La Fillette au Drapeau blanc. Saya MIYAUCHI – 2017 (Manga)

Publié le 17 Avril 2019

La Fillette au Drapeau blanc

 

D'après la vie de Tomiko HIGA

 

Saya MIYAUCHI

Editions Akata, octobre 2017

192 pages

 

Thèmes : Deuxième Guerre Mondiale, Japon, Guerre du Pacifique, Histoire, Survie, Famille

 

Tout comme les BD ou les romans graphiques, les mangas explorent nombre de genres et peuvent aussi nous donner « des leçons d’Histoire ».

C’est le cas de celui-ci, qui trouve son origine dans une photographie.

Réalisée en juin 1945, elle nous montre Tomiko Higa, six ans, qui se raccroche à son drapeau blanc, « symbole de sécurité en vigueur dans le monde entier ».

Elle avance pieds nus, frêle et apeurée, ahurie mais heureuse, parmi les soldats américains qui ont bombardé son île, Okinawa.

 

La photo a été prise par le photoreporter John Hendrickson et dévoilée en 1977.

Dix ans plus tard, en 1987, Tomiko Higa sort de son anonymat, rencontre celui qui l’a immortalisée en 1988, et publie son roman autobiographique en 1989.

En 2005, Saya Miyauchi adapte son histoire en manga.

Mais il faudra attendre 2017 pour sa sortie française.

 

Alors que le manuscrit « dormait » dans les cartons de la maison d’éditions Akata depuis des années, la vue du petit corps d’Aylan (2015) a décidé son éditeur à la publication, persuadé que les images heurtent et sensibilisent davantage que les mots.

 

***

 

Avril 1945, la guerre du Pacifique fait rage, mais sur l’île d’Okinawa, au sud des quatre îles principales qui forment la « métropole » nippone, elle n’est encore qu’un lointain murmure.

Tomiko Higa a six ans, et vit à Shuri, entourée de son père, veuf, de Chokuyû, son frère aîné de deux ans (surnommé Nînî), d’Hatsuko et Yoshiko, ses sœurs de 12 et 16 ans (surnommées Nênê).

Elle a aussi deux autres grandes sœurs, qui se sont mariées et qui vivent loin, deux grands frères qui combattent en Chine, et un autre qui travaille à la métropole.

 

Mai 1945, les Américains bombardent Okinawa et progressent très rapidement sur ses terres, précédés par l’horrible portrait et réputation propagés par les soldats et civils japonais.

Leur père, qui ravitaille l’unité de communication basée non loin, est parti (leur) chercher de quoi manger.

Après trois jours sans nouvelles, il leur faut se résigner à partir, au sud, talonnés par l’avancée des troupes américaines.

 

Peur, faim, soif, mort(s), bombardements incessants, cadavres dans les points d’eau, terres retournées, mort de Chokuyû, touché par une balle perdue, perte de ses deux sœurs.

Tomiko se retrouve seule, errante, hurlante, assistant à des horreurs encore plus inhumaines que la guerre.

Les soldats japonais censés la protéger la terrifient et la menacent, ils sont la mort qu’ils répandent sans distinction.

Agis toujours en réfléchissant avec ta propre tête.

N’imite pas les autres.

Elle s’écarte des chemins, se souvient des moments heureux et des conseils de sa famille, progresse de nuit, observe les animaux (un lapin blanc, des fourmis, une chèvre, une souris), se nourrit de feuilles recommandées par son père.

 

Un jour, affamée, elle sent une odeur de miso s’échapper d’un trou.

Dans une galerie souterraine, elle découvre un vieux couple. Elle est aveugle, lui est handicapé, tous les deux se soutiennent.

Auprès d’eux, elle passera le reste de la guerre.

Grâce à eux, elle en réchappera.

Le plus important, c’est la vie.

La Fillette au Drapeau blanc. Saya MIYAUCHI – 2017 (Manga)
La Fillette au Drapeau blanc. Saya MIYAUCHI – 2017 (Manga)
La Fillette au Drapeau blanc. Saya MIYAUCHI – 2017 (Manga)

Ce manga est un récit de survie.

