Verte. Marie DESPLECHIN – 1996 (Dès 9 ans)

Publié le 13 Octobre 2020

Verte

Marie DESPLECHIN

Ecole des Loisirs, collection « Neuf », 1996 pour le première édition

2006 pour la mienne
182 pages

Dès 9 ans

Thèmes : Sorcières, Féminin, Famille, Adolescence, Quête identitaire

Ursule se désespère.
Depuis onze ans, elle s’est dévouée à son rôle de mère, encourageant, félicitant sa fille, l’accompagnant ici et là, la soutenant, impatiente de la voir grandir et… 
Mais quelle déception !

Sa fille, Verte (Rose, c’était vraiment trop « tarte ») est devenue une pré-ado maussade, arborant sans cesse un air de profond ennui, et qui, pire, semble s’intéresser aux garçons (et à Soufi en particulier).
Quelle idée ! Ursule ne s’est d’ailleurs pas encombrée du père, qui n’avait plus aucune utilité. Le hic, c’est que Verte pose parfois des questions. Comme si cela avait un quelconque intérêt !

Bref, Ursule se désespère et se lamente auprès de sa mère, Anastabotte.

-Mais enfin, personne ne lui demande de trouver une personnalité. J’en ai une toute prête pour elle ! Une personnalité de sorcière, figure-toi !

Eh oui, dans la famille de Verte, on est sorcière de mère en fille. Mais avoir le don ne suffit pas, il vient d’un coup d’un seul et il faut ensuite apprendre à s’en servir et travailler, s’exercer, peaufiner. Oh Ursule a tellement hâte d’enseigner à Verte tout ce qu’elle sait !

Mais rien ne se passe : pas de vitres explosées, de fleurs fanées, de cartable propulsé. Rien !
Imaginez, Verte veut de la normalité. Comprenez : se trouver un joli garçon et se marier.

Agacée, à la fois impuissante et soulagée, elle accepte que sa mère prenne Verte le mercredi et lui explique les choses : elle est une sorcière et n’y peut rien changer, mais elle peut l’être à sa façon et n’est pas obligée de ressembler à sa mère.

Ainsi se passent ces après-midis, en visite de cave, explications diverses, phénomènes étranges, goûters de crêpes avec Soufi, et davantage encore…

Elle pouvait me transformer en scarabée d'un simple mouvement de la main, et voilà qu'elle préférait m'expliquer le mystère de sa vie. Quelle fille fantastique. Traîtresse mais fantastique.

Je me suis régalée avec ce roman que j’ai dévoré d’une traite ! 
Dans ma bibliothèque depuis au moins six ans, je n’avais pas accompagné ma fille dans sa lecture. Je le regrette un peu. Mais quel plaisir aussi de le découvrir maintenant, et après tout le monde ! La couverture a d’ailleurs bien changé et je préfère celle de mon édition. 

Roman choral, Marie Desplechin fait avancer son histoire en passant d’un personnage à l’autre. D’abord Ursule, puis Anastabotte, Verte et enfin Soufi.
J’adore ce procédé qui nous offre de multiples points de vue pour comprendre les motivations et sentiments des uns et des autres.
Et que c’est drôle ! Car aucun n’a sa langue dans sa poche.

Avec son histoire de sorcières, Marie Desplechin explore de nombreux thèmes comme la famille et les relations mère-fille en particulier, l’hérédité, les attentes familiales, les choix personnels, la quête identitaire, la tolérance tout en dégommant stéréotypes et caricatures.

Sorcières : je n’aime pas le mot. Il sent le château fort et le bûcher, le bonnet pointu et le manche à balai, j’en passe et des meilleures. Tout un folklore désuet qui date du Moyen-âge.
Moi, de ma vie, je n’ai jamais porté de chapeau, et encore moins de chapeau pointu. Pointu pour pointu, je préfère les escarpins à très hauts talons. Quant au balai volant, laissez-moi rire. Quand je veux voler, je prends l’avion comme tout le monde.

Parmi toutes les espèces, il en existe une pourtant qui n'a pas le droit de se plaindre. Une seule. L'espèce des mères. A la rigueur, elles peuvent se mettre en colère. Mais pas gémir, c'est mal vu. Pourquoi? Parce que grâce à leurs enfants, les mères baignent dans un océan de bonheur. C'est connu.

Dans ma Pal se trouvent la suite avec Pome, et l’adaptation BD Verte, dessinée par Magali Le Huche, que je vous présenterai avec Hilde et Jojo.

Ce roman participe au "Challenge Halloween 2020" d'Hilde et Lou; au "Petit Bac 2020" d'Enna pour ma 9e ligne, catégorie Couleur; ainsi qu'à l' Objectif PAL d'Antigone.

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antigone 29/10/2020 15:22

J'adore ce personnage, découvert via une version animation et BD. Je n'ai pas lu la version roman.

Hilde 19/10/2020 09:36

Je ne l'ai pas lu mais il me tente bien maintenant que j'ai découvert la BD. Jolies décorations autour de ton roman. On se retrouve mercredi! ;)

rachel 14/10/2020 16:32

oh toute une bien belle histoire....oui les relations mere/ado...et de tres forts themes...punaise

Blandine 20/10/2020 13:03

Exactement!

Syl. 14/10/2020 10:12

Impossible de l'avoir à la biblio, il est toujours sorti ! Il va falloir que je l'achète...

Blandine 20/10/2020 13:03

Et je comprends bien pourquoi^^ e sera un très bon investissement ;-)

Nathalie 13/10/2020 19:31

Houlala ! Je crois bien qu'il est dans ma PAL depuis... Une dizaine d'années. ? Je vais le chercher, tu m'as donné envie de le lire...

Blandine 20/10/2020 13:02

ah gloups :-( Tu devrais le trouver à la bibliothèque sinon

Nathalie 16/10/2020 14:57

En fait, j'ai du le donner aux enfants... Je ne remet pas la main dessus ! :(

Blandine 14/10/2020 08:55

Ooooh tu m'en vois ravie hihi! Et même doublement: ainsi je ne suis pas la seule à ne pas l'avoir lu encore^^