barbe-Bleue.

Un mois plus tard, Barbe-bleue informe sa femme qu’il part pour affaires, et lui laisse donc les clés de la maison. Au propre comme au figuré, indiquant pour chacune les trésors des pièces qu’elles renferment et un passe-partout. Une petite clé complète le trousseau, celle du petit cabinet, où il l’a défend fermement d’entrer, sous peine de subir son terrible courroux !

Conte: La Barbe-Bleue.Conte: La Barbe-Bleue.

A l’annonce de son départ, les amies de la jeune mariée et voisins s’invitent afin de véritablement voir toutes ces richesses. Mais tous sont pressés ! Eux de voir les trésors cachés, et elle, d’ouvrir le cabinet défendu.

Dans certaines versions, elle prend tout de même le temps de se servir de toutes les clés pour découvrir le secret de toutes les pièces, comme dans l'album de Dedieu.

Chez Charles Perrault, elle délaisse les invités en les mettant presque dehors pour se précipiter au cabinet.

Charles Perrault ne fait pas mystère de ce que renferme la pièce et l’on comprend la stupeur de la jeune femme devant un tel spectacle.

Pour autant, ce n’est que la confirmation de ce qu’elle savait déjà ! Voir et savoir ne lui servent à rien et ne lui apporte aucune connaissance, et encore moins le « pourquoi ? ».

Dans une des versions, cette pièce est totalement vide, elle est le symbolisme du « jardin secret », cette petite part de nous-mêmes que nous ne voulons pas dévoiler de peur de n’être plus nous-mêmes justement ! Cette petite part qui renferme l’indicible, fantasmes, peurs, secrets inavouables…

Chez Amélie Nothomb, point de rencontres morbides, mais une série de photographies beaucoup trop parfaites…

Une autre part de mystère réside dans la clé qui se teinte de sang, parce qu’elle est « fée » nous dit Charles Perrault. Cela renvoie aussi au Péché Originel, commis par la première femme, Eve ! D’autres signes renvoient au christianisme : la couleur bleue, la posture de la jeune femme, sa longue prière à la fin, le prénom de sa sœur, Anne (prénom de la mère de la Vierge Marie), dont on découvre la présence dans la maison par la même occasion !

Conte: La Barbe-Bleue.Conte: La Barbe-Bleue.Conte: La Barbe-Bleue.
Conte: La Barbe-Bleue.

Comme s’il savait, Barbe-Bleue revient au château plus tôt que prévu.

Le temps qui s’était comme accéléré jusqu’alors subit un ralentissement soudain, presque démesuré. Il sait à l’attitude de sa femme, puis à la vue de la clef, qu’elle lui a désobéi. Mais n’était-ce pas ce qu’il voulait en posant cet interdit ? Il lui promet la mort.

Ceci rappelle le mythe grec de la Boîte de Pandore.

Elle demande à prier Dieu, ce qu’il lui accorde. Ou il lui laisse d'office ce temps de prière. Elle en profite alors pour demander à sa sœur d’observer l’horizon et de lui indiquer si leurs frères arrivent. On apprend du même coup qu’elle a aussi deux frères.

Pourquoi n’ont-ils pas été mentionnés avant ? Où étaient-ils pour le mariage de leur sœur ? Ils sont militaires, ce qui pourrait expliquer ce silence. Cavaliers, ils sont dragons, ordre à l’époque connu pour sa violence. Et Anne de répondre à chaque question « je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie. » Jusqu’à ce que deux cavaliers apparaissent au loin.

Au moment où Barbe-Bleue s’apprête à égorger sa femme, ces derniers entrent (on ne sait comment, ni par qui) et tuent Barbe-Bleue, stupéfait (autre incrédulité), en lui enfonçant leurs lames dans le dos, donc lâchement ! Mais pas chez Dedieu!

Dans de nombreuses réécritures, l’aide providentielle, mais néanmoins énigmatique de la sœur et des frères, n’est pas mentionnée et la jeune femme doit se débrouiller seule.

