Ils ont tué Leo Frank. Xavier BETAUCOURT et Olivier PERRET – 2020 – (BD)

Publié le 26 Février 2020

Ils ont tué Leo Franck Blog Vivrelivre

Ils ont tué Leo Frank

 

Scénario de Xavier BETAUCOURT

Dessin d’Olivier PERRET

 

Éditions Steinkis, 20 février 2020

112 pages

 

Thèmes : Etats-Unis, Racisme/xénophobie, Antisémitisme

 

 

Mars 1982.

Alonzo Mann se sait sur sa fin.

Voilà pourquoi il veut, à nouveau, raconter une histoire. Pas n’importe laquelle. Une histoire qui a ébranlé sa vie comme l’Amérique et qui se perpétue encore aujourd’hui, sous d’autres traits.

Ainsi se livre-t-il à deux journalistes, Jerry Thompson et Robert Sherbane, et remontons-nous le temps jusqu’en 1913.

 

A Atlanta, Géorgie, dans la nuit du 26 au 27 avril 1913, dans l’usine de crayon de Leo Frank, le corps sans vie de Mary Phagan, 13 ans, est retrouvé par Newt Lee, le veilleur de nuit, qui est noir.

Les policiers se rendent rapidement sur place, trouvent deux feuillets aux côtés de Mary, ne font aucun relevé et saccagent traces et preuves.

L’emploi de la jeune fille est retracé, c’était jour de fête (Confederate Memorial Day) et les seuls présents à l’usine venaient y prendre leur salaire hebdomadaire, comme Mary, auprès du patron.

 

L’enquête est vite menée, surtout bâclée et des conclusions, hâtives, sont rendues.

Les soupçons se portent sur deux hommes : Leo Frank, le patron, juif, « nordiste », dont l’attitude froide et détachée, qu'il gardera tout au long, le dessert.

Ou sur Jim Conley, un balayeur noir, toujours à quémander des sous pour aller boire, et dont la version des faits ne variera jamais au cours de ses multiples interrogatoires et comparutions, alors qu’il ment de manière éhontée sur d’autres faits.

 

Qui donc est le coupable ?

 

Si la couverture et le titre de ce roman graphique nous offrent un possible, ils nous questionnent surtout.

Qui sont ces « ils » ? Et le désigné coupable l’était-il vraiment ?

Ainsi suivons-nous l’enquête, les témoignages qui accusent ou disculpent, les images qui se forgent, le parti pris des policiers comme du procureur général d’Etat (Dorsey) qui joue sa carrière, comme le déchaînement des médias qui surenchérissent à coups de scoops, d’éditions spéciales, de unes racoleuses, de rumeurs relayées, et non démenties.

 

Dans un état sudiste, alors que la Guerre de Sécession est encore dans beaucoup d’esprits, que la ségrégation bat son plein, le coupable semblait tout désigné : Jim Conley, le balayeur noir.

Il n’en fut rien.

Car tout cela n’a qu’un seul but : entériner la culpabilité de Leo Frank, le juif.

 

Antisémitisme contre racisme, ce simulacre de procès va voir une haine se déchaîner plus que l’autre, l’opinion publique excitée et influencée, et les préjugés et stéréotypes composer les plaidoiries.

Et même si sa peine fut, plus tard, commuée par le Gouverneur de Géorgie, Leo Frank fut pendu. Par "Ils".

 

Et Alonzo Mann dans tout ça ? Il avait 14 ans. Il y était. Et dans l’usine ce 26 avril 1913 et appelé comme témoin au procès.

Mais on ne l’a pas écouté, on ne lui a pas posé les bonnes questions, il n’a pas su dire. Et quand il l’a voulu, il a été constamment évincé pour toutes sortes de raisons.

 

Ce roman graphique nous narre des faits réels qui se sont déroulés sur plus de soixante-dix ans.

Les auteurs font le lien entre le passé et l’actualité et le conclue avec un exemple très récent pour nous rappeler que les xénophobies et obscurantismes, quelques soient leur nom, sont toujours là, s’exprimant sans scrupule ni retenue.

 

Il se ferme sur un petit dossier photographique.

Ils ont tué Leo Frank. Xavier BETAUCOURT et Olivier PERRET – 2020 – (BD)
Ils ont tué Leo Frank. Xavier BETAUCOURT et Olivier PERRET – 2020 – (BD)
Ils ont tué Leo Frank. Xavier BETAUCOURT et Olivier PERRET – 2020 – (BD)
Ils ont tué Leo Frank. Xavier BETAUCOURT et Olivier PERRET – 2020 – (BD)

Côté planches, le cadrage est assez classique, mais agréable.

Le jeu de couleurs nous transporte dans le passé (1913-1915) avec des couleurs jaunies et/ou sombres, presque défraîchies, quand le présent avec Alonzo est, en contraste, plus lumineux.

 

Une histoire à découvrir.

 

Cet album participe au RDV « BD de la semaine » qui se passe aujourd’hui chez Moka (CLIC), au Challenge « African American History Month » d’Enna ainsi qu’à son « Petit Bac 2020 », pour ma 2e ligne, catégorie Crimes.

BD de la semaine Blog Vivrelivre
Black History Month Blog Vivrelivre
Petit Bac 2020

 

 

 

 

 

 

Belles lectures et découvertes !

Blandine.

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Caro 04/03/2020 22:31

Un album qui me paraît intéressant... Je ne crois pas l'avoir vu avant.

Blandine 04/03/2020 23:21

Il vient de paraître, ce doit être pour çca!

Stephie 03/03/2020 10:18

Elle a l'air de valoir le détour

Blandine 03/03/2020 11:26

Je te le confirme!

Karine 01/03/2020 19:46

Tiens, intrigant cette idée d'antisémitisme et de racisme combinés... je suis curieuse.

Blandine 02/03/2020 21:58

Très... Surenchère dans la xénophobie, c'est vomitif. Une historie comme on aimerait plus en lire, pour qu'il n'y en ait plus...

Brize 01/03/2020 12:24

Lecture prévue, donc je reviendrai lire ton billet ensuite :) !

Blandine 01/03/2020 12:58

top ;-)

Amandine 01/03/2020 11:38

La couverture m'a tapée dans l'oeil!

Blandine 01/03/2020 12:58

Oh oui, elle heurte et questionne beaucoup!

Noukette 26/02/2020 18:37

Tentée par la découverte également !

Blandine 27/02/2020 21:55

Top!

Mo' 26/02/2020 16:28

Xavier Betaucourt a toujours des récits très documentés et précis. Excepté "Trop vieux pour toi" qui est une tranche de vie, j'ai toujours apprécié son travail. "Le Grand A" notamment vaut le détour ;)

Blandine 27/02/2020 21:55

Je crois le lire pour la première fois... d'autant que le Grand A est toujours dans ma PAL depuis que tu en as fait la présentation, il y a un petit temps donc... (hum hum)

Enna 26/02/2020 12:36

Tu me tentes beaucoup ! Pourrais-tu m'envoyer le lien en commentaire car avec le déménagement je n'ai plus internet et j'ai peur de louper des liens ????

Blandine 27/02/2020 21:54

Oui bien sûr! (c'est d’ailleurs déjà fait au moment où je te réponds ;-) )

Mylene 26/02/2020 11:49

je note, je note !!

Blandine 27/02/2020 21:54

Super!

Jerome 26/02/2020 11:40

En voila un qui me tente beaucoup !

Blandine 27/02/2020 21:53

Tu m'en vois ravie :-)

Nathalie 26/02/2020 11:34

Pourquoi pas ? C'est un sujet intéressant et j'aime bien quand il y a en plus une partie documentaire !

Blandine 27/02/2020 21:53

Elle est petite, surtout photographique, car l'essentiel se trouve dans les récitatifs. J'ai beaucoup aimé comment l'histoire était déroulée et présentée.

Cristie 26/02/2020 11:08

J'ai du mal avec les planches que tu nous montres mais le thème m'intéresse !

Blandine 27/02/2020 21:53

Il devrait compenser alors. Lorsqu'on est pris dans la lecture/l'histoire, il est plus facile d'en faire abstraction.

Moka 26/02/2020 08:28

D'entrée de jeu, la couverture est glaçante...

Blandine 27/02/2020 21:52

Exactement! Et questionne beaucoup!

Blandine 27/02/2020 21:52

Exactement! Et questionne beaucoup!