Dur, à la limite du soutenable, il nous montre combien (même si nous le savions déjà) la guerre est atroce et inhumaine, alors même qu’elle est dirigée et menée par des hommes et contre des hommes.

Avec pour victimes collatérales, plus nombreuses que les soldats, les civils, hommes, femmes, enfants, vieillards…

Pour se protéger, pour continuer à avancer, comme tant d’autres avant et après eux (dans ce conflit comme dans d’autres), Tomiko et sa famille doivent apprendre à fermer les yeux, à ne pas s’apitoyer (ce passage est vraiment difficile) pour avoir une chance de vie, de survie.

Pourtant, ce qui permettra à Tomiko de s’en sortir, et heureusement de retrouver ses sœurs, indemnes, ce sera son innocence, sa pureté face à l’horreur et son espoir.

 

J'ai été saisie par ce témoignage, d'autant que je ne connaissais pas grand-chose de cette partie du conflit, rattaché à la Deuxième Guerre Mondiale.

Il est dans les pas de La tombe des Lucioles d'Akiyuki Nosaka (livre que je veux lire) / Le Tombeau des lucioles, réalisé par Isao Takahata, film qui m'avait beaucoup émue et que j'aimerais revoir.

 

Les dessins de Saya Miyauchi sont très expressifs, et s’accompagnent parfois de photographies, rendant ce récit encore plus bouleversant, renforcé par le noir et blanc inhérent au manga. La couleur aurait rendu les dessins (inutilement) plus atroces, voire glauques.

Le manga se referme sur un dossier dessiné de quelques pages dans lequel Saya Miyauchi nous raconte son projet et sa visite à Okinawa. Elle n’a pas totalement fait le parcours (supposé) de Tomiko, nous révélant d’autres lieux détruits par la guerre et l’empreinte qu’elle y a laissé, mais lui ayant permis de sentir et de reproduire au plus juste les grottes, les roseaux, les falaises, et même l’absence de lumière.

J’ai lu de nombreux livres pour adapter cette œuvre en manga.
Plus j’en lisais et j’en apprenais, plus j’étais remplie d’un sentiment d’indignation.
On ne peut affirmer qui a tort, ni qui est coupable.
La guerre rend tous les hommes malheureux.

Saya Miyauchi

Une histoire à connaître!

 

Ce manga participe au RDV BD de la semaine, aujourd’hui chez Stéphie (CLIC); au Challenge « Un mois au Japon » d’Hilde et Lou ; au   « Petit Bac 2019 » d’Enna, pour ma 4e ligne, catégorie Couleur ; ainsi qu’à l’Objectif PAL d’Antigone.

 

 

 

 

 

 

Découvrez aussi l'avis d'Isabelle.

 

 

Belles lectures et découvertes,

Blandine

 

Retrouvez-moi sur FacebookTwitterPinterestInstagramBabelio et Livraddict

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bouma 23/04/2019 11:00

il fait partie de la sélection du Prix UNICEF et je pensais donc qu'il s'agissait d'un roman.
Merci pour la découverte en tout cas.

Blandine 24/04/2019 14:28

Oh je ne savais pas pour le Prix UNICEF, de cette année?
Le manga est issu du roman autobiographique de Tomiko Higa, peut-être est-ce celui-ci qui est en lice?

Antigone 21/04/2019 18:06

J'ai été très intéressée par ton billet. J'espère pouvoir jeter un coup d'oeil sur ce manga.

Blandine 24/04/2019 14:27

Merci! Je te le souhaite!

rachel 20/04/2019 17:50

c'est tellement emouvant...je me souviens d'avoir lu un reportage sur cette fille..poignant...si cela pouvait empecher les guerres.....bref....

Blandine 24/04/2019 14:27

J'imagine combien ce reportage devait être dur et fort... Les Hommes oublient...

Alexielle 20/04/2019 17:02

J'aime ce genre de mangas-témoignages, qui nous apprennent des choses sur le passé (enfin certains ne retiennent rien de celui-ci mais ça, c'est une autre histoire... Navrante !) tout en redoutant la dureté des images et des horreurs commises. Je note quand même !

Blandine 24/04/2019 14:26

Je suis comme toi, mais j'aime apprendre et par ce biais-là, je trouve cela d'autant plus intéressant et attractif!

FondantGrignote 18/04/2019 10:42

Poignant !!

Blandine 19/04/2019 09:41

Très!

Sabine 18/04/2019 09:33

Un sujet intéressant ! Je ne lis pas de mangas , mais je note ce titre au cas où je me convertirais.

Blandine 19/04/2019 09:41

Oui, je t'y encourage: à noter le titre et à lire des mangas ;-)

Caro 17/04/2019 22:25

Intéressant le mélange dessins/photos. Le sujet m'intéresse. Merci d'avoir mis en avant cet album que je ne connaissais pas.

Blandine 19/04/2019 09:40

Merci à toi!

Nancy 17/04/2019 20:47

Il a l'air tellement émouvant et réaliste, si nécessaire.. Mais voilà, peut-être trop ?
A vous lire, je ne suis pas certaine d'avoir le courage d'en tourner les pages (et puis, c'est un manga ^^).
Merci pour cette belle présentation Blandine.

Blandine 19/04/2019 09:40

Merci Nancy!
Au moins connaîtrez-vous l'existence et l'histoire de cette photographie, si ça n'était pas le cas ;-)

Isabelle 17/04/2019 17:08

Je l'ai beaucoup aimé ce livre , et tu en parles si bien, c'est un des premiers mangas que j'ai lu , j'avais été surprise par la dureté des dessins, sans doute que lorsque je lis des choses difficiles, je m'empêche de les visualiser, pour être moins touchée sans doute, là pas le choix. Mais je l'ai aimé malgré sa dureté, sa vérité, il m'a touché.

Blandine 19/04/2019 09:39

Merci Isabelle!
Oh oui il est dur. Je pense que le noir et blanc préserve plus que la couleur, qui aurait pu rendre certaines scènes glauques... As-tu lu d'autres mangas depuis? C'est un genre que j'aime beaucoup!

Saxaoul 17/04/2019 14:47

Je garde un souvenir terrible de la lecture de Gen d'Hiroshima. Celui-ci m'a l'air presque tout aussi dur.

Blandine 19/04/2019 09:37

Je ne connais pas celui que tu cites, je ne peux donc pas faire de comparaison. Mais oui, il est dur...

gambadou 17/04/2019 14:38

Au départ je pensais qu'il serait parfait pour le collège, mais je pense qu'il est trop dur.

Blandine 19/04/2019 09:37

Fin de collège plus certainement...

Noukette 17/04/2019 13:59

Je ne lis pas de manga mais j'avoue que le propos est intéressant !

Blandine 19/04/2019 09:36

Oui très. Et comme la'ouverture de la BD à tous les genres est intéressante, celle des mangas également!

Mylene 17/04/2019 11:10

pas trop tentée pour la part :)

Blandine 19/04/2019 09:35

Au moins connais-tu désormais l'histoire de cette photographie (voire même son existence!)

eimelle 17/04/2019 10:18

j'aime bcp les BD historiques, je note!

Blandine 19/04/2019 09:35

C'est un manga, mais si ce format ne te pose pas de souci (et je pense que le noir et blanc sert plus qu'il ne dessert), je t'y encourage fortement!

Bidib 17/04/2019 09:20

à sa sortie il m'avait fait envie mais j'ai pas sauté le pas, j'attendais de voir quelques critiques. Tu m'a convaincue

Blandine 19/04/2019 09:31

Tu m'en vois ravie, car même si le sujet est dur, il mérite d'être connu.

Nathalie 17/04/2019 07:44

Il à l'air intéressant mais très dur celui-ci ! Tu dirais à partir de quel âge ?

Blandine 19/04/2019 09:31

Voilà, intéressant et très dur, de par ses images et ce qu'il suppose (notamment les soldats japonais qui ne protègent pas les civils mais qui les tuent...). Je ne suis pas toujours très douée pour situer des âges mais pas avant 12-13 ans.