Conte: La Barbe-Bleue.Conte: La Barbe-Bleue.

Peu de temps après, la jeune femme se marie d’amour et vit heureuse. Avec tous les biens de Barbe-bleue dont elle a hérité, elle achète des grades de capitaine pour ses frères. Elle se remet et se console vite, ce qui tend à penser qu’elle avait commis l’adultère avec cet homme.

Tout est bien qui finit bien ! Mais on n’en sait pas plus ! On peut qualifier Barbe-Bleue de tueur en série, mais l’on ne sait pas pourquoi il a commencé à tuer, ou quelle était la faute de la première. Toutes nos interrogations demeurent et notre curiosité reste inassouvie.

Certains ont voulu voir en lui des personnages historiques ou mythologiques. L’homme du conte original n’a pas véritablement de nom.

Par la suite, il fut souvent baptisé Henri… peut-être en référence au roi anglais Henri VIII, qui eut six femmes et fit condamner à mort sa deuxième et sa cinquième épouse pour adultère et trahison. Mais d’autres lui sont associés : Cronos et Médée, Conomor (personnage historique breton), Henri Désiré-Landru, tueur en série français et surnommé « Barbe-bleue de Gambais, ou encore à Gilles de Rais, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc, accusé d’avoir violenté, abusé et assassiné des enfants et jeunes gens.

Henri VIII d'Angleterre; Gilles de Rais; Henri Désiré-Landru. Ces trois images proviennent du site Wikipédia.
Henri VIII d'Angleterre; Gilles de Rais; Henri Désiré-Landru. Ces trois images proviennent du site Wikipédia.
Henri VIII d'Angleterre; Gilles de Rais; Henri Désiré-Landru. Ces trois images proviennent du site Wikipédia.

Henri VIII d'Angleterre; Gilles de Rais; Henri Désiré-Landru. Ces trois images proviennent du site Wikipédia.

Charles Perrault aimait à clore ses contes par une ou deux moralités, énoncées à la manière d’un poème, toutes en vers. Le conte a un but édifiant, il ne sert pas à raconter seulement une histoire, mais aussi à mettre en garde contre certains comportements ou certaines gens, à dire des vérités ou dénoncer des mensonges…

Or, pour ce conte, la portée de ces moralités est relative, plutôt satirique, voire même caduque…

La première met en garde contre la curiosité, considérée comme un vilain défaut, et met l’accent davantage sur l’épouse. Or sa mère aurait été plus avisée de l’être pour éviter cette mésaventure à sa fille quant au passé douteux de son futur gendre.

La curiosité malgré tous ses attraits, coûte souvent bien des regrets ;

On en voit tous les jours mille exemples paraître.

C'est, n'en déplaise au sexe, un plaisir bien léger;

Dès qu'on le prend il cesse d'être,

Et toujours il coûte trop cher.

La seconde nous informe qu’elle n’a dans un sens pas lieu d’être, puisque ce genre d’homme n’est plus… Par contre, Charles Perrault semble regretter la nouvelle place prise par les femmes dans le couple.

Mais aucune ne condamne les agissements de Barbe-Bleue, entre la manipulation, le crime et la récidive…

Pour peu qu'on ait l'esprit sensé,

Et que du Monde on sache le grimoire,

On voit bientôt que cette histoire est un conte du temps passé ;

Il n'est plus d'Époux si terrible,

Ni qui demande impossible,

Fût-il malcontent et jaloux.

Près de sa femme on le voit filer doux ;

Et de quelque couleur que sa barbe puisse être,

On a peine à juger qui des deux est le maître.

Dans son essai, Florence Fix s’est appuyée sur 22 réécritures de ce conte, sans pour autant pouvoir répondre à toutes les interrogations et interprétations que suscitent sa lecture…

Un conte à découvrir et redécouvrir.

Voici tous les liens de mes lectures concernant ce conte, de près ou de loin !

Blandine.

Repost